En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

05.

La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin

06.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Le portable a un effet sur le cerveau

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

ça vient d'être publié
light > Insolite
Concentration
La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant
il y a 1 heure 49 min
pépites > Santé
Bien-être psychologique
Ehpad : les conditions de visites vont être à nouveau assouplies dès le vendredi 5 juin
il y a 3 heures 45 min
pépite vidéo > High-tech
Traçage
L’application StopCovid sera disponible ce mardi 2 juin
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Faites-moi plaisir" de Mary Gaitskill : un roman subtil masculin/féminin : harcèlement ? consentement ?

il y a 6 heures 33 min
pépites > International
Répression
Hong Kong : la veillée pour Tiananmen a été interdite pour la première fois en 30 ans
il y a 7 heures 48 min
pépites > International
"Contre-attaque"
La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Politique
Second tour

Municipales : LREM affaiblie par la médiocrité politique de nombre de ses candidats

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Economie
Clef de la croissance

Capital humain : le (vieux) débat qui déchaîne les économistes

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Economie
Nomination

Cour des Comptes : Pierre Moscovici, un nouveau président si accommodant pour ceux qui l’ont nommé...

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Sommes-nous tous dépressifs ?

il y a 12 heures 27 min
pépites > Economie
Impact économique
Déconfinement : la crainte du chômage est désormais plus forte que celle du Covid-19 chez les Français
il y a 2 heures 21 min
pépites > Politique
Cavalier seul
Elections municipales : Cédric Villani maintient sa candidature pour le second tour à Paris
il y a 4 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Italie buissonnière" de Dominique Fernandez, de l’Académie française : hors des sentiers touristiques, une belle découverte de trésors italiens méconnus

il y a 6 heures 13 min
light > High-tech
Réseaux sociaux vs Donald Trump
Mark Zuckerberg est critiqué par des salariés de Facebook après avoir refusé de signaler des messages "polémiques" de Donald Trump
il y a 6 heures 56 min
pépites > Santé
Contaminations
Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian révèle avoir été infecté par le coronavirus
il y a 8 heures 23 min
pépite vidéo > International
Vague de colère
Mort de George Floyd : les images des incidents à Washington près de la Maison Blanche
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Economie
Effets de la pandémie

Covid-19 : entre vague des pays émergents et déflation en zone euro ?

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Société
Veaux, vaches, cochons

Adieu Paris, Lyon ou Lille ? Le mirage d’un exode urbain post-Coronavirus

il y a 11 heures 32 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Generation Slack : comment les outils de productivité pourraient nous aider à construire de nouvelles solidarités
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Europe
Chancelière immuable

Angela Merkel, sainte patronne de l’Europe, vraiment ?

il y a 12 heures 54 min
© Flickr/MiiiSH
La mort d'une personne peut-elle être réjouissante ?
© Flickr/MiiiSH
La mort d'une personne peut-elle être réjouissante ?
J'irai danser sur vos tombes

"La mort de Zeid et Belmokhtar est une bonne nouvelle" : de quelles morts est-il acceptable de se réjouir en public ?

Publié le 06 mars 2013
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a récemment affirmé que la mort des deux chefs djihadistes Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar au Nord-Mali était une "bonne nouvelle". Retour sur une déclaration paradoxale qui bouscule le respect des morts tout en s'inscrivant dans la rhétorique de guerre.
Jean-Sébastien Philippart est un philosophe travaillant sur les questions de religion et d'éducation. Il enseigne actuellement à BruxellesDamien Le Guay est philosophe et critique littéraire, auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Philippart et Damien Le Guay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Philippart est un philosophe travaillant sur les questions de religion et d'éducation. Il enseigne actuellement à BruxellesDamien Le Guay est philosophe et critique littéraire, auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a récemment affirmé que la mort des deux chefs djihadistes Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar au Nord-Mali était une "bonne nouvelle". Retour sur une déclaration paradoxale qui bouscule le respect des morts tout en s'inscrivant dans la rhétorique de guerre.

Atlantico : Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a récemment affirmé que la mort des deux chefs djihadistes Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar au Nord-Mali était une "bonne nouvelle". Peut-on encore aujourd'hui se réjouir publiquement de la mort de quelqu'un, même s'il est un ennemi national ?

