En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
A l’époque, on pensait que l’épidémie du Sida pouvait être comparable à celle de la peste.
Inconscients ?

Comment expliquer que le Sida fasse moins peur que la perspective d’une grossesse indésirée ?

Publié le 05 avril 2013
Le Sidaction se tient tout le week-end. Des réactions de femmes prouvent que dans les esprits une grossesse non désirée soit plus crainte qu'une maladie sexuellement transmissible. Pourquoi ?
Pascal de Sutter est psychologue-sexologue et enseigne dans plusieurs universités de France et de Belgique, dont Lille et Metz. Il est l'auteur, avec Catherine Solano, de plusieurs ouvrages sur la mécanique sexuelle des hommes aux éditions Robert...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal De Sutter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Sutter est psychologue-sexologue et enseigne dans plusieurs universités de France et de Belgique, dont Lille et Metz. Il est l'auteur, avec Catherine Solano, de plusieurs ouvrages sur la mécanique sexuelle des hommes aux éditions Robert...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Sidaction se tient tout le week-end. Des réactions de femmes prouvent que dans les esprits une grossesse non désirée soit plus crainte qu'une maladie sexuellement transmissible. Pourquoi ?

Atlantico : Le Sidaction 2013 a débuté pour récolter des fonds afin de faire avancer les recherches. Un reportage France Info (cliquez ici) rapporte des témoignages de femmes de tout âge qui sont plus préoccupées par une grossesse que par une contamination du VIH. Comment expliquer que la crainte d’une grossesse non désirée soit plus fort que celle de contracter une maladie à l’issue d’un rapport sexuel non protégé ?

Pascal de Sutter : Il y a plusieurs phénomènes, le premier c’est qu’il y a eu dans les années 80, des grandes campagnes par rapport au Sida qui ont fait peur aux gens. A l’époque, on pensait que l’épidémie du Sida pouvait être comparable à celle de la peste. Or comme l’épidémie n’a pas touché autant de personnes que dans les prédictions, les gens ont l’impression que la menace s’est éloignée.

La deuxième hypothèse, c’est qu’avec la trithérapie, la population a le sentiment, faux, que l’on peut soigner le Sida avec des médicaments. Ils n’ont pas conscience que le traitement est très lourd et qu’il ne fait que ralentir la maladie. On assiste à une dédramatisation du Sida.

L’idée que la crainte d’une grossesse non désirée est plus forte que celle d’une maladie s’explique de façon psychologique. On connait tous une femme qui est tombée enceinte, plus ou moins précocement. Or, il est moins fréquent de côtoyer de près ou de loin quelqu’un atteint du Sida. Dans nos connaissances, certains ont peut-être déjà contracté des infections sexuellement transmissibles (IST), mais ils ne s’en vantent pas. La maladie nous parait éloignée, ça ne nous concerne pas, ça n'arrive qu'aux autres. Alors qu'attendre un enfant, est quelque chose de concret. La maladie est plus de l’ordre de l’imaginaire, de l’irréaliste que le fait d’avoir un enfant. La grossesse est quelque chose de très réel. On pense toujours que le partenaire avec qui on partage l’intimité ne peut pas avoir de maladie. Quelque part se protéger, c’est aussi lui dire qu’il est sale, c’est avouer à son partenaire qu’on n’a pas confiance en lui.

Il est relativement facile de dire à son/sa partenaire que l’on ne souhaite pas avoir d’enfant avec lui/elle. Par contre, dire indirectement, en exigeant le préservatif, cela signifie "j’ai pas envie que tu me transmettes une maladie, car tu es peut être malade ou que tu me trompes avec quelqu’un d’autre", c’est plus compliqué sur le plan relationnel et psychologique. Toutes ces croyances psychologiques influencent nos comportements.

Quel rapport les partenaires ont-ils au préservatif ?

