En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Ce qui peut paraître surprenant, c'est que les actionnaires des banques n'imposent pas un changement drastique de modèle.
Plus fort qu'on ne le croît
Scandale à la Deutsche Bank : comment les banques parviennent-elles encore à passer à travers les mailles du filet ?
Publié le 05 avril 2013
La banque centrale allemande s'apprête à enquêter sur la Deutsch Bank soupçonnée, selon le Financial Times, d'avoir caché plusieurs milliards d'euros de pertes sur des dérivés de crédit pendant la crise.
Christophe Moussu est professeur de finance à l’ESCP Europe et professeur visitant au Collège d’Europe et à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.Il a toujours promu une finance de long terme au service de l’économie réelle.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Moussu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Moussu est professeur de finance à l’ESCP Europe et professeur visitant au Collège d’Europe et à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.Il a toujours promu une finance de long terme au service de l’économie réelle.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La banque centrale allemande s'apprête à enquêter sur la Deutsch Bank soupçonnée, selon le Financial Times, d'avoir caché plusieurs milliards d'euros de pertes sur des dérivés de crédit pendant la crise.

L’enquête lancée par la Bundesbank sur la Deutsche Bank concernant des pertes abyssales que la banque aurait cachées pendant la crise financière, nous rappelle que les prises de risque excessives n’étaient pas l’apanage des banques américaines. La question n’est pas de revenir sur le passé pour savoir qui était le plus gourmand ou le plus méchant mais de savoir si les choses sont en place pour que de tels errements ne se reproduisent pas. Le durcissement de la position du régulateur actuel est manifeste : encadrement des rémunérations au niveau européen, volonté de faire porter des pertes aux créanciers et déposants des banques à Chypre, ouverture d’une enquête à la Deutsche Bank... Il serait d’ailleurs faux et dangereux de penser que la finance ne peut pas être régulée. Pourtant, la pression du lobby bancaire ne relâche pas, la ligne de « défense » étant de continuer à faire croire que les nouvelles règles imposées aux banques ne leur permettent plus de faire le métier, qui est de financer l'économie. Ce que le régulateur semble méconnaître, c’est le rôle joué par certaines mesures de performances en place dans les banques.

La rentabilité financière comptable (ROE) reste notamment centrale dans l'allocation des ressources au sein des banques. Cela pousse les banques à chercher la rentabilité à court terme la plus forte, et à minimiser les fonds propres, fabriquant ainsi le parfait cocktail d'une prise de risque exagérée, c'est-à-dire destructrice de valeur. Dans une étude très récente avec Arthur Petit-Romec, nous apportons la preuve formelle du caractère destructeur de cette mesure de performance. Plus le ROE dans les banques était fort avant la crise, plus elles ont détruit de valeur pour les actionnaires dans la crise. Hélas, je suis effaré de voir que la manière dont la performance est mesurée dans les banques n'a pas changé d'un pouce depuis la crise financière. De manière encore plus inquiétante, le durcissement de la réglementation financière, notamment les exigences de fonds propres, a même renforcé la cristallisation sur ce type d’indicateurs. Je vois notamment une grande homogénéité dans les choix opérés par les banques face à la nouvelle donne réglementaire. Certaines activités de financement à long terme sont supprimées, détruisant des pans entiers de financements spécialisés et des emplois dans les banques. Le modèle "origination et titrisation", qui a déraillé dans la crise, est réaffirmé. Les arbitrages entre activités au sein des banques se font plus que jamais sur la base du ROE. Tout cela démontre que les incitations ne sont pas encore bien en place.

Ce qui peut paraître surprenant, c'est que les actionnaires des banques n'imposent pas un changement drastique de modèle. Une première raison est qu’ils ne comprennent pas ou sont passifs. Une deuxième raison est qu’ils sont complices, pensant encore bénéficier de la prise de risque associée à la maximisation de ce type d’indicateurs, tout en jouissant d’une protection de l’Etat en cas de crise. Le cas de Chypre est à ce titre intéressant. Une première lecture est de penser que les banques vont désormais supporter leurs pertes (dont les déposants), ce qui devrait limiter la prise de risque. Une deuxième lecture, plus réaliste, est de se souvenir que ces banques sont trop petites pour que le « too-big-too-fail » ne s’applique.

Pour revenir à un modèle de banque plus sain, le régulateur doit donc veiller aux incitations. L’augmentation des fonds propres est une bonne chose et devrait aller plus loin et plus vite. Les dividendes des banques devraient notamment être interdits tant que les banques n'ont pas fait la preuve de leur capacité à se recapitaliser. Une attention très particulière doit aussi être apportée à la manière dont les directions de banques sont rémunérées. La référence à des mesures de performance absurdes doit être combattue voire réglementée si les banques et leurs actionnaires n’apprennent pas. Des progrès ont été accomplis, souvent grâce à des personnes de bonne volonté acharnées. Du chemin reste à faire et à faire vite. Il y a un tel besoin de confiance et de justice sociale en ces temps difficiles, que les errements outranciers des banques doivent appartenir à l’histoire… au même titre que ceux des hommes politiques. Le fond a peut-être été touché.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sicenetoi
- 05/04/2013 - 14:31
la deutche bank ?
Ah, ben zut ! la banque aurait dissimulé de pertes abyssales ? La finance teutonne pervertie . Et dire que l'Allemagne nous est présentée comme un modèle...
PS.: que sont devenues ces pertes abyssales, personne ne nous le dit... Curieux non ? la savoir diminuerait-t-il 'aura de notre modèle ? Elle est pas belle la vie ?
Gengis
- 05/04/2013 - 13:03
Dieu est un fumeur de Havane ?
"Un riche vole un pauvre, c'est du business. Le pauvre se révolte, c'est de la violence". Dommage que je ne sois de Gauche, cette mignonne maxime m'eut servi ! -- Au final, à bien y réfléchir, les grandes valeurs humaines font fi de la dichotomie politique. N'empêche, la culture de droite invite, en principe lequel bafoué trahit un gauchiste reconverti, à s'interroger avant de vilipender la société., toute des autres que soi.
sbgf43
- 05/04/2013 - 10:33
Le quarté gagnant des banques
Menteurs/ tricheurs/ voleurs./profiteurs....les 4 valeurs des banques..