Damien Le Guay : Il faut ici distinguer la mort des ennemis, surtout en temps de guerre, et la mort des personnes. Qu'un ministre des armées puisse se réjouir de la disparition d'un chef de guerre, voilà qui relève de la logique de la guerre - ou il s'agit d'éliminer, par la force, ceux qui s'opposent à vous armes à la main. Quant à la mort des personnes, elle appartient aux proches, aux familles. De sorte que le désir de tuer, la haine parfois, réservés aux "ennemis", s'arrête avec leur mort. Les cadavres sont d'ordre privé, quand la mort est d'ordre public. La question s'était posée dans les mêmes termes au moment de la mort de Ben Laden. Sa mort avait fait l'objet de grandes réjouissances aux États-Unis. Après le traumatisme du 11 septembre, cela se comprenait ! Mais la vengeance devait-elle interdire que les derniers rituels musulmans et les hommages de ses proches soient rendus à son corps ? Non ! Bien entendu ! Son cadavre était indemne des crimes commis par sa personne ! Il en va de même, mutatis mutandis, pour ces terroristes au Mali. 

Jean-Sébastien Philippart : Sophocle avec son Antigone posait déjà la question : l’ennemi de la Cité a-t-il droit aux mêmes égards que les autres ? Le ministre de la Défense aurait-il dû mettre les formes et contenir ce que la convention n’autorise pas à dire : notre désir (de vengeance, en l’occurrence) ? Cela tranche quelque peu effectivement avec la structuration progressive des conventions internationales en matière de traitements des morts de la guerre qui, depuis la fin du XIXe siècle, tend à instituer le respect de la dépouille en rendant à l’ennemi les derniers devoirs, jusqu’à tenir compte de son identité culturelle. Mais je constate surtout que le ton de cette déclaration s’inscrit dans la droite ligne du désir de François Hollande relayé par son ministre des Affaires étrangères : "traquer" et "détruire" les terroristes (qualifiés au final d’"islamistes"). Le discours de gauche redécouvre ainsi la figure de l’ennemi que toute une rhétorique intellectuelle refoule depuis des décennies en diabolisant l’Occident, l’"unique responsable". Le désir se montre donc à la mesure de ce qui fait retour. Par ailleurs, quand on sait que dans l’Antiquité, le "trophée" était la dépouille de l’ennemi placée sur un tronc d’arbre, on est en droit d’affirmer que la (ré)jouissance du ministre s’avère plutôt civilisée. Enfin, une autre question se pose : si mon ennemi a des droits parce qu’il est mon semblable, l’agent d’un totalitarisme islamique est-il, quant à lui, mon semblable ? N’a-t-il pas bu la coupe du mal jusqu’à la lie ? Car vouloir détruire des terroristes de ce type ne signifie pas faire comme eux : s’attaquer à l’humanité même de l’homme. 

La remarque de notre ministre est donc normale ?

Damien Le Guay : Avec les réserves faites plus haut, il nous faut en effet reconnaître que nos soldats (et non pas des soldats) risquent leurs vies avec courage pour éliminer si besoin est nos ennemis (et non pas des terroristes) pour défendre nos valeurs, notre mode de vie, nos principes. On doit donc encourager toutes les initiatives de notre ministre de la défense qui viseraient d'une part à réconcilier nos soldats avec nos concitoyens et, d'autre part, a mieux prendre en compte les blessures visibles mais aussi les blessures invisibles de nos soldats - les drames psychologiques, spirituels, les traumatismes de la mémoire. Dans les deux cas il s'agit de renouer le pacte national pour que nos soldats sachent que leur sacrifices, leurs blessures sont personnels mais aussi nationales. Les deux. Être un peu cocardier, être fier de nos soldats n'a rien de ringard ! Il nous faut sortir de notre haine de nous-même qui nous interdit toute fierté nationale et donc toute fierté pour nos soldats !

Cette déclaration révèle-t-elle quelque chose de particulier sur le rapport à la mort dans l'espace public ?

Damien Le Guay : Les Français ont du mal à comprendre que nous puissions avoir des "ennemis" qui veulent, par tous les moyens, la destruction de ce que nous sommes, des valeurs de fraternité qui sont les nôtres et de notre universalisme - qui est universel que pour nous seuls. Cette logique "ami/ennemi" nous semble, a tort, a jamais révolue, au profit d'une sorte de compassion universelle, d'une mondialisation par le coca-cola et les droits de l'homme. Cette difficultés-là explique que la mort des ennemis comme de nos soldats n'a pas sa place dans l'espace public - ce qui est un vrai problème pour nos soldats dont l'honneur et l'engagement jusqu'au sacrifice ne sont pas reconnus par toute la Nation. 

Peut-on par opposition adopter une sorte d'empathie universelle pour n’importe quel défunt ? 

