En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pas d'hommes, pas de problèmes
La saleté à Paris ? "Un problème d'éducation" pour Anne Hidalgo
il y a 6 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 8 heures 1 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Société
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Social
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

il y a 12 heures 44 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment le nouvel Ipod touch réhabilite un support parfois jugé obsolète
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Religion
Repentance

Abus sexuels dans l’Eglise : ce renouveau spirituel qui devrait accompagner l’appel au témoignage

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Division des droites ?

LR face à la Convention de la droite : deux droites différentes ou deux générations ?

il y a 13 heures 43 min
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 1 jour 2 heures
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 7 heures 50 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 9 heures 40 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Sport
Se queda

LYON/PSG: O/1 : Grâce à Neymar, les Parisiens s'imposent sans trembler et marquent les esprits

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Finance
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Société
Profit

Comment les géants du porno en ligne profitent du "revenge porn" malgré leurs dénégations

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Economie
En même temps

Martin Wolf 1 - Thomas Piketty 0 : ou comment comprendre les dérives du capitalisme financier sans renoncer au libéralisme

il y a 13 heures 58 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 1 jour 2 heures
© Flickr/MiiiSH
La mort d'une personne peut-elle être réjouissante ?
© Flickr/MiiiSH
La mort d'une personne peut-elle être réjouissante ?
J'irai danser sur vos tombes

"La mort de Zeid et Belmokhtar est une bonne nouvelle" : de quelles morts est-il acceptable de se réjouir en public ?

Publié le 06 mars 2013
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a récemment affirmé que la mort des deux chefs djihadistes Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar au Nord-Mali était une "bonne nouvelle". Retour sur une déclaration paradoxale qui bouscule le respect des morts tout en s'inscrivant dans la rhétorique de guerre.
Jean-Sébastien Philippart est un philosophe travaillant sur les questions de religion et d'éducation. Il enseigne actuellement à BruxellesDamien Le Guay est philosophe et critique littéraire, auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Philippart et Damien Le Guay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Philippart est un philosophe travaillant sur les questions de religion et d'éducation. Il enseigne actuellement à BruxellesDamien Le Guay est philosophe et critique littéraire, auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a récemment affirmé que la mort des deux chefs djihadistes Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar au Nord-Mali était une "bonne nouvelle". Retour sur une déclaration paradoxale qui bouscule le respect des morts tout en s'inscrivant dans la rhétorique de guerre.

Atlantico : Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a récemment affirmé que la mort des deux chefs djihadistes Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar au Nord-Mali était une "bonne nouvelle". Peut-on encore aujourd'hui se réjouir publiquement de la mort de quelqu'un, même s'il est un ennemi national ?

Damien Le Guay : Il faut ici distinguer la mort des ennemis, surtout en temps de guerre, et la mort des personnes. Qu'un ministre des armées puisse se réjouir de la disparition d'un chef de guerre, voilà qui relève de la logique de la guerre - ou il s'agit d'éliminer, par la force, ceux qui s'opposent à vous armes à la main. Quant à la mort des personnes, elle appartient aux proches, aux familles. De sorte que le désir de tuer, la haine parfois, réservés aux "ennemis", s'arrête avec leur mort. Les cadavres sont d'ordre privé, quand la mort est d'ordre public. La question s'était posée dans les mêmes termes au moment de la mort de Ben Laden. Sa mort avait fait l'objet de grandes réjouissances aux États-Unis. Après le traumatisme du 11 septembre, cela se comprenait ! Mais la vengeance devait-elle interdire que les derniers rituels musulmans et les hommages de ses proches soient rendus à son corps ? Non ! Bien entendu ! Son cadavre était indemne des crimes commis par sa personne ! Il en va de même, mutatis mutandis, pour ces terroristes au Mali. 