Le préservatif n’est agréable pour personne. Pour un homme, ce n’est pas un plaisir de mettre un préservatif car souvent le temps qu’il le mette, qu’il l’ajuste correctement, il perd son érection. C’est toujours un peu délicat, voire humiliant pour un homme de mettre un préservatif. Ils vont peut-être le porter pour une première relation sexuelle avec une nouvelle partenaire, mais avec une partenaire régulière ils ne l’utilisent plus.

On a aussi cette idée, que ce sont les hommes qui rechignent à mettre un préservatif. Or on constate que souvent, se sont les femmes qui mélangent les sentiments et le désir sexuel. Lorsqu’elles sont un peu amoureuses, elles demandent à ne plus utiliser de protection. Si l’homme met un préservatif, c’est une façon de lui dire qu’elle est une putain, que c’est une femme parmi d’autres. Alors que si la femme a l’illusion qu’elle est la seule, que l'homme ne fait l’amour qu’avec elle, elle ne voit pas l’utilité de mettre un préservatif.  Les femmes dans le feu de l’action, peuvent s'oublier, s’abandonner complètement et demander à l’homme de ne pas mettre de préservatif.

Pour mieux gérer le préservatif, il faut avoir un bon entrainement. Plus on l’utilise, plus on s’en accommode. Une fois que les personnes sont en couple et après avoir effectué les tests nécessaires, il est préférable de choisir un autre moyen de contraception.

Comment expliquer la relative inefficacité des campagnes de prévention ? Comment les améliorer ?

Il ne faut pas être trop négatif. C'est désagréable de mettre un préservatif : la sensation à la pénétration est différente, le latex peut irriter… Pour un jeune, et même pour les moins jeunes, aller acheter des préservatifs en pharmacie ou en grande surface est délicat car il n’y a pas de lieu de confidentialité. Alors, on peut se réjouir que malgré tous ces éléments de gêne (achat et utilisation) autant de gens utilisent un préservatif. Le milieu libertin, le milieu des prostituées, ont recours à ce moyen de contraception de façon très régulière. La preuve étant, que l’épidémie n’a pas été aussi épouvantable que ce qu’on nous avait prédit. Malheureusement, encore trop de gens se font contaminer chaque année.

Dans les campagnes de prévention, il faut expliquer les règles de sécurité de base à respecter. A un moment, on préconisait de tout faire avec des contraceptifs : fellation, cunnilingus… mais dans la réalité cela transforme la sexualité en quelque chose de désagréable. La société doit accepter que le risque zéro n’existe pas. Il faut protéger au maximum les jeunes en leur disant la vérité. La vérité c’est qu’un préservatif ce n’est pas agréable à porter mais que c’est la moindre des choses lorsqu’on est avec un/une nouveau partenaire.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le gorille
- 06/04/2013 - 07:38
Ceux qui ne connaissent pas le latex nous remplaceront
Article bien triste, qui montre bien le refus de l'enfant au profit de la seule jouissance. Nous en mourons.
Et aussi... cela aboutit à cette monstruosité qu'est le "mariage pour tous" !
Notre société en meurt. Nous serons balayés... et remplacés par ceux qui ne connaissent pas le latex, et qui voient l'enfant comme finalité du mariage, avec une variante qui sera imposée à nos petites-filles : la polygamie !
Le gorille
- 06/04/2013 - 07:30
Un latex !
Que vous êtes rustres, messieurs ! Enfin ! Sachez vous retenir, que diable ! Point n'est besoin de papillonner ! La fidélité avec votre (unique, bien sûr, et sur toute la vie) épouse suffit à casser toute transmission... Au fait de quoi ? Rappelez-moi de quoi il s'agit ? Ah oui ! C'est vrai, ce truc de singe !
Gengis
- 05/04/2013 - 14:56
@ lunatu : +1
Mais c'est bien sûr, que n'y ais-je pensé. Je suis homme, personne n'est parfait !
N'empêche, 99.9 des contaminés n'ont pas acheté leur billet, le latex, le préservatif, le "french rubber", s'efforcer de ne pas l'oublier !