En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Decod'Eco
Microcrédit et crowdfunding : focus sur ces nouvelles alternatives au système bancaire
Publié le 01 mai 2013
Crise des subprimes, scandales, crise chypriote... La confiance dans le système bancaire a été mise à mal ces dernières années, et des solutions alternatives émergentes.
Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Chevré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Crise des subprimes, scandales, crise chypriote... La confiance dans le système bancaire a été mise à mal ces dernières années, et des solutions alternatives émergentes.

La crise a permis de faire émerger des formes alternatives de crédit ou de financement, en dehors du réseau bancaire. On connaissait déjà le microcrédit ; aujourd'hui, c'est le crowdfunding qui fait l'actualité.

Le microcrédit a été inventé en 1976 par le professeur Yunus, qui depuis s'est vu attribué un prix Nobel de la Paix, avec la création de la Grameen Bank. Sa vocation ? Proposer des petits crédits aux Bangladais pour leur permettre de développer une activité économique. Le microcrédit, en proposant des prêts à des particuliers qui étaient jusque là exclus du système de crédit classique, correspond à une véritable demande et connaît un succès grandissant. Aujourd'hui, on estime à plus de 2 000 le nombre d'organismes proposant du microcrédit. En 2009, date de la dernière étude sur le sujet, c'est 74 millions d'emprunteurs qui avaient pu bénéficier de ce système, et ce pour un montant total de 38 milliards de dollars.

Au départ à destination des pays en voie de développement, le microcrédit a su conquérir de nouveaux marchés, dans les pays développés. D'après le rapport annuel de l'Observatoire de la Microfinance publié par la Banque de France en novembre dernier, les microcrédits à destination des entreprises ont augmenté de 11% en 2011 en France et ceux aux particuliers de 26%. Et d'après Le Monde, l'Association pour le droit à l'initiative économique (ADIE), qui propose du microcrédit destiné à la création d'entreprises, a accordé 13 157 prêts en 2012, soit 8% de plus qu'en 2011.

A la faveur de la crise, ces sources alternatives de financement séduisent. L'ADIE fait d'ailleurs directement le lien entre explosion du microcrédit et augmentation de la précarité. 45% des bénéficiaires de ces prêts sont des chômeurs, 35% de salariés et travailleurs indépendants, 16% de travailleurs indépendants bénéficiaires des minimas sociaux.

Evidemment, le microcrédit n'a pas que des avantages. Parmi les inconvénients, le taux d'intérêt qui peut frôler les 10%, et peut favoriser le surendettement. Et comme un crédit classique, un microcrédit doit être remboursé, et ce même si les sommes sont en général peu importantes (quelques milliers d'euros dans le cadre d'un microcrédit d'entreprise, et souvent moins d'un millier pour un crédit à un particulier). Selon l'ADIE, le taux d'impayés atteint les 6% un peu au-dessus du taux enregistré pour les crédits classiques (autour de 4%).

Crédit collaboratif et crowdfunding

Face à ce microcrédit "traditionnel" se développe aussi une autre forme, le microcrédit solidaire ou collaboratif, qui se rapproche de cette nouvelle forme de financement, le crowdfunding qui fait régulièrement la une des médias. Le site de crowdfunding le plus connu est Mymajorcompany.com qui propose depuis 2007 aux internautes de financer un artiste (un album, un livre, etc.).

Le principe de ce genre d'initiative : les internautes prêtent ou donnent de l'argent via une plateforme pour un projet. Si la somme nécessaire est collectée, le projet se lance. Dans le cas contraire, l'internaute n'est pas débité. La rétribution ? Là encore, cela dépend des plateformes et des projets, mais elle peut être inexistante, ou prendre diverses formes de rétribution. Début avril, un projet de film tiré de la série Veronica Mars a recueilli 5,7 millions de dollars en quelques jours grâce à la plateforme Kickstarter. Les contributeurs à la levée de fonds ont reçu un Tshirt, et quelqu'un se sont vus offrir un rôle de figuration.

La plupart du temps, toutefois, ce genre de projet ne rapporte rien. C'est le cas par exemple de la plateforme de microcrédit Hellomerci.com ou Babyloan.org qui proposent de financer des projets à taux zéro. Et cela fonctionne ! Retour à la solidarité via la Toile.

Mais là encore, les pièges sont présents. Peu ou pas encadrés, ces plateformes n'offrent que peu de garanties aux prêteurs. Autres problèmes, comme le rappelle Le Monde : "D'abord, s'il s'agit de crédit, le site doit avoir obtenu un agrément en tant qu'intermédiaire financier auprès de l'Autorité de contrôle prudentiel, ce qui est rarement le cas. Ensuite, parce que si le particulier qui se fait financer accepte l'argent des internautes, il s'agit -- légalement -- d'un apport au capital de sa société, il doit donc les associer, ce qui n'est jamais le cas".

Multiplication de l'alternatif…

Le crédit n'est pas le seul domaine concerné par le développement d'alternatives. Alors que les banques centrales impriment des liquidités à tour de bras, que l'affaire chypriote a rappelé à tous que les dépôts bancaires n'étaient pas si inviolables que cela, d'autres formes de paiement s'imposent progressivement.

Ces derniers temps, on a beaucoup entendu parler de la monnaie virtuelle qu'est le Bitcoin -- mais il n'est pas le seul moyen de sortir du système bancaire classique et continuer à faire des transactions. Simone Wapler nous parle par exemple de PayPal : "Le système de compte PayPal, développé pour internet, permet de recevoir ou d'envoyer de l'argent partout dans le monde (16 devises, plus de 92 millions de comptes ouverts dans 55 pays) de façon sécurisée. Vous n'aurez à donner qu'une seule fois votre numéro de carte bancaire. Votre compte PayPal vous servira à acheter (ou créditer d'autres titulaires). PayPal est utilisé par les entreprises comme les particuliers et la société appartient à eBay".

"Vous pouvez entreposer sur votre compte PayPal des liquidités dans la limite de 8 000 euros par transfert et sans plafond. Ainsi, vous mettez de l'argent très simplement hors du système bancaire et il reste totalement disponible. Le risque de contrepartie est bien évidemment la société eBay cotée sur la Bourse américaine".

Et puis n'oubliez pas l'or. Certes, l'once a pris une sacrée déculottée, mais alors que les banques centrales des pays émergents en achètent des quantités record, il devient de plus en plus évident que la relique barbare reprend progressivement sa place de monnaie de référence.

[Retrouvez les analyses, conseils et stratégies de Cécile Chevré au quotidien : c'est gratuit... et il suffit d'un clic !]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
03.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
04.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
05.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
06.
+ 4,2% des prix de la grande distribution en raison de la loi Alimentation ? Comment les autorités démontrent leur impuissance à soutenir les agriculteurs
07.
Une mystérieuse créature sème la panique dans un parc chinois
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires