En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 1 min 1 sec
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 3 heures 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 3 heures 26 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 22 heures 21 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 56 min 33 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 3 heures 11 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 5 heures 26 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 35 min
© Reuters
Les catholiques commèmorent ce dimanche la résurrection du Christ.
© Reuters
Les catholiques commèmorent ce dimanche la résurrection du Christ.
Y'a pas que le chocolat...

Pourquoi Pâques a beaucoup plus d'importance que Noël dans le calendrier catholique

Publié le 31 mars 2013
Après 40 jours de privation, de prière et de pénitence, les catholiques du monde entier terminent le carême ce dimanche et célèbrent la résurrection de Jésus-Christ.
Jean-Sébastien Philippart est philosophe. Il est Conférencier à l'Ecole Supérieure des Arts de Bruxelles. Il est également auteur pour la revue MondesFrancophones.com.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Philippart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Philippart est philosophe. Il est Conférencier à l'Ecole Supérieure des Arts de Bruxelles. Il est également auteur pour la revue MondesFrancophones.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après 40 jours de privation, de prière et de pénitence, les catholiques du monde entier terminent le carême ce dimanche et célèbrent la résurrection de Jésus-Christ.

Atlantico : Noël est souvent considéré comme la fête chrétienne la plus importante en Occident. La fête de Pâques, qui commémore la résurrection du Christ, n'est-elle pas traditionnellement plus importante pour les catholiques ?

Jean-Sébastien Philippart : La fête de Pâques est traditionnellement et théologiquement première. Sans les témoignages des premiers disciples attestant de la résurrection de leur maître, résurrection qui atteste elle-même de la nature christique de Jésus, ce dernier n’aurait pas survécu longtemps dans la mémoire des générations qui l’auraient suivi. La mort et la résurrection du Christ déterminent le cœur de la foi chrétienne. Ainsi, en plus d’être célébré tous les dimanches dès les origines, l’événement pascal comme objet annuel d’une célébration particulière sera déjà institué au IIe siècle, alors que Noël ne le sera qu’au IVe siècle. A cet égard, Saint Augustin n’envisageait Noël qu’à titre de rappel d’un événement, tandis que Pâques constituait pour lui un sacrement, c’est-à-dire l’actualité même du passage de Dieu parmi les hommes. Aujourd’hui encore, dans le monde orthodoxe comme en Grèce par exemple, c’est toute une population qui vibre au rythme d’une Semaine sainte se clôturant par un feu d’artifice de réjouissances. 

A quel moment de l'histoire s'est opéré le basculement et à quels facteurs peut-on l'attribuer ?

En Occident, à partir du XIVe siècle, Noël s’impose un peu partout comme la fête la plus importante car elle est devenue la préférée des chrétiens. Pourquoi ? Parce qu’elle est l’occasion de mettre en scène la relation entre une mère et son fils, laquelle satisfait une sensibilité populaire plongée dans une mariolâtrie qui fait le succès de l’Eglise au Moyen-âge. Quant à la diffusion de cette mise en scène, on la doit à la floraison des franciscains. C’est l’ordre mendiant du XIIIe siècle qui instituera en Europe la coutume de la crèche vivante, puisqu’il s’y raconte qu’un jour de Noël, présent dans une grotte, Saint François fera installer une mangeoire, un âne et un bœuf avant de célébrer la messe. Aujourd’hui, disons que l’importance accordée à Noël est probablement due aussi au règne de l’enfant-roi.

La différence avec l’Orient chrétien s’explique notamment par l’accent que les orthodoxes mettent sur la théologie de l’évangéliste Jean. Une théologie plus intellectuelle qui, même si elle fait la part belle à l’incarnation, n’évoque pas la petite enfance de Jésus, contrairement à Matthieu et Luc. Par ailleurs, la différence tient au paradigme missionnaire de chacune des Eglises. En Orient, l’esprit missionnaire est centré sur l’Eglise : celle-ci se vit comme une force d’attraction qui attire à elle l’humanité. En Occident, malgré un pouvoir centralisateur romain, tel est le paradoxe, l’Eglise ne cessera de se lancer dans des œuvres d’acculturation et, pour commencer, en rencontrant la culture et la sensibilité populaires.   

