En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Flickr / World Economic Forum
Bonnes oeuvres
Bill Gates a-t-il raison de penser que le capitalisme a des priorités viciées ?
Publié le 18 mars 2013
Bill Gates a récemment critiqué le capitalisme estimant que ses priorités étaient "fondamentalement viciées".
Bruno Bertez est un des anciens propriétaires de l'Agefi France (l'Agence économique et financière), repris en 1987 par le groupe Expansion sous la houlette de Jean-Louis Servan-Schreiber.Il est un participant actif du Blog a Lupus, pour lequel il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bertez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bertez est un des anciens propriétaires de l'Agefi France (l'Agence économique et financière), repris en 1987 par le groupe Expansion sous la houlette de Jean-Louis Servan-Schreiber.Il est un participant actif du Blog a Lupus, pour lequel il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bill Gates a récemment critiqué le capitalisme estimant que ses priorités étaient "fondamentalement viciées".

La presse américaine rapporte une intervention de Bill Gates à la Royal Academy of Engineering. Dans cette intervention, et c’est ce qui justifie notre intérêt, Bill Gates critique le capitalisme " comme ayant des priorités fondamentalement viciées".   

Dans cette intervention, Bill Gates soutient que le vaccin contre la malaria devrait être une priorité mondiale. Cependant, les recherches sur ce vaccin ne disposent pour ainsi dire d’aucun financement. Bill Gates le déplore car, comme il dit, si vous travaillez sur la calvitie des hommes, vous récoltez et vous mettez en œuvre des fonds absolument énormes. Grosso modo donc, Bill Gates critique le capitalisme, le capital, le critère du profit. Il oppose en quelque sorte l’économie du désir à l’économie des besoins.

Première remarque , l’intervention de Bill Gates nous fait sourire. Certes, il est sympathique, mais il a quand même tort de se mêler de ce qui le dépasse. Il devrait faire le bien, tel qu’il l’entend, tranquillement de son côté et laisser la critique de la société et du système à d’autres, plus habilités à le faire.

Bill Gates a choisi d’améliorer son image, il a choisi de se construire une "réputation". Ses conseillers l’ont orienté vers la lutte contre la malaria. C'était un domaine disponible. Ses conseillers en relations publiques et attachés de presse lui recommandent de "bien faire et de le faire savoir". Jusque-là il n’y a rien à dire. Là où il dérape, c’est quand il veut en plus intervenir dans des débats politiques, voire philosophiques.

Les capitalistes ne devraient pas se mêler de ce qui leur est étranger. Ils savent innover, entreprendre, gérer ; c’est parfait. C’est de leur ressort et de leurs compétences.

Est-ce que leur réussite capitaliste ou entrepreneuriale les autorise à s’exprimer sur des sujets dont ils ignorent tout, sur des sujets complexes ? Des sujets qui font l'objet de recherches et de débats depuis des siècles? Nous ne le pensons pas. Nous pensons qu’ils commettent ce que nous appelons un abus d’autorité. Bien entendu, nous caricaturons, mais l’avis de Bill Gates sur le système capitaliste ne vaut guère plus que celui de Zidane sur les rémunérations élevées.

C’est une tentation constante chez les gens riches de se mêler de ce qui ne les regarde pas. Certains font l’effort de réfléchir, de travailler, de se documenter et c’est le cas, par exemple, de Soros qui veut modifier le cours de l’histoire mondiale grâce à la philosophie de Karl Popper. Beaucoup d’autres qui font la même chose n’ont pas le bagage de Soros mais cela ne les empêche pas d’en avoir la prétention.

Le capitalisme n'existe pas. C'est un mot, un concept, une réification. Ce qui existe, ce sont les capitalistes. De même, le marché n'existe pas plus, ce qui existe ce sont des intervenants qui confrontent leurs désirs dans le cadre d'institutions qui facilitent cette confrontation.

De tous temps, les capitalistes, les ultra-riches, ont utilisé une partie de leur fortune pour, passez-nous l’expression, se diversifier.  Les uns sont entrés en politique, comme l'adversaire d'Obama lors de la dernière présidentielle. Les autres se sont voulus mécènes en matière d’art, d’autres se sont voulus sponsors en matière de sport, d’autres ont eu la prétention de faire avancer la science, d’autres encore ont investi dans la presse et dans la manipulation, formation de l’opinion publique. Il y a eu en la matière beaucoup d’appelés et bien peu d’élus.

