En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 1 heure 19 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 4 heures 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Economie
Conclusions hâtives

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

il y a 9 heures 37 min
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 22 heures 51 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 23 heures 47 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 2 heures 1 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 5 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 6 heures 20 sec
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

il y a 9 heures 17 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’ultragauche tentée par le terrorisme ?; L’équipe Villani en plein doute; LREM : Stanislas Guerini veut refonder le parti; GPA : le gouvernement ne veut pas (maintenant) de la jurisprudence de la Cour de Cassation
il y a 9 heures 56 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 23 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 1 jour 2 heures
© Flick / dkshots
Un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté en France.
© Flick / dkshots
Un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté en France.
Oliver Twist

2,7 millions d'enfants pauvres en France : une bombe à retardement ?

Publié le 03 juillet 2013
Selon une étude de l'Insee publiée mercredi, 40 000 Français supplémentaires sont tombés sous le seuil de pauvreté en 2010 par rapport à 2009. Les enfants sont particulièrement touchés, avec 2,7 millions d'enfants pauvres et un taux de pauvreté des moins de 18 ans atteignant 19,6%.
Julien Damon est ancien sous-directeur de la Caisse nationale des Allocations familiales et professeur associé à Sciences Po (Cycle d'aménagement et d'urbanisme). Il est l'auteur de Eliminer la pauvreté (PUF, 2010)Nina Schmidt est sociologue...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Damon et Nina Schmidt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Damon est ancien sous-directeur de la Caisse nationale des Allocations familiales et professeur associé à Sciences Po (Cycle d'aménagement et d'urbanisme). Il est l'auteur de Eliminer la pauvreté (PUF, 2010)Nina Schmidt est sociologue...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude de l'Insee publiée mercredi, 40 000 Français supplémentaires sont tombés sous le seuil de pauvreté en 2010 par rapport à 2009. Les enfants sont particulièrement touchés, avec 2,7 millions d'enfants pauvres et un taux de pauvreté des moins de 18 ans atteignant 19,6%.

Atlantico : Selon les chiffres révélés par une enquête de l’Insee ce mercredi (voir l'enquête), un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté en France, soit près de 3 millions d’enfants. Qui sont concrètement ces enfants, quel est leur profil sociologique ?

Julien Damon : Je tiens d’abord à préciser qu’il ne s’agit pas d’une information exceptionnelle. Cela doit bien faire une dizaine d’années que l’on reporte des chiffres de cet ordre. Le phénomène n’est pas neuf et n'a pas explosé. Environ 20 % des enfants sont, en effet, sous le seuil de pauvreté.

Pour ce qui est du profil de ces enfants, trois grands facteurs peuvent contribuer à la pauvreté. D’abord le taux d’activité. Nombre de ces enfants vivent dans des familles dont le taux d’emploi est extrêmement faible. 

Ensuite, on assiste à une "monoparentalisation" de la pauvreté. Auparavant les enfants pauvres vivaient surtout dans des familles nombreuses, aujourd’hui ils sont plutôt dans des familles monoparentales. Cela s’explique aisément car le potentiel de ressources est plus faible et, surtout, car les familles nombreuses sont de mojns en moins nombreuses, et les familles monoparentales de plus en plus nombreuses.

Le troisième facteur de pauvreté, qui est le plus sensible, c’est l’immigration. Le taux de pauvreté des enfants vivant dans une famille dont la personne de référence est immigrée, est de plus de deux enfants sur cinq !  

Par ailleurs, on constate une spécificité géographique. Si au niveau national un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté, c’est le cas de la moitié des enfants vivant dans les zones urbaines sensibles (qui concentrent bien souvent les facteurs de pauvreté évoqués ci-dessus). C’est extrêmement problématique, même si, je tiens à le souligner, ce n’est pas nouveau. 

Si ces indicateurs ont évolué, avec une augmentation de la pauvreté entre 2009 et 2010, la période 2000/2009, a quant elle été marquée par une baisse de la pauvreté. Mais comme la démographie en France est dynamique, le nombre d'enfants pauvres augmente pour atteindre 2,7 millions précisément.

Nina Schmidt : Ces enfants sont pauvres parce que leurs parents le sont, c’est-à-dire qu’ils disposent de revenus insuffisants, notamment du fait du chômage, des bas salaires et du morcellement des temps de travail (temps partiel, intérim, CDD, etc.). Les femmes à la tête d’une famille monoparentale sont particulièrement touchées par la pauvreté, et donc les enfants de ces foyers aussi. Le taux de pauvreté des immigrés et des étrangers est aussi supérieur à la moyenne, notamment parce qu’ils sont plus souvent exclus du marché de l’emploi en France. Bref, un enfant pauvre est un enfant vivant dans une famille pauvre, dont la catégorie socioprofessionnelle des parents et les revenus qui vont avec sont peu élevés.

Doit-on craindre les conséquences d’une telle situation ? Sommes-nous face à une bombe à retardement ?

