En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
L'ancien Chancelier allemand Gerhard Schroeder.
Merkelophilie
Pourquoi il est absurde de penser qu'on pourrait aujourd'hui importer à l'identique les réformes Hartz de Schroeder en France
Publié le 01 avril 2013
Plusieurs experts affirment que la situation économique de la France pourrait être résolue si l'on s'inspirait (pour changer...) du modèle allemand de la fin des années 1990. Une fausse bonne idée.
Jakob Hoeber est chercheur associé en économie, compétitivité et modèles sociaux européens à l'Institut Thomas More.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jakob Höber
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jakob Hoeber est chercheur associé en économie, compétitivité et modèles sociaux européens à l'Institut Thomas More.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs experts affirment que la situation économique de la France pourrait être résolue si l'on s'inspirait (pour changer...) du modèle allemand de la fin des années 1990. Une fausse bonne idée.

Les économies de l'Allemagne et de la France sont généralement assez appropriées à une comparaison en raison de leurs tailles, interconnexions et leur emplacement dans le monde. Cependant la situation allemande des années 90 est historiquement très rare, voire unique: elle comprend une unification de deux systèmes économiques et sociaux différents ainsi qu'un changement radical de l'emplacement géopolitique d'un pays périphérique et frontalier vers une position centrale.

Le contexte mondial est un autre aussi : les Etats-Unis sortent de la Guerre froide comme l'hyperpuissance ; les déséquilibres mondiaux qui se dessinent ne sont pas encore assez puissants pour pouvoir déstabiliser la position prédominante de l'Amérique du Nord et de l'Europe. L'opinion en général est optimiste en ce qui concerne le développement à l'avenir.

L'unification des deux Allemagnes mérite un regard plus proche. Les coûts monétaires n'étant que difficilement quantifiables – les estimations vont de 1 à 2,5 billions d'Euro – le processus d'unification mobilise également d'autres ressources notamment humaines qui manquent ailleurs. Les années 90 sont alors pour l'Allemagne une décennie de concentration sur elle-même, une réalité qui commence à changer avec l’élection du gouvernement Schröder en 1998. Finalement, le processus d'intégration n'est toujours pas terminé, même si certaines régions de l'ancienne RDA se sont affirmées comme centre d'innovation et moteur de la création d'emploi – en général, des problèmes comme le chômage et le départ des jeunes persistent.

Ce scénario à rien à voir avec la position française aujourd'hui : un déclin senti du modèle occidental et plus particulièrement celui de la France ainsi qu'une situation économique difficile à l’échelle globale qui demande une réévaluation du contrat social change complètement la donnée. Si la nature des enjeux se ressemble au premier regard – des problèmes économiques, une société s’interrogeant sur son contrat social, entre autres – le cadre n'est pas du tout le même. En Allemagne, on retrouvait sa place naturelle au milieu de l'Europe ainsi que son espace d'influence revendiquée – l'Europe de l'est. Quant à la France aujourd'hui, elle perd de plus en plus de terrain dans le réseau de la Francophonie et dans le bassin méditerranéen. Ou pour le dire plus brièvement : en Allemagne, c'était un nouveau départ, en France, c'est une refonte imposée par les circonstances extérieures.

On comprend alors que ni les dynamiques en intérieur du pays ni la situation mondiale sont comparables à celles d'aujourd'hui. Est-ce que cela veut dire qu'on ne peut rien apprendre d'une analyse comparative de deux entités politiques dans le temps en général et de la France d'aujourd'hui et de l'Allemagne des années 90 en particulier ? Pas tout à fait : étudier les mesures prises par le gouvernement allemand pour intégrer la RDA et profiter du réseau économique des pays de l'Est peut apprendre des solutions pour la crise actuelle. Par exemple, l'intégration verticale de l'industrie allemande – avec une délocalisation des industries à faible valeur ajoutée dans les pays de l'Est – qui est une raison principale pour le succès de la machine exportatrice allemande aujourd'hui. C'est alors une comparaison des détails qui peut servir – tout en tenant compte du contexte plus large qui est différent.

Lorsque le gouvernement français envisage une réforme du modèle social, elle doit alors respecter cette réalité ; et si les réformes Hartz en Allemagne peuvent servir comme modèle, il serait erroné de les adopter sans tenir compte de la particularité française. Au final, le but est de se laisser inspirer plutôt de suivre aveuglement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Alain Finkielkraut sur son agression : " je n’aurais pas subi ce même genre d’insultes sur les ronds-points"
05.
Inde : à peine inauguré, le train le plus rapide du pays heurte une vache et tombe en panne
06.
Acte XIV : les Gilets jaunes entre infiltration par l’extrême-gauche et envie de retour aux sources
07.
Primaire ligue : rions de bon coeur avec la ligue du LOL
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cdg
- 02/04/2013 - 09:40
erreur
@la saucisse intello
Coire qu eles allemand ne nous aiment pas est une erreur. Il y a pas mal de francophile en allemagne (bien plus que de germanophile en france). Ca m arrive souvent de rencontrer des gens qui aiment bien les francais. Souvent ca leur rappelle les vacances qu ils prenaient en france quand ils etaient jeunes (evidement que pour ceux de l ouest, Merkel n a jamais pu aller en france quand elle etait jeune ;-))
Et c est d ailleurs la le probleme: la plupart d entre eux sont ages de 45-50 ans pour les plus jeunes (maintenant un allemand ne va plus en vacances en france: qualite/prix deplorable). donc le cote francophile va s estomper d ici 10-20 ans.
Sur le cote industriel, vu comme nous considerons nos ingenieurs et techniciens, c est pas etonnant que nos produits soient merdique. Mais ca ne veut pas dire que les igenieurs francais soient meprises. Il y en a plein ici: pas difficile a comprendre: meilleur salaire, meilleure condition de travail (pas d horaire a rallonge comme en france, on peut partir le soir a 5 h), vie moins chere (pas de bulle immobiliere ici)
vangog
- 01/04/2013 - 23:36
Le problème n'est pas "comment faire les réformes Hartz", mais
Quand?
Doit-on attendre que la crise économique couplée à l'indigence de l'état socialiste, nous y poussent, ou doit-on attendre le "messie politique", dont le courage et l'abnégation face aux critiques gauchistes nous permettront de remonter la pente descendue par ce gouvernement?
kettle
- 01/04/2013 - 19:52
Angela Merkel en vacances en Italie
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2302273/Feeling-euro-crisis-heat-Angela-Merkiavelli-pictured-bathing-gear-takes-break-Cyprus-chaos-Italy.html