En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 4 heures 52 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 6 heures 49 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 2 heures 3 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 4 heures 25 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 4 heures 48 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 4 heures 59 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 5 heures 33 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 6 heures 18 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 6 heures 27 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 7 heures 27 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 7 heures 55 min
© Reuters
Plusieurs chefs français ont lancé le label "restaurant de qualité".
© Reuters
Plusieurs chefs français ont lancé le label "restaurant de qualité".
Cocorico

La gastronomie française est-elle victime de son succès ?

Publié le 22 avril 2013
Plusieurs chefs français ont lancé le label "restaurant de qualité" pour séparer les vrais cuisiniers des simples "assembleurs". Une initiative qui laisse perplexe quant à sa nécessité dans le pays censé incarner la gastronomie.
Emmanuel Rubin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Rubin est directeur éditorial des Editions Jalou. Il est animateur de l'émission Goûts de Luxe, journaliste gastronomique au Figaro  et pour BFM TV. Il est également le co-fondateur du Fooding.Il est l'auteur de plusieurs livres sur la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs chefs français ont lancé le label "restaurant de qualité" pour séparer les vrais cuisiniers des simples "assembleurs". Une initiative qui laisse perplexe quant à sa nécessité dans le pays censé incarner la gastronomie.

Atlantico : Quinze grands chefs français viennent de lancer une appellation "restaurants de qualité" afin de distinguer les "artisans restaurateurs" des "commerçants restaurateurs". Que pensez-vous de cette initiative ? N'est-il pas inquiétant de constater que de tels procédés doivent être mis en place en France, pays de la gastronomie, afin de garantir une prestation culinaire de qualité dans nos restaurants ? 

Emmanuel Rubin : Toute initiative pour cadrer cette profession qui ne l'a jamais vraiment été est bonne à prendre. Cela dit, même s'il faut la saluer, elle est tardive, isolée, et vient en aval alors que le problème doit être traité en amont. Dans le cadre de cette appellation, on va certifier et accompagner des restaurateurs déjà installés, alors qu'il faudrait agir à la source : l'enseignement du métier de chef dans les écoles hôtelières, les bac Pro, les CAP... 

Cette mesure est un indicateur de la santé de notre gastronomie française, elle est bien évidemment inquiétante, mais il ne faudrait pas réduire ce problème à la France : il est mondial. Simplement, dans notre pays, cela prend une dimension particulière car la nourriture et la gastronomie sont parties prenantes de notre identité culturelle. La gastronomie est vraiment un aspect primordial de ce qu'est l'esprit français. C'est également quelque chose que l'on exporte : Paris est la première destination touristique au monde,  et bien évidemment la gastronomie participe à cette dynamique-là. 

En France, le discours sur la gastronomie est omniprésent : à travers les médias, les manifestations, les foires, les festivals, les classements mondiaux. Il y a pourtant un paradoxe français entre l'image exportée à l'étranger et la réalité de nos assiettes qui est désespérante.  Cependant, la France n'est pas mieux lotie que le reste du monde : elle subit aussi les diktats de l'industrie alimentaire, de l'uniformisation du goût, et surtout de l'éducation au goût qui est en train de disparaître. La réalité française c'est qu'il y a un décalage schizophrénique à gérer pour les Français et pour les pouvoirs publics, qui pendant des années ont ignoré l'ampleur du problème et ont laissé empirer la situation. 

Plus généralement, peut-on dire que la gastronomie française est en danger? Pour quelles raisons ? 

Elle est davantage fébrile que sur le point de mourir. Mais il faut engager une réelle résistance, un volontarisme à tous les niveaux afin de changer les choses, autant dans la sphère publique que privé, pour plus de transparence, de réglementation et de qualité. La gastronomie française est un chef d’œuvre en péril, qui subit de plein fouet la mondialisation comme le reste du monde. Le diktat agro-alimentaire ne s'embarrasse pas de frontières. Nos sociétés modernes ont voulu une nourriture hygiéniste  on en paye aujourd'hui les conséquences : il suffit de voir récemment l'affaire des lasagnes de cheval.

On voit bien que dans le paysage français, même à la campagne il n'y a quasiment plus d'auberges, ce ne sont que des chaines de restauration. Ce sont des restaurants préformatés, de montage et d'assemblage : et c'est ce qui constitue la restauration française à 80 % aujourd'hui. Dans les grandes villes, qui sont paradoxalement loin du terroir - notamment Paris- on garde une volonté de garder une véritable qualité. Mais il ne faut pas s'en contenter.Notre cuisine est complètement désincarnée. Et ce n'est pas quelques chefs qui vont lancer une initiative qui vont changer les choses.

A l'heure de la mondialisation des pratiques culturelles, peut-on dire qu'il reste une gastronomie française? Est-elle encore influente dans le monde ? 

