En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Chère Sophie de Menthon...

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Politique
Illusion ?

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

il y a 1 heure 36 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 15 heures 12 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 15 heures 59 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 17 heures 15 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 21 heures 15 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Société
Insécurité

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 1 heure 14 min
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 14 heures 48 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 15 heures 37 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 16 heures 22 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 17 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 18 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 21 heures 33 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 22 heures 12 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 22 heures 34 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 22 heures 36 min
© Reuters
Le gouvernement est bien déterminé à faire avaler une taxe à 75%.
© Reuters
Le gouvernement est bien déterminé à faire avaler une taxe à 75%.
Fiscalité idiote

Pourquoi l’obsession du gouvernement pour les 75% maquille les véritables enjeux budgétaires

Publié le 05 février 2013
Malgré la mise en garde du Conseil constitutionnel, le gouvernement est bien décidé à faire avaler, coûte que coûte, une taxe à 75%.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré la mise en garde du Conseil constitutionnel, le gouvernement est bien décidé à faire avaler, coûte que coûte, une taxe à 75%.

Le ministre de l’économie, Pierre Moscovici, vient de rappeler qu’en dépit de maintes tergiversations et de la claque du Conseil constitutionnel en décembre dernier, le gouvernement mettrait bien en œuvre sa fameuse « taxe à 75 % ». C’est une erreur économique, budgétaire, politique et philosophique. Au contraire, il faut réduire les impôts dès maintenant !

Le débat français montre régulièrement combien nos élites perçoivent l’Etat, providentiel et démiurge, comme l’alpha et l’oméga de la vie économique et sociale. Il n’existe pas une situation qui ne saurait le concerner, une activité qu’il ne pourrait légitimement contrôler, un problème qu’il ne devrait tenter de résoudre. Résultat, il se mêle de marché du travail, d’éducation, d’investissement et de tant d’autres activités privées, supportant rarement la concurrence mais échouant quasi-systématiquement. La France pourrait sortir de cette impasse qui place l’Etat au centre de tout si elle acceptait que la seule politique budgétaire qui vaille, c’est la baisse des impôts.

  • Le premier argument en faveur d’une baisse de la pression fiscale est économique. Le fardeau des impôts est un poids énorme sur les épaules de l’économie française, déjà bien moribonde. Notre pays a l’un des taux de prélèvements obligatoires les plus élevés de l’OCDE. Entreprendre est déjà un pari, si en plus l’aventurier économique sait, avant même de se lancer, que l’Etat lui prendra la majeure partie de son gain, il a toute chance de renoncer… Quant aux entreprises déjà établies, il va leur falloir redoubler d’efforts pour avoir une rentabilité, après impôts, honorable. La conséquence est que, souvent, elles réduisent l’investissement ou l’emploi. Baisser les impôts, c’est redonner de l’air aux acteurs productifs !

 

  • Le deuxième argument est budgétaire. En France, gauche et droite vont à quelques nuances près dans le même sens : celui d’une augmentation continue de la pression fiscale, par idéologie ou par facilité ! Il est plus simple de presser les contribuables que de s’engager dans la voie courageuse d’une baisse des dépenses publiques dont le pays a pourtant cruellement besoin. Plutôt que de se mettre à la diète, l’Etat Pantagruel s’empiffre et festoie : aux contribuables de faire tous les efforts ! Aux Etats-Unis, jusqu’en janvier, aucun membre républicain du Congrès n’avait voté en faveur d’une augmentation de l’impôt sur le revenu depuis 1990 ! Cette stratégie, qui consiste à « affamer la bête » (« starve the beast ») pose comme principe que l’Etat ne pourra pas continuer à croître s’il n’est plus nourri du festin fiscal. C’est la solution du régime forcé.

L’économiste Alberto Alesina a d’ailleurs montré que la relance par la baisse des impôts et l’ajustement budgétaire par la réduction de la dépense étaient plus favorables à la croissance que l’augmentation des dépenses et de la fiscalité.

  • Le troisième argument est politique : dans une Démocratie moderne, ce sont les citoyens qui expriment l’effort qu’ils souhaitent consentir envers la collectivité et non l’Etat qui détermine combien il veut leur extorquer pour financer ses lubbies et son confort. La facilité qui consiste à augmenter les impôts plutôt qu’à supprimer des dépenses publiques (que tout le monde sait pourtant en grande partie inefficaces) est une inversion du processus démocratique, une captation de la richesse par une puissance publique lâche devant la réforme. Réintroduire le libre choix des contribuables permettrait de rétablir un début de réalité au consentement à l’impôt. Plusieurs pistes existent : le fléchage d’une partie de leur impôt vers les politiques publiques de leur choix, le recours à l’impôt volontaire … On verra bien, alors, combien et pour quoi les Français veulent vraiment donner.

 

  • Le dernier argument est philosophique : c’est celui de la liberté. En diminuant les impôts, l’Etat se désengage doublement : il atténue sa pression sur l’activité et doit alléger ses interventions. En procédant ainsi, il rend de sa liberté à la société française. Il la laisse un peu faire ce qu’elle veut, comme elle l’entend : il lui fait confiance, comme si elle était un adulte responsable et non un enfant incapable d’autonomie.

En décembre dernier le Conseil constitutionnel a rappelé à ceux qui faisaient semblant de l’ignorer encore qu’en matière de fiscalité les marges sont inexistantes. Aujourd’hui, il faut aller plus loin et baisser de toute urgence les impôts !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Chère Sophie de Menthon...

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LaughingDwarf
- 05/02/2013 - 22:14
@ De France et de plus loin
ce n'est peut-être pas cher payer, mais pourquoi avons-nous besoin en France d’alourdir encore la charge fiscale alors que ce n'est pas utile dans les autres pays ?
LaughingDwarf
- 05/02/2013 - 22:10
Que faire ?
Nous sommes nombreux à penser que rien n'est près de changer pour ceux qui travaillent (cf la remarque de Allergico). Et que l'UMP remplace le PS ne devrait pas changer, malheureusement, grand chose. La question est donc : que pouvons-nous faire pour être entendus et sauver notre chère France (avant qu'il ne soit trop tard) ?
De France et de plus loin
- 05/02/2013 - 19:42
Pour la gauche la question
Pour la gauche la question des 75% est fondamentale. Les efforts que vont devoir faire les français vont être considérables . Si les plus riches échappent a un effort important, les autres ne suivront pas .
N'oublions pas que beaucoup de français sont en train de perdre emploi et logement . C'est leur vie entière qui est en jeu. 75 % au delà de 1 million par ans pendant deux ans , ce n'est pas si cher payé en proportion de l'effort à fournir .