Jean-Sébastien Philippart : Sophocle avec son Antigone posait déjà la question : l’ennemi de la Cité a-t-il droit aux mêmes égards que les autres ? Le ministre de la Défense aurait-il dû mettre les formes et contenir ce que la convention n’autorise pas à dire : notre désir (de vengeance, en l’occurrence) ? Cela tranche quelque peu effectivement avec la structuration progressive des conventions internationales en matière de traitements des morts de la guerre qui, depuis la fin du XIXe siècle, tend à instituer le respect de la dépouille en rendant à l’ennemi les derniers devoirs, jusqu’à tenir compte de son identité culturelle. Mais je constate surtout que le ton de cette déclaration s’inscrit dans la droite ligne du désir de François Hollande relayé par son ministre des Affaires étrangères : "traquer" et "détruire" les terroristes (qualifiés au final d’"islamistes"). Le discours de gauche redécouvre ainsi la figure de l’ennemi que toute une rhétorique intellectuelle refoule depuis des décennies en diabolisant l’Occident, l’"unique responsable". Le désir se montre donc à la mesure de ce qui fait retour. Par ailleurs, quand on sait que dans l’Antiquité, le "trophée" était la dépouille de l’ennemi placée sur un tronc d’arbre, on est en droit d’affirmer que la (ré)jouissance du ministre s’avère plutôt civilisée. Enfin, une autre question se pose : si mon ennemi a des droits parce qu’il est mon semblable, l’agent d’un totalitarisme islamique est-il, quant à lui, mon semblable ? N’a-t-il pas bu la coupe du mal jusqu’à la lie ? Car vouloir détruire des terroristes de ce type ne signifie pas faire comme eux : s’attaquer à l’humanité même de l’homme. 

La remarque de notre ministre est donc normale ?

Damien Le Guay : Avec les réserves faites plus haut, il nous faut en effet reconnaître que nos soldats (et non pas des soldats) risquent leurs vies avec courage pour éliminer si besoin est nos ennemis (et non pas des terroristes) pour défendre nos valeurs, notre mode de vie, nos principes. On doit donc encourager toutes les initiatives de notre ministre de la défense qui viseraient d'une part à réconcilier nos soldats avec nos concitoyens et, d'autre part, a mieux prendre en compte les blessures visibles mais aussi les blessures invisibles de nos soldats - les drames psychologiques, spirituels, les traumatismes de la mémoire. Dans les deux cas il s'agit de renouer le pacte national pour que nos soldats sachent que leur sacrifices, leurs blessures sont personnels mais aussi nationales. Les deux. Être un peu cocardier, être fier de nos soldats n'a rien de ringard ! Il nous faut sortir de notre haine de nous-même qui nous interdit toute fierté nationale et donc toute fierté pour nos soldats !

Cette déclaration révèle-t-elle quelque chose de particulier sur le rapport à la mort dans l'espace public ?

Damien Le Guay : Les Français ont du mal à comprendre que nous puissions avoir des "ennemis" qui veulent, par tous les moyens, la destruction de ce que nous sommes, des valeurs de fraternité qui sont les nôtres et de notre universalisme - qui est universel que pour nous seuls. Cette logique "ami/ennemi" nous semble, a tort, a jamais révolue, au profit d'une sorte de compassion universelle, d'une mondialisation par le coca-cola et les droits de l'homme. Cette difficultés-là explique que la mort des ennemis comme de nos soldats n'a pas sa place dans l'espace public - ce qui est un vrai problème pour nos soldats dont l'honneur et l'engagement jusqu'au sacrifice ne sont pas reconnus par toute la Nation. 

Peut-on par opposition adopter une sorte d'empathie universelle pour n’importe quel défunt ? 

Jean-Sébastien Philippart: L’empathie suppose un minimum de proximité de telle sorte que l’autre compte parce qu’il fait partie de ma vie. Cette proximité peut passer par une œuvre comme un livre ou un film universellement distribué, mais sa résonance n’a d’effet qu’eu égard à une histoire individuelle qui la fait sienne. Autrement dit, nous ne pouvons pas nous désoler, même officiellement, de n’importe quelle mort. Et heureusement : le poids du monde serait infernal.

