En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Covid-19

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 45 min 52 sec
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 1 heure 11 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 8 heures 20 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 14 heures 44 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 1 jour 30 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 19 heures 45 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 1 heure 17 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 2 heures 6 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 2 heures 28 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 7 heures 57 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 13 heures 37 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 16 heures 37 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 19 heures 4 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 21 heures 4 min
© Reuters
© Reuters
Drôle de guerre

Corées : quelle forme pourrait prendre le conflit entre Sud et Nord ?

Publié le 04 avril 2013
Pyongyang a encore fait monter la tension d'un cran hier en interdisant l'accès à des travailleurs sud-coréens qui venaient travailler dans le Nord. Alors que les Etats-Unis ont commencé à déployer leur flotte, se pose la question de la forme que pourrait prendre cette guerre bien différente des escarmouches d'Afrique ou du Moyen-Orient.
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Vincent Brisset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pyongyang a encore fait monter la tension d'un cran hier en interdisant l'accès à des travailleurs sud-coréens qui venaient travailler dans le Nord. Alors que les Etats-Unis ont commencé à déployer leur flotte, se pose la question de la forme que pourrait prendre cette guerre bien différente des escarmouches d'Afrique ou du Moyen-Orient.

Atlantico : Bien qu’il soit loin d’être certain que les menaces nord-coréennes soient finalement mises à exécution, la tension continue entre Pyongyang et Séoul avec le blocage par le Nord de l’accès à un complexe inter-coréens aux travailleurs du Sud. En quoi un véritable affrontement serait-il différent sur le plan stratégique des guerres d’escarmouche modernes ? Quel sont les défis d'une guerre face à une armée régulière plutôt qu’un groupe paramilitaire ?

Jean-Vinvent Brisset : A ce jour, et si l'on en croit les déclarations des Etats-Unis, qui sont les seuls à disposer de réels moyens de surveiller ce qui se passe en Corée du Nord, il n'y a pas de préparatifs militaires en cours. Ni déploiements de troupes, ni activité particulière autour de points sensibles. La remise en route du réacteur nucléaire de Yongbyon, qui est au cœur de la partie de poker très peu transparente que jouent Washington et Pyongyang depuis 1993 n'a pas de signification militaire directe, pas plus que l'interdiction d'accès des travailleurs sud-coréens dans la zone d'économie mixte de Kaesong, située au Nord de la frontière. Ces deux modes d'action ont déjà été utilisés par le passé lors des différentes gesticulations pratiquées par le Nord. La frontière avait déjà été fermée brièvement en mars 2009, bloquant quelques centaines de Sud-Coréens dans leurs usines. On note que les activités de Kaesong sont une des rares sources de revenus dont dispose le pays et que leur cessation aggraverait la situation économique du pays.

Les forces en présence sont considérables. Au Nord, 1.200.000 militaires, mais aussi une force de réserve/milice de plus de 6 millions de personnes. 3500 chars, 20.000 pièces d'artillerie, des dizaines de mini sous-marins, 600 avions de combat. Et, bien sûr, bon nombre de missiles sol-sol à moyenne portée. Tout cela est très obsolète, peu disponible et peu fiable. On pense aussi que le renseignement technique est très limité, tout comme les capacités de communication. On peut aussi penser que les réseaux de commandement n'ont pas la sophistication et la résilience de ce qui se fait en Occident, ce qui multiplie les risques de dérapage. Par exemple, le Nord semble avoir réussi à maintenir en état des missiles sol-air ayant la capacité d'abattre des avions de ligne se posant à Séoul. La masse de moyens tant matériels qu'humains est impressionnante et on peut penser que les troupes sont fortement motivées. De plus, à côté de ces forces conventionnelles, des capacités chimiques certaines et un développement systématique des moyens asymétriques, guerre électronique et cyberguerre en particulier. Enfin, contrairement à ce qui s'est passé lors de la Guerre de Corée, Pyongyang ne peut compter sur l'aide d'aucun allié, pas même sur le plan matériel. Au contraire, ses anciens alliés, Russes et surtout Chinois, n'ont rien à gagner d'un conflit dans la péninsule.

