En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

07.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 6 min 44 sec
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 2 heures 7 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 5 heures 31 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 7 heures 20 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 55 min 22 sec
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 3 heures 32 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 4 heures 31 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 5 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 5 heures 46 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 6 heures 10 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 6 heures 45 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 7 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 7 heures 50 min
© Flickr/mr.paille
Le professionnel de santé est souvent mal formé, la formation des médecins sur le médicament est la plus faible d’Europe.
© Flickr/mr.paille
Le professionnel de santé est souvent mal formé, la formation des médecins sur le médicament est la plus faible d’Europe.
Inconscience

Diane 35, pilule dangereuse : l’obsession du confort immédiat nous fait-elle oublier toute appréciation des risques ?

Publié le 30 janvier 2013
Diane 35, ce traitement contre l'acné principalement utilisé comme moyen de contraception, est-il le symbole de la relation particulière que les Français ont à l'égard des médicaments ?
Jean-Paul Giroud et Anne Vega
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Giroud est l'un des spécialistes les plus reconnus en pharmacologie. Membre de l'académie nationale de Médecine, de la commission de pharmacovigilance et expert auprès de l'OMS.Anne Vega est chercheur à l'université Paris-Ouest...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diane 35, ce traitement contre l'acné principalement utilisé comme moyen de contraception, est-il le symbole de la relation particulière que les Français ont à l'égard des médicaments ?

Atlantico : Les Français ont-ils encore conscience de ce que sont réellement les médicaments, c'est-à-dire des substances contenant des principes actifs qui peuvent éventuellement avoir des effets secondaires ? 

Jean-Paul Giroud :  Tous les médicaments, qu'ils soient efficaces ou inefficaces sont susceptibles d'entrainer des incidents, et parfois même des accidents. Il suffit de voir ce qui arrive actuellement avec les pilules de 3ème génération. 

Anne Vega : Suite aux différentes « affaires », les prises de conscience sont nombreuses. Mais l’attention aux effets secondaires a toujours été présente : c’est un motif important de consultations en médecine générale (notamment concernant les pilules contraceptives et les produits psychotropes), et d’arrêt de traitement lorsque les médicaments en viennent à rendre le quotidien impossible - avec ou sans l’accord du médecin. Pareil lorsque l’on finit par penser que le produit n’apporte rien (de bon).

Selon un sondage, seulement 1/3 des français lisent la notice des médicaments avant de les consommer : peut-on parler de mésinformation ou d'inconscience des dangers ? Quel rôle joue le développement de l'automédication ? 

Jean- Paul Giroud : On peut les comprendre, les notices sont souvent dans un jargon trop médical, écrites avec des encres bleutées qui ne facilitent pas la lecture.Le problème, c’est que les patients sont informés par la notice, seulement après avoir acheté le médicament, en particulier pour les médicaments d’automédication. Il y a une absence de connaissance de nos patients sur les risques qu’ils prennent. 

Anne Vega : Nous baignons dans une « culture du médicament » : nous sommes plutôt favorables au médicament (par opposition à d’autres pays où il existe un certain « scepticisme», comme aux Pays-Bas par exemple). Il permet en effet de réduire rapidement tous les symptômes présents ou susceptibles d’apparaître. Mais c’est valable aussi du côté des médecins français, qui font plutôt confiance aux traitements - d’ailleurs la France est en retard en termes de pharmacovigilance. Après, il y a plein de nuances à faire : selon les milieux sociaux, les âges, les genres, etc. Pour aller vite, des usagers fréquentent régulièrement des médecins qui privilégient des médicaments du symptôme notamment. Mais d’autres (médecins et usagers) pas du tout : ils savent que les médicaments ne font pas tout et peuvent être inutiles, toxiques, et coûteux à la collectivité en plus. Attention donc aux discours globalisants sur les « abus » des usagers, ou sur les médecins : eux aussi sont des consommateurs de produits, eux aussi ont des motivations, des orientations et des profils particuliers.

