En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Une fausse pièce maya vendue aux enchères

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 13 heures 34 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 14 heures 43 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 18 heures 17 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 19 heures 13 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 20 heures 36 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 jour 39 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 14 heures 3 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 15 heures 12 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 18 heures 23 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 19 heures 58 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 22 heures 21 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 jour 39 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 jour 40 min
© Flickr/mr.paille
Le professionnel de santé est souvent mal formé, la formation des médecins sur le médicament est la plus faible d’Europe.
© Flickr/mr.paille
Le professionnel de santé est souvent mal formé, la formation des médecins sur le médicament est la plus faible d’Europe.
Inconscience

Diane 35, pilule dangereuse : l’obsession du confort immédiat nous fait-elle oublier toute appréciation des risques ?

Publié le 30 janvier 2013
Diane 35, ce traitement contre l'acné principalement utilisé comme moyen de contraception, est-il le symbole de la relation particulière que les Français ont à l'égard des médicaments ?
Jean-Paul Giroud est l'un des spécialistes les plus reconnus en pharmacologie. Membre de l'académie nationale de Médecine, de la commission de pharmacovigilance et expert auprès de l'OMS.Anne Vega est chercheur à l'université Paris-Ouest...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Giroud et Anne Vega
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Giroud est l'un des spécialistes les plus reconnus en pharmacologie. Membre de l'académie nationale de Médecine, de la commission de pharmacovigilance et expert auprès de l'OMS.Anne Vega est chercheur à l'université Paris-Ouest...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diane 35, ce traitement contre l'acné principalement utilisé comme moyen de contraception, est-il le symbole de la relation particulière que les Français ont à l'égard des médicaments ?

Atlantico : Les Français ont-ils encore conscience de ce que sont réellement les médicaments, c'est-à-dire des substances contenant des principes actifs qui peuvent éventuellement avoir des effets secondaires ? 

Jean-Paul Giroud :  Tous les médicaments, qu'ils soient efficaces ou inefficaces sont susceptibles d'entrainer des incidents, et parfois même des accidents. Il suffit de voir ce qui arrive actuellement avec les pilules de 3ème génération. 

Anne Vega : Suite aux différentes « affaires », les prises de conscience sont nombreuses. Mais l’attention aux effets secondaires a toujours été présente : c’est un motif important de consultations en médecine générale (notamment concernant les pilules contraceptives et les produits psychotropes), et d’arrêt de traitement lorsque les médicaments en viennent à rendre le quotidien impossible - avec ou sans l’accord du médecin. Pareil lorsque l’on finit par penser que le produit n’apporte rien (de bon).

Selon un sondage, seulement 1/3 des français lisent la notice des médicaments avant de les consommer : peut-on parler de mésinformation ou d'inconscience des dangers ? Quel rôle joue le développement de l'automédication ? 

Jean- Paul Giroud : On peut les comprendre, les notices sont souvent dans un jargon trop médical, écrites avec des encres bleutées qui ne facilitent pas la lecture.Le problème, c’est que les patients sont informés par la notice, seulement après avoir acheté le médicament, en particulier pour les médicaments d’automédication. Il y a une absence de connaissance de nos patients sur les risques qu’ils prennent. 

Anne Vega : Nous baignons dans une « culture du médicament » : nous sommes plutôt favorables au médicament (par opposition à d’autres pays où il existe un certain « scepticisme», comme aux Pays-Bas par exemple). Il permet en effet de réduire rapidement tous les symptômes présents ou susceptibles d’apparaître. Mais c’est valable aussi du côté des médecins français, qui font plutôt confiance aux traitements - d’ailleurs la France est en retard en termes de pharmacovigilance. Après, il y a plein de nuances à faire : selon les milieux sociaux, les âges, les genres, etc. Pour aller vite, des usagers fréquentent régulièrement des médecins qui privilégient des médicaments du symptôme notamment. Mais d’autres (médecins et usagers) pas du tout : ils savent que les médicaments ne font pas tout et peuvent être inutiles, toxiques, et coûteux à la collectivité en plus. Attention donc aux discours globalisants sur les « abus » des usagers, ou sur les médecins : eux aussi sont des consommateurs de produits, eux aussi ont des motivations, des orientations et des profils particuliers.

