En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 10 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 12 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 8 heures 54 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 11 heures 46 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 15 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 35 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 39 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 14 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 18 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
L'insee a annoncé une baisse de la consommation des ménages de 0,2%.
© Reuters
L'insee a annoncé une baisse de la consommation des ménages de 0,2%.
Et maintenant ?

Si même la consommation s'effondre, que va-t-il rester à l'économie française ?

Publié le 15 avril 2013
L’Insee a marqué les esprits en annonçant une baisse de la consommation des ménages de 0,2%. Cette baisse annonce sans doute une récession, et de nouvelles mesures d'économies dans la dépense publique.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Insee a marqué les esprits en annonçant une baisse de la consommation des ménages de 0,2%. Cette baisse annonce sans doute une récession, et de nouvelles mesures d'économies dans la dépense publique.

"La consommation est le socle résistant de la demande", nous disent depuis des mois les experts officiels. Et si ce socle se dérobait sous nos pieds ? Avec quelles conséquences ? De fait, l’Insee a marqué les esprits en annonçant une baisse de la consommation des ménages : -0 ,2 %. Même si l’Institut juge, techniquement, que la consommation « recule légèrement », son annonce est très importante, et pour trois raisons.

 

La faiblesse de la consommation s’inscrit d’abord dans un mouvement plus profond : c’est la première raison pour s’inquiéter. Cette baisse de février (-0,2 %) suit en effet celle de janvier (-0,9 %), essentiellement liée à l’automobile, mais elle s’insère dans une tendance de plus d’une année. En février, l’Insee nous dit qu’il nous faut regarder du côté « des achats de textile-cuir ». Mais si on regarde sur plus longue période, la consommation en biens a décroché, en liaison avec un moral des ménages en berne, un revenu réel net qui baisse et un crédit à la consommation qui, lui aussi, se réduit.  Moral, revenu, impôts, crédit sont ici réunis, pour expliquer une inflexion majeure.

 

Cette faiblesse de la consommation annonce, sans doute aussi, une récession. La deuxième raison d’inquiétude devant ce chiffre de février est en effet que cette baisse de la consommation va peser sur le premier trimestre. Vraisemblablement, elle va le faire passer à -0,1 ou -0,2 %. Comme le quatrième trimestre 2012 s’est inscrit à -0,3 %, nous sommes en récession.

 

Cette consommation plus faible que prévu qui annonce un ralentissement plus fort qu’anticipé annonce à son tour de nouvelles mesures d’économies dans la dépense publique. Voici la troisième raison pour s’interroger. Personne n’est dupe en effet du calendrier des chiffres de prévision. La France a attendu le maximum pour annoncer ses problèmes de croissance, autrement dit le fait qu’elle ne pouvait tenir son engagement de réduction du déficit budgétaire pour 2013. Elle a ainsi obtenu un décalage d’un an de la Commission européenne pour se mettre en conformité avec ses engagements, avec l’idée que – cette fois – cette même Commission sera moins compréhensive. Elle voudra des réformes, elle demandera des réductions chiffrées dans la dépense publique. Il n’y a plus grand choix.

 

Au fond, cette baisse de la consommation marque la sensibilité très forte des Français à la fiscalité dans la conjoncture actuelle. Ce n’est pas une surprise, mais ce n’est pas ce qui était dans les chiffres de Bercy. Et ce n’est surtout pas pour cette raison qu’il faut revenir en arrière. Au contraire. Les économies doivent être poursuivies, la fiscalité stabilisée. Les Français fonctionnent aux anticipations : inquiets, ils consomment moins. Que va-t-il rester à l’économie française ? Une période de croissance faible sans doute, mais aussi une période de réformes intenses, pour alléger la barque de la dépense publique, si on veut éviter une crise plus forte. Jamais les taux longs n’ont été aussi bas (merci aux épargnants japonais), profitons-en pour changer vraiment.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (37)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 17/04/2013 - 00:59
Non, La saucisse intello,
ce ne sont pas les élites qui doivent être blâmées, mais le système qui les a amenées au pouvoir, système construit patiemment par les descendants spirituels de Maurice Thorez, et qui, comme toute oligarchie de pouvoir, doit "fabriquer" son ennemi virtuel pour exister.
Hier, "le grand capital", puis "la Finance aveugle", en passant par" les grandes multinationales" et "Sarkozy le symbole", qui fait encore fantasmer de nombreux gauchistes archaïques...
Tous ces adversaires servent à maintenir en place un système de corruption bien rodé, atteignant, avec Flamby, la forme la plus accomplie, celle qui a enfin asservi tous les grands corps d'état, et les corps intermédiaires, médias, associations, syndicats, au dieu Baal et à sa social-démagogie dévorante!
Mettez les élites à bas, et il en viendra d'autres encore plus zélées à fournir la gueule avide du dieu.
Regardez la Grèce, la France, changez les hommes, "de droite comme de gauche", comme disent les mauvais journalistes, remplacez les par des technocrates, le système s'auto-entretient, toujours aussi socialement corrompu et destructeur d'énergie créatrice...
Seule l'anéantissement du Dieu Social-démagogue les sauvera!
gdv
- 16/04/2013 - 09:05
Que le spectacle commence...
Les Français sont responsables des hommes politiques qu'ils élisent.
On vote suivant ses intérêts supposés et ils existent en France un système clientéliste basé sur l'Etat providence qui croit qu'il suffit de demander à l'Etat pour que le revenu arrive sans que cela coute rien à personne. Mais ce qui relève d'une croyance quasi religieuse est profondément faux, la richesse nait du travail, pas de l'Etat, et ces cons de Français qui ont voté pour des imbéciles, vont maintenant en prendre plein la gueule. J'ai deux enfants à l'étranger, formé en France avec un excellent bagage scientifique, l'un à New York, l'autre à Londres. Désolé mais il ne faudra pas compter sur leur travail pour payer les retraites de ces bobos 68 socialistes à la con.
Maintenant on va assister en direct à la volée de bois vert....que le spectacle commence...et que les plus forts survivent. Clin d'œil à certains intervenants qui me font bien marrer
Ilmryn
- 16/04/2013 - 08:24
@campaillou
Je suis certain que tu as pleins de truc non "indispensable" et que tu claque tes 4 tonnes de pétrole par année comme tous le monde.
.
Chacun est maitre de ce qu'il estime "indispensable" ou non, tu as le temps de cuisiner très bien, d'autre préfèrent travailler que cuisiner ou économiser ailleurs c'est très bien aussi tant que personne ne se mêle d'imposer aux autres leur mode de vie.