Julien Damon : Oui, mais comme la mèche est allumée depuis longtemps, il n’y a pas à voir cela de façon catastrophique. Je pense que plutôt que le sujet même de la pauvreté comme instrument de mesure, ce sont les trois autres phénomènes qui devraient nous inquiéter. A savoir, les enfants grandissant dans des foyers sans activité et où les revenus du ménage sont intégralement composés de prestations sociales, qui ne savent pas ce qu’est le travail et dont les parents sont effondrés. Ou encore, les enfants victimes de divorces et de séparation qui n’ont généralement pas les mêmes succès en matière éducative que les autres enfants. Sur le troisième phénomène qu’est l’immigration, les enfants peuvent connaître des difficultés liées à l’intégration. Les conséquences de ces trois facteurs sont graves car ils mènent à une ghettoïsation d’une partie de la jeunesse. Les enfants qui cumulent ces trois facteurs seraient environ un demi million. La situation d'un demi million d'enfants est donc extrêmement préoccupante. Et les conséquences sont en partie que les banlieues s’enflamment et qu'il existe une coupure de plus en plus nette entre les centres villes qui sont des attractions pour bobo et des quartiers pourris. Plus qu’un problème hexagonal de pauvreté, il faut s’inquiéter des problèmes de chômage, de monoparentalité et de ghettoïsation d’un partie de la jeunesse.

Nina Schmidt : Ce qui est inquiétant c’est l’installation durable dans la pauvreté de ces catégories de parents. Et l’exclusion de ces personnes et de leurs enfants de certains standards de vie dont est dotée une société développée comme la nôtre. Cette exclusion nous heurte davantage quand il s’agit des enfants. D’ailleurs, selon l’enquête "Standards de vie" de l’Insee menée en janvier 2006 auprès de 5 900 personnes, 90 % d’entre elles jugeaient inacceptable de " ne pas pouvoir payer à ses enfants des vêtements et des chaussures à leur taille ", 89 % de " ne pas pouvoir payer des appareils dentaires à ses enfants " et 86 % de " ne pas avoir assez de rechange pour envoyer ses enfants à l’école avec des vêtements toujours propres ".

L’avenir de ces enfants est-il forcément compromis par rapport à leurs camarades plus chanceux ? Le seuil de pauvreté est-il un bon indicateur pour juger de l'avenir d'un enfant ? 

Julien Damon : Il existe des enfants vivant dans des familles dont les revenus par unité de consommation sont inférieurs au seuil de pauvreté et qui n’ont pourtant pas le sentiment de se situer à la limite de l’indigence. Même s’ils ont conscience de vivre avec des revenus modestes. Certaines familles nombreuses, en divisant leurs revenus par le nombre de bouches à nourrir, se retrouvent facilement sous le seuil de pauvreté mais ne connaissent pas de problèmes particuliers et ne suscitent pas d’inquiétudes quant à l’avenir. Ce qui est grave c’est la ghettoïsation d’une partie de la jeunesse et le défaut d’intégration, en termes de travail notamment. Voilà ce que masquent les chiffres de la pauvreté.

Il faut, techniquement, se demander ce que l’on définit par le seuil de pauvreté. Pour une personne seule, le seuil de pauvreté est à peu près équivalent à 1000 euros net par mois (précisément 60% de la médiane des revenus). Quoiqu’on en dise c’est relativement élevé (il s’agit, en gros, du SMIC) Si vous êtes dans une famille où deux actifs travaillent et arrivent avec 3000 euros par mois dans leurs poches et qu’ils ont entre 4 et 5 enfants, cette famille est sous le seuil de pauvreté. Ces ressources sont certes modestes, mais, surtout si le ménage est propriétaire de son logement, cela ne pèsera pas sur l’avenir de ces enfants.

Nina Schmidt : Bien sûr, le niveau de vie d’un enfant, le milieu social dans lequel il grandit, a un impact sur son avenir, plus précisément sur sa réussite à l’école et dans les études. La France est un des pays où le milieu social pèse le plus sur les résultats scolaires. Et il est évident que les enfants issus de milieux défavorisés vont avoir moins de chances de réussir à l’école, de faire des études longues et prestigieuses et d’accéder aux emplois auxquels ils mènent. Cela dit, il y a des leviers à ce déterminisme social… Paradoxalement, l’école en est un. Mais surtout qui pourrait prédire à un enfant qu’il sera pauvre comme papa et/ou maman ? On ne peut pas parier de l’avenir d’un enfant sur le seuil de pauvreté de ses parents…

Cette situation ne risque-t-elle pas de créer de la frustration et de la colère au sein de toute une génération ?

Julien Damon : Le Royaume-Uni est confronté à des taux de pauvreté juvénile plus élevés, aux alentours de 25% de sa jeunesse. Ce n’est pas pour cela que la jeunesses britannique est plus désespérée ou plus ghettoïsée que la jeunesse française. La jeunesse française connait un désespoir et une hargne plus prononcée. Au Royaume-Uni, la pauvreté est, si j’ose dire, mieux répartie. En France elle est concentrée dans les familles monoparentales et dans les populations immigrées dans les quartiers sensibles.