Sur la question de l’automédication, il me semble que les responsabilités sont ailleurs : au niveau des formations médicales, et finalement au niveau de l’Etat : au moins en termes de contrôle des influences des firmes pharmaceutiques à tous les niveaux du système de santé. C’est aussi ce que découvrent des « Français » : les confits d’intérêt, en sachant que des médecins sous informent des patients aussi parce qu’ils sont sous informés par des firmes.

La volonté de satisfaction immédiate de nos besoins fait-elle passer les risques pris au second plan ? 

Jean-Paul Giroud : Le problème est que le patient tend à croire que les médicaments seraient la seule réponse possible à la souffrance humaine et à la maladie. Or, il y a des tas d’autres possibilités, certes plus longues, mais plus sécurisées, notamment la prévention : ne pas fumer pour éviter les cancers du poumons, manger moins pour réduire les risques d’obésité, avoir une hygiène de vie plus saine. 

Anne Vega : Il y a plein de manière de consommer les médicaments. Des personnes préfèrent ne rien savoir car elles pensent que connaître les effets et les redouter risque de les induire : de les provoquer (c’est également une idée présente chez de nombreux médecins qui conseillent de ne pas lire les notices). Pour d’autres, la logique est inversée : il vaut mieux savoir pour se préparer  « au cas où », ou encore pour juger de « risques » par rapport à ce qu’ils ont déjà ressenti (ex. tendance à avoir telle ou telle réaction, telle fragilité). Dans tous les cas, l’important est souvent d’avoir tel ou tel médicament « sous la main », dans la pharmacie familiale : les médicaments prescrits ou achetés ne sont pas consommés de suite, ou pas du tout. Les problèmes d’information viennent plutôt soit de médecins – qui sont encore nombreux à sous estimer les effets secondaires des médicaments (y compris ceux rapportés par les patients), soit de campagnes « commerciales » orchestrées par des grandes firmes   (publicités dans les médias, campagnes de promotion en milieu scolaire).

Comment en sommes-nous arrivés là ? Quelle part de responsabilité portent respectivement patients, professionnels de santé et pouvoirs publics ? 

Jean-Paul Giroud : Le problème est que la seule information que le patient va recevoir est publicitaire, qui n’est pas une information «santé», mais une «information» pour vendre. Les médecins français ont pris la mauvaise habitude de prescrire énormément de médicaments. Dans certains pays, notamment aux Pays-Bas, lors d’une consultation médicale, entre 45 et 55 % des cas, il n’y aura pas de médicaments sur l’ordonnance mais des conseils d’hygiène, de diététique. En France, dans 95 % on se retrouve avec 3 médicaments par ordonnance.   De plus, le médecin est souvent poussé par le patient à la prescription, surtout les jeunes médecins généralistes qui peuvent difficilement la refuser.  C’est aussi un problème d’information des médecins, car les bases de données de l’ Agence du médicament sont incomplètes au niveau de l’information du médicament. On est donc obligé de multiplier les sources de renseignement, notamment auprès de l’ HAS (Haute Autorité de Santé), pour savoir si le médicament  prescrit est efficace.  Le professionnel de santé est souvent mal formé, la formation des médecins sur le médicament est la plus faible d’Europe. Et surtout, son information médicale ne va venir pratiquement uniquement des visiteurs médicaux des laboratoires pharmaceutiques. Malheureusement, dans un certain nombre de cas, les informations qu’ils donnent sur l’efficacité ne sont pas validées.

Anne Vega : La question est très large. Toujours par rapport à mes observations en médecine générale, les « profanes » étaient plutôt peu demandeurs de produits : sauf pour les régimes. Ils appartenaient plutôt à des classes sociales « moyennes » et défavorisées, et ils ont plutôt modéré l’ensemble des ordonnances : en s’étonnant du nombre de médicaments prescrits, en questionnant le médecin sur les interactions possible avec d’autres produits, voire même en informant des médecins de l’inutilité ou de la dangerosité de produits (en particulier retirés du marché). Les blogs internet témoignent d’ailleurs de ces préoccupations.  