Les réussites sont rares. Pourquoi ? Parce que, comme nous le disons, le monde est complexe, le fait d’être spécialisé dans un domaine ne garantit nullement la réussite dans des secteurs voisins. Notre première idée est donc que lorsque les gens comme Bill Gates s’érigent en donneurs de leçons ou en contempteurs du système, ils se comportent en faussaires. Ils utilisent une notoriété acquise dans une spécialité pour la faire glisser sur une autre. Ils mettent une estampille sur une marchandise fausse. Ils sont géants économiques, mais nains de la pensée.

Notre seconde remarque se présente sous une forme ironique, mais en réalité, elle est très sérieuse. Nous demandons simplement à Bill Gates : Qui t’a fait roi ? Qui a fait de toi ce que tu es ? Notre ami ne peut répondre autrement que par la réalité : le système capitaliste.

Bill Gates est un pur produit du capitalisme américain. Il a créé une entreprise, il a innové, il a pris des risques et comment a-t-il fait fortune ? Il l’a fait, comme tous les capitalistes modernes, en vendant son entreprise sur le marché. En profitant de la mécanique boursière (que soi-dit en passant, nous considérons comme délirante) qui permet de vendre une entreprise au public sur la base d’un multiple de ses bénéfices et de ses fonds propres. Sur la base d'anticipation de richesses non existantes et simplement espérées. Il a bénéficié de la magie des marchés qui prend le bénéfice, qui lui affecte un multiple de 20 à 70 fois, qui crée ainsi une valeur fictive du capital, valeur que les gens comme Bill Gates n'ont plus qu’à concrétiser en vendant soit en bloc soit au fil des ans. Nous signalons en passant que ce processus dont a bénéficié Bill Gates ne fonctionne que dans un système capitaliste devenu  kleptocratique, puisqu’il a réalisé sa plus-value personnelle sur le marché et que si le marché paie aussi cher, c’est parce que le "pouvoir d’achat" des investisseurs est dopé par la dette et la création monétaire. 

Bill Gates est à la fois un pur produit du capitalisme entrepreneurial et un pur produit du capitalisme financier. Si ce système n’existait pas, il n’y aurait pas de Bill Gates, il n’y aurait pas de donneur de leçon, il n’y aurait pas de critique du capitalisme.

Bill Gates ne comprend pas qu'il est pur produit du système capitaliste et que le système l'utilise comme un détour pour ... faire le bien. Le capitalisme n'est pas suspendu dans les airs, il s'inscrit dans un système social, un système de valeurs et dans ce système de valeurs pour que le système marche et soi considéré comme acceptable, il faut faire des choses non directement profitables. Il faut des Gates, des Soros, des Warren Buffett et des Marcel Dassault.

Tout système ne vit que de sa propre dénonciation, il faut que des gens le critiquent pour qu'il avance, pour qu'il s'adapte et ainsi puisse se reproduire. En un sens, nos trois lascars qui stigmatisent le système capitaliste exercent leur fonction de.... reproducteurs, agents d'entretien du système. Tout comme Mai 68 a consacré le règne de la marchandise contre lequel il prétendait s'insurger.

Au niveau personnel, c’est une caractéristique constante que les gens soient ingrats. Plus on profite, plus on est ingrat. Cela se comprend car, dans le délire narcissique, on a toujours tendance à vouloir s’attribuer les mérites de sa situation et, inversement,  tendance à scier la branche sur laquelle on est assis, c’est-à-dire à critiquer le système dont on a bénéficié.

Nous terminerons par une troisième remarque. Ce qui est extraordinaire, c’est que Bill Gates critique le système capitaliste comme étant incapable de financer des besoins non solvables alors que lui, le capitaliste type, donne précisément la preuve du contraire. Il démontre le mouvement en marchant, c'est a dire "la bonté", la morale du capitalisme.

Le système capitaliste est efficace. Il produit un excès de richesse considérable. Cet excès de richesse rentre dans le circuit économique, soit par le biais du gaspillage, soit par le biais de bonnes œuvres. C’est une sorte de "part maudite" du système, une sorte de surplus tombé du ciel qui va financer des dépenses non directement liées aux profits ou à l’économie de marché au sens restreint. Mais ces dépenses sont essentielles au maintien du système, en quelque sorte, elles contribuent à la reproduction des valeurs qui lui permettent d'exister.

