En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Une nouvelle ligne de fret ferroviaire inaugurée entre la ville chinoise de Chengdu et la ville polonaise de Lodz permet de relier en 12 jours les 10 000 km qui séparent les deux villes.
Tchou-tchou

Le rail est-il l'avenir du commerce international ?

Publié le 12 juin 2013
La Chine et la Pologne ont inauguré une nouvelle ligne de transport de marchandise de fret. Le train est présenté comme plus rapide et moins coûteux. Le rail est-il l'avenir du commerce international ?
Alain Bonnafous est Professeur Emérite de l’Université de Lyon et chercheur au Laboratoire d’Economie des Transports dont il a été le premier directeur. Auteur de nombreuses publications, il a été lauréat du « Jules Dupuit Award » de la World Conference...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bonnafous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bonnafous est Professeur Emérite de l’Université de Lyon et chercheur au Laboratoire d’Economie des Transports dont il a été le premier directeur. Auteur de nombreuses publications, il a été lauréat du « Jules Dupuit Award » de la World Conference...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine et la Pologne ont inauguré une nouvelle ligne de transport de marchandise de fret. Le train est présenté comme plus rapide et moins coûteux. Le rail est-il l'avenir du commerce international ?

Atlantico : Mardi une nouvelle ligne de fret ferroviaire a été inaugurée entre la ville chinoise de Chengdu et la ville polonaise de Lodz. Cette ligne permet de relier en 12 jours les 10 000 km qui séparent les deux villes. Ce moyen est plus rapide que le bateau et moins cher que l'avion. Dans le contexte actuel, le train peut-il se positionner comme un investissement d'avenir dans le domaine du commerce international ?

Alain Bonnafous : La solution ferroviaire est dans ce cas la meilleure car, aux extrémités, les deux villes sont continentales. L'autre solution impliquerait deux transports terminaux de Chengdu à Shanghai ou Hong Kong et de Gdansk à Lotz, donc deux ruptures de charge supplémentaires et un transport maritime de plus de deux semaines. Les opérateurs ont simplement observé que dans ce cas, le prix total pouvait être avantageux pour le rail et qu'une bonne semaine était gagnée sur la durée.

Le fret ferroviaire est-il, aujourd'hui, la meilleure équation entre le coût, l'impact écologique et le temps de transport ?

Concernant l'arbitrage coût-temps de transport, on doit évidemment distinguer les biens qu'il s'agit de transporter. Pour des pondéreux, on recherche des solutions pour lesquelles la tonne-kilomètre n'est pas coûteuse mais la vitesse n'est pas déterminante. Au contraire, pour des expéditions à forte valeur ajoutée incorporée, il vaut mieux aller vite et payer un peu plus cher le transport. De plus, pour chaque type de marchandises, ce n'est pas la même chose entre Chengdu et Lotz qu'entre Marseille et Ais en Provence : il y a autant de réponses que de couples origine-destination. Ces réponses dépendent de ce que les réseaux et les opérateurs peuvent offrir aux chargeurs. Ceux-ci choisissent en faisant un arbitrage sur le couple prix-vitesse ou, plus généralement, sur le couple prix-qualité de service.

Quels sont les avantages et les inconvénients liés à ce moyen de transport de marchandises ? A quel type de marchandise est-il plus adapté ?

Le ferroviaire ne fait pas du porte à porte contrairement au routier. Il en résulte qu'il présente peu d'intérêt pour les transports courts. Il devient compétitif à partir de 300 ou 400 kilomètres et il est d'autant mieux placé que les expéditions sont massifiées. Par rapport aux grandes tendances historiques de nos échanges un facteur est défavorable au ferroviaire : nous transportons de moins en moins de pondéreux à l'intérieur des continents. Un autre facteur lui est favorable : avec l'internationalisation de la production, la "portée" des échanges continue de s'allonger (de Chengdu à Lotz par exemple !).

