En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

07.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 6 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 4 heures 13 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 5 heures 1 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 10 heures 58 sec
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Politique
Milliardaires contre milliardaires

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Société
Entretien

Chantal Delsol : "L’Occident est passé de l’humanisme à l’humanitaire"

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 41 min 6 sec
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 4 heures 44 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 7 heures 43 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 8 heures 26 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Politique
La révolution sera cruelle ou ne sera pas

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Santé
Usine du monde

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

il y a 13 heures 18 min
© Reuters
Les hommes préfèrent, contrairement à une idée reçue, une épilation non pas intégrale mais en "triangle des Bermudes".
© Reuters
Les hommes préfèrent, contrairement à une idée reçue, une épilation non pas intégrale mais en "triangle des Bermudes".
L'origine du Monde

Quel rôle jouent les poils dans la sexualité ?

Publié le 12 avril 2013
Une étude britannique vient de révéler que les hommes préféraient, contrairement à une idée reçue, une épilation non pas intégrale mais en "triangle des Bermudes", plus naturelle. Mais qu'est-ce que notre amour du poil révèle de notre sexualité ?
Pascal de Sutter est psychologue-sexologue et enseigne dans plusieurs universités de France et de Belgique, dont Lille et Metz. Il est l'auteur, avec Catherine Solano, de plusieurs ouvrages sur la mécanique sexuelle des hommes aux éditions Robert...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal De Sutter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Sutter est psychologue-sexologue et enseigne dans plusieurs universités de France et de Belgique, dont Lille et Metz. Il est l'auteur, avec Catherine Solano, de plusieurs ouvrages sur la mécanique sexuelle des hommes aux éditions Robert...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude britannique vient de révéler que les hommes préféraient, contrairement à une idée reçue, une épilation non pas intégrale mais en "triangle des Bermudes", plus naturelle. Mais qu'est-ce que notre amour du poil révèle de notre sexualité ?

Atlantico : Une étude britannique vient de révéler que, contrairement à une idée reçue, l'épilation féminine préférée des hommes n'est pas l'épilation intégrale mais "un jardin féminin bien entretenu". Plus généralement, les poils ont-ils véritablement un rôle dans la sexualité ? 

Pascal de Sutter : Le rapport des femmes et des hommes à la pilosité dans la sexualité relève pour une immense majorité de l'effet de mode, selon les époques et les cultures. Il y a des temps, au 19e notamment, où l'on a trouvé le poil très érotique - Gustave Courbet avec l'Origine du Monde - où la pilosité, tant masculine que féminine, était valorisée comme un symbole de virilité pour l 'homme, et de sensualité pour la femme. Les variations valent aussi pour les cultures : dans la tradition arabo-musulmane, les femmes s'épilent depuis la nuit des temps, et ce n'est pas un effet de mode, c'est un élément culturel à part entière.Dans le monde occidental, la mode de l'épilation date des années 80-90, et  cette évolution est d'ailleurs visible dans les films pornographiques : les actrices sont de plus en plus épilées, elles n'ont plus aucun poil pubien. Selon la quantité de poils, on peut évaluer la date du film. 


Il y a une évolution considérable dans la traque au poil jusqu'à l'extrême qui était atteinte jusque récemment, les femmes avaient le corps entièrement épilé. C'est aussi une mode que l'on retrouve chez les hommes : à la base uniquement réservée au milieu homosexuel, c'est une tendance qui s'est largement répandue dans les sociétés occidentales même parmi le milieu hétérosexuel. Aujourd'hui, de nombreux hommes hétérosexuels se rasent le scrotum, le torse et mêmes les aisselles.

 

Le poil est-il sexué ? Peut-on dire que les poils ont une symbolique sexuelle ? Laquelle ?

La pilosité pubienne est une marque de sexualisation, puisqu'elle n’apparaît qu'à la puberté, chez l'homme comme chez la femme. De plus, les poils sont plus présents dans des zones sexuées. Ils sont également la preuve de maturité sexuelle : quand on a des poils, on est en capacité de se reproduire. 

Aujourd'hui, l'évolution des pratiques épilatoires est liée à plusieurs facteurs : bien sûr la pornographie. A partir du moment où on exhibe les zones génitales, on voit mieux les détails de la pénétration, et dans une perspective voyeuriste comme est celle du porno, c'est une option intéressante.  On voit mieux les détails de la vulve féminine. .Quand on homme s'épile et raccourcit ses poils, par effet d'optique, son pénis parait plus grand.

La dernière explication est érotique : du point de vue de celui ou celle qui fait une fellation ou un cunnilingus, c'est plus agréable de lécher un sexe glabre ou des lèvres épilées plutôt que de lécher une zone très poilue. Du point de vue du récepteur, c'est la même chose : il est plus agréable de se faire caresser et lécher une zone glabre. Il y a vraiment un sens pratique à l'épilation qui rend plus agréable les rapports bucco-génitaux.

Comment peut-on expliquer le dégoût des poils chez certaines personnes, autant sur leur propre corps que sur le corps de leur partenaire ? 

Il y a souvent des interprétations sauvages, qui légitimeraient l'hypothèse qu'aimer l'épilation intégrale serait signe d'une pédophilie sous-jacente : c'est une pure fiction, qui ne repose sur aucune étude scientifique : les hommes qui aiment les sexes épilés vont aimer les gros seins et les fesses rebondies, qui sont deux signes de maturité sexuelle que l'on ne trouve bien évidemment pas chez les enfants. On peut expliquer ce dégoût car le poil peut être considéré comme inesthétique. Il y a également des phobiques des poils, mais ça c'est autre chose. Mais l'immense majorité suit l'effet de mode, et adapte son épilation selon les tendances.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

07.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
secotine
- 12/04/2013 - 23:33
point trop n'en faut mais un peu quand même
Ben moi j'aime les hommes qui ont des poils même au ... et sur le torse et sur les bras et les jambes. Qui sont costauds, qui ont une voix grave, qui sentent bons, qui sont gentils et drôles, qui aiment le rock et le blues. J'aime bien aussi quand ils ont une belle dentition et des bras bien épais. Je les aime dans mon lit (en fait tjrs le même depuis 20 ans) mais on peut rêver, à table (pour manger), en soirée... Bref, j'aime les hommes qui s'assument et qui m'aiment.
zergotine
- 12/04/2013 - 22:14
Beurk, c'est moche et ça pue !!
Pathétiques ces métrosexuels ou homo qui entretiennent une barbe de 3j pour essayer de se viriliser... ils sont ridiculement moches, font négligés et aucune fille n'a envie d'embrasser un chimpanzé mal rasé ! Because, rougeurs, boutons et furoncles assurés !

Oui, le poil c'est laid, sale, repoussant (sueur, odeur, résidus douteux) vous renvoie direct à l'âge de pierre !
Le pire c'est qu'ils perdent leurs poils dans le lit, baignoire et lavabo !
En 2013, le laser fait des miracles ! ce serait dommage de ne pas en profiter !
géodith
- 12/04/2013 - 21:26
Au fait
les morpions ont presque été éradiqués !
L'est pas belle la vie ?