En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 19 heures 53 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 20 heures 20 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 20 heures 27 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 21 heures 11 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 13 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 17 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 18 heures 29 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 19 heures 40 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 20 heures 28 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 20 heures 58 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 13 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 17 heures
© Reuters
"Une certaine mixité sociale est à l’œuvre et n’est pas le fait des politiques"
© Reuters
"Une certaine mixité sociale est à l’œuvre et n’est pas le fait des politiques"
Tous au Balajo !

Et pendant que l'UMP s'écharpe et que le PS se félicite de son bilan... y a-t-il encore un Paris pour Parisiens normaux ?

Publié le 02 juin 2013
Guerres fratricides à droite et autosatisfaction à gauche, les différents prétendants à la Mairie de Paris s'attribuent une considération de façade des quartiers populaires. Restent les questions de la pertinence de ce mot, de la définition qu'il a pris aujourd'hui et sa présence géographique si elle existe encore.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yankel Fijalkow et Claude Dubois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guerres fratricides à droite et autosatisfaction à gauche, les différents prétendants à la Mairie de Paris s'attribuent une considération de façade des quartiers populaires. Restent les questions de la pertinence de ce mot, de la définition qu'il a pris aujourd'hui et sa présence géographique si elle existe encore.

Atlantico : Guerres fratricides à droite et autosatisfaction à gauche, la course à la Mairie de Paris semble bien peu se préoccuper vraiment des quartiers populaires de la capitale. Peut-on dire que ces fameux quartiers que furent Belleville, Mouton Duvernet, Ménilmontant ou "La Mouffe" soient toujours "populaires" dans leur composition ? Comment pourrait-on les définir aujourd'hui ?

Yankel Fjalkow : Le mot « populaire » est ambigu car il désigne à la fois une composition sociale et une ambiance.  S’il exprime la part d’ouvriers dans la capitale celle-ci a considérablement chuté à Paris ainsi que dans les arrondissements du Nord et de l’Est. C’est un phénomène général en France qui se traduit plus fortement dans la capitale. Pour autant, Paris contient encore des populations ayant un faible niveau de revenu. Ainsi l’écart de revenu entre les populations s’est considérablement accru même dans les quartiers dits populaires. Dans les lieux mythiques, l’écart entre les revenus les plus faibles et les plus élevés à même tendance à augmenter. Une certaine mixité sociale est à l’œuvre qui n’est pas le fait des politiques mais de la rencontre entre les lois du marché et la structuration du parc immobilier. Mais elle n’est pas forcément tranquille et harmonieuse. Ces quartiers ont donc encore une ambiance populaire dans le sens où l’espace public, les commerces, les marchés, sont accessibles aux pauvres. Mais le fossé se creuse avec l’espace résidentiel qui est chèrement payé.

Claude Dubois : Ces quartiers ne sont plus populaires du tout. J’en veux pour meilleur exemple l’année 2005 et le référendum pour la Constitution européenne. La France dans son ensemble a voté « non », s’opposant ainsi à l’adoption de ce texte dans sa forme actuelle alors que les 20 arrondissements de Paris ont tous voté « oui ». A l’époque, les journalistes ont parlé de climat révolutionnaire, de déconnexion, mais on attend toujours pour la révolution.

Dans mon livre Ça c’est Paris, j’avais dit que si nous étions en situation révolutionnaire, Paris serait aujourd’hui le Versailles d’hier, or à l’époque Paris s’opposait à Versailles, et la Commune témoigne bien de ce que fut Paris et ce qu’il n’est plus. Qui plus est, on trouvait dans ce « oui » parisien la droite et la gauche, seuls les extrêmes ont voté contre. Comme l’a dit un grand homme, feu Louis Chevalier, historien et professeur au Collège de France, l’assassinat de Paris ne fut autre que le déplacement des Halles vers Rungis, et toutes les conséquences qui en ont découlé. De cet événement, Paris s’est embelli, le visibilité et la mise en valeur du patrimoine ont été renforcées entraînant des destructions et des reconstructions et surtout expropriant et expatriant les populaires en dehors des frontières de la ville.  

Il y a deux nouveaux "populaire" à Paris, les bobos, qui « votent dans le bon sens »  mais dont le discours ne correspond pas à leur style de vie bourgeois, technologique et pleine de gadgets. De l’autre côté, la nouvelle couche populaire de Paris est constituée par les populations immigrées ou d’origine étrangère, en tout cas sur le plan économique et social. A la différence des premières générations d’arrivant, parmi lesquels j’avais de nombreux amis, qui finissait par prendre l’accent parisien, de ces couches s’est créée une forme de nouvel argot qui s’est répandue dans toutes les couches parisiennes, bien loin du langage des argotiers. Ainsi, il y a une forme de « populaire » mais qui ne correspond plus à ce que l’on appelait « le Paris populaire ».

Quels sont encore les derniers espaces réellement populaires s'il en existe ?

Yankel Fjalkow : L’expression « réellement populaire » m’est un peu étrangère car elle fait référence à la nostalgie, à l’authenticité du « peuple », que l’on trouve plus souvent dans les vieux films sur Paris que dans la réalité sociale d’aujourd’hui. Ceci dit, il existe à Paris des fractures sociales fortes c’est-à-dire des îlots composés essentiellement de très bas revenus qui vivent dans du logement social ou dans des logements très dégradés. Ils sont peu nombreux, spatialement réduits et situés au nord et à l’est de la capitale. Ces espaces et ces populations sont des enjeux importants pour la ville de paris.

