En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 1 heure 1 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 1 heure 10 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 2 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 5 heures 7 sec
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 5 heures 38 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 1 heure 5 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 5 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 14 heures 48 min
© REUTERS/Jacky Naegelen
Le marathon de Paris a lieu ce dimanche.
© REUTERS/Jacky Naegelen
Le marathon de Paris a lieu ce dimanche.
Marathon de Paris

Pourquoi courir rend addict

Publié le 07 avril 2013
Ce dimanche, 50 000 coureurs s'aligneront au départ du marathon de Paris, un record pour cette course. Le course à pied est un sport populaire, mais sa pratique peut-elle générer une addiction ?
Hubert Ripoll
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Ripoll est psychologue du sport et essayiste. Il a travaillé auprès de plusieurs équipes de France et avec de nombreux champions olympiques et champions du monde. Il est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages sur la psychologie des champions et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce dimanche, 50 000 coureurs s'aligneront au départ du marathon de Paris, un record pour cette course. Le course à pied est un sport populaire, mais sa pratique peut-elle générer une addiction ?

Atlantico : La course à pied est l’un des sports les plus populaires. Pour preuve, ce dimanche, 50 000 personnes courront le marathon de Paris. On a tendance à dire que la course rend accro, mais est-ce que cette activité peut être considérée comme une drogue ?

Hubert Ripoll : On peut être accro à la course à pied mais il ne faut surtout pas la considérer comme une drogue. La prise de drogue est une activité passive, qui entraîne une perte de contrôle de soi. Elle est associée à un échec qui engendre une inadaptation psychologique, cognitive et sociale. Alors que pratiquer la course est une action qui augmente le contrôle de soi. C’est une activité reliée à la réussite, à une recherche d’accomplissement. Même un coureur du dimanche à ce sentiment. Cette motivation d’accomplissement, de recherche de dépassement, est exactement le contraire d’une drogue.

Enfin la course est fortement adaptative : on a les idées plus claires, on évacue le stress, les tensions. Les coureurs vont prendre goût à l’effort et ce goût peut se développer dans d’autres domaines d’activité de la vie comme travail. Le sport en général, et la course à pied en particulier, s’opposent radicalement à la drogue.

Quelles sont les substances sécrétées par le corps humain qui nous rendent accro à la course ?

Il a été démontré que lorsqu’on pratique un effort prolongé, le corps produit des endosubstances qui sont de type endorphine. Elles ont les propriétés d’inhiber la douleur et d’augmenter le plaisir. Ces endorphines sont des dérivés de la morphine.

Si le corps peut créer une réelle addiction à la course, cette addiction peut-elle être néfaste comme les autres addictions ?

L’addiction est un sentiment que l’on ressent lorsqu’on est privé de quelque chose. Il y a des addictions qui sont désocialistantes. La nécessité de courir peut être désocialisante, notamment par rapport milieu familial ou au travail.

Le besoin de courir est là car il permet d'éprouver du plaisir, et d’une certaine façon de s’accomplir. Face à ces sensations, on peut ignorer les signaux d’alertes de notre corps. L’impression d’euphorie due à la sécrétion d’endorphines présente un risque : on ne sent pas que nos tendons sont en souffrance et les courbatures n’apparaissent que le lendemain. Pour les champions, les « addicts », cela va jusqu’à des traumatismes fonctionnels graves : ruptures ligamentaires, problème rachidiens… Ce besoin de pratiquer de façon régulière une activité de longue durée peut être traumatisant.

Il faut savoir pourquoi on pratique : pour se dépasser et pour dépasser les autres. Si ces deux raisons sont exacerbées vous risquez de ne pas ressentir les signaux de votre organisme. Il est donc essentiel d’être à l’écoute de son corps.

Est-ce que d'autres activités sportives peuvent générer une forme d'addiction ?

La pratique d'une épreuve de longue durée, quelle qu'elle soit (course, nage, ski…) force le corps a produire des endosubstances. Cependant l’addiction peut aussi être exogène, comme la recherche constante de victoire, la volonté d'être reconnu socialement. Les personnes qui exercent une activité à très haut niveau et pendant une longue période sont accro au plaisir que cela génère.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mani
- 07/04/2013 - 15:05
Tout pareil que mes deux camarades ci-dessous...
"Addict" est un mot anglais. Le bon mot est "dépendant", et on peut aller jusqu'à "accro" si on accepte de tomber dans un registre familier. Est-ce si compliqué de parler français ?
Gamelledebouse
- 07/04/2013 - 14:46
franglais
Dépendant en bon français .
Les drogués au franglais ne connaissent ni le français ni l'anglais .
jean-paul
- 07/04/2013 - 12:48
accro, pas addict
vous voulez parler french ou english?