En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Cette très chère Ségolène Royal

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 29 min 23 sec
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 2 heures 19 min
pépites > Politique
Présidentielle 2020
Marine Le Pen est d'accord pour travailler avec Nicolas Dupont-Aignan mais sans primaire
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Ménopause", livret d'Alexandra Cismondi, Parodies de chansons et mise en scène d'Alex Goude : Pas de pause pour "Ménopause" qui est prolongé à la Gaité, par Anne-Marie Joire-Noulens

il y a 21 heures 30 min
décryptage > Politique
Coup de froid

Cette très chère Ségolène Royal

il y a 22 heures 13 min
décryptage > Politique
Critique

Pourquoi nous devons sérieusement parler de la Chine

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Société
PMA ou GPA: c’est au choix

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

il y a 23 heures 39 min
décryptage > Economie
Faux-semblant

Choose France : voilà pourquoi l’attractivité de l’Hexagone n’a que très peu à voir avec la manière dont le pays est gouverné

il y a 1 jour 38 min
décryptage > Economie
Davos 2020

Ce que les grandes entreprises pourraient réellement faire pour enfin se mettre au vert... et sans gadget

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 1 heure 49 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 2 heures 2 min
pépites > People
Retraite
Après 50 ans de carrière, le couturier Jean Paul Gaultier dit adieu aux défilés haute couture
il y a 16 heures 54 min
pépites > Politique
Luanda Leaks
La femme "la plus riche d'Afrique" rattrapée par la justice
il y a 17 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

"L’Abominable", de Dan Simmons: Sur les flancs glacés de l’Everest, une aventure à donner le vertige !

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Société
Intrusions à tous les étages

Bestiaire révolutionnaire et autodafés de pacotille

il y a 22 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Voeux
Nicolas Sarkozy dénonce le climat de "violence" qui règne en France
il y a 23 heures 15 min
décryptage > Politique
Interview

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

il y a 1 jour 3 min
décryptage > Economie
Point de vue

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Trompe l’oeil

Pourquoi le classement Oxfam sur la concentration des richesses entre les mains de milliardaires ne nous dit quasiment rien de la réalité de celle des pauvres

il y a 1 jour 1 heure
Faux amis

Une personne sur 10 chez les 16-34 ans n’a pas obtenu un emploi à cause de son profil Facebook

Publié le 12 juin 2013
Avec Lise Werle
Une personne âgée de 16 à 34 ans sur dix, dans le monde, se serait déjà vue recalée pour une embauche en raison du contenu visible de son compte social. Facebook est-il vraiment notre ami ?
Lise Werle est co-responsable du pôle développement personnel de la Reims Management School.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lise Werle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lise Werle est co-responsable du pôle développement personnel de la Reims Management School.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une personne âgée de 16 à 34 ans sur dix, dans le monde, se serait déjà vue recalée pour une embauche en raison du contenu visible de son compte social. Facebook est-il vraiment notre ami ?
Avec Lise Werle

Atlantico : Selon le fournisseur d’études web On device research, une personne âgée de 16 à 34 ans sur dix dans le monde s’est déjà vu recalée pour une embauche en raison du contenu visible de son compte social. Facebook, Twitter, Google+ : les réseaux sociaux peuvent-il constituer un frein à l’embauche ? Pourquoi ?

Lise Werle : Les étudiants, lorsqu’ils arrivent en école de commerce savent très bien ce que sont les réseaux sociaux, ils les utilisent quasiment tous. Pourtant, beaucoup moins maitrisent leur e-réputation. Et c’est une notion que nous essayons de leur inculquer. Être présent sur les réseaux sociaux est un choix qu’il faut assumer et pour cela, il faut en connaître toutes les conséquences.

Ce que nous leur expliquons, c’est qu’ils doivent connaître ce que Google dit d’eux, car ce sera aussi un réflexe du côté recruteur. Il faut se mettre à la place de l’autre. Dans ce cas, les réseaux sociaux ne sont pas un frein à l’embauche, mais un des éléments du dossier qu’il faut travailler, au même titre que le CV, la lettre de motivation et le mail qui les accompagne.