Face à ces forces, le Sud dispose aussi de moyens importants, avec 650.000 militaires d'active et plus de 4 millions de réservistes. L'équipement, un peu moins abondant que celui du Nord, est quand même impressionnant, avec 2.500 chars, 10.000 pièces d'artillerie, une solide marine et plus de 500 avions de combat. A la différence des matériels du Nord, ceux du Sud sont relativement modernes et surtout maintenus en bonne condition. Aux forces nationales s'adjoindraient les forces américaines prépositionnées (28.500 hommes) et des renforts importants.

Un affrontement direct, que l'on imagine mal, serait -sur le papier-, une guerre d'une dimension bien différente de ce que sont les conflits des dernières décennies. A la différence des conflits modernes, qui opposent des forces de guérilla à des armées constituées, le choc serait frontal et dévastateur.

Les frappes nucléaires, dans un sens comme dans l’autre, sont-elles envisageables ?

Il faut d'abord aborder la vision technique. Personnellement, je ne crois pas à l'existence d'armes nucléaires opérationnelles aux mains de Kim Jong Un. J'ai même de très sérieux doutes sur la réalité  et la réussite des trois essais déjà effectués, qui pourraient n'être que des simulations effectuées avec de très grosses quantités d'explosifs classiques. Toutefois, les technologies qui ont permis aux Etats-Unis de fabriquer les armes de la fin de la Deuxième Guerre Mondiale sont à la portée de pratiquement tous les pays qui décideraient d'y consacrer suffisamment de moyens et de se soustraire aux vues de la communauté internationale. En admettant qu'il existe une ou deux bombes nucléaires, elles ne seraient transportables que par avion ou par des moyens "exotiques" à base de navires de commerce. Outre le fait que les attaques-suicides ne font pas partie de la rhétorique de Pyongyang, les moyens de surveillance des Etats-Unis rendraient très hasardeuse une telle attaque de la dernière chance. Par, ailleurs, Kim n'aurait rien à gagner d'une telle attaque.

Dans ces conditions, une riposte nucléaire est encore moins envisageable.     

Les Etats-Unis ont récemment placé un croiseur antimissile afin de détecter et de parer aux menaces de la Corée du Nord. Ce conflit, s’il est engagé, serait une guerre à distance ? Peut-il se régler ainsi ?

La "publicité" que font les Etats-Unis pour les défenses anti-missiles dans la zone est une constante. Le Japon, la Corée du Sud et Taïwan sont les principaux clients potentiels de tels systèmes. L'interception d'un missile nord-coréen serait une excellente démonstration de la capacité des systèmes anti-missiles américains, et pourrait pousser les opinions publiques à réclamer l'achat de tels systèmes.

Outre les moyens réellement asymétriques, la capacité de nuisance de la Corée du Nord repose largement sur des missiles, qu'ils soient sol-sol ou sol-air. Or les systèmes dont elle dispose sont tous des systèmes "indiscrets" qui ne peuvent pas être tirés depuis des silos et doivent être sortis à l'air libre un temps relativement long avant leur utilisation éventuelle. Une telle exposition, facile à prouver, donnerait aux Etats-Unis un excellent prétexte pour détruire ces missiles avant même leur décollage. Une telle action, qui pourrait se compléter de frappes ciblées sur des centres de commandement, recueillerait très probablement, sinon l'approbation, du moins une certaine complaisance de la plus grande part de la communauté internationale.

Une intervention au sol est-elle crédible et quelle forme prendrait-elle ? Pourrait-elle passer par le 38ème parallèle qui sépare les deux Corées ou cette zone est-elle une sorte de ligne Maginot qu’il faudrait éviter ? 

Une intervention au sol de la Corée du Sud et de ses alliés paraît à exclure. Si elle devait se produire le long du 38ème parallèle, il ne faut pas oublier que Séoul et d'autres villes sud-coréennes ne sont qu'à quelques dizaines de kilomètres de la ligne de démarcation, ce qui exposerait les populations civiles dans les premières heures du conflit. Les forces des Nations unies, en 1950, avaient fait changer le sort de la guerre en débarquant à Incheon, dans le dos des forces communistes, mais il est difficile d'imaginer le recours à de telles options. 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jlbaty
- 05/04/2013 - 06:22
au nettoyage des tétes nord coréenne par la cia
Avec l ' avale des chinois qui ont fort a gagner en récupérant la zone