En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 17 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 22 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 17 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 11 heures 49 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 30 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 14 heures 46 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 34 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 15 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 29 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 14 heures 53 min
© Reuters
Les agriculteurs français sont tués par la grande distribution.
© Reuters
Les agriculteurs français sont tués par la grande distribution.
Toujours moins cher

Pourquoi la guerre entre agriculteurs et grande distribution a des causes bien plus complexes que ce que l’on croit

Publié le 12 avril 2013
Avec WikiAgri
Sauver l'élevage et l'agriculture : c'est le mot d'ordre des actions qui se déroulent ce vendredi un peu partout en France. Le monde agricole est en colère notamment contre la grande distribution qui n'augmente pas ses prix alors que les coûts de productions ne cessent d'augmenter. Montrée du doigt, la grande distribution est accusée de ne pas rendre à ses fournisseurs le fruit de leur travail. Le gouvernement, lui, doit cesser de nuire à la compétitivité.
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sauver l'élevage et l'agriculture : c'est le mot d'ordre des actions qui se déroulent ce vendredi un peu partout en France. Le monde agricole est en colère notamment contre la grande distribution qui n'augmente pas ses prix alors que les coûts de productions ne cessent d'augmenter. Montrée du doigt, la grande distribution est accusée de ne pas rendre à ses fournisseurs le fruit de leur travail. Le gouvernement, lui, doit cesser de nuire à la compétitivité.
Avec WikiAgri

Dans le domaine, on a tout eu : des tables rondes avec claquages de porte, des occupations de centrales d’achat, des manifestations de tous les genres... Aujourd’hui, la « guerre » entre la grande distribution et les agriculteurs se poursuit sur internet, jusque sur les blogs personnels du président du syndicat des Jeunes Agriculteurs François Thabuis ou du distributeur Michel-Edouard Leclerc (pour citer des exemples, il en existe d’autres). Sans parler des comptes ou pages des réseaux sociaux.

Qui plus est, chaque corporation a ses spécificités. La grande distribution est sensée être représentée par la FCD, fédération des entreprises du commerce et de la distribution. Mais si on y trouve Casino, Auchan, Cora, Carrefour... Et beaucoup d’autres, il y manque Intermarché, Super U et Leclerc. Même chose côté agricole, où il existe un discours majoritaire (celui de la FNSEA et des JA) mais pas unitaire (pas la moindre manifestation conjointe avec les autres syndicats de la Coordination rurale, de la Confédération paysanne, ou de l’Apli, ce dernier syndicat étant spécifique aux laitiers). De fait, pour qu’un accord intervienne, il ne doit pas seulement concerner deux acteurs, la distribution et les agriculteurs, mais bien plus. Et au-delà, il faut ajouter les industriels transformateurs, les unités de transport...

Prix, marges, rester viable...

En jeu, les prix, et les marges de chacun. Le problème vient du fait que personne n’a pu déterminer quelles étaient réellement les limites de l’acceptable pour les uns et les autres, et donc sur quels curseurs précis il était possible de jouer. Il existe ainsi une énorme opacité sur le revenu dont ont « besoin » les uns et les autres, et son complément disons « de confort ». A la limite, à l’intérieur de cette opacité, c’est l’agriculteur qui est le plus lisible. Donc, estime-t-il, le plus « plumable », et donc celui qui doit le plus défendre ses intérêts, d’où les différentes formes de manifestations décrites plus haut.

Le problème pourrait pourtant paraître simple. Il existe un gâteau à diviser en différentes parts. A priori, ce gâteau est suffisant pour nourrir tout le monde, mais à la condition que des parts trop grandes servies au début n’empêche pas les suivantes de s’auto-suffire. Le fait qu’il y ait une opacité sur le besoin « réel » de chacun (opacité entretenue depuis très longtemps, rappelons-nous des marges arrière de la loi Galland) n’autorise pas aujourd’hui un partage équitable. Alors que si l’on commençait par là, il serait plus facile ensuite de fixer les prix en fonction, de les augmenter un peu dans les périodes qui le réclament, et de penser éventuellement à taxer les importations pour conserver un attrait concurrentiel à nos productions. Ou encore de prévoir une part de gâteau « neutre » qui serait partagée différemment selon les problèmes conjoncturels rencontrés par l’un ou l’autre acteur. S’il n’y avait que cette part de gâteau neutre qui posait problème, personne ne courrait le risque de cesser son activité.

Une opacité décriée

Bien sûr, il existe parallèlement une pression des consommateurs. Mais cette pression sert de prétexte aujourd’hui à des campagnes publicitaires comparatives sur les prix des grandes enseignes entre elles. Comme c’est un coup l’une, un coup l’autre qui est « la moins chère », ces campagnes ont à l’arrivée surtout pour implication de rendre inéluctable la baisse de la part agricole sur le gâteau du produit fini : il faut être moins cher, et à tout prix.

Il existe également des complications venues d’intérêts personnels. Certains agriculteurs négocient « en direct » avec des grandes surfaces de leur secteur géographique, et s’en sortent très bien ainsi... Mais globalement, lorsque la pression sur les prix au premier fournisseur qu’est l’agriculteur est trop forte, le risque d’assister à l’arrêt de l’activité d’exploitations est réel.

Une conjoncture particulièrement sévère

Ce problème des marges est récurrent, il a toujours existé. S’il revient sur dans l’actualité, c’est aussi en raison d’un contexte pour le moins compliqué pour les éleveurs en France. La perte de compétitivité de la ferme France aujourd’hui tient bien sûr, également, à d’autres raisons. La taxe carbone, ou la taxe poids lourds, qui pendent au nez des agriculteurs, ajouteraient directement ou indirectement à leurs charges. Les prédateurs surprotégés ou réintroduits artificiellement ajoutent aux pertes des éleveurs, en particulier en montagne.

Le gouvernement vient même de faire main-basse sur une enveloppe (de 6 millions d’euros par an) destinée au développement agricole et à la recherche, issue d’un prélèvement volontaire des agriculteurs pour cela : cette enveloppe, appelée Casdar, vient de devenir, magiquement et très discrètement, une taxe de fonctionnement gouvernemental…

Dans ce contexte sévère, les céréaliers parviennent aujourd’hui à s’en sortir, mais uniquement en raison des prix élevés sur les marchés internationaux : ça ne durera pas éternellement. Les éleveurs, eux, plongent et sont franchement dans le rouge. De nombreux dépôts de bilan sont à craindre. D’où le mécontentement, les manifestations, et les demandes pressantes, tant auprès du gouvernement pour regagner en compétitivité, que des grandes surfaces pour obtenir un partage plus transparent.

Cet article a déjà été publie sur wikiagri

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jon cole
- 12/04/2013 - 18:12
la vérité.
le prix de lait au supermarché: 55c le litre
le prix du lait au magasin du fermier du coin (lait récolté à 30m du point de vente): 1E minimum.


gegemalaga
- 12/04/2013 - 16:51
pleures
les cerealiers s'en tirent ...bon , avec 500 à 1000 ha , de toutes manieres , on peu voir venir ? non?

les eleveurs pleurent : je leur conseil de faire du cheval : c'a semble tres demandé .

et , souvenez vous ce qu'a dit G.Freche ( 1983 ) , concernant la viticulture , en berne , dans l'Herault :
" il n'y a pas ici de probleme de viticulture , il y a un probleme de qualité de la vie "

à mediter ,( et , surtout , en regardant , aujourd'hui , la vitalité de la viticulture Languedicienne) ...

gegemalaga