Les réseaux sociaux sont-ils devenus des outils de premier plan dans le processus d’embauche ?

Aujourd’hui, les réseaux sociaux professionnels (Linked in, Viadéo, …) sont indéniablement utilisés par les recruteurs, et encore ce n’est pas vrai pour tous les métiers ni pour tous les secteurs ! Il y a certains avantages à recruter avec les réseaux sociaux professionnels : sur internet, on ne peut pas mentir librement sur ses expériences, le réseau voit tout et agit comme une sorte de filtre (vos collègues, maîtres de stage, etc.).

Pour le recruteur, c’est une garantie – au minimum cela lui permet de valider les informations présentes sur le CV papier. C’est aussi souvent source d’informations complémentaires : si le candidat a de bonnes recommandations, ou s’il a d’autres centres d’intérêts, s’il tient un blog, fait des photos, … C’est une preuve supplémentaire d’une expertise particulière, d’une capacité rédactionnelle et avant tout d’une ouverture à d’autres centres d’intérêts. Aujourd’hui tous les CV se ressemblent il faut savoir se valoriser, et « marketer sa candidature ». C’est l’objectif de nos séminaires professionnels : sonder les étudiants pour qu’ils arrivent à mettre en évidence leurs forces dans leur candidatures : que ce soit sur papier, sur internet ou encore le jour de l’entretien.

C’est avant tout pour lui, un outil de sourcing incroyable, actualisé quasiment en temps réel, qui permet en plus de rentrer en contact avec les candidats.

Des petits nouveaux font d’ailleurs brillamment leur entrée dans le domaine des réseaux sociaux professionnels avec des fonctionnalités de chat encore plus poussées (Seekube par exemple). La plate-forme permet notamment l’entretien en face en face, en vidéo-conférence.

On sent aussi que la frontière entre les réseaux sociaux professionnels et les réseaux sociaux tout court est de plus en plus fine. Même si certains sont spécialisés "emploi", on peut approcher les amis de ses amis sur n’importe quel réseau online, ce qui est à la base le fonctionnement du réseau social !

Pour autant, tout le monde n’est pas concerné de la même manière. Pour un job à forte dimension digitale, il est bien évidement indispensable d’être présent sur les réseaux sociaux, le contraire serait même inquiétant ! Pour tous les autres, je pense qu’il y a un strict minimum à faire : être présent sur les réseaux sociaux professionnels et contrôler le reste. On verra plus bas comment faire …

Compte tenu du décalage entre la réalité et ce qu’on veut bien laisser paraître sur internet, dans quelle mesure les recruteurs peuvent-ils prêter foi aux écrits, photos ou contacts auxquels ils ont accès ? A partir de quand une information web devient-elle compromettante pour un candidat ?

Cela dépend du métier, du secteur et même de l’appréciation du recruteur. C’est très subjectif, cela va dépendre de notre système de valeurs et de nos limites : ce qui est pour les uns autorisé est pour d’autres inacceptable. Bien entendu, tout ce qui est de l’ordre de l’illégal est compromettant. Il faut aussi faire attention aux écrits, pour ceux qui tiennent des blogs par exemple avec des avis tranchés, engagés ou encore satyriques. Si possible dans ces cas-là, utiliser un pseudo.

Se googler régulièrement permet de voir ce que le recruteur peut voir de nous. C’est un exercice indispensable pour commencer. Là encore, il faut se mettre à la place de l’autre. Imaginez qu’un recruteur veuille vous proposer un job en or et cherche des informations sur vous : qu’est-ce que vous êtes prêt à montrer ? qu’est-ce qu’il ne doit pas voir ?  Quand elle contredit le CV ou la lettre de motivation, l’information peut aussi être compromettante : cela met le doute sur votre candidature.