Nina Schmidt :  Connaître la pauvreté dans son enfance ne va pas forcément développer de la frustration et de la colère d’abord parce que cela ne signifie pas que ces enfants seront pauvres à vie… (même si la pauvreté s’installe durablement pour certaines catégories de personnes). Et ensuite parce que lorsqu’on fait l’expérience de quelque chose, on n’est pas forcément en colère contre, on est davantage sensibilisé à cette réalité.  Il est frappant de constater à quel point les jeunes issus de milieux modestes ont conscience de toutes les difficultés qu’ils rencontreront plus encore que leurs camarades plus aisés, que leur environnement familial influe sur ce qu’ils deviennent, mais aussi qu’à la naissance, nous sommes tous égaux et quand on veut, on peut. Même s’ils savent aussi que c’est quand on peut qu’on veut…

Comment agir concrètement pour améliorer la situation de ces enfants ? 

Julien Damon : Il y a bien une orientation originale qu’il faudrait avoir à l’esprit et qui fait toujours sourire. Il faudrait que les gens se séparent moins. Du point de vue des finances publiques, chaque couple qui se sépare, c’est un besoin de logements supplémentaires. C’est extrêmement coûteux, y compris du point de vue des prestations publiques. L’idée n’est pas d’interdire les séparations mais de ne pas les incite et, surtout, de les prévenir.

Dans les politiques publiques britanniques ou américaines vous avez cette orientation première qui est de valoriser la stabilité des unions et ce quelle que soit cette union (mariage, union libre). Aussi plus les familles monoparentales se recomposeront, plus les enfants seront dans un contexte favorable parce qu’il y aura deux apporteurs de ressources.

L’ensemble des dispositifs d’action sociale dont l’orientation première est, aujourd’hui, de vous accompagner dans vos séparations, devrait en fait essayer de prévenir ces séparations. Et si les gens ne sont plus ensemble, il faut inciter à ce qu’ils trouvent d’autres partenaires. Tous ces centres sociaux qui ne servent pas à grand chose, mieux vaudrait les remplacer par des bars et des boites de nuit. Je ne pense pas que ce soit une idée si étrange… quand on voit combien le taux de pauvreté des enfants est lié aux familles monoparentales.

Nina Schmidt :  Il faut réduire les inégalités, et par là-même l’exclusion de certains. L’école est un outil, peut-être pas telle qu’elle est actuellement, avec l’importance accordée aux notes, à l’évaluation, au classement et enfin au diplôme. Il faut que l’ensemble des enfants aient accès aux mêmes choses : que ce soit en termes de connaissances, mais aussi de soins et de loisirs, d’activités culturelles, de vacances… 

Propos recueillis par Carole Dieterich. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 26/04/2013 - 01:01
@pemmore collège unique
@pemmore collège unique fantasme "socialiste"? C'est la droite qui l' a mis en place avec René Haby comme ministre de l'éducation: informez vous avant de causer!
Que les financiers qui ne paient pas d'impôts consacrent donc quelques milliards à ces enfants: ce serait plus utile que de surenrichir des riches, ou encore qu'ils crèent des emplois pour faire travailler leurs parents!
géodith
- 25/04/2013 - 22:56
Atlantico
N'est ce pas un peu dommage que mon commentaire ait disparu ????
@ Aubagne
En fait on regresse ! Dans le temps les gens faisaient beaucoup d'enfants du fait de la mortalité infantile et pour qu'au moins un puisse s'occupe des vieux parents.
Puis il y a eu la période où la mortalité infantile a chuté, la retraite assurée, donc on a fait des enfants en fonction des moyens, (je pense qu'on a été dans le même cas, je n'ai pas pu passer le cap du troisième par peur de ne pas pouvoir assumer...et j'ai eu raison, le deuxième fait une école de commerce et part en stage non rémunéré en Australie !)
Et puis, maintenant, les gens refont des floppées de gosses pour la nationalité française et les allocs. La qualité de vie ? la République, l'éduc nat.. sont la pour cela !!!!!!!
zergotine
- 25/04/2013 - 21:24
Honte aux parents qui pondent sans réfléchir aux conséquences !!
L'exemple type étant une obèse accoutrée de son collant noir et ti-shirt informe qui a bien sûr échoué dès le collège et n'a rien trouvé d'autre à faire de sa vie que de se reproduire en n exemplaire et qui est interviewée dans son 4 pièces HLM ou dans les files d'attente des assocs entourée de ses 4 marmots et le 5ème en route !!!

A moins d'être débiles ? égocentrique ? ou calculateurs au ras des pâquerettes... pourquoi se lancer dans la maternité à gogo si l'on n'a pas de travail, ou pas les moyens financiers d'élever sa propre progéniture ? !
Le pack social en centaines d'euros par mois par famille monoparentale, ça suffit pas t !! mais ça ruine la France !!
C'est criminel que d'entraîner dans sa pathétique et piteuse vie, celles d'innocentes victimes qui n'ont pas demander à naître de mères ou pères irresponsables, lâches et trop pauvres pour les élever dans tous les sens du terme !!!

On voit donc le résultat catastrophique des politiques d'assistanat depuis des décennies qui ne servent qu'à fabriquer des bouches à nourrir, à éduquer, à loger, bref des misérables dont les 3/4 sont des cas sociaux que l'Etat devra supporter financièrement, socialement à vie