Sur la question de l’automédication, il me semble que les responsabilités sont ailleurs : au niveau des formations médicales, et finalement au niveau de l’Etat : au moins en termes de contrôle des influences des firmes pharmaceutiques à tous les niveaux du système de santé. C’est aussi ce que découvrent des « Français » : les confits d’intérêt, en sachant que des médecins sous informent des patients aussi parce qu’ils sont sous informés par des firmes.

La volonté de satisfaction immédiate de nos besoins fait-elle passer les risques pris au second plan ? 

Jean-Paul Giroud : Le problème est que le patient tend à croire que les médicaments seraient la seule réponse possible à la souffrance humaine et à la maladie. Or, il y a des tas d’autres possibilités, certes plus longues, mais plus sécurisées, notamment la prévention : ne pas fumer pour éviter les cancers du poumons, manger moins pour réduire les risques d’obésité, avoir une hygiène de vie plus saine. 

Anne Vega : Il y a plein de manière de consommer les médicaments. Des personnes préfèrent ne rien savoir car elles pensent que connaître les effets et les redouter risque de les induire : de les provoquer (c’est également une idée présente chez de nombreux médecins qui conseillent de ne pas lire les notices). Pour d’autres, la logique est inversée : il vaut mieux savoir pour se préparer  « au cas où », ou encore pour juger de « risques » par rapport à ce qu’ils ont déjà ressenti (ex. tendance à avoir telle ou telle réaction, telle fragilité). Dans tous les cas, l’important est souvent d’avoir tel ou tel médicament « sous la main », dans la pharmacie familiale : les médicaments prescrits ou achetés ne sont pas consommés de suite, ou pas du tout. Les problèmes d’information viennent plutôt soit de médecins – qui sont encore nombreux à sous estimer les effets secondaires des médicaments (y compris ceux rapportés par les patients), soit de campagnes « commerciales » orchestrées par des grandes firmes   (publicités dans les médias, campagnes de promotion en milieu scolaire).

Comment en sommes-nous arrivés là ? Quelle part de responsabilité portent respectivement patients, professionnels de santé et pouvoirs publics ? 

Jean-Paul Giroud : Le problème est que la seule information que le patient va recevoir est publicitaire, qui n’est pas une information «santé», mais une «information» pour vendre. Les médecins français ont pris la mauvaise habitude de prescrire énormément de médicaments. Dans certains pays, notamment aux Pays-Bas, lors d’une consultation médicale, entre 45 et 55 % des cas, il n’y aura pas de médicaments sur l’ordonnance mais des conseils d’hygiène, de diététique. En France, dans 95 % on se retrouve avec 3 médicaments par ordonnance.   De plus, le médecin est souvent poussé par le patient à la prescription, surtout les jeunes médecins généralistes qui peuvent difficilement la refuser.  C’est aussi un problème d’information des médecins, car les bases de données de l’ Agence du médicament sont incomplètes au niveau de l’information du médicament. On est donc obligé de multiplier les sources de renseignement, notamment auprès de l’ HAS (Haute Autorité de Santé), pour savoir si le médicament  prescrit est efficace.  Le professionnel de santé est souvent mal formé, la formation des médecins sur le médicament est la plus faible d’Europe. Et surtout, son information médicale ne va venir pratiquement uniquement des visiteurs médicaux des laboratoires pharmaceutiques. Malheureusement, dans un certain nombre de cas, les informations qu’ils donnent sur l’efficacité ne sont pas validées.

Anne Vega : La question est très large. Toujours par rapport à mes observations en médecine générale, les « profanes » étaient plutôt peu demandeurs de produits : sauf pour les régimes. Ils appartenaient plutôt à des classes sociales « moyennes » et défavorisées, et ils ont plutôt modéré l’ensemble des ordonnances : en s’étonnant du nombre de médicaments prescrits, en questionnant le médecin sur les interactions possible avec d’autres produits, voire même en informant des médecins de l’inutilité ou de la dangerosité de produits (en particulier retirés du marché). Les blogs internet témoignent d’ailleurs de ces préoccupations.  