Et il n’y a pas que le contenu qui est compromettant, il y a aussi la manière d’approcher quelqu’un sur un réseau, le ton employé, certains étudiants peuvent être très insistants, irrespectueux ou à l’inverse se montrer peu dynamiques et soporifiques… Autrement dit, le culot ne paye pas toujours - il faut apprendre à se différencier mais positivement.

Les RH travaillent-elles à « objectiviser » le traitement de ces données, ou bien ces dernières restent-elles livrées à une appréciation subjective ?

Il faut relativiser, car un recruteur n’est pas censé recruter uniquement ce qu’il va trouver sur les réseaux sociaux. Et a priori il est habitué à creuser un peu ce qui se cache derrière la carapace du candidat. Bien sûr certaines données sont rédhibitoires, on l’a vu plus haut. Pour finir, je dirais que du point de vue recruteur, ce n’est pas évident non plus. Les réseaux sociaux, c’est un monde à part entière, dont il faut comprendre les codes. Certains ont compris que ce n’était pas un effet de mode et investissent aujourd’hui les réseaux (les professionnels et aussi les autres), avec des liens vers leurs pages entreprises, des modérateurs qui animent les communautés sur les différents réseaux, …

C’est le défi de demain, comment professionnaliser les réseaux sociaux comme outil de sourcing pour les recruteurs.

Constate-t-on des dérives du côté des recruteurs ? Si oui, comment lutter contre ?

Il y en a comme partout : certains se servent des informations trouvées sur internet pour faire de la discrimination, mais là encore, heureusement, ce n’est pas la majorité. Il n’y a pas vraiment de dérive, mais comme nous l’avons dit plus haut, les réseaux sociaux, ce ne sont pas de simples outils, c’est un monde à part et il faut apprendre aux uns et aux autres à tirer le meilleur, à l’apprivoiser. Nous travaillons régulièrement avec les consultants de Link Humans, qui est une agence spécialisée dans le conseil en recrutement innovant. Les entreprises comme les étudiants sont très demandeurs de conseils et c’est une excellente nouvelle pour tout le monde.

C’est avant tout une question de fonctionnement et de génération. Nous avons affaire  à une génération de plus en plus connectée, pour qui l’équilibre vie perso/travail est indispensable, pour qui le savoir n’est plus une source de différenciation puisque tout est accessible en permanence sur internet, et surtout pour qui le diplôme n’est plus un argument suffisant !

Chacun doit essayer de comprendre le fonctionnement de l’autre. Quant aux candidats, nous répétons toujours le même refrain : il faut se différencier les uns des autres tout en respectant sa personnalité ; mais il faut avoir l’intelligence de la situation : celle qui nous permet de nous adapter aux codes de l’autre.


Quels conseils donner aux personnes postulant pour un emploi et qui possèdent un ou plusieurs comptes sur ces réseaux sociaux ? Une relative "paranoïa" s’impose-t-elle en la matière ? Celle-ci pourrait-elle par ailleurs avoir la vertu de rendre les utilisateurs plus prudents dans la manière dont ils gèrent l’exposition de leur vie privée ?

Maitriser ce qui se dit de nous est impossible, soyons honnête. Mais il en est de même dans la « vraie » vie, nous ne pouvons pas contrôler totalement notre réputation.

Pourtant il y a des choses simples que chacun peut faire : comprendre la différence entre les réseaux sociaux (amis et connaissances privées) avec les réseaux sociaux professionnels. On ne se comporte pas de la même manière sur les deux. Dans les premiers, il faut limiter la visibilité aux amis seulement et absolument aller regarder toutes les options des paramètres de confidentialité pour comprendre comment ça se passe. Si vraiment vous ne voulez pas être vus, utilisez un pseudo !

Ensuite, avant de poster un contenu, un statut ou encore une photo, prendre conscience que potentiellement cela pourra arriver dans les mains d’un recruteur. Si c’est ok, alors allez-y !

