En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 8 heures 15 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 9 heures 40 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 10 heures 47 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 11 heures 23 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 12 heures 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 14 heures 20 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 15 heures 28 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 15 heures 48 min
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 8 heures 58 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 10 heures 7 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 11 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 14 heures 35 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 15 heures 7 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 15 heures 23 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 15 heures 57 min
© Reuters
Les deux mandats de Laurence Parisot ont souvent été taxés de connivence politique et d’inefficacité
© Reuters
Les deux mandats de Laurence Parisot ont souvent été taxés de connivence politique et d’inefficacité
Dame de pique

Putsch raté au Medef : y a-t-il quelque chose qui débloque au royaume des grands patrons français ?

Publié le 28 mars 2013
Laurence Parisot a perdu (de peu) la bataille pour son auto-succession à la tête du Medef. Mais la structure et la représentativité réelle de ce dernier posent la question d'une maladie française de la représentativité patronale.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Rousseau et Alfred Grosser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Parisot a perdu (de peu) la bataille pour son auto-succession à la tête du Medef. Mais la structure et la représentativité réelle de ce dernier posent la question d'une maladie française de la représentativité patronale.

Atlantico : Si la guerre pour la direction du Medef ne s’arrêtera pas pour autant, la bataille de Laurence Parisot a pris fin avec le refus des changements de statuts du syndicat des patrons. Les deux mandats de Laurence Parisot ont souvent été taxés de connivence politique et d’inefficacité. Comment expliquer qu’une partie du patronat lui accorde encore son soutien ?

Michel Rousseau : La raison de ce soutien est très simple. Au Medef comme dans tous les corps intermédiaires, il y a tellement d’apparatchiks qui fréquentent avec tellement d’assiduité le patron qu’un jour ils ne sont plus capables de prendre des positions qui lui sont contraires. Et puis comme dans tous ces appareils qui ne savent pas vraiment à quoi ils servent, on est forcément content de son bilan. C’est pour cela que vous vous retrouvez avec des gens qui ne peuvent pas faire d’autocritique puisqu’ils ne savent pas où ils vont. C’est une logique de système, d’organisation qui découle d’une certaine autosatisfaction des représentants qui ont l’impression d’être à leur place mais incapables de savoir s’ils ont rempli leur mission.

Ce vice de complaisance quant à l’inefficacité de la représentativité patronale est-il typiquement français ?

Michel Rousseau : J’imagine que les autres pays ont également leur lot de phénomènes humains mais les structures de représentation patronale sont toutes différentes. Ce qui est certain c’est que les organisations doivent se protéger de cela par des règles claires, de la rotation et de la collégialité. C’est tout ce à quoi madame Parisot qui concentre tous les pouvoirs s’oppose farouchement avec une certaine ringardise dans sa vision du Medef. Elle n’a visiblement pas compris qu’elle représentait les entrepreneurs et les patrons. Comme le disait Denis Kessler dans le Figaro, la direction du Medef est une mission et pas une fonction à vie.

Alfred Grosser : Je ne peux pas dire que cela soit nécessairement français mais il est clair que la situation est très différente en Allemagne. Il y deux grandes associations dans lesquelles les patrons sont à la fois représentés en tant qu’entrepreneur et qu’employeur, ce qui fait une très grande différence dans la perception et la manière de négocier.

Les patrons sont de plus très habitués à la cogestion qui en France, où c’est écrit dans la constitution, n’a jamais été appliquée, il y a juste un début d'accord insuffisant à ce propos. La tradition française est à l’affrontement qui du côté des patrons passe par un visage unique. Cela a déjà prouvé son inefficacité notamment avec les affaires qui ont pesé sur le baron Seillière et dans le cas de madame Parisot, il est clair que vouloir changer les règles juste avant un vote ne passerait aucunement en Allemagne.

La gestion du Medef par Laurence Parisot est aussi accusée d'avoir privilégié la "grande entreprise" à la petite. La représentativité patronale française correspond-elle à la diversité des patrons et de leurs intérêts ?

