En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 3 heures 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 6 heures 3 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 7 heures 34 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 10 heures 11 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 10 heures 59 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 38 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 10 heures 42 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 13 heures 41 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 14 heures 23 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 17 heures 20 min
© YouTube
"Dans notre hâte à punir, nous oublions que la discipline ne vaut que dans la mesure où l’enfant en tire des leçons."
© YouTube
"Dans notre hâte à punir, nous oublions que la discipline ne vaut que dans la mesure où l’enfant en tire des leçons."
Bonnes feuilles

Repenser la discipline : jouez avec votre enfant plutôt que de le gronder

Publié le 02 juin 2013
Vous ne savez plus comment faire pour obtenir de votre enfant ce que vous lui demandez ? Le Dr Lawrence Cohen vous propose une approche originale : le jeu. Extrait de "Qui veut jouer avec moi ? " (2/2).
Le Dr. Lawrence Cohen est un psychologue américain, spécialiste du jeu des enfants et des thérapies par le jeu. Il tient une chronique dans le Boston Globe et anime des ateliers de parentage ludique pour parents, enseignants et professionnels de l’enfance.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lawrence Cohen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr. Lawrence Cohen est un psychologue américain, spécialiste du jeu des enfants et des thérapies par le jeu. Il tient une chronique dans le Boston Globe et anime des ateliers de parentage ludique pour parents, enseignants et professionnels de l’enfance.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vous ne savez plus comment faire pour obtenir de votre enfant ce que vous lui demandez ? Le Dr Lawrence Cohen vous propose une approche originale : le jeu. Extrait de "Qui veut jouer avec moi ? " (2/2).

Beaucoup de parents ne considèrent pas l’humour comme une facette de la discipline, qui doit selon eux rester d’un sérieux mortel. C’est un tort : il est toujours bon de jouer ! Mon ami Roger m’a raconté qu’il visitait un site historique avec ses enfants, quand survint une averse. Sa famille et quelques autres se retrouvèrent dans une vieille grange, sans rien à faire. Quelques enfants, commençant à s’ennuyer, arrachèrent le plâtre des murs. Leurs parents les disputèrent, furieux, et les menacèrent. Roger se rendit compte que sans télé ni jouets, ces enfants n’étaient capables que de se plaindre et de faire des bêtises ; et leurs parents, de leur crier dessus, les menacer et les punir. Roger proposa un jeu à ses enfants : deviner le nom d’un animal à l’aide d’une vingtaine de questions. Bientôt, tout le monde y participa dans la joie et la bonne humeur. Les enfants avaient simplement besoin de jouer.

Vos enfants engagent avec vous un bras de fer à propos de l’heure du coucher ? Pourquoi ne pas en faire un jeu ! Le dessert devient l’objet d’une dispute ? Pourquoi ne pas jouer au dîner ! Peu importe que vous campiez une marâtre qui prive son enfant de dessert ou une maman trop gentille qui présente de la glace en tant que plat principal. Tant que cela provoque le rire ! Votre enfant vous tient tête ? Et si vous animiez deux poupées, dont l’une ne laisse jamais le dernier mot à l’autre ? Cela vous amusera de mimer son comportement agaçant et d’imaginer des reparties bien senties. Pour sa part, il en raffolera et en redemandera. Au cas où vous peineriez à imposer des règles, il suffira d’en inventer une qui vous importe peu et de jouer à la transgresser et punir. Au lieu de répéter pour la énième fois : « Il faut que tu t’habilles, maintenant », pourquoi ne pas lancer : « Il n’y a qu’une seule chose que je t’impose : interdiction de porter une chaussure rouge avec une noire ! » Je vous garantis que vous n’inciterez pas votre enfant à bafouer les règles auxquelles vous tenez, mais à se montrer au contraire plus coopératif.

Souvent, les enfants n’ont pas besoin d’un jeu spécifique, seulement de jouer plus. Un grand nombre de ce qu’on qualifie de problèmes de comportement se résoudraient du jour au lendemain si tous les enfants disposaient d’un endroit où s’ébattre à l’abri du danger jusqu’à ce qu’ils tombent de fatigue. Je ne comprends pas qu’à l’école, on prive de récréation certains élèves, surtout des garçons, en guise de punition. S’ils ne parviennent déjà pas à se tenir tranquilles avec une récré, je ne vois pas comment ils y arriveraient, sans ce qui reste leur seule occasion de relâcher la soupape.