Peut on établir un rapport entre le culte de la performance dans les sociétés modernes et la surconsommation de médicaments qui apaisent ou augmentent les capacités ?

Anne Vega : Vaste sujet... Sans parler des produits dopants pour les sportifs, des sur-consommations comme des sur prescriptions viennent palier toutes sortes de problèmes de société, liés par exemple à des modèles de corps parfaits chez les femmes, ou à des difficultés au travail –en lien d’ailleurs aussi avec certains types de management. Et il y a plein de travaux en sciences sociales qui soulignent  qu’on assiste actuellement à une augmentation des inégalités sociales de santé en France : les plus démunis sont de plus en plus en incapacité de soigner, notamment… Les injonctions à être responsable de sa santé individuellement laissent de côté ce qui relève en fait de dimensions collectives : de choix politiques et économiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Une fausse pièce maya vendue aux enchères

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Imragen
- 30/01/2013 - 17:56
Gérer à la fois progrès et respect de la nature...
C'est étonnant comme chaque fois que l'Homme invente quelque chose de nouveau, il crée en même temps des problèmes imprévus :
- maladies professionnelles,
- gaz à effet de serre,
- fonte des glaces,
- effets secondaires des médicaments...
L'équilibre que parait avoir atteint la Nature au travers de l'évolution est légèrement déplacé et apparaissent de nouveaux effets.
La Nature génère déjà suffisamment de problèmes pour qu'on réfléchisse deux fois avant d'en introduire de nouveaux.
Difficile de gérer à la fois progrès et respect de la Nature, surtout si on y ajoute des questions de gros sous...
Anemone
- 30/01/2013 - 16:03
???
4 mortes en 26 ans! (et quelques problèmes iatrogéniques, bien sur à surveiller, cela va de soi)

Et c'est la polémique!

Combien de morts par an par le tabac (sans compter les problèmes de santé : de la bronchite chronique aux divers cancers allant de celui du poumon à celui du larynx en passant par celui de la vessie et des organes génitaux -ce dernier étant très peu connu du public, comme souvent du au tabac, hélas)
Combien par l'alcool?
Remarquez que je ne m'en plains pas : c'est ce qui me permet de gagner ma vie.;;

Combien par le cannabis,

Les 2 premiers ne sont pas interdits de vente et le 3eme est sur le point d'être en vente libre!

Et donnez moi un seul médicament -hormis l'homéopathie, elle déremboursée ou presque- qui na eu aucun effet iatrogène.

Expliquez moi la différence de traitement, tant par l'ANSM que par les médias. Merci
jerem
- 30/01/2013 - 11:24
Va t on nous les casser encore longtemps ?
5 morts en 25 ans .... et cet abruti de Denisot qui précise " on peut pas dire que c'est pas important , c'est important" .... et oui comique et le paracetamol (l'apsro ) c'est 6 morts par an ... on interdit l'aspor en vante libre et meme en vente tout court.

Ras le bol de ces debats avec des claironneurs qui ont les neurones d'affoleurs de populaces sans jamais se faire mettre devant leur connerie.

Denisot les morts de 'lamiante , tu ne t'en ai pas fait un cheval de batille comme ton comique d'apahtie qui est en boucle a vec la dette publique a la quelle il ne comprend rien sauf son speech de 78 tours .

5 morts en 25 ans ..... et sait on comment ces patientes on pris ce medicaments ? comme leurs medecins l'ont préscrits ? NON .

alors avant de nous affoler des mllions de femmes avec des annonces de disk jockey , tu refelechis 2 minutes aux nombres de patientess qui ont pris cette pilule et qui sont tojours vivantes et qui ont trouve un bénéfice risque tout a fait positif deouis 25 ans ....

Ca nous donnera l'impression que ne pas avoir le BAC n'est pas un handicap pour reflechir quand on est journaliste depuis 35 ans .