En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Visions critiques

Critiques intelligentes de la nouvelle finance

il y a 11 min 45 sec
décryptage > Défense
Manipulation ?

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

il y a 41 min 2 sec
décryptage > Economie
Mauvais résultats

Les mauvais chiffres de l’industrie réveillent les craintes sur la croissance allemande

il y a 56 min 30 sec
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

« Jamais autant de gens n’auront dû autant à si peu ! »

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Europe
L’Union fait les faibles

Meurtre de Daphné Caruana : Malte ou le révélateur d’une certaine faillite (morale) européenne

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Politique
Vers quelle direction ?

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

il y a 2 heures 7 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 17 heures 28 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 18 heures 48 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 20 heures 22 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Faits divers
Voulez-vous mourir comme lui ?

Yann-Arthus Bertrand prépare son décès ! Il a chez lui un "cercueil biodégradable". Son corps l'est également

il y a 36 min 52 sec
décryptage > Style de vie
Développement personnel

Et si les routines du matin n’étaient pas vraiment la recette pour une vie épanouie

il y a 46 min 21 sec
décryptage > Economie
Mauvaise idée ?

« Reprendre » la dette des hôpitaux, après celle de la SNCF, par l’État : c’est pour la faire… reprendre de plus belle ?

il y a 1 heure 2 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Faut-il avoir peur des applications que nous chargeons sur nos smartphones ?
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

il y a 1 heure 59 min
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 15 heures 43 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 18 heures 27 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 19 heures 52 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 20 heures 53 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 21 heures 40 min
© Reuters
Dans un mariage, l’amour n’est devenu prioritaire qu’au début du XXe siècle.
© Reuters
Dans un mariage, l’amour n’est devenu prioritaire qu’au début du XXe siècle.
Pour le pire ?

Le mariage d'amour a-t-il tué la société occidentale ?

Publié le 02 juin 2013
Alors que les tensions sur le mariage homosexuel commencent à peine à s'apaiser, ce dernier a remis en avant la dimension "amoureuse" de l'institution dans notre société. Au-delà de la question idéologique, le mariage d'amour a emporté avec lui bien plus qu'une tradition sociale.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli et Agnès Walch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les tensions sur le mariage homosexuel commencent à peine à s'apaiser, ce dernier a remis en avant la dimension "amoureuse" de l'institution dans notre société. Au-delà de la question idéologique, le mariage d'amour a emporté avec lui bien plus qu'une tradition sociale.

Atlantico : Le modèle du "mariage d'amour" s'est popularisé au début du XXème siècle pour finalement devenir la norme dans le monde occidental. Peut-on dire que cette notion a finalement fait éclater le rôle social "classique" des unions matrimoniales ? Quelles en ont été les conséquences sur la société occidentale ?

Michel Maffesoli : Dans les sociétés traditionnelles, le mariage avait effectivement pour fonction l’alliance entre des familles, voire des « gens » (famille élargie). C’est ce type d’alliance communautaire (qui avait pour fonction de conforter la communauté en nouant des alliances avec d’autres communautés) qui s’est peu à peu estompée avec l’avènement d’une société fondée sur le contrat social et sa déclinaison privée, le contrat de mariage entre deux individus. Fondé sur un échange patrimonial (bourgeoisie), il s’est finalement restreint au contrat familial entre deux personnes (amour reproducteur).

Agnès Walch : L’amour a toujours été une des composantes des mariages, mais l’amour n’est devenu prioritaire qu’au début du XXe siècle, fondant désormais le mariage exclusivement sur ce sentiment. En Occident, le mariage d’amour a fini par valoriser un modèle conjugal romantique et sexuel, qui est en passe de devenir mondial : il s’impose dans presque toutes les cultures et sur toute la planète. La notion d’amour a relégué au rang des accessoires les autres dimensions de la vie matrimoniale que sont l’alliance entre deux familles, la fécondité, la transmission du patrimoine, l’éducation des enfants, le partage du quotidien. Notre société vit au rythme des désirs et des affects individuels. C’est particulièrement sensible dans la vie intime. Les divorces font éclater les cellules familiales, entraînent des recompositions et imposent aux enfants des schémas de vie qui les privent d’un de leurs parents.

Le mariage était considéré autrefois comme l'union des intérêts de deux familles ou de deux individus. Qu'est devenu cette notion ? A t-elle totalement disparu ?

