En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

05.

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

06.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
"Pleure pas nostalgie"
Didier Barbelivien relate le souvenir du jour où lui et Nicolas Sarkozy ont failli mourir en avion
il y a 30 min 49 sec
pépites > Politique
Vision politique
Valérie Pécresse plaide pour un "choc d'autorité" sur la question de l'immigration
il y a 1 heure 24 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de "phénomènes aériens non identifiés" ; Un fossile rare datant de 10 millions d’années éclaire l’évolution de l’Homme
il y a 3 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Social
Manifestation

Acte 45 des Gilets jaunes : ni retour en force ni convergence des luttes

il y a 5 heures 12 min
pépites > Social
Maintien de l'ordre
Incidents en marge de la Marche pour le climat : la préfecture estime avoir "maîtrisé" la situation
il y a 17 heures 28 min
pépites > High-tech
Révolution
Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"
il y a 19 heures 51 min
light > Insolite
"La vérité est ailleurs"
Echec de l'invasion de la zone 51
il y a 20 heures 43 min
décryptage > France
Entretien

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

il y a 1 heure 10 min
pépite vidéo > Politique
Convictions
"ONPC" : François-Xavier Bellamy interpellé sur sa position sur la PMA et l'avortement
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Le chemin intérieur des prêtres face à la crise des vocations

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 4 heures 55 min
pépite vidéo > Culture
Emotion
Le coq de Notre-Dame de Paris est exposé pour les Journées du patrimoine
il y a 16 heures 52 min
pépite vidéo > Social
Infiltration
Les images de la Marche pour le climat perturbée par les black blocs
il y a 17 heures 57 min
pépite vidéo > International
Bruit des bottes
Les Etats-Unis vont envoyer des renforts militaires dans le Golfe après les attaques en Arabie saoudite
il y a 20 heures 24 min
pépite vidéo > Media
Rivalité
Valérie Trierweiler confirme que Ségolène Royal avait exigé son départ de la rédaction de "Paris Match"
il y a 21 heures 37 min
© Reuters
Plusieurs chefs français ont lancé le label "restaurant de qualité".
© Reuters
Plusieurs chefs français ont lancé le label "restaurant de qualité".
Cocorico

La gastronomie française est-elle victime de son succès ?

Publié le 22 avril 2013
Plusieurs chefs français ont lancé le label "restaurant de qualité" pour séparer les vrais cuisiniers des simples "assembleurs". Une initiative qui laisse perplexe quant à sa nécessité dans le pays censé incarner la gastronomie.
Emmanuel Rubin est directeur éditorial des Editions Jalou. Il est animateur de l'émission Goûts de Luxe, journaliste gastronomique au Figaro  et pour BFM TV. Il est également le co-fondateur du Fooding.Il est l'auteur de plusieurs livres sur la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Rubin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Rubin est directeur éditorial des Editions Jalou. Il est animateur de l'émission Goûts de Luxe, journaliste gastronomique au Figaro  et pour BFM TV. Il est également le co-fondateur du Fooding.Il est l'auteur de plusieurs livres sur la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs chefs français ont lancé le label "restaurant de qualité" pour séparer les vrais cuisiniers des simples "assembleurs". Une initiative qui laisse perplexe quant à sa nécessité dans le pays censé incarner la gastronomie.

Atlantico : Quinze grands chefs français viennent de lancer une appellation "restaurants de qualité" afin de distinguer les "artisans restaurateurs" des "commerçants restaurateurs". Que pensez-vous de cette initiative ? N'est-il pas inquiétant de constater que de tels procédés doivent être mis en place en France, pays de la gastronomie, afin de garantir une prestation culinaire de qualité dans nos restaurants ? 

Emmanuel Rubin : Toute initiative pour cadrer cette profession qui ne l'a jamais vraiment été est bonne à prendre. Cela dit, même s'il faut la saluer, elle est tardive, isolée, et vient en aval alors que le problème doit être traité en amont. Dans le cadre de cette appellation, on va certifier et accompagner des restaurateurs déjà installés, alors qu'il faudrait agir à la source : l'enseignement du métier de chef dans les écoles hôtelières, les bac Pro, les CAP... 

Cette mesure est un indicateur de la santé de notre gastronomie française, elle est bien évidemment inquiétante, mais il ne faudrait pas réduire ce problème à la France : il est mondial. Simplement, dans notre pays, cela prend une dimension particulière car la nourriture et la gastronomie sont parties prenantes de notre identité culturelle. La gastronomie est vraiment un aspect primordial de ce qu'est l'esprit français. C'est également quelque chose que l'on exporte : Paris est la première destination touristique au monde,  et bien évidemment la gastronomie participe à cette dynamique-là. 

En France, le discours sur la gastronomie est omniprésent : à travers les médias, les manifestations, les foires, les festivals, les classements mondiaux. Il y a pourtant un paradoxe français entre l'image exportée à l'étranger et la réalité de nos assiettes qui est désespérante.  Cependant, la France n'est pas mieux lotie que le reste du monde : elle subit aussi les diktats de l'industrie alimentaire, de l'uniformisation du goût, et surtout de l'éducation au goût qui est en train de disparaître. La réalité française c'est qu'il y a un décalage schizophrénique à gérer pour les Français et pour les pouvoirs publics, qui pendant des années ont ignoré l'ampleur du problème et ont laissé empirer la situation. 

Plus généralement, peut-on dire que la gastronomie française est en danger? Pour quelles raisons ? 

Elle est davantage fébrile que sur le point de mourir. Mais il faut engager une réelle résistance, un volontarisme à tous les niveaux afin de changer les choses, autant dans la sphère publique que privé, pour plus de transparence, de réglementation et de qualité. La gastronomie française est un chef d’œuvre en péril, qui subit de plein fouet la mondialisation comme le reste du monde. Le diktat agro-alimentaire ne s'embarrasse pas de frontières. Nos sociétés modernes ont voulu une nourriture hygiéniste  on en paye aujourd'hui les conséquences : il suffit de voir récemment l'affaire des lasagnes de cheval.

