En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Le documentaire "Le Pouvoir" de Patrick Rotman raconte les huit premiers mois de François Hollande à l’Elysée.
Dans les coulisses
François Hollande dans "Le Pouvoir" ou l'effet dévastateur d'un exercice de communication raté
Publié le 16 mai 2013
Le documentaire "Le Pouvoir" de Patrick Rotman sur les huit premiers mois à l’Elysée de François Hollande est sorti hier en salle.
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), de Qui choisir (First editions, 2012), Moi, Président (First editions, 2013),  Je suis venu te dire que je m’en vais (Michalon, 2013), Donald Trump les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), de Qui choisir (First editions, 2012), Moi, Président (First editions, 2013),  Je suis venu te dire que je m’en vais (Michalon, 2013), Donald Trump les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le documentaire "Le Pouvoir" de Patrick Rotman sur les huit premiers mois à l’Elysée de François Hollande est sorti hier en salle.

Le pouvoir est un film détonant. Dans tous les sens du terme. A première vue, on peut le regarder comme un exercice de communication qui a raté son coup : sont en effet répertoriés les sept premiers mois de la présidence Hollande, depuis la passation des pouvoirs jusqu’au dernier Conseil de ministres de 2012. Apparemment, tout, dans ce magnifique palais de l’Elysée, n’est que luxe, calme et volonté. "Moi président" reçoit ministres, chefs d’Etats étrangers, voyage en train et en avion, signe les premiers contrats de génération, salue la petite foule sympathisante bien rangée au-delà des barrières. François Hollande, sympathique et souriant - ce qu’il est - apparaît comme le capitaine à la force tranquille qui tient ferme le gouvernail - ce qui reste encore à prouver. Ce film est l’exact contraire de La conquête, docu-fiction qui mettait en scène le Sarkozy de 2007. Là où tout était empoignades, désordres conjugaux et politiques, cris et crises, ici tout semble devenu, cinq ans plus tard, harmonie retrouvée, gouvernance efficace, sourires aussi complices que courtois.Tout va désormais très bien dans le meilleur des mondes présidentiels.

A deuxième vue, Le pouvoir est dévastateur. Les auteurs, à l’insu de leur plein gré, s’étendent sur les images éternelles de ce magnifique domaine au cœur de Paris et son quotidien monarchique : ballets incessants des huissiers, des serveurs, des chauffeurs, de la garde républicaine, des gendarmes, des voitures à gyrophares, des ministres qui vont et viennent dans un parcours minuté. Le contraste est énorme avec les images de Hollande recevant Ayrault, Fabius, Le Drian et consorts, qui montrent bien la différence entre le roi et ses féaux. Mais très vite, leurs voix se fondent dans les jardins éternels de l’Elysée, où les feuilles mortes se ramassent à l’aspirateur. Cette omniprésence de la nature et de l’étiquette finit, dans le film, par relativiser à l’extrême les efforts, si sincères qu’ils soient, des princes qui nous gouvernent.

A l’aune du 55, Faubourg Saint-Honoré, de ses lustres et de ses tapisseries, de ses fauteuils Louis XV et de sa vaisselle d’or, les mots et les phrases, les êtres et leurs titres, paraissent soudain empruntés, empesés, rapetissés par cette succession d’images guindées où, en fait, la lourdeur du cérémonial remplit l’image et masque le fond, c’est-à-dire l’essentiel : où en est le pouvoir aujourd’hui ? La question, pendant une heure et demie, ne sera pas posée.

Dans la salle de cinéma où se projetait hier le film, il y eut un éclat de rire général : quand Pierre Le Mas, secrétaire général de l’Elysée, s’entretenant avec François Hollande, lui déclare que Jérôme Cahuzac a très bien parlé à l’Assemblée, et qu’il a, en quelques phrases, muselé l’opposition. Pour le reste, de Valérie Trierweiler à Marisol Tourraine, on ne saura rien, sinon des sourires et des passages feutrés. L’image la plus forte reste celle des huissiers refermant les portes des conseils de cabinet comme des conseils des ministres : nous, spectateurs, sommes exclus. Et le demeurerons.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
07.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 17/05/2013 - 08:45
Bercoff oh oui !!!!
"L’image la plus forte reste celle des huissiers refermant les portes des conseils de cabinet comme des conseils des ministres : nous, spectateurs, sommes exclus. Et le demeurerons."

Et maintenant causez nous du 10 downing street mais aussi de la maison blanche .... faites nous marrer encore
pimousse
- 17/05/2013 - 08:21
arrogance
jusqu ou ira l arrogance de ce mr hollande qui ne sait que se repeter qu il est president et accuser ses predecesseurs sans rien proposer aux français qui se font licencier et se serrent la ceinture
et quelle arrogance que d envoyer sa maitresse en mission au mali parler au nom de la france annoncer de l aide financiere comme si elle etait elue ;elle n a aucune legitimité et coute 20000 euros par mois au contribuable
LILLBee
- 17/05/2013 - 00:33
"... le peuple est "trop con" pour voter."
D'ailleurs au vu des chiffres de l'abstentionnisme, il se déplace de moins en moins pour ça. En attente d'autre chose, qu'on le traite moins en abruti? Probablement.