Est-ce que le fait que Noël ait été récupéré comme fête consumériste en a dénaturé sa valeur auprès des catholiques ?

Je ne suis pas sûr de voir, comme tous ces sociologues avides de changement, une atomisation consumériste de la fête. "L’esprit" consiste toujours à vouloir se rassembler autour d’une table et à la partager, ce qui constitue un geste spirituel en soi où la consommation est prétexte à un échange. D’ailleurs, tout en dénonçant le fameux consumérisme, ce sont les mêmes esprits chagrins qui dénoncent à cette occasion la mise en branle d’une solidarité avec les plus pauvres qui ne déborderait pas le cadre des fêtes.   

La fête de Pâques devient de plus en plus commerciale. Peut-elle subir la même "dé-spiritualisation" que Noël pour les catholiques ? Si oui, au profit de quelle autre fête ?

A nouveau, commerce et spiritualité peuvent faire bon ménage. La question n’est pas tant la "dé-spiritualisation" de Pâques que cette exigence qu’il y a pour le croyant à comprendre ce qui s’y passe. Ce n’est pas d’abord le désir de consommer qui nous détourne de Pâques, mais l’événement lui-même en ce qu’il est parfaitement scandaleux. Il ébranle toutes les certitudes que nous croyons avoir au sujet de la divinité et sur lesquelles nous nous reposons (cf. le tremblement de terre qui suit la mort de Jésus chez Matthieu). Comment le dernier et le plus humilié des hommes peut-il manifester la gloire divine à sa perfection ? Comment le dernier peut-il devenir le premier ? Toute la théologie de Jean tourne autour de cette élévation divine de l’homme rabaissé sur la croix, dont la sobriété du récit contrecarre par avance toute prétention au dolorisme (et montre que Mel Gibson avec sa Passion sanguinolente n’a pas compris grand-chose contrairement à Pasolini, l’athée). Autrement dit, qu’un événement comme Pâques qui n’a pas sa place dans le cours des choses puisse être remplacé apparaît difficile.

En revanche, je m’inquiète du culturellement correct qui, sous couvert de bienveillance laïque, tend à vouloir étouffer toute référence à l’identité chrétienne comme si celle-ci constituait en soi une agression pour les autres, alors que l’autre ne peut-être autre qu’eu égard à mon identité. Je pense ici à un décret belge du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles datant des années 2000 qui a rebaptisé les vacances de Pâques en "vacances de printemps". On aurait voulu donner l’occasion à la sensibilité chrétienne de pouvoir s’emparer de la mesure contre d’autres, qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
einstein42
- 01/04/2013 - 17:48
noel calendrier cretien?
non je sait que les cretiens adorent voler des jour mais c'est paien
http://www.fete-pratique.com/article-80.html
Le gorille
- 01/04/2013 - 02:38
Oust la comète C/-43K1
Abandonnez donc cette comète ! Et faites le calcul.
La Crucifixion a eu lieu le 5 avril 30. C'est votre référence non ?
Jésus avait 33 ans révolus. Il est donc né, après un compte à rebours (pas d'année 0) doigt par doigt, en fin de l'année -5 avant l'ère Chrétienne.
Le reste n'est que billevisées, ou références historiques insuffisamment fiables...
quesako
- 31/03/2013 - 23:53
Noël est plus facile à comprendre, pour Pâques il faut la foi
La naissance d'un grand sage est un évènement auquel tout le monde peut adhérer d'autant que l'on peut faire abstraction de la fécondation par le Saint Esprit si l'on n'est pas chrétien.
Pâques ne s'entend que par la crucifixion, la mort et la résurrection, et là il faut être vraiment chrétien pour y adhérer pleinement, et notamment catholique .