Jean-Sébastien Philippart: L’empathie suppose un minimum de proximité de telle sorte que l’autre compte parce qu’il fait partie de ma vie. Cette proximité peut passer par une œuvre comme un livre ou un film universellement distribué, mais sa résonance n’a d’effet qu’eu égard à une histoire individuelle qui la fait sienne. Autrement dit, nous ne pouvons pas nous désoler, même officiellement, de n’importe quelle mort. Et heureusement : le poids du monde serait infernal.

Damien Le Guay : Nous souffrons d'une empathie pour les morts quels qu'ils soient. Pour nos soldats, nous considérons leur mort, comme un drame individuel - et non comme une mort héroïque de soldat tombé au "champs d'honneur". Il faudrait sortir du "fait divers" pour la mort de nos soldats, morts pour nous défendre, y compris au Mali et, d'autre part, sortir du respect pour les terroristes qui certes donnent leurs vies pour "leurs" causes, mais veulent la destruction de nos sociétés. 

Qu’en est-il de notre rapport à la guerre ? N’avons-nous pas justement un rapport de plus en plus distant vis-à-vis de ses incontournables conséquences ?

Damien Le Guay : L'armée française sait, malheureusement, que la carence d'images est la moins mauvaise des solutions. Les Français ne comprendraient pas l'usage de la violence et la vue de tous ces ennemis morts. Ils ne comprendraient pas non plus cette lutte jusqu’à la mort de nos soldats. Alors, il est préférable (à contrecœur) de cacher la guerre et donc d'occulter la bravoure de nos soldats ! La mort doit être invisible. La guerre doit être invisible. Nos ennemis (car nous en avons) doivent être invisibles. Tout doit être invisible. Pourquoi ? Pour éviter de réveiller une compassion non réfléchie de nos concitoyens ; compassion qui pourrait se retourner contre nos soldats et les combats menés là-bas. Nos soldats sont fantomatiques pour n'être pas reconnus. Ils savent que nos concitoyens ne comprendraient pas leur maitrise de la violence et leur capacité à donner la mort (juste) au risque de la leur (dans l'honneur). Et quand ils viennent à mourir, ils tombent dans le "fait divers" (avec des reportages sur la mère du soldat, sa compagne, son village !) après, quand même, le bel hommage que la Nation leur rend aux Invalides. 

La déclaration du ministre révèle-t-elle quelque chose de particulier sur le rapport à la mort dans l'opinion public ?

Jean-Sébastien Philippart : Pour en revenir à la guerre assumée contre le terrorisme islamique, celle-ci réintroduit une mort médiatique qui "crève l’écran", oserais-je dire. En effet, malgré la guerre de l’information, la mort (touchant l’armée régulière comme les djihadistes) n’est pas ici cette abstraction de la guerre hypertechnologique sans référence aux hommes ou cet interdit des opérations extérieures de "maintien de la paix" en vertu desquelles le soldat n’est pas un soldat. Or la violence de la mort au Nord-Mali peut constituer la violence d’une prise de conscience trop souvent enfouie (dans la social-démocratie) : avant d’être un droit (une institution), la liberté se gagne contre les forces de destruction.

Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

05.

La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin

06.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Le portable a un effet sur le cerveau

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
einstein42
- 07/03/2013 - 23:37
@ wolfgangamadp et JS
@ wolfgangamadp
je parlait des 2 grand chef qui sont mort (2pour l'istant) le reste c'est que des domage colateraux
@JS non il n'y a pas 2 animaux mort mais 2 insectes nuisibles
JS
- 07/03/2013 - 20:59
Il n'y rien à respecter en
Il n'y rien à respecter en l’occurrence. Deux animaux sont morts c'est tout...

wolfgangamadp
- 07/03/2013 - 11:37
@einstein42
L'armée française n'a tué que 2 personnes au Mali peut-être ? il y en a des centaines. C'est officiel, on s'en vante. De notre côté 4 morts.
On ne prend pas de gants. C'est un massacre pur et simple.
La consigne c'est flinguer tous les "terroristes". ça paraît clair.
En aucun cas les arrêter ou les juger.
Le soldat est transformé en tueur à gage : on lui demande clairement uniquement de tuer. Or un soldat ce n'est pas un tueur à gage, surtout pas dans l'armée d'un Etat de droit.
Je ne dis pas que flinguer les terroristes n'est pas la bonne solution. Je dis qu'officialiser la pratique dans les médias va à l'encontre des valeurs de la république et de la déontologie la plus basique. Sans compter les vengeances que celà va entraîner.
Ce ministre devrait réfléchir un peu plus avant de parler. Il aurait pu souhaiter que les personnes en question soient "neutralisées", ce qui n'aurait pas forcément indiqué que le but de l'armée française est de tuer.