Il reste une gastronomie française : il y a un terroir français et une richesse incroyable , une culture du goût, mais surtout la France a été l'un des rares pays à codifier sa gastronomie, à travers les cours royales, à travers la cuisine bourgeoise, la codification du repas, puis à travers les grands chefs;, ce qui explique qu'elle a dominé le reste du monde : on vivait pour manger alors que le reste du monde mangeait pour vivre. Depuis les Trente Glorieuses, le rapport à la gastronomie a changé dans le monde : des nations se sont intéressées à leur patrimoine gastronomique, notamment  certains chefs à travers le monde, venus apprendre leur métier en France, pays de formation des grands chefs. Les pays se sont réveillés avec un grand appétit pour la gastronomie : l'Angleterre, l'Espagne.
La France n'a pas perdu sa superbe, et reste toujours très influente, c'est qu'elle ne domine plus, elle partage sa superbe. Certains critiques et chefs voient cela comme un déclin, or il faut le voir comme un enrichissement : la mondialisation peut être désastreuse comme bénéfique pour la haute gastronomie. 

La gastronomie française serait-elle un réalité transformée en mythe par l'usure du temps? Possédons-nous encore une identité alimentaire française?  

Le mythe sert à avancer jusqu'à l'instant où il ne devient qu'un mensonge comme les autres. A s’enorgueillir de sa domination sur le monde, la France et son empire quasiment colonial sur le monde de la gastronomie se sont effondrés. Les Français n'ont pas eu conscience que le mythe s'est endormi. Le fait d'être inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO n'a pas arrangé les choses. : mais derrière le vernis, la réalité est toute autre.
 
La France se réveille aujourd'hui avec une sacrée gueule de bois. La notion de "fait maison" ne veut plus rien dire, les cartes de restaurants sont illisibles, avec des appellations de produits farfelues.
Beaucoup d'éléments doivent être mis en place pour le public : il faut notamment instaurer une réelle traçabilité des produits et une lisibilité des cartes de restaurants plus grande.  On ne nous propose toujours que des réformettes, souvent d'initiative privée d'ailleurs. 

Comment pourrait-elle se réinventer ? Peut-elle évoluer vers de nouveaux modèles? ? Lesquels ? 

Le discours gastronomique aujourd'hui n'est pas inquiétant. Les jeunes chefs savent dialoguer avec leur époque et s'enrichir. En France, nous possédons une cuisine et des écoles de formation de qualité.  Nous avons un pouvoir, et surtout suffisamment de culture et de mémoire pour que la haute gastronomie française se porte bien. Mais la France a les mêmes problèmes économiques et culturels que les autres pays dans la notion du bien-manger au quotidien. il faut décrisper le débat, et ouvrir les yeux sur la réalité de la gastronomie mondiale. Certes, c 'est encore dans nos brigades que les chefs du monde entier viennent se former. Pour les grands chefs, la France est en train de digérer le fait qu'elle partage son pouvoir.

A vouloir démocratiser la gastronomie, on recrée finalement une cuisine très bourgeoise établie. En réalité, aujourd'hui, pour bien manger, il faut être formé et en avoir les moyens : cela est dommageable mais bien manger est réservé aux riches, et c'est  ce qui est inquiétant. Aujourd'hui, la gastronomie est réservé à l'aristocratie : la nourriture redevient une affaire de classes.
Et ce ne sont pas les émissions type Masterchef ou Top Chef qui vont éveiller les consciences : les gens qui regardent ces émissions les regardent comme des divertissements, et non comme des moyens de s'instruire : c'est une discours qui ne porte pas dans la réalité des faits.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gilvin34
- 22/04/2013 - 14:38
Excellente initiative
Y en à assez des "chefs qui assemblent" des produits industriels congelés, ajoutent une feuille de persil ou une olive et disent que c'est fait maison (oui la loi le permet !)
Ce serait bien que cette initiative rassemble le maximum de vrais chefs, petits ou grands, afin que le client sache à qui il a affaire.
Ce serait encore mieux si une loi était votée et appliquée afin d'honorer et justifier la gastronomie française.
walküre
- 22/04/2013 - 11:48
Bien manger réservé aux riches ?
Sûrement pas. Mais il suffit de voir ce que les gens achètent. Les caddies sont pleins de saloperies chères, souvent toutes préparées, bien grasses et surtout qui passent à la télé. Le consommateur devrait comparer un peu plus souvent, et les prix et les produits. Evidemment si sa culture culinaire s'arrête au haché-frites, on ne peut rien pour lui...
gegemalaga
- 22/04/2013 - 11:26
auberges
allez , cherchez un tout petit peu ...vous allez en trouver , des auberges ou des " cantines " !

meme à Paris !

gegemalaga