Michel Maffesoli : Il me semble effectivement qu’à voir ce qu’est devenu le mariage, c’est-à-dire essentiellement l’instant de la fête de mariage, il a perdu totalement sa fonction fondatrice d’une union et par là sa fonction sociale.

Agnès Walch : Depuis que les hommes se sont groupés en sociétés, ils ont été amenés à s’allier, à échanger du patrimoine génétique et financier, à s’épauler pour la vie quotidienne. Ces transferts sont passés par l’institution du mariage qui a la particularité d’unir à la fois deux personnes et deux groupes familiaux. On épouse certes un conjoint mais aussi ses parents, en espérant que l’alchimie se réalisera, permettant l’avènement d’une nouvelle cellule familiale. Il ne faut pas croire que parce que la décision de se marier ne regarde plus que les seuls conjoints, les problèmes d’insertion du couple dans l’espace familial plus large n’existent plus. Avec la crise économique, on demande beaucoup aux ascendants. Alors que par le passé les jeunes couples se mettaient au service des anciens, c’est l’inverse qui a lieu aujourd’hui.

En devenant une question de désir plus que de devoir social, le mariage moderne n'a t-il pas déresponsabilisé les adultes à travers le divorce et l’insouciance ?

Michel Maffesoli : Le mariage comme institution sociale fondatrice du lien sociétaire a subi comme les autres valeurs de la modernité (18ème-20ème siècle) un phénomène de saturation. En accentuant de plus en plus l’individualisme (le désir par rapport au devoir, c’est-à-dire le bien collectif), le mariage moderne en est arrivé à perdre son rôle social. Les individus ne se sentent plus engagés qu’envers eux-mêmes et dès lors cet engagement est éminemment obsolète.

Agnès Walch : Le mariage, c’est avant tout la fête, un jour mémorable pour deux héros qui officialisent leur amour. Mais l’institution proprement dite a perdu du sens. Pour preuve, des mairies invitent les futurs époux à suivre des préparations laïques. Pourtant, les obligations de fidélité, d’assistance et d’éducation des enfants restent inscrits dans la loi. L’évolution contemporaine donne aux désirs individuels le pouvoir d’effacer les contraintes sociales. Elle déresponsabilise les adultes. Beaucoup divorcent ou éprouvent une crise d’autorité vis-à-vis de leurs enfants.

Doit-on parler d'un modèle en crise ou s'agit-il d'une recomposition ?

Michel Maffesoli : « Crisis », c’est-à-dire jugement de ce qui est en train de naître sur ce qui est en train de cesser. Le mariage est effectivement une institution en désuétude, en témoigne d’ailleurs l’extension ridicule (mariage pour tous) de ce qui est devenu non plus une institution sociale, mais un droit individuel, à toute forme d’alliance entre deux personnes. La revendication de ce droit identitaire est un indice fort non seulement de la fragilité du contrat (de social il est devenu interindividuel), mais aussi de celle de la revendication identitaire et d’ailleurs de la monogamie. Au-delà du dernier feu d’artifice qu’ont constitué les manifestations un peu hystériques autour du mariage pour tous, il est clair que de nouvelles formes de lien entre les personnes et de lien social émergent.

Agnès Walch : Il n’existe pas de véritables alternatives. Le mariage reste la forme de vie conjugale majoritaire. Pourtant, un large choix d’options sont désormais possibles. La critique du « mariage bourgeois » dans les années 1970 a conduit à l’émergence de l’union libre et du concubinage. Depuis 1999, le pacs, offre un compromis d’engagement. Il est possible, et c’est la grande nouveauté de ces quarante dernières années, de passer d’un statut à l’autre au cours de son existence et avec des personnes différentes. Les divergences entre les statuts s’affaiblissent du fait du législateur qui tend à les faire converger en prenant comme base les droits du mariage. On aspire à profiter des avantages matrimoniaux en termes de protection juridique, d’avantages fiscaux, d’autorité parentale et de simplification des démarches administratives, mais on en refuse les contraintes. On veut être mariés tout en ne l’étant pas… Ainsi on refuse le mariage car le divorce, une éventualité, est long et coûteux. Mais quand survient la séparation, on finit par recourir à la justice, dans des conditions rendues plus incertaines par l’absence de cadre défini. On refuse le mariage, mais on court chercher un certificat de concubinage.