Claude Dubois : Je pense qu’il n’y en a plus, plus aucune enclave géographique clairement définies en tout cas. Au-delà de quelques bistrots avec des patrons marrants et des gens qui font le spectacle, ce Paris-là n’existe plus. On ne voit plus les petits commerçants de quartiers qui allaient prendre l’apéritif ensemble, jouer aux cartes après le boulot etc. Le langage, l’argot sauvage des films à la Gabin qui s’entendait partout a disparu. Pendant 18 ans, j’ai eu une chronique au Figaroscope, Claude Dubois le titi, et dans ces papiers, en totale liberté, je dénonçais la colonisation des bobos.  

Ce qui est intéressant c’est qu’on a voulu créé ces nouveaux quartiers bourgeois du côté des Halles, notamment en y ouvrant un café Coste. Cependant, le fait de choisir ce même endroit pour y faire arriver de nombreux RER  n’a pas permis que les populations bourgeoises s’y sentent à l’aise, elles se sont alors déplacées vers le quartier de la Bastille puis Ménilmontant, la rue d’Oberkampf et ainsi de suite. Enfin, sous Jacques Chirac, il y a eu ce que l’on appelait le « rééquilibrage de l’Est parisien » qui a également embourgeoisé toute une série de zones dont celle désormais très appréciée du canal Saint-Martin.

La "gentrification" de la capitale n'est-elle pas en train de s'étendre aussi à la proche banlieue ?

Yankel Fjalkow : Le terme de gentrification est trop souvent galvaudé. Il suppose que tout Paris est conquis par une catégorie sociale, sociologiquement mal définie : la « gentry ». En fait, le processus n’est pas univoque, il y a des quartiers où le processus est considérablement ralenti voire freiné tant par les populations qui cherchent à se maintenir que par la construction de logements sociaux. La proche banlieue que vous citez s’est considérablement recomposée sociologiquement ces dernières années, mais le début de gentrification à laquelle on assiste est surtout le fait de couches moyennes qui n’arrivent plus à se loger dans Paris. Mais le problème est alors celui des couches les plus pauvres qui vivent dans de l’habitat privé inconfortable et qui voient celui-ci se réhabiliter. Le marché de logement qui leur est accessible se réduit. Soit ils acceptent de plus mauvaises conditions de logement pour se maintenir en zone centrale, soit ils partent plus loin.

Claude Dubois : La gentrification de la banlieue est un phénomène clair, bien que ce ne soit pas mon domaine de connaissances géographiques, je crois que les prix plus bas, les anciens ateliers qui se transforment en loft, ont permis de conserver un peu de populaire qui attire d’autant plus les nouveaux bourgeois. C’est aussi le désamour de Paris en tant que tel qui a provoqué ce phénomène en y poussant un profil sociologique de bobos à s’en éloigner pour les raisons pour lesquelles ils voulaient y vivre. Il y a donc peut-être paradoxalement plus de restes de la culture populaire mais pas tout à fait celle du Paris qui en est la source initiale.

Ce phénomène s'explique t-il par la seule montée des prix immobiliers ?

Yankel Fjalkow : Non, il y a aussi pour ces couches moyennes une certaine appétence culturelle, un gout d’histoire, une recherche de l’authenticité du « peuple » (nous y revoilà !) et de l’exotisme, qui les attire dans ces endroits. Mais il y a aussi la recherche de la localisation en zone centrale à proximité des moyens de transports, des lycées prestigieux, des lieux culturels. Aujourd’hui, le logement est devenu, aux yeux des individus, un outil de production de soi. La localisation conditionne et symbolise le succès scolaire, l’accès à l’emploi voire les liens affectifs. Les couches moyennes qui sont sous l’emprise de cette attraction centrifuge vont jusqu’à la première couronne. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PIF31
- 04/06/2013 - 09:00
Paris bradé
Tout dépend l'age qu'on a . Les anciens vous dirons qu'on a bradé Paris . Des quartier entier vendus à des émirs ; d'autres investis par une immigration abusive et conquérante .
Pour les plus jeunes évidement , ils s'en accommode et bien qu'ils trouvent certains quartiers difficiles à vivre , ils pense que c'est une évolution normal .
Cela dit je pense que Paris comme l'ensemble du Pays , perd de son identité à cause de Pollitiques irresponsables .
ANOUSHKA35
- 02/06/2013 - 19:58
BOBOS CASSE TOUT
Si les ouvriers parisiens avaient des lieux bien précis pour habiter, aujourd'hui ils sont virés de plus en plus loin de la capitale, pour satisfaire la bonne conscience des bobs parisiens. En effet ils se donnent l'impression de participer à l'émancipation des ces quartiers, mais en fait ils pourrissent l'ambiance. C'est un peu ambivalent dans le sens où les quartiers on perdu leur âme au profit des monuments historiques. Mais va-t-on habiter dans un monument dit historique, alors que au départ, il servait d'habitat ou de lieux de travails aux petits revenus parisiens.
Stef41
- 02/06/2013 - 19:32
Parisien, j'ai quitté Paris...
Qui est devenu une sorte de Lunapark pour touristes. Il y a 30/35 ans Paris rive gauche était un quartier "populaire". L'attirance de Jean Sol Parte et des cafés "branchés" a fait basculer ce quartier dans un étalage de luxe, et comme les riches étrangers considèrent que cela fait bien d'avoir un pieds à terre dans ce quartier, les prix sont devenus délirants parce que callés sur un marché international.
On se retrouve donc avec une partie de Paris qui relève du monde des affaires ou de la jet set, et des familles qui ne peuvent plus se loger, qui se sont exilées en banlieue plus ou moins proche.
Le problème, c'est que les entreprises font pareil et il est à craindre que cette ville se transforme en musée, comme Venise.
Un musée que l'on visiterait en vélo....
L'idée du Grand Paris était excellente, dommage qu'elle ne se concrétise pas.