On voit bien que dans le paysage français, même à la campagne il n'y a quasiment plus d'auberges, ce ne sont que des chaines de restauration. Ce sont des restaurants préformatés, de montage et d'assemblage : et c'est ce qui constitue la restauration française à 80 % aujourd'hui. Dans les grandes villes, qui sont paradoxalement loin du terroir - notamment Paris- on garde une volonté de garder une véritable qualité. Mais il ne faut pas s'en contenter.Notre cuisine est complètement désincarnée. Et ce n'est pas quelques chefs qui vont lancer une initiative qui vont changer les choses.

A l'heure de la mondialisation des pratiques culturelles, peut-on dire qu'il reste une gastronomie française? Est-elle encore influente dans le monde ? 

Il reste une gastronomie française : il y a un terroir français et une richesse incroyable , une culture du goût, mais surtout la France a été l'un des rares pays à codifier sa gastronomie, à travers les cours royales, à travers la cuisine bourgeoise, la codification du repas, puis à travers les grands chefs;, ce qui explique qu'elle a dominé le reste du monde : on vivait pour manger alors que le reste du monde mangeait pour vivre. Depuis les Trente Glorieuses, le rapport à la gastronomie a changé dans le monde : des nations se sont intéressées à leur patrimoine gastronomique, notamment  certains chefs à travers le monde, venus apprendre leur métier en France, pays de formation des grands chefs. Les pays se sont réveillés avec un grand appétit pour la gastronomie : l'Angleterre, l'Espagne.
La France n'a pas perdu sa superbe, et reste toujours très influente, c'est qu'elle ne domine plus, elle partage sa superbe. Certains critiques et chefs voient cela comme un déclin, or il faut le voir comme un enrichissement : la mondialisation peut être désastreuse comme bénéfique pour la haute gastronomie. 

La gastronomie française serait-elle un réalité transformée en mythe par l'usure du temps? Possédons-nous encore une identité alimentaire française?  

Le mythe sert à avancer jusqu'à l'instant où il ne devient qu'un mensonge comme les autres. A s’enorgueillir de sa domination sur le monde, la France et son empire quasiment colonial sur le monde de la gastronomie se sont effondrés. Les Français n'ont pas eu conscience que le mythe s'est endormi. Le fait d'être inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO n'a pas arrangé les choses. : mais derrière le vernis, la réalité est toute autre.
 
La France se réveille aujourd'hui avec une sacrée gueule de bois. La notion de "fait maison" ne veut plus rien dire, les cartes de restaurants sont illisibles, avec des appellations de produits farfelues.
Beaucoup d'éléments doivent être mis en place pour le public : il faut notamment instaurer une réelle traçabilité des produits et une lisibilité des cartes de restaurants plus grande.  On ne nous propose toujours que des réformettes, souvent d'initiative privée d'ailleurs. 

Comment pourrait-elle se réinventer ? Peut-elle évoluer vers de nouveaux modèles? ? Lesquels ? 

Le discours gastronomique aujourd'hui n'est pas inquiétant. Les jeunes chefs savent dialoguer avec leur époque et s'enrichir. En France, nous possédons une cuisine et des écoles de formation de qualité.  Nous avons un pouvoir, et surtout suffisamment de culture et de mémoire pour que la haute gastronomie française se porte bien. Mais la France a les mêmes problèmes économiques et culturels que les autres pays dans la notion du bien-manger au quotidien. il faut décrisper le débat, et ouvrir les yeux sur la réalité de la gastronomie mondiale. Certes, c 'est encore dans nos brigades que les chefs du monde entier viennent se former. Pour les grands chefs, la France est en train de digérer le fait qu'elle partage son pouvoir.

A vouloir démocratiser la gastronomie, on recrée finalement une cuisine très bourgeoise établie. En réalité, aujourd'hui, pour bien manger, il faut être formé et en avoir les moyens : cela est dommageable mais bien manger est réservé aux riches, et c'est  ce qui est inquiétant. Aujourd'hui, la gastronomie est réservé à l'aristocratie : la nourriture redevient une affaire de classes.
Et ce ne sont pas les émissions type Masterchef ou Top Chef qui vont éveiller les consciences : les gens qui regardent ces émissions les regardent comme des divertissements, et non comme des moyens de s'instruire : c'est une discours qui ne porte pas dans la réalité des faits.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

05.

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

06.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gilvin34
- 22/04/2013 - 14:38
Excellente initiative
Y en à assez des "chefs qui assemblent" des produits industriels congelés, ajoutent une feuille de persil ou une olive et disent que c'est fait maison (oui la loi le permet !)
Ce serait bien que cette initiative rassemble le maximum de vrais chefs, petits ou grands, afin que le client sache à qui il a affaire.
Ce serait encore mieux si une loi était votée et appliquée afin d'honorer et justifier la gastronomie française.
walküre
- 22/04/2013 - 11:48
Bien manger réservé aux riches ?
Sûrement pas. Mais il suffit de voir ce que les gens achètent. Les caddies sont pleins de saloperies chères, souvent toutes préparées, bien grasses et surtout qui passent à la télé. Le consommateur devrait comparer un peu plus souvent, et les prix et les produits. Evidemment si sa culture culinaire s'arrête au haché-frites, on ne peut rien pour lui...
gegemalaga
- 22/04/2013 - 11:26
auberges
allez , cherchez un tout petit peu ...vous allez en trouver , des auberges ou des " cantines " !

meme à Paris !

gegemalaga