En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 12 min 35 sec
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 2 heures 20 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 2 heures 41 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 3 heures 15 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 20 heures 4 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 36 min 36 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 1 heure 51 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 2 heures 14 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 2 heures 49 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 3 heures 15 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 19 heures 32 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 20 heures 27 min
Radio Paris

A quoi sert France 24 ?

Publié le 12 avril 2011
Alors que la fusion de France 24 et de RFI sera lancée cette semaine lors d'un nouveau conseil d'administration de l'audiovisuel - comme l'a confirmé mercredi dernier François Fillon - Yves Doutriaux, conseiller d'Etat, ancien ambassadeur auprès de grandes institutions internationales et ancien porte-parole du Quai d'Orsay revient pour Atlantico sur les débuts difficiles, les luttes intestines et les perspectives d'avenir de la chaîne internationale d'information francophone.
Yves Doutriaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Doutriaux est conseiller d’Etat et professeur associé à l’Université Paris I.Il a rédigé plusieurs ouvrages sur les institutions européennes comme La diplomatie : les dessous des relations entre Etats (Editions Autrement, 2008) ou Euro gouvernance ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la fusion de France 24 et de RFI sera lancée cette semaine lors d'un nouveau conseil d'administration de l'audiovisuel - comme l'a confirmé mercredi dernier François Fillon - Yves Doutriaux, conseiller d'Etat, ancien ambassadeur auprès de grandes institutions internationales et ancien porte-parole du Quai d'Orsay revient pour Atlantico sur les débuts difficiles, les luttes intestines et les perspectives d'avenir de la chaîne internationale d'information francophone.

La picrocholine guerre des chefs à France 24 entre Alain de Pouzilhac et son adjointe Christine Ockrent - dont la nomination en 2008 avait conduit son mari Bernard Kouchner, au grand dam des diplomates, à retirer au Quai d’Orsay sa tutelle sur l’audiovisuel extérieur au prétexte d’éviter tout conflit d’intérêt - aura au moins eu le mérite d’attirer les projecteurs en France sur le développement dans le monde de la chaîne française d’information continue. Sous l’impulsion obstinée de Jacques Chirac, France 24 a été lancée, en décembre 2006, par Internet, le câble et le satellite en français et en anglais puis, depuis 2007, en arabe, d’abord en France, en Europe, dans les pays arabes, en Afrique, New-York et Washington.

Un accouchement dans la douleur

Depuis les années 1980, on ne comptait plus les rapports parlementaires et gouvernementaux regrettant l’absence d’une CNN ou d’une BBC « à la française » diffusant, dans les langues les plus parlées, « un regard français sur le monde ». Ainsi en 2003, CNN et BBC s’étaient gardées de diffuser les applaudissements au Conseil de sécurité de l’ONU approuvant le discours de Villepin hostile à l’intervention américaine en Iraq. Il y allait de l’influence française alors que la langue de Molière est proportionnellement moins parlée et que le réseau des instituts culturels français manque cruellement de moyens.

Certes, le paysage audiovisuel extérieur français (le « PAEF » pour les jargonnants) ne manquait pas d’acteurs : Radio France International, la télévision francophone TV5, patchwork entre la France, le Québec, la Belgique et la Suisse dont la plupart des émissions restent issues des télévisions publiques de ces pays, la chaîne franco-allemande ARTE, Euronews, financée par des télévisions publiques de plusieurs pays européens…

Paris avait vainement imaginé le regroupement de ces chaînes et de leurs budgets fractionnés afin de mettre sur la table les centaines de millions d’euros indispensables pour lancer et faire fonctionner un service continu mondial multilingue d’informations télévisées concurrençant les autres grands réseaux. Les autres pays francophones s’étaient insurgés contre cette velléité ; ARTE a fait valoir sa spécificité ; quant à Euronews, la France, qui n’y est que minoritaire, ne pouvait y faire la loi d’autant moins que près de 30 % de son capital appartient désormais à des médias turc et russe. Nécessairement un nouveau média devait être créé ex nihilo ; mais, à peine lancée en 2006 en partenariat public/privé improbable entre les frères ennemis TF1 et France télévisions imposé par Jacques Chirac, France 24, par décision de Nicolas Sarkozy, est devenue en 2008 une entité propre, propriété à 100% de l’Etat dans le cadre d’une holding « audiovisuel extérieur de la France », possédant également RFI et 49% de TV5 Monde.

France 24 à la conquête du monde

Partie de rien, France 24 affiche aujourd’hui nécessairement une forte croissance de sa notoriété et de son audience : elle serait la chaîne internationale leader en Afrique francophone mais reste fatalement loin derrière CNN, Euronews et BBC en Europe ; au Maghreb, où elle devance CNN et BBC, elle cherche à concurrencer Al Jazeera. Au Moyen-Orient, la diffusion 24/24 en arabe depuis octobre 2010 devrait augmenter son audience. Son site Internet, dont le tiers du trafic viendrait des Etats-Unis, se situerait en 3ème position derrière ceux de CNN International et BBC World. La chaîne s’enorgueillit du recours aux moyens de diffusion les plus branchés : Internet interactif, site participatif « les observateurs » qui permet aux internautes témoins d’événements de publier leurs témoignages, version iPhone…

L’obstination de Jacques Chirac semble avoir abouti à de premiers résultats ; mais dans l’immédiat mieux vaut, comme le clame Frédéric Mitterrand, « siffler la fin de la récréation » dans cette absurde guerre entre les chefs de France 24 dont se gaussent ses grands concurrents étrangers. Tandis que la Chine développe la CCTV diffusée en 5 langues et ses instituts Confucius, « le succès diplomatique » dépend, selon Joseph Nye, le concepteur du soft power, « non seulement de quelle armée gagne mais aussi de quelles informations gagnent » : à condition que France 24 maintienne une ligne indépendante à l’instar de la BBC, sans langue de bois version CCTV, et dispose des moyens lui permettant de poursuivre son implantation vers l’Amérique latine et l’Asie et de fidéliser des journalistes de qualité, ce qui reste un défi.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fketch
- 13/04/2011 - 08:51
F24 est inutile
Malgré les effets d'annonce très appuyés de sa direction, France 24 a peu d'audience, et son utilité est très contestable. Venant s'ajouter à un nombre de télévisions "extérieures" déjà nombreuses et performantes (TV5, Euronews, CFI, France Ô...), la petite "CNN à la française" a tout, pour le moment, du caprice politique mal étudié et bâclé. Et bien loin de l'expertise reconnue de RFI.
Philippe
- 12/04/2011 - 11:29
Très bonne chaine
Nonobstant un titre sans rapport avec le contenu de l'article, je ne peux qu'approuver. F24 est une bonne chaine et le contenu en français et anglais (je ne parle pas l'arabe) est de très bon niveau. Je regarde plus volontiers cette chaine que les "concurrentes" franco-françaises qui se concentrent surtout sur les chiens écrasés.
NOVY12
- 12/04/2011 - 09:10
France 24 est une bonne chaîne d'infos...
où les journalistes se contentent de délivrer de l'info et non de faire du militantisme comme sur les chaînes Franco Françaises !!