En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Que faire ?
Pourquoi l’Europe passera difficilement l'année 2013 avec cet euro
Publié le 25 février 2013
Alors que l’économie met du temps à se rétablir et que de nombreux pays dévaluent leur devise entraînant une guerre des monnaies, l’Europe ne peut plus continuer à faire l’autruche.
Wolf Richter a dirigé pendant une décennie un grand concessionnaire Ford et ses filiales, expérience qui lui a inspiré son roman Testosterone Pit, une fiction humoristique sur le monde des commerciaux et de leurs managers. Après 20 ans d'expérience...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wolf Richter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wolf Richter a dirigé pendant une décennie un grand concessionnaire Ford et ses filiales, expérience qui lui a inspiré son roman Testosterone Pit, une fiction humoristique sur le monde des commerciaux et de leurs managers. Après 20 ans d'expérience...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l’économie met du temps à se rétablir et que de nombreux pays dévaluent leur devise entraînant une guerre des monnaies, l’Europe ne peut plus continuer à faire l’autruche.

Cet article a déjà été publié sur le site Testosteronepit.com

"Je suis assis sur une pile de cash ». C’est ce qu’a déclaré Felix Zulauf lorsqu’on lui a demandé pendant une interview où il gardait tout son argent. Après des décennies d’expérience en gestion d’actifs, il a fondé Zulauf Asset Management en Suisse en 1990. Mais désormais il s’inquiète – et est négatif sur tous les sujets.

La croissance est faible en Europe. Aux Etats-Unis, « tout le monde » s’attendait à une croissance plus ou moins décente, mais Felix Zulauf voit plutôt la possibilité d’une « grande déception ». Les pays en développement ne se développent plus aussi rapidement que ces dernières années. Les Chinois retirent leur argent du pays. « Ils ont des antennes qui détectent les problèmes chez eux » explique-t-il. Les marchés s’attendaient à ce que l’économie mondiale se rétablisse, mais lui pensait que ni l’économie ni les bénéfices des sociétés ne se développeraient comme tout le monde l’espérait. A partir du moment où la distance entre « souhait » et « réalité » est devenue apparente, « cela pourrait causer un crash ».

Calendrier ? Cette année. L’optimisme pourrait bien rester en suspend un petit moment ; le deuxième trimestre serait alors plus problématique. Au fil du temps, les baisses de certains marchés pourraient même atteindre 20 à 30%. Malgré l’insistance incessante des politiciens de la zone euro expliquant que le pire était derrière nous, il n’a vu aucun retour à la normale. Les problèmes structurels étaient encore présents, ils étaient en fait cachés, « noyés temporairement dans un océan de nouvelles liquidités ».

« Jetez un œil aux données économiques » dit-il. « Il n’y a aucune amélioration visible ». Et pour justifier ses paroles, l’Index de l’Eurozone Purchasing Managers était publié. Il a encore baissé après trois mois de légère hausse qui avaient fait naître chez beaucoup l’espoir que « le pire était derrière nous ». L’activité commerciale décline depuis un an et demi. Les nouvelles commandes, un indicateur de l’activité future, a encore chuté pour le 19e mois d’affilée. Alors que l’Allemagne était à peine en terrain positif, l’indice PMI de la France a chuté à des niveaux pas vus depuis mars 2009 and suivait la même trajectoire qu’en 2008 lorsqu’on était en pleine crise financière !

Bien sûr, les marchés financiers se sont calmés, mais seulement parce que la BCE a tiré la « sonnette d’alarme » en déclarant qu’elle financerait les Etats en faillite pour que l’euro puisse survivre. C’était un signal pour que les banques achètent de la dette souveraine. Emprunter à la BCE à 1%, acheter de la dette italienne ou espagnole avec des rendements au-dessus de 5% quand c’est la BCE qui prenait tous les risques – « un gros business pour les banques » déclare-t-il. En conséquence, les banques étaient une fois de plus chargées avec de la dette souveraine. « Les problèmes n’étaient pas résolus mais ont tout simplement été arrêtés sur le chemin » explique-t-il.

Les politiques pourraient s’en sortir. La dette du gouvernement continuerait d’augmenter. Mais la prochaine fois qu’il y a un problème, ce serait aux citoyens de payer, dit-il. Les conditions de vie se sont détériorées. De nombreuses personnes ont perdu leur travail. Les salaires ont baissé. « Nous avons envoyé des millions de personnes vers la pauvreté ! » Les gens n’étaient pas contents. Et cela se comprenait si « un jour, ils décidaient d’aller dans la rue et de s’en prendre à ses décisions ».

Mais, mais, mais… la chancelière Angela Merkel n’a-t-elle pas souligné que l’euro serait important pour la paix en Europe ? « L’euro ne crée par la paix » explique-t-il « mais le mécontentement ».  

Les pays dévaluaient leurs devises pour gagner des avantages. Cette « course vers le bas » pourrait grimper jusqu’à ce que les gouvernements imposent des limites au libre-échange. La dévaluation du yen touche d’autre pays. En Allemagne, cela touche les fabricants des machines-outils, et les autres.  En milieu d’année, explique-t-il, « l’Europe atteindra un point où elle ne pourra plus vivre avec cet euro ».

L’euro devrait donc être dévalué. Le président français François Hollande s’agite depuis un moment pour que ce soit le cas. « Et il se doit de le faire car l’économie française est dans une situation catastrophique. Elle n’est plus compétitive. La France se transforme en deuxième Espagne ».