De tous temps, il a existé des surplus de ce type, dans tous les systèmes. De tous temps, une fraction de ce surplus a été utilisée par une caste privilégiée pour la satisfaction de besoins non marchands. Ou apparemment non marchands.C’est exactement ce que fait  Bill Gates. Il utilise cette part que nous qualifions de maudite, cet excès de richesse, pour accomplir une œuvre qui peut selon les cas, selon le hasard, s’avérer utile ou inutile.

Utile, nous verrons car, comme dit le bon sens, l’important n’est pas seulement de chercher, mais de trouver. Les recherches que financent Bill Gates ne s’avèreront utiles que lorsqu’elles auront débouché sur quelque chose. Entre temps , elles servent peut être à entretenir le confort d'une bande de profiteurs. Qui sait? Gates est tombé dans le piège classique de l'animisme ou de l’intentionnalité. Il ne suffit pas d'avoir de bonnes intentions pour faire le bien.

C'est Lippman qui disait "il ne faut ni beaucoup de génie ni même beaucoup de réflexion pour traiter d'un mal en disant à quelqu'un de donner l'ordre de le guérir".

Remarquons au passage qu’en matière économique, même l’inutile est quelquefois utile. Voire la fable des abeilles de Mandeville sur les vertus du gaspillage. Mais si l’on en reste à l’utile, les dépenses de Bill Gates qui s’inscrivent soi-disant en dehors du marché, s’inscrivent en réalité dans un marché beaucoup plus vaste auquel il prétend accéder, comme son ami Buffett  et dans lequel  le marché économique n’est qu’une partie, le marché de la Reconnaissance, le marché du Pouvoir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
05.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
06.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
julienkarit
- 19/03/2013 - 13:38
Ouaip
Je ne vois pas pourquoi bill gates ne pourrais pas dire ce qu'il pense; Il profite du systeme et ne denonçant en partie. Il a le droit. Et c'est d'autant plus juste qu'il est dedans.
Qq1 de pauvre ne serait pas credible, car jaloux.

Ce qu'il m'interres est plus votre phrase : "puisqu’il a réalisé sa plus-value personnelle sur le marché et que si le marché paie aussi cher, c’est parce que le "pouvoir d’achat" des investisseurs est dopé par la dette et la création monétaire.
"
Tout est dit. Amis investisseurs, profitez du cash injecté par milliards, l'inflation est forte, cachée, mais forte. Sinon vous perdrez votre pouvoir d'achat. EN gros plus vous etes pauvre (pas d'epargne) plus vous perdez. Plus vous ave d'epargne, plus vous pouvez ne pas perdre. Pour gagner, la il faut autre chose ;-)
gau
- 18/03/2013 - 21:07
Pourquoi?
Pourquoi B.Gates n'aurait-il pas le droit de critiquer (certes il le fait mal) le capitalisme? Est-ce un ignorant? Je ne crois pas. Faudrait que les soi-disant philosophes et penseurs perdent la grosse tête pour se pencher sur la réalité: Nous vivons dans un système vicieux (par opposition au vertueux) depuis plusieurs siècles déjà.
Gringo Nedromi
- 18/03/2013 - 18:42
@zaz
Si, je crois que l'auteur trouve que dépenser pour la calvitie est meilleur que pour lutter contre la malaria.
Il critique B Gates pour mieux faire l'apologie du capitalisme. Sans doute qu'il (l'auteur) n'a pas entendu parler de la crise des subprimes, ni des bonus faramineux que se servent cette nouvelle race de capitaliste: les banquiers, alors que leurs entreprises frisent la banqueroute.
On peut critiquer Bill gates autant qu'on veut, mais il a bossé pour en arriver là ou il est arrivé. Pas sur que ce soit le cas des Presidents d'UBS Goldman Sachs et autres...
Le Capitalisme dans sa forme actuelle est moribond. Comme les virus par trop malfaisants les financiers ont atteint le point ou ils tuent systématiquement leurs hôtes, les économies... et meurent après. Du point de vue de l'évolution on appelle ça une impasse.