En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Random Access Memories, le nouvel album des Daft Punk, sort ce lundi.
R.A.M.

Daft Punk est-il encore à la hauteur du mythe qu'il a suscité ?

Publié le 20 mai 2013
Random Access Memories, le nouvel album du groupe électro français Daft Punk, sort ce lundi. Le disque le plus attendu de l'année est-il à la hauteur des espoirs suscités chez ses fans ? Réponse avec Laurent de Sutter.
Laurent de Sutter est écrivain et éditeur. Passionné de cinéma, il dirige la collection "Perspectives Critiques" aux Presses Universitaires de France. Il vient de publier Théorie du trou aux éditions Léo Scheer.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent de Sutter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent de Sutter est écrivain et éditeur. Passionné de cinéma, il dirige la collection "Perspectives Critiques" aux Presses Universitaires de France. Il vient de publier Théorie du trou aux éditions Léo Scheer.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Random Access Memories, le nouvel album du groupe électro français Daft Punk, sort ce lundi. Le disque le plus attendu de l'année est-il à la hauteur des espoirs suscités chez ses fans ? Réponse avec Laurent de Sutter.

Atlantico : Le dernier album de Daft Punk sort aujourd'hui. En quoi cet album est-il différent des précédents ?

Laurent de Sutter : L’élément déterminant est bien sûr le passage d’un travail artisanal à un travail de studio. Pour R.A.M, le duo, qui avait toujours travaillé seul, s’est soudain entouré d’une myriade de maîtres de studio, de John Robinson à Paul Williams, en passant par les maîtres de la disco Giorgio Moroder et Nile Rodgers. Pourquoi ? Sans doute pour renforcer encore l’effet de voyage temporel que les albums de Daft Punk ont toujours cherché à produire. Comme l’ont toujours suggéré les couvertures des albums du groupe, leur univers se situe quelque part entre 1975 et 1981.

Ce lien avec la disco était le fond inavouable que les gens de goûts et les amateurs d’électro, qui avait fait de Daft Punk le groupe « mainstream » qu’ils pouvaient aimer, ont toujours refoulé. L’accueil contrasté aujourd’hui réservé à R.A.M est donc l’expression du malaise suivant : ce qu’il a longtemps été possible de faire semblant de ne pas voir est devenu absolument visible. Nous sommes de retour en 1977, mais du mauvais côté, celui du rock progressif et du funk – auxquels s’est, depuis cette date, opposée l’idéologie du punk et de l’électro.

Que pensez-vous de la "polémique" autour de l'album quant à la déception qu'il provoque chez de très nombreux critiques musicaux et fans ? 

Comme toute polémique de ce genre, c’est une polémique qui n’existe que dans la tête des « fans ». La phrase de Duchamp, « ce sont les regardeurs qui font le tableau » pourrait être la tagline de l’affaire. Il y a eu un mythe Daft Punk, qui était un mixte d’élitisme électronique et d’hédonisme de dancefloor. Mais ce mythe était un mythe critique, et un mythe de « fans » plus qu’une volonté du duo. C’est ce que prouve R.A.M : la musique de Daft Punk, jusqu’à aujourd’hui, c’était de la disco ratée – à présent, enfin, c’est de la disco réussie.

Ce qui paraît insupportable à beaucoup, dans l’irruption soudaine de ce « réel » de la musique de Daft Punk, c’est le rapport à un genre musical. L’idéologie punk ou électro est une idéologie postmoderne : elle ne croit aux genres que s’il est possible de les détourner, ou de les subvertir. Pendant un moment, on a pu croire que Daft Punk était un groupe postmoderne, alors que, comme on s’en rend enfin compte, il s’est toujours agi d’un groupe classique. C’est-à-dire d’un groupe éprouvant un authentique respect pour les codes et les règles propres au genre de la disco, et ne ressentant aucun désir de les faire sauter.

Depuis 1977, en matière de musique pop, le genre est considéré comme une cochonnerie conservatrice, voire policière : une police musicale. Mais ce que la critique a prétendu lui substituer ne vaut pas mieux, voire même moins bien : c’est une police sociale, une police des signes du bon goût. Ce que cherche la critique, ce sont les signes qui lui permettront de décider du statut d’un disque : bon ou mauvais côté de la barrière ? La musique, elle-même, compte pour presque rien dans une telle police, avant tout gouvernée par la peur d’être pris en flagrant délit de faute de goût. Daft Punk n’a pas eu cette peur. Rien que pour cela, leur album mérite d’être salué.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

07.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
dreft
- 20/05/2013 - 18:58
C'est de la soupe
music d'ascenseur
Reil
- 20/05/2013 - 17:29
Un bravo et un merci
A l'intervenant, qui a vu juste sur toute la ligne à propos du courant où se situe ( ou pas ) les Daft Punk, et la malaise que cela provoque auprès des critiques, ou si justement dit auprès des amateurs de musique électro "mainstream".
Dans un monde rangé, ordonné, où ceux qui sortent des cases sont désignés en tant que paria, voila que les Daft Punk, explorant d'autres modes de production -mais toujours fidèles à leur ligne directrice- lancent un OVNI-pavé dans la marre. Dansl'espoir de faire évoluer les genre ? Non.
Les Daft Punk sortent un nouvel album qui est du Daft Punk, alors que l'univers de la musique d'aujourd'hui, très formaté, attendaient un album aux normes. Le malaise tout comme le plaisir est d'autant plus grand !
JUDEC
- 20/05/2013 - 16:16
QUELLE CLAQUE ....
Album immense.
À écouter au casque pour en saisir toutes les sonorités.
Et en boucle.