Un ton empreint d’humour aide à éviter à la discipline de tomber dans le travers de la sévérité. La remarque vaut surtout pour les garçons, plus susceptibles d’écoper de punitions particulièrement dures 3. L’autre jour, j’ai été témoin d’un échange entre un père et son fils au supermarché. Le garçon furetait partout, ce qui agaçait son père. Au moment de passer à la caisse, il fit mine de déposer sur le tapis une sucrerie. « Remets-la où tu l’as prise. Tu n’en auras pas », lui asséna son père. Le garçon baissa la tête et obéit, dépité. Son père se radoucit : « Bien joué, cela dit. » Un sourire radieux éclaira le visage du petit. « Hé ! Ça te dirait que je te confie ma monnaie ? » lui proposa son père. À ces mots, l’enfant se mit à rayonner.

Non content de revenir sur sa première impulsion – disputer son fils – le père redoubla d’efficacité en se rapprochant de lui avec humour : en le félicitant de sa tentative de le berner, lui. Il comprit ensuite ce qu’il fallait au garçon et qu’il désirait d’ailleurs : de l’autonomie, quelque chose auquel il pourrait se raccrocher. Il lui confia donc la mission de veiller sur son porte-monnaie, ce qui lui donna un sentiment flatteur d’importance : il sortit du supermarché la tête haute, fier de lui. S’il avait écopé d’une réprimande, il se serait en revanche senti humilié, incompris, coupable de désirer ce qu’il ne pouvait pas avoir, ou frustré de ne pas l’obtenir.

L’incident m’a rappelé mon approche ludique favorite de la discipline. J’aime lancer ce qui ressemble à des menaces mais n’a pas vraiment de sens : « Si tu recommences, je vais chanter l’hymne national. » Une autre stratégie visant à relâcher la tension consiste à feindre la colère : nous évacuons ainsi une partie de notre contrariété, sans que l’enfant en souffre. À vrai dire, vous constaterez que les principes du parentage ludique – se mettre à la portée de l’enfant, établir un lien avec lui, jouer à la bagarre, lui laisser l’initiative, rester à l’écoute et s’amuser – permettent à la fois d’éviter et de gérer les conflits familiaux. Il est bon d’opter pour une réaction différente de celle qui vous vient d’habitude : « Tu as encore renversé le lait ? Il va falloir que j’exécute ma danse du lait renversé. »

Dans notre hâte à punir, nous oublions que la discipline ne vaut que dans la mesure où l’enfant en tire des leçons. Vous rappelez-vous que laisser tomber de la nourriture du haut de sa chaise est un moyen pour un nourrisson de découvrir le principe de la gravité ? Nous n’avons aucune raison de réprimander ses premières expériences scientifiques. Un peu plus âgés, les enfants aiment explorer la différence entre renverser quelque chose (ou heurter quelqu’un) déli- bérément ou par accident. Ils ne se doutent même pas qu’ils se comportent en philosophes ou en scienti- fiques réfléchissant au libre arbitre et au détermi- nisme, aux causes et aux effets. Ce qui arrive survient-il par hasard ou parce que j’ai fait ce qu’il fallait pour ? Si je pousse Murray sur Carole, c’est moi qui ai fait mal à Carole ou Murray ? Comme pour tout le reste, les enfants apprennent par le jeu. J’aime les y aider en prenant leur main pour gifler (genti- ment) quelqu’un tout en disant : « Ne le frappe pas ! Ce n’est pas gentil. » À ces mots, un enfant qui commence à peine à manier ces concepts complexes éclatera de rire. Punir un enfant en considérant qu’il a délibérément mal agi, alors qu’il ne maîtrise pas encore la notion de volonté propre, ne l’aidera pas à comprendre. J’ai vu de nombreux enfants répéter « Je ne l’ai pas fait exprès, c’était un accident, je suis désolé » comme une formule magique à même de leur éviter les punitions. Il faut dire que les adultes leur donnent le mauvais exemple. Malgré tout, un enfant qui en bouscule sans arrêt d’autres par mala- dresse pose un problème. Qu’est-ce qui est pire ? Faire quelque chose exprès, s’en vouloir et présenter des excuses ou agir par mégarde et s’en ficher ?

À mon sens, les parents renoncent à l’humour et au jeu dans les situations critiques, de crainte d’encourager une mauvaise attitude. Je dois rester sévère et glacial pour qu’il comprenne qu’il a mal agi. Mais l’humour ne constitue pas une récompense. Il restaure en revanche l’élément manquant : le lien dont la rupture a justement causé le problème. Cela vaut la peine de courir le risque d’user d’un peu d’humour : vos valeurs seront mieux retenues et vous obtiendrez bien davantage de coopération et de respect des règles qu’en étant sévère.

 Extrait de "Qui veut jouer avec moi" (JC Lattès éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
géodith
- 02/06/2013 - 11:45
Non !
je suis parent, pas copain de jeu !
Ravidelacreche
- 02/06/2013 - 11:14
jouez avec votre enfant plutôt que de le gronder
C'est bien vrai ! Je l'ai aidé à enterrer sa grand mère au lieu de le punir.