En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 14 min 2 sec
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 5 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 19 heures 32 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 21 heures 27 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 35 min 28 sec
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 2 heures 13 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 3 heures 20 sec
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 19 heures 46 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 20 heures 56 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 22 heures 7 min
© Reuters
"Les Français aiment toujours autant à se divertir au détriment des puissants ou de ceux qui les gouvernent."
© Reuters
"Les Français aiment toujours autant à se divertir au détriment des puissants ou de ceux qui les gouvernent."
Pingouin

Pépère, Flamby, Fraise des bois, Guimauve le Conquérant : scanner des surnoms du président

Publié le 13 avril 2013
Après "Flamby", François Hollande se voit attribuer un nouveau sobriquet : "Hollandouille Ier", qui circule depuis la dernière intervention du président français au JT de France 2.
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après "Flamby", François Hollande se voit attribuer un nouveau sobriquet : "Hollandouille Ier", qui circule depuis la dernière intervention du président français au JT de France 2.

Sous le règne de Trajan, Juvénal avait fait fort dans ses fameuses Satires en brocardant copieusement les pontes de la société impériale de son temps, n’épargnant ni leurs maîtresses, ni leurs gitons, ni même la sacro-sainte figure impériale !

L’ouvrage, inlassablement reproduit, connut un succès durable pendant des siècles. Aux pays des Gaulois comme à Rome, il figure dans les bibliothèques des meilleurs humanistes de la Renaissance.

Depuis, les Français aiment toujours autant à se divertir au détriment des puissants ou de ceux qui les gouvernent. L’avènement de la IIIe République leur en offre de nouvelles occasions. Que l’on songe au sobriquet de « nabot monstrueux » forgé par Karl Marx pour désigner le président Adolphe Thiers !

De nos jours, l’exercice semble connaître un formidable regain autour de la personne de François Hollande. Mais à l’examen, la grande majorité des surnoms donnés à l’actuel président de la République, dont certains remontent à l’époque où il se trouvait à la tête du Parti socialiste, n’émane nullement de ses adversaires politiques naturels, à droite, mais de ses vieux compagnons qui le côtoient depuis des lustres et qui laissent entendre parfaitement le connaître. Comme l’abbé de Vilecourt (Bernard Gireaudeau) en fait la cuisante expérience dans le film Ridicule, pour être percutant un mot d’esprit s’appuie sur la faiblesse d’un trait de caractère pour toucher, dans une formule condensée qui fait mouche, l’inconscient plus ou moins refoulé d’un auditoire, déjouant ainsi toute forme de censure en provoquant le rire. L’attribution d’un sobriquet utilise des procédés identiques.

Si le bon peuple a su reprendre à son compte d’ingénieuses trouvailles en y ajoutant celles de sa propre création à l’instar de Mimolette et son dérivé le faux mage de Hollande, le grand art appartient en la circonstance aux intimes familiers du président et à ses plus proches collaborateurs.

Ces saillies peuvent se classer en différentes catégories qui, selon leurs auteurs et leurs diverses références, visent des publics bien distincts.

Le grand genre, celui de la connotation historique :

Sans être dupes sur leur milieu et sur l’héritage de François Mitterrand qui souhaitait entrer dans la postérité par la grande porte de l’Histoire, certains socialistes comme Guillaume Bachelay, lieutenant de Laurent Fabius, farouchement anti-Hollande devenu par la force des choses un soutien du président, s’amusent d’une aspiration aussi grotesque à laquelle beaucoup de leurs amis politiques succombent même s’ils n’en meurent pas tous. Ce conseiller est l’auteur du savoureux Guimauve le Conquérant qui fait merveilleusement écho au Bertrand Du Déclin forgé dès l’élection, moment historique s’il en est dans les annales de la capitale, de Bertrand Delanoë à la Mairie de Paris et dont l’avènement devait marquer l’aube d’une nouvelle ère. « Non Lucette l’autobus ne vas pas à Corinthe ! » pourraient s’exclamer le titi parisien et tous les Gavroche de l’hexagone pour paraphraser le proverbe latin.

L’univers des bisounours :

Pour les plus naïfs qui espèrent toujours, contre vents et marrées, en des lendemains qui chantent, Fraise des bois est sans doute le surnom le plus connu, corroyé pour eux par Laurent Fabius en 2003. "A-t-on jamais caché un éléphant derrière une fraise des bois ?" interroge l'ancien plus jeune Premier ministre en visant le patron du PS. Fabius contemple le successeur de Jospin de toute la hauteur de son impérial mépris. Hollande est, depuis la défaite du 21 avril 2002, le « leader » naturel du Parti socialiste. La comparaison avec une replète fraise des bois souligne la petitesse et la timidité de jeune fille du sujet devant la majesté écrasante des éléphants menacés par nul prédateur. Le sobriquet s’est décliné par la suite en autant de gourmandises saturées de colorant propres à assouvir les caprices des enfants des meilleurs quartiers : Fraise Tagada, pour le côté sucré, Fraise flagada, pour son manque supposé de fermeté...

