En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Il ne faut pas confondre croissance du crédit et croissance économique...
Décod'Eco
Il y a croissance et croissance... laquelle est la bonne ?
Publié le 01 avril 2013
On nous explique que Chypre est un "cas exceptionnel", que l'euro va bien, bref, qu'il n'y a pas à s'inquiéter. Sauf que nos gouvernants semblent ignorer une nuance de taille, dans les événements actuels...
Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simone Wapler
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On nous explique que Chypre est un "cas exceptionnel", que l'euro va bien, bref, qu'il n'y a pas à s'inquiéter. Sauf que nos gouvernants semblent ignorer une nuance de taille, dans les événements actuels...

Après Chypre, voici une autre exception de l'euro : la Slovénie. Les taux d'intérêt de ce confetti se sont brutalement envolés, et il emprunte désormais au taux allemand : +4%. On va encore nous expliquer que tout ce qui va se produire en Slovénie est exceptionnel et ne remet pas en cause l'euro.

Ce n'est pas vrai. Les pays commencent à diverger fortement et l'union monétaire n'existe plus dans les faits puisque les pays membres empruntent à des taux très différent, qu’un État est soumis au contrôle des  capitaux le plus strict et que les banques nationales débordent d’emprunts de leurs propres États.

Une crise financière est toujours extrêmement grave et c'est ce que l'Europe vit depuis 2008. Cette crise est encore plus grave que les autres crises financières car le système bancaire est hypertrophié du fait des "normes prudentielles". Nous vivons dans un monde qui confond croissance du crédit et croissance économique.

Voici en Europe le poids du secteur bancaire dans l'économie de différents pays :

Source : L'Agefi du 29 mars

En France, la croissance du crédit est essentiellement la croissance de la dette publique. Le secteur bancaire pèse quatre fois notre PIB. Chez d'autres, c'est la croissance de l'endettement des ménages ou des entreprises. Peu importe...

"François Hollande peut-il changer de logique économique ? " se demande François Salin dans les colonnes du Figaro.

Question vaine. La logique économique de François Hollande est la logique économique du consensus, dispensée dans les universités. L'Etat sait tout et peut tout.

Avec l'argent arraché aux entreprises, il saura lutter contre la crise économique et le chômage. Il ne vient à l'idée de personne d'objecter que si les entreprises payaient moins d'impôts, elles pourraient éventuellement :
- se passer des banques pour investir ;
- être plus rentables ;
- embaucher.

Les mauvaises entreprises disparaîtraient naturellement et les bonnes grossiraient naturellement en investissant sur fonds propres. Moins imposées, elles auraient besoin de moins emprunter et le secteur bancaire ne serait pas devenu hypertrophié. Du "développement durable" naturel, pour parler technocrate.

Cette confusion entre "croissance économique" et "croissance de la dette" règne aussi aux Etats-Unis. Les indices actions – soufflés par l'impression monétaire – y battent record sur record sans que les entreprises affichent plus de bénéfices. La reprise est là, pense cependant le consensus, sans même vérifier ce que pèse la dette américaine dans cette "croissance". Pendant ce temps, les défauts sur les prêts étudiants, le nouveau subprime, se multiplient sans que quiconque y prête attention.

A l'ouest, 2013 ressemble fort à 2008. En 2008, nous avons vu ce que donnait une modeste remontée des taux. En 2013, nous verrons probablement ce que donnera la simple idée d'arrêter la planche à billets.

En Europe, ce qui se passe est plus inédit. Nous voyons tomber les mythes les uns après les autres :
- un Etat d'un pays développé peut faire faillite (Grèce, Irlande) ;
- la sécurité des dépôts peut être remise en cause (Chypre) ;
- la libre circulation des capitaux en Zone euro peut être entravée (Chypre).

Ne vous y trompez pas. L'euro est sur une pente extrêmement savonneuse. Les élections allemandes de septembre seront le tournant. Il est temps de refaire un point sur les garanties des dépôts, la disponibilité de votre épargne dans le circuit bancaire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
02.
Sommes-nous véritablement de plus en plus allergiques ?
03.
Carla Bruni : "On a fait passer mon mari pour un bourrin inculte"
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Tensions américano-allemandes : pourquoi la vision géopolitique de l’Europe exprimée par Angela Merkel n’est plus à jour
06.
Agression d’Alain Finkielkraut : dans la convergence des “rouges-bruns” au sein des Gilets jaunes, le rouge tend à dominer le brun
07.
Si vous pensiez connaitre la liste des principales puissances économiques mondiales, les incertitudes statistiques sur les PIB pourraient bien pous étonner
01.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gile
- 02/04/2013 - 10:21
Il faut bien reconnaître que.....

.......la crise s'éternise en europe et que, le temps passant, elle prend les allures d'une mutation de nos économies.

Nous ne sortirons pas de la crise comme nous y sommes entrés.

A partir de là tous les scénarios sont possibles, y compris un éclatement de la zone euro.
laïcité
- 01/04/2013 - 23:51
Mme Wapler !
vous faîtes parti de ceux et celles qui ont le tort d'avoir raison trop tôt c'est la raison pour laquelle tous ceux qui pensent comme vous ne sont jamais invités par nos grands médias :télé radio émission "c dans l'air" par exemple dans laquelle ce sont toujours les mêmes piliers qui sont invités, ces économistes de salon qui servent à rassurer le "bon peuple" !
batmanou
- 01/04/2013 - 18:16
C'est pas faux, mais est-ce utile?
Encore un nouvel angle d'approche pour profiter de la crise économique afin d’asséner des "contre vérité " dans le cadre d'une opération de désinformation plus coordonnée qu'il ne semble ; "Moins imposées, elles [les entreprises] auraient besoin de moins emprunter et le secteur bancaire ne serait pas devenu hypertrophié". Parce que vous pensez que l'hypertrophie du secteur bancaire est liée au financement de l'économie? Déjà, même avec de la trésorerie, les entreprises préfèrent emprunter pour profiter de l'effet de levier qu'autorisent les taux bas ; ensuite, l'essentiel des échanges ne concerne pas l'économie réelle. Et pour finir, ce ne sont pas les impôts mais les dividendes et les rachats d'actions qui assèchent les trésoreries.