Damien Le Guay : Nous souffrons d'une empathie pour les morts quels qu'ils soient. Pour nos soldats, nous considérons leur mort, comme un drame individuel - et non comme une mort héroïque de soldat tombé au "champs d'honneur". Il faudrait sortir du "fait divers" pour la mort de nos soldats, morts pour nous défendre, y compris au Mali et, d'autre part, sortir du respect pour les terroristes qui certes donnent leurs vies pour "leurs" causes, mais veulent la destruction de nos sociétés. 

Qu’en est-il de notre rapport à la guerre ? N’avons-nous pas justement un rapport de plus en plus distant vis-à-vis de ses incontournables conséquences ?

Damien Le Guay : L'armée française sait, malheureusement, que la carence d'images est la moins mauvaise des solutions. Les Français ne comprendraient pas l'usage de la violence et la vue de tous ces ennemis morts. Ils ne comprendraient pas non plus cette lutte jusqu’à la mort de nos soldats. Alors, il est préférable (à contrecœur) de cacher la guerre et donc d'occulter la bravoure de nos soldats ! La mort doit être invisible. La guerre doit être invisible. Nos ennemis (car nous en avons) doivent être invisibles. Tout doit être invisible. Pourquoi ? Pour éviter de réveiller une compassion non réfléchie de nos concitoyens ; compassion qui pourrait se retourner contre nos soldats et les combats menés là-bas. Nos soldats sont fantomatiques pour n'être pas reconnus. Ils savent que nos concitoyens ne comprendraient pas leur maitrise de la violence et leur capacité à donner la mort (juste) au risque de la leur (dans l'honneur). Et quand ils viennent à mourir, ils tombent dans le "fait divers" (avec des reportages sur la mère du soldat, sa compagne, son village !) après, quand même, le bel hommage que la Nation leur rend aux Invalides. 

La déclaration du ministre révèle-t-elle quelque chose de particulier sur le rapport à la mort dans l'opinion public ?

Jean-Sébastien Philippart : Pour en revenir à la guerre assumée contre le terrorisme islamique, celle-ci réintroduit une mort médiatique qui "crève l’écran", oserais-je dire. En effet, malgré la guerre de l’information, la mort (touchant l’armée régulière comme les djihadistes) n’est pas ici cette abstraction de la guerre hypertechnologique sans référence aux hommes ou cet interdit des opérations extérieures de "maintien de la paix" en vertu desquelles le soldat n’est pas un soldat. Or la violence de la mort au Nord-Mali peut constituer la violence d’une prise de conscience trop souvent enfouie (dans la social-démocratie) : avant d’être un droit (une institution), la liberté se gagne contre les forces de destruction.

Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
einstein42
- 07/03/2013 - 23:37
@ wolfgangamadp et JS
@ wolfgangamadp
je parlait des 2 grand chef qui sont mort (2pour l'istant) le reste c'est que des domage colateraux
@JS non il n'y a pas 2 animaux mort mais 2 insectes nuisibles
JS
- 07/03/2013 - 20:59
Il n'y rien à respecter en
Il n'y rien à respecter en l’occurrence. Deux animaux sont morts c'est tout...

wolfgangamadp
- 07/03/2013 - 11:37
@einstein42
L'armée française n'a tué que 2 personnes au Mali peut-être ? il y en a des centaines. C'est officiel, on s'en vante. De notre côté 4 morts.
On ne prend pas de gants. C'est un massacre pur et simple.
La consigne c'est flinguer tous les "terroristes". ça paraît clair.
En aucun cas les arrêter ou les juger.
Le soldat est transformé en tueur à gage : on lui demande clairement uniquement de tuer. Or un soldat ce n'est pas un tueur à gage, surtout pas dans l'armée d'un Etat de droit.
Je ne dis pas que flinguer les terroristes n'est pas la bonne solution. Je dis qu'officialiser la pratique dans les médias va à l'encontre des valeurs de la république et de la déontologie la plus basique. Sans compter les vengeances que celà va entraîner.
Ce ministre devrait réfléchir un peu plus avant de parler. Il aurait pu souhaiter que les personnes en question soient "neutralisées", ce qui n'aurait pas forcément indiqué que le but de l'armée française est de tuer.