Flamby est une création prêtée à d’Arnaud Montebourg lancée dans les couloirs de l’Assemblée nationale également en 2003. Renversée au fond d’une assiette, cette crème dessert gélatineuse un instant vacille tout en dégoulinant de caramel avant de se stabiliser et reprendre sa couleur naturelle indéfinissable. Les plus gloutons la gobent parfois d’un trait, sans discernement. N’offrant aucune résistance au palais, elle se déglutit selon l’appétit propre à chaque gosier.

Depuis mars dernier, sous l’effet d’une révélation offerte par le Carnard enchaîné à ses lecteurs, on sait que les proches de l’actuel locataire de l’Elysée le désignent sous le respectueux vocable de Pépère qui rappelle celui d’Edredon dont il avait été qualifié lorsqu’il présidait aux destinées de la rue de Solférino. Tout ceci sonne impeccablement : au pays des Calinours, on s’aime avec effusion en se pourléchant les babines au rappel de si suaves douceurs !

Aux côtés du renard, de la grenouille ou du crapaud,  la présence d’un pingouin sur le chemin de l’école suivi par Calinours ne saurait faire mauvaise figure ! Si Carla réfute à qui veut l’entendre l’allusion à François Hollande dans une chanson de son dernier album, les clins d’œil restent nombreux dans le cours des paroles : "Les bras ballants, le pingouin, les bras ballants mais l'oeil hautain" (on songe à la photo officielle du président de la République), et plus loin : "Si un jour tu recroises mon chemin, je t'apprendrai, le pingouin, je t'apprendrai à faire le baisemain" (on se souvient du manque de courtoisie de François Hollande à l’égard de que Carla Bruni-Sarkozy lors de la passation des pouvoirs à l'Élysée).

Les évocations régaliennes :

Mais arrivent d’autres circonlocutions plus magistrales encore puisqu’elles visent l’aptitude de celui qui s’apprête à détenir entre ses mains les rênes de l’Etat ! La « gentillesse » de Jean-Luc Mélenchon qualifiant, dans « une saison de tempête », le candidat socialiste de capitaine de pédalo présente une  incontestable valeur symbolique à laquelle Claude Allègre ajoute sa petite formule : « ce n’est pas un pilote de grand vent » ! Mais voilà, alors que tous ces beaux accords étaient retombés, Flanby avec « sa boîte à outils » se présente le 11 avril dernier à la France entière comme Monsieur Bricolage : il en dégaine un tournevis-contrat de génération, une clé-BPI ou encore un marteau-contrat d'avenir. Nicolas Baverez, dans son analyse du Point, en kiosque le 11 avril 2013, perfectionne encore ce surnom et voit dans le président "le petit bricoleur du marché de Tulle". 

 Quels trésors d’ingéniosité et d’humour déploieront à l’avenir les amis socialistes du président ? Pas question de réprimandes de la part de Monsieur petites blagues, comme l’appelle aussi Laurent Fabius, à l’encontre des auteurs de ces si brillantes saillies : on est entre camarades, quoi ! … sous l’autorité du chef de l’Etat ? Pas entre nous, voyons !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

Commentaires (45)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ISABLEUE
- 15/04/2013 - 16:10
ha ha ha aha
au moins, nous avons de l'imagination !!!
Bravo (il faut bien qu'on s'auto-congratule)..

Moa président me plait bien.... je le revois encore à la sortie du plateau demandant à ses sbires "j'étais bien " ? et "Ca m'est sorti comme ça..." nous prenant pour des billes : il avait dû bosser, ou du moins faire bosser son équipe là-dessus..

MOA président je ferai...

MOA MOA MOA..
Pingouin de bas étage, va !!!
lavande
- 15/04/2013 - 10:27
Je le ne ferai plus Mr Peillon
Je sais utiliser et non je sais utilisé.
lavande
- 15/04/2013 - 10:20
Je n'ai pas le temps de tout lire
Je n'ai pas le temps de tout lire, donc mes excuses si mes surnoms ont déjà été proposés par ailleurs .
En hommage à le boite à outils ( ça fait : "vous avez vu je sais utilisé un ordinateur " )
Le plombier corrézien ( je pense être le premier )
Monsieur Bricolage ( celui ci je suis en peu près sûr qu'il a déjà été proposé )