En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Dur, dur...
Le gouvernement face au difficile aveu du changement de scénario imposé par la croissance en berne
Publié le 14 février 2013
L'Insee a annoncé jeudi matin que le PIB français s'était contracté de 0,3 % au quatrième trimestre 2012 et que la croissance avait été "nulle" sur l'ensemble de l'année. "Ce sont des chiffres préoccupants et négatifs", reconnaît le ministre de l'Economie Pierre Moscovici.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Insee a annoncé jeudi matin que le PIB français s'était contracté de 0,3 % au quatrième trimestre 2012 et que la croissance avait été "nulle" sur l'ensemble de l'année. "Ce sont des chiffres préoccupants et négatifs", reconnaît le ministre de l'Economie Pierre Moscovici.

Ils auront tenu tant qu’ils auront pu, mais l’heure de vérité est en train de sonner : le  taux salvateur de 3% de déficit, celui à partir duquel la dette n’augmente plus, ne sera pas atteint en 2013, en dépit de la volonté affichée par le gouvernement, les (fortes) hausses d’impôts et les (plus maigres) économies réalisées sur les dépenses publiques. L’aveu du Premier ministre venu faire l’annonce sur le plateau de France 3 n’a surpris personne, car le terrain avait été préparé par les déclarations successives de Laurent Fabius et de Pierre Moscovici. Les deux ministres faisaient eux-mêmes écho à la sentence prononcée la veille par le président de la Cour des comptes. Didier Migaud reconnaissait "qu’on ne peut pas raisonner indépendamment de la situation économique", autrement dit que "la croissance en France, en Europe et dans le monde, est plus faible que prévu", comme l’a précisé Jean-Marc Ayrault qui savait que la France avait connu une croissance nulle en 2012, et qui sait qu’elle sera très faible en 2013. Le Premier ministre s’est cependant voulu rassurant : "l'objectif, et il sera atteint, c'est le déficit zéro à la fin du quinquennat de François Hollande ; ce qui compte c'est la trajectoire. Nous allons la poursuivre. Nous allons dans la bonne direction". 2017, c’est encore loin, et le gouvernement espère que la conjoncture se sera retournée - favorablement, cette fois - d’ici là, et que sa politique en faveur de l’emploi aura porté ses fruits.  

En attendant, la Commission de Bruxelles semble reconnaitre les efforts de la France et se dit prête à faire preuve d’indulgence à l’égard de la France : "Si la croissance se détériore de manière imprévue, un pays peut bénéficier d'un délai pour corriger son déficit excessif, à condition qu'il ait fourni comme convenu les ­efforts budgétaires demandés", a indiqué le commissaire en charge de l’Economie, Olli Rehn, qui a cité l’exemple de la Grèce et du Portugal qui ont engagé des réformes structurelles.

Cette politique de "cartes sur tables" devrait éliminer du coup la tentation de "maquillage" du déficit préconisée par certains élus socialistes qui  proposaient de "sortir" les dépenses d’investissements pour les grandes infrastructures du bilan que la France présentera à Bruxelles. Elle devrait aussi calmer les ardeurs de ceux qui, au PS, continuent de prôner une augmentation massive - provisoire, disent-ils - des impôts des plus riches pour contribuer à combler les déficits. Ceux-là, dont font partie l’économiste Thomas Piketty, et des députés comme Pierre-Alain Muet et Karine Berger, s’appuient sur l’exemple américain de l’époque de Franklin Roosevelt. On notera au passage que le fameux dispositif destiné à remplacer le taux de 75% d’imposition sur les revenus supérieures à un million d’euros annuel, régulièrement annoncé, est toujours en gestation.

De toutes façons, la Cour des comptes qui a donné quitus au gouvernement pour la réduction des déficits dans son ensemble, n’a pas manqué de souligner qu’il conviendrait de rééquilibrer les "prélèvements obligatoires", autrement dit les impôts par des mesures d’économies. "L’évaluation, systématique des politiques publiques est indispensable" martèle aussi Didier Migaud. Vaste programme, qui passe aussi bien par la suppression de ce que le président de l’Assemblée nationale appelle "les comités Théodule", que la réduction du train de vie de l’Etat, mais surtout par une politique économique qui fixe un cap. Jean-Marc Ayrault affirme que c’est chose faite mais elle a manqué de lisibilité pendant de longs mois !

C’est l’angle que l’opposition va exploiter. Jean-François Copé annonce en effet dans les Echos le dépôt d’une motion de censure contre la politique économique. La motion n’a aucune chance d’être votée, mais elle permettra à l’UMP de refaire son unité autour du procès de la politique économique de François Hollande. On entend d’ici ses ténors reprocher au gouvernement de ne pas avoir suffisamment réduit les dépenses réclamer des "réformes". Derrière ce mot de "réformes" se cache notamment la diminution du nombre de fonctionnaires. Nicolas Sarkozy a supprimé 150 000 emplois de fonctionnaires mais cette politique n’a commencé à porter ses fruits qu’à la fin de son mandat, car pour faire passer la pilule, l’ancien président a commencé par augmenter les salaires et les primes, ce qui avait d’abord fait augmenter le montant de la masse salariale de la fonction publique, au lieu de la réduire. Ne pas remplacer les départs à la retraite est une chose, en licencier en est une autre, car ces agents  viendraient grossir les rangs des chômeurs. Et dans ce cas, n’est pas réformes qu’il faudrait parler, mais de purge ! On n’en est pas là !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titine
- 15/02/2013 - 17:30
"Vous mentez".
...vous mentez, matin, midi et soir... Manque de bol, c'est que la majorité ne l'a pas cru !!!
Vinas Veritas
- 15/02/2013 - 16:51
déficit accru
Quand ce gouvernement compte-t-il passer à la dette à 0 ?
il suffit de n'avoir que 3% d'endettement supplémentaire pour que mon endettement n'augmente pas. Mon banquier s'est pris d'une crise de fou rire en me foutant dehors lorsque je lui ai dit que je lui paierais ma dette en l'augmentant de 3%.
le tribunal de commerce va donc prononcer la liquidation pure et simple pour accroissement de la dette.
Quel tribunal va prononcer la liquidation de ce gouvernement qui continue d'accroître les dette alors que le dépôt de bilan a eu lieu ?
crisemajeure.fr
- 15/02/2013 - 12:04
Extrait du livre " La face cachée du mondialisme " 2008

www.crisemajeure.fr

Stagnation des Etats
Depuis 2008, les gouvernements ne peuvent plus se baser, moins encore prévoir, une quelconque reprise de pleine activité économique. Ni retrouver les conditions de croissance, de progrès économique, caractérisées par une équitable redistribution des richesses produites dans le cadre d'un développement social durable. Évidemment, ils espèrent et appellent vivement à retrouver ce contexte porteur.
C'est pourquoi ils ne cessent de guetter tout signal de reprise, et ne demandent qu’à se réjouir lorsqu’un indice quitte quelque peu la zone rouge. Mais le mouvement haussier est bien éphémère et diffus.

Comme le joueur de loterie attendant fébrilement de découvrir, au petit bonheur la chance, les numéros gagnants, de même les chefs de gouvernement ont presque tout misé sur les improbables périodes de croissance. Ils en parlent et l'attendent comme s'il s'agissait d'une fine pluie de manne laiteuse qui les rassasierait à souhait chaque jour de la semaine. Ce serait l'apparition du miraculeux moyen permettant de redresser la situation des comptes publics. Ah ! Quelle commedia dell'arte ils n'ont cessé de jouer, et maintenant à quelle débandade