Mais la BCE n’a-t-elle pas mis en avant l’idée que les taux de change étaient sans rapport avec la politique monétaire ? Et la Bundesbank ne résistait-elle pas à la dévaluation ?

« Les politiques de la Bundesbank sont hélas mortes » déclare-t-il, et ses représentants étaient seulement « autorisés à aboyer, mais pas à mordre ». La politique monétaire de la BCE était décidée par Draghi, « un Italien ». Il avait ainsi soutenu une « lira-isation de l’euro » explique-t-il, « pas parce qu’il aime cela, mais parce qu’il n’avait pas le choix ». C’était le seul moyen de garder l’euro en bonne santé. « Mme Merkel le sait également, mais elle ne peut pas dire la vérité ; sinon les citoyens comprendraient ce qu’il se passe ».

Compte tenu de ce scénario lugubre, qu’est-ce que les investisseurs pourraient faire ? A long terme, les actions étaient le bon choix, assure-t-il, mais ce n’était pas le moment d’acheter.

L’or ? Qu’il ait été en baisse par rapport à son pic d’un an et demi plus tôt était « normal » précise-t-il. Actuellement, les fonds d’or ont été contraints de liquider, ce qui pourrait entraîner de soudaines chutes, mais cela signifiait également « la fin du mouvement ». Il espérait que la correction se terminerait ce printemps. « A long terme, la tendance à la hausse est intacte » ajoute-t-il finalement.

Les obligations ? Elles ont eu un beau parcours pendant 30 ans mais sont désormais « complètement surévaluées » - en partie à cause des banques centrales qui ont acheté pour 10 trillions de dettes « avec de l’argent nouvellement imprimé » ces cinq dernières années. Les marchés de la dette étaient totalement déformés, mais les banques centrales sont capables de maintenir tout cela « un petit peu plus longtemps ». Il admet donc « avoir vendu l’été dernier de la dette à long terme ».

Mais où mettait-il donc tout son argent ? Il fit alors une remarque qui me donna à réfléchir : « Je suis assis sur une pile de cash ».

La Fed augmente ses dépôts bien rapidement que ce que les banques peuvent déployer, ou que ce que l’économie peut utiliser. Ca augmente bien plus rapidement que ce que les personnes veulent ou ont besoin. Et maintenant il y a « des centaines de milliards de dollars de carburant potentiel inexploité » comme l’a expliqué Bloomberg. Un potentiel pour de gros problèmes…

Cet article a déjà été publié sur le site Testosteronepit.com

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Angela Merkel a été victime d'une nouvelle crise de tremblements
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 26/02/2013 - 00:45
@Lapin si les Américains ont une planche a billets qui tourne à
plein régime, c'est parcequ'ols ont fait, depuis longtemps, les fonds de pension qui ne lèsent pas leurs retraités, en dévaluant leur monnaie et grâce a l'hégémonie du dollar qui transforme leurs producteurs Asiatiques en leurs premiers épargnants.
L'Europe n'a rien de tout cela, ni fonds de pension a cause de nos réactionnaires gauchistes, ni hégémonie de l'Euro, quoiqu'elle en prenne le chemin.
Mais les Chinois risquent d'être plus rapides qu'eux, en imposant l'hégémonie de leur monnaie, car il ne leur reste qu'à devenir une nation "vertueuse" aux yeux du reste du monde libre. C'est ainsi que vous n'entendrez plus jamais parler du calvaire des Tibétains, excepté quelques immolations que la censure aura malencontreusement laissé échapper...
L'Europe ne peut donc pas se permettre la planche à billets, car elle s'est perdue dans des traités débiles et multiples, sans jamais s'atteler aux deux ou trois tâches importantes concernant son homogénéisation sociale, fiscale et sa défense commune...
lapin
- 25/02/2013 - 22:57
PLANCHE A BILLETS
Article et commentaires très intéressants.
Je partage totalement l'ultra pessimisme de l'article et pense qu'à la fin de ce quinquennat, la dette sera entre 120 et 130% du PIB.
Maintenant, deux solutions : on imprime, et tant pis pour les allemands (et les épargnants), ou bien on choisit la face nord, celle de la rigueur et de la déflation/récession.
C'est bizarre, mais mon petit doigt me dit que nous allons choisir la planche à billets...
J'attends avec impatience vos commentaires et réfutations divers.
lorrain
- 25/02/2013 - 20:44
l' euro, la connerie intégrale
avoir une monnaie commune en Europe, l' euro, avec des pays n' ayant pas les mêmes niveaux de vie, les mêmes fiscalités, les mêmes prestations sociales est une connerie sans nom.
imaginez un hôpital, avec des tas de malades, des tas de pathologies différentes, et ou un médecin viendrait et dirait:
"ok, à partir de maintenant, dans l' hôpital, pour tout les malades, quelque soit les soins nécessaire, il n' y aura plus que de l' aspirine"
pour la migraine OK
pour une fracture, c' est déjà plus moyen et je ne parle pas d' un cancer ou des hémophiles.
en fait nos joyeux technocrates formés à l' ENA ou autre boite à cons équivalentes ont fait cela à l' Europe .
tant que tout va bien, pas de problème, mais en cas de crise, tous sont obligés d' appliquer les mêmes traitements quelque soit leur besoin.
juste en espérant que la majorité des malades s'en sortiront, car, au bout du compte, c' est nous les patients