Peut on établir un rapport entre le culte de la performance dans les sociétés modernes et la surconsommation de médicaments qui apaisent ou augmentent les capacités ?

Anne Vega : Vaste sujet... Sans parler des produits dopants pour les sportifs, des sur-consommations comme des sur prescriptions viennent palier toutes sortes de problèmes de société, liés par exemple à des modèles de corps parfaits chez les femmes, ou à des difficultés au travail –en lien d’ailleurs aussi avec certains types de management. Et il y a plein de travaux en sciences sociales qui soulignent  qu’on assiste actuellement à une augmentation des inégalités sociales de santé en France : les plus démunis sont de plus en plus en incapacité de soigner, notamment… Les injonctions à être responsable de sa santé individuellement laissent de côté ce qui relève en fait de dimensions collectives : de choix politiques et économiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Imragen
- 30/01/2013 - 17:56
Gérer à la fois progrès et respect de la nature...
C'est étonnant comme chaque fois que l'Homme invente quelque chose de nouveau, il crée en même temps des problèmes imprévus :
- maladies professionnelles,
- gaz à effet de serre,
- fonte des glaces,
- effets secondaires des médicaments...
L'équilibre que parait avoir atteint la Nature au travers de l'évolution est légèrement déplacé et apparaissent de nouveaux effets.
La Nature génère déjà suffisamment de problèmes pour qu'on réfléchisse deux fois avant d'en introduire de nouveaux.
Difficile de gérer à la fois progrès et respect de la Nature, surtout si on y ajoute des questions de gros sous...
Anemone
- 30/01/2013 - 16:03
???
4 mortes en 26 ans! (et quelques problèmes iatrogéniques, bien sur à surveiller, cela va de soi)

Et c'est la polémique!

Combien de morts par an par le tabac (sans compter les problèmes de santé : de la bronchite chronique aux divers cancers allant de celui du poumon à celui du larynx en passant par celui de la vessie et des organes génitaux -ce dernier étant très peu connu du public, comme souvent du au tabac, hélas)
Combien par l'alcool?
Remarquez que je ne m'en plains pas : c'est ce qui me permet de gagner ma vie.;;

Combien par le cannabis,

Les 2 premiers ne sont pas interdits de vente et le 3eme est sur le point d'être en vente libre!

Et donnez moi un seul médicament -hormis l'homéopathie, elle déremboursée ou presque- qui na eu aucun effet iatrogène.

Expliquez moi la différence de traitement, tant par l'ANSM que par les médias. Merci
jerem
- 30/01/2013 - 11:24
Va t on nous les casser encore longtemps ?
5 morts en 25 ans .... et cet abruti de Denisot qui précise " on peut pas dire que c'est pas important , c'est important" .... et oui comique et le paracetamol (l'apsro ) c'est 6 morts par an ... on interdit l'aspor en vante libre et meme en vente tout court.

Ras le bol de ces debats avec des claironneurs qui ont les neurones d'affoleurs de populaces sans jamais se faire mettre devant leur connerie.

Denisot les morts de 'lamiante , tu ne t'en ai pas fait un cheval de batille comme ton comique d'apahtie qui est en boucle a vec la dette publique a la quelle il ne comprend rien sauf son speech de 78 tours .

5 morts en 25 ans ..... et sait on comment ces patientes on pris ce medicaments ? comme leurs medecins l'ont préscrits ? NON .

alors avant de nous affoler des mllions de femmes avec des annonces de disk jockey , tu refelechis 2 minutes aux nombres de patientess qui ont pris cette pilule et qui sont tojours vivantes et qui ont trouve un bénéfice risque tout a fait positif deouis 25 ans ....

Ca nous donnera l'impression que ne pas avoir le BAC n'est pas un handicap pour reflechir quand on est journaliste depuis 35 ans .