Miche Rousseau : Il semblerait que le profil de Madame Parisot l’amène à fréquenter plus facilement les patrons de la BNP Paribas ou d’Axa que des petites PME de province. C’est dans sa nature. On dit même qu’ils sont dans les couloirs du Medef et qu’ils l’appuient fortement. En tant qu’observateur et qu’économiste, il me semble très clair que les petits patrons français ne se sentent absolument pas représentés par Laurence Parisot et le Medef. Cela se ressent très clairement au niveau des élections au cours desquelles seuls 8% des patrons français votent. Nous constaterons probablement cela de manière encore plus claire jeudi. Il y a donc une déconnexion très marquée entre la diversité des patrons et la façon dont ils sont représentés.

Cela correspond à la maladie française qui est d’avoir d’une part des élites formées selon des critères communs et immuables, et d’autre part des gens qui viennent du terrain. Il y a deux langages, deux manières de s’exprimer et surtout deux milieux bien distincts l’un de l’autre alors que les intérêts économiques des grands et des petits ne devraient, en principe, pas différer. A noter toutefois que les grands patrons résistent bien sûr mieux aux coups de boutoir des pouvoirs publics puisqu’ils ont la possibilité de s’organiser pour absorber cela. Et surtout, ils sont tous aller faire leur argent à l’étranger.

La structure de représentation patronale allemande permet-elle une meilleure représentativité des petites entreprises ?

Alfred Grosser : En Allemagne, les équivalents des PME françaises sont partout et sont très bien représentés. Il y a cependant une différence fondamentale dans la forme de ces entreprises puisqu’en Allemagne ce que l’on appelle les entreprises moyennes peuvent aller de 500 à 1000 employés. Cela provoque donc un équilibre assez différent dans le rapport entre les entreprises. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de bagarre pour le pouvoir de représentation. Il n’y a pas deux univers déconnectés l’un de l’autre et cela créé donc naturellement une meilleure représentativité des petites entreprises.

Si le Medef est le seul à négocier, d’autres organisations de patrons se créent et essaient de prendre part au dialogue social. Quelles sont-elles et peuvent-elles remettre en cause le monopole du Medef ?

Michel Rousseau : Les deux principales forces parallèles au Medef sont Croissance Plus et le CJD (Centre des jeunes dirigeants d'entreprises). La première, Croissance Plus, est un lobby très organisé et très vif qui représente les entreprises de croissance. Il est donc très puissant mais très limité en termes de représentativité. Le CJD quant à lui devrait jouer un rôle de préparation des dirigeants, ce qu’il fait déjà en partie, mais le fait que cela se joue entre grands banquiers à Paris en limite la portée.

Sans nécessairement remettre en cause le monopole du Medef, cela le contraindra certainement à être plus représentatif de la diversité patronale. Nous avons d’ailleurs, au sein de la fondation Concorde, posé la question de savoir pourquoi le Medef était la représentation patronale alors que les chambres de commerce et d’industrie ont été mandatées par la loi à la fin du XIXe siècle pour jouer ce rôle. Nous avons donc également fait la proposition de refondre tout cela dans un grand conseil national des entreprises qui serait plus représentatif. 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kamizol
- 29/03/2013 - 10:53
article imparfait
Ce qui me surprend c'est que les deux supposés forces parallelles sont des émanations du medef ...

On oublie de parler des deux organisations patronales représentatives que sont CGPME et UPA
simple citoyen
- 28/03/2013 - 22:11
Drôle de titre
et drôle d'article...
On ne comprend pas très bien où veut en venir l'auteur. La tentative de putch était donc légitime?
Sinon, sur le fond, c'est très simple: il n'y a pas de concurrence quand une des parties à une négociation a le pouvoir de décider qui peut s'asseoir en face de lui pour le faire, et le pouvoir ensuite de récompenser individuellement les uns et les autres, ou au contraire les réprimer.
Qu'on ait le courage de faire sauter le verrou du Conseil d'Etat comme décisionnaire de la représentativité des syndicats. Car après tout, en quoi sont-ils compétents à le faire?
Qu'on élimine ensuite la rente inutile des corps intermédiaires, qui finalement ne servent plus qu'eux-mêmes.
Salvatore Migondis
- 28/03/2013 - 17:42
En France..
Où l'on confond déja un conseiller général avec un Président.. confondre une vendeuse de meubles avec un patron.. quoi de plus "normal"..