Troisièmement, se googler !! S’il existe des sites, blogs ou l’information n’est pas très avantageuse, il est possible de contacter les modérateurs pour essayer de faire retirer l’information (c’est le cas par exemple sur les forums, on a tendance à y poser des questions sans se soucier de son nom de profil qui va permettre à quiconque de nous retrouver – au passage, on ne poste jamais sur les forums avec son nom réel, mais avec un pseudo !!)

Et enfin, quatrièmement, si l’information n’est pas contrôlable, il reste la possibilité de créer des comptes sur les principaux réseaux sociaux professionnels ou non, afin de maitriser au moins les 10 premiers résultats sur les moteurs de recherche. Un recruteur va rarement au-delà…

A vous de jouer : Viadéo, Linkedin, Seecube, Facebook, Twitter, Flickr, Google+, Instagram, Pinterest, Dailymotion, Youtube… Et là c’est incroyable, c’est le réseau social qui vous sauve.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Cette très chère Ségolène Royal

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 13/06/2013 - 08:00
@ Karamba....
La pléthore de candidats est certes réelle. Pour recruter une assistante (on ne dit plus "secrétaire" !), je me souviens avoir reçu environ 220 à 230 candidatures. Aprés un premier "tamis", seule une petite dizaine correspondait à nos critères (pourtant clairement explicités dans les annonces passées). Convoquées : Six. Et le soir des entretiens nous avons retenu la DERNIERE reçue. Pas par défaut, non, mais parce que ce n'est qu'à sa rencontre que nous avons su qu'elle répondrait à nos attentes. C'était en fin 1994....elle est toujours en poste, mais à un plus haut niveau ! Alors oui, on a l'embarras du choix.....mais en théorie, parce qu'en réalité......! Et je ne suis pas sur que ça aille en s'arrangeant, hélas !!!
la saucisse intello
- 13/06/2013 - 07:50
Maintenant, attention.....
L'attitude que je décris ci-dessous ne se peut concevoir que chez un professionnel confirmé, aux références solides et vérifiables et qui détient une (ou plusieurs) expertise(s) recherchées. On n'arrive à ce "confort" qu'aux confins de la quarantaine (dans mon cas). Par contre il est appréciable de savoir que beaucoup de portes restent ouvertes et que pour vous la prostitution face au(x) "recruteur(s)" n'est pas de mise ! Pour les plus jeunes, juste ces modestes conseils : Soyez vous-même tout en en disant le moins possible. En un mot, ne coupez pas le bâton qui va vous battre ! Et souvenez-vous bien que malgré un chômage endémique, le choix n'est pas aussi ouvert que l'on pense. Le problème, c'est l'employeur qui l'a. Vous, vous êtes (peut-être) la solution. NOTA : J'ai AUSSI recruté beaucoup de gens et croyez-moi, c'est EXTREMEMENT difficile. Signé "votre saucisse".
la saucisse intello
- 13/06/2013 - 07:34
En quarante trois ans de carrière.....
j'ai passé un certain nombre d'entretiens. Dont certains d'ailleurs dans le seul but de re-évaluer régulièrement la valeur de mon parcours. Voici ce que j'ai fourni : C.V+liste de mes références professionnelles+présentation des originaux de mes diplômes (et copies au dossier). Et ça devait suffire pour se faire une religion. Je n'ai jamais vu AUCUNE raison d'en dire plus. Un éventuel employeur "achête" mon cursus professionnel, mon expérience et mes travaux. Il n'achête pas ma vie personnelle, mes loisirs, mes idées politiques ni le patrimoine familial ni les revenus de Madame ou mon opinion sur la peine de mort ou sur le mariage des tarlouzes. Et si ça ne suffisait pas......nous en restions là. Le travail ne m'a JAMAIS manqué et je puis attester qu'un mur en béton entre travail et vie privée n'est PAS un obstacle à une carrière (raisonnablement) réussie.