Dans ce jeu, le fret ferroviaire a perdu des parts de marché en Europe à partir de la première guerre mondiale. Il n'en regagne que depuis le début des années 2000 après l'ouverture à la concurrence du fret ferroviaire. Le redressement a été enregistré en France en 2011 seulement en raison de la lenteur de cette ouverture qui a ménagé plus longtemps qu'ailleurs l'opérateur historique SNCF.

Pour l'impact écologique, c'est plus compliqué encore. Un institut allemand a étudié le bilan carbone d'un transfert de la route vers le transport combiné, c'est à dire avec une majorité du parcours qui se fait sur rail. Les résultats sont saisissants : Sur un trajet Avignon - Tunnel sous la Manche, l'économie de carbone peut grimper à plus de 90% lorsque le train est complet. Entre la région de Munich et celle de Milan, le passage de la route sur le rail a un bilan carbone toujours négatif, même si le train a un taux de charge maximum. Cela tient évidemment à ce que l'on tient compte des transports terminaux et surtout des sources d'énergie : le rail a un réel intérêt pour les émissions de gaz a effet de serre lorsque la traction est alimentée par de l'électricité d'origine nucléaire. Si l'électricité est d'origine fossile, l'argument écologique s'effondre.  

Quelle part du transport de marchandises le rail assure-t-il aujourd'hui ? Va-t-elle être amenée à augmenter ? Quelles sont ses perspectives de développement ?

Au Royaume Uni, la part du ferroviaire pour le fret s'était effondrée à moins de 8 % à la veille du big bang de la privatisation en 1994-1995. Elle était remontée à 14 % en 2010. En RFA, où le rail subit une énorme concurrence de la voie d'eau (Le Rhin représente 60 % du fret fluvial de l'Union Européenne), la part du ferroviaire était descendue à 19,2% en 2000 et s'est redressée à 22 % en 2010. En France, cette part était encore à 20,6% en 2000 et elle est descendue à 14 % en 2010, pour se redresser à partir de 2011 seulement. Il y a évidemment un avenir intéressant pour le rail partout où on est capable d'y réaliser des progrès de productivité, en particulier en misant sur la compétition concurrentielle. C'est plus compliqué lorsque l'on est soumis à la tyrannie des rentes de situation et du statu quo.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Roxane
- 25/05/2013 - 17:12
étude comparative sur le transfert de la route au rail
l'impact écologique reste important à passer de la route au rail même en cas de production d'électricité sur une autre énergie que le nucléaire. On oublie souvent que dans le transport routier une part non négligeable des camions circulent à la moitié de leur capacité sur une partie du trajet global, voire sur la totalité. Les transporteurs routiers soit ne connaissent pas exactement leur chargement , soit ne veulent pas avouer cette perte d'efficacité. Utiliser le transport combiné a le mérite de massifier sur une grande partie du trajet les marchandises, car les tarifs des conteneurs sont fonction du poids de chargement. Et donc le ferroviaire en termes de bilan carbone reste compétitif par rapport au rail.
Le gorille
- 25/05/2013 - 09:23
Réponse : Usine nouvelle
Les réponses en français aux questions précédentes se trouvent dans l'article http://www.usinenouvelle.com/article/l-express-chengdu-lodz-rapproche-l-asie-de-l-europe.N197193.
Le gorille
- 25/05/2013 - 05:32
Quel fret ? Quels clients ?
Autant est-il très intéressant de découvrir cette liaison intracontinentale d'envergure, autant il est frustrant de na pas savoir quels sont les hinterlands desservis, et pour quel types de marchandises, ni même quel flux est attendu...
Il est peu probable que ce soit la Pologne qui absobe tout le trafic de fret importé, et ce n'est probablement pas une seule mine de Chine qui charge....
Un peu plus de luxe de détails eût été -- vraiment -- le bienvenu !
Accessoirement, mettre des TGV en illustration ne correspond vraiment pas au sujet, mais un vrai train de marchandises, il y en a de très beaux et de très longs en pinacothèques des miniaturistes ferroviphiles ! Et puis, ils sont tellement plus intéressants !