La question du mariage comme pilier de la société fait débat dans l'actualité. Peut-on dire que l'état de cette institution ait des conséquences directes sur le fonctionnement de l'ensemble du corps social ?

Michel Maffesoli : La société postmoderne au contraire de la société moderne voit l’émergence de multiples liens tribaux, communautaires au détriment du contrat social et interindividuel. C’est ce changement de valeurs qui rend obsolète le mariage comme institution de base, c’est pour cela que le mariage pour tous était une revendication retardataire. Sous un aspect faussement progressiste, c’est l’expression d’une crispation régressive.

Ce qu’on nomme la crise n’est pas tellement un phénomène économique, mais un profond bouleversement des valeurs et des comportements. De nouvelles formes de régulation des rapports entre les personnes, des histoires d’amour, des émotions collectives émergent peu à peu. On ne peut pas dire quelles seront les formes instituées de la parentalité, de l’amour, de l’amitié ni des différentes formes de commerce (commerce des biens, des mots, du sexe). Ce qui est certain c’est que la fin d’une forme instituée (le mariage monogame) ne signifie pas la fin du lien social, car la fin d’un monde n’est pas la fin du monde.

Agnès Walch : L’institution était autrefois considérée comme « cellule de base de la société ». Se marier était une étape essentielle de l’existence. Désormais, le mariage n’est plus une obligation pour personne et l’amour n’est plus suffisant pour se marier. D’autres raisons interviennent, comme la naissance d’enfants (si la moitié des enfants naît hors mariage, ils vivent majoritairement dans des familles constituées par des couples mariés), le désir de reconnaissance sociale, le besoin de trouver une stabilité financière. Les anciens critères resurgissent donc à la faveur de ces changements sociétaux. Face à l’individualisme qui fragmente la société, le mariage resserre les liens entre les personnes et impose le respect de règles édictées de plus haut, par l’Etat, au non du bien collectif. Le mariage donne de la lisibilité au corps social et apprend la citoyenneté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Bacchus
- 03/06/2013 - 15:15
Le mariage ou la famille ?
Il me semble que les auteurs ne distinguent pas assez mariage et famille. La famille pouvant exister de nos jours hors mariage et après divorce (maintien du lien entre ex-époux, familles "recomposées"). Or c'est bien elle qui joue un rôle majeur notamment dans l'éducation des enfants. Ou la mise en place de liens de solidarités.
Le gorille
- 03/06/2013 - 03:41
Oui, Minico
Vous avez aussi raison de présenter l'affirmation à l'envers : la société a tué le mariage.
C'est absolument vrai, il apparaît une volonté de longue haleine, mais aucun nom ne peut être cité. C'est sous-jacent.
Mais les personnes doivent aussi garder leur jugement, et ne pas se laisser mener : ils doivent exercer leur responsabilité.
Individus et société, aujourd'hui, participent de la volonté d'assassinat du mariage, mais celui-ci renaîtra, reprendra sa force : la survie de la société, de notre société en dépend.
Le gorille
- 03/06/2013 - 03:06
Le mariage par amour n'a pas tué la société
Non, Atlantico, le mariage par amour n'a pas tué la société.
Vos questions, malheureusement dirigées, appellent la réponse défaitiste de l'article.
La situation actuelle résulte aussi de nombreuses attaques : l'égo sur un piédestal, la consommation-religion, la fidélité dévalorisée en ringardise. Mentionnons le travail des épouses, qui offre l'indépendance, et la soif de reconnaissance d'égalité au sein du ménage. Le défaut d'engagement personnel et l'affaiblissement de la société sont en résonnance...
Sans ou plutôt par refus des références, la société accompagne et accélère cette déliquescence : acceptation administrative de l'Union libre, délivrance indue de certificats de concubinage, Pacs, MPT, et aussi toutes les spoliations fiscales du patrimoine héritage.
En pratique, le mariage reste une cellule de base de la société, l'amour ne la détruit pas, et contribuera à la sauver... si l'on cesse de vouloir la détruire !
Cela nécessite un effort individuel et la prise de conscience de la société pour contrecarrer et éliminer ces paramètres extérieurs qui agissent par contrecoup sur l'institution du mariage.