En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© REUTERS/Christian Hartmann
Le mariage pour tous peut-il nous mener vers le chômage pour tous?
Économie de marché, société de marché
Et si le mariage pour tous ne faisait que refléter les mêmes valeurs qui ont mené au chômage pour tous
Publié le 28 janvier 2013
Il y a un lien logique entre l’économie libertaire et la demande libertaire sociale, elle en est l’expression ultime. Ce lien tient au refus de toute valeur en soi, à toute réalité qui ne dépendrait pas de notre subjectivité.
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a un lien logique entre l’économie libertaire et la demande libertaire sociale, elle en est l’expression ultime. Ce lien tient au refus de toute valeur en soi, à toute réalité qui ne dépendrait pas de notre subjectivité.

Au-delà des personnes, de leur sincérité et de leurs souffrances, au-delà même d’amis qui militent pour le Mariage pour tous et au regard de l'importance de la réforme envisagée par le gouvernement, peut-on vraiment faire l'économie d'un questionnement des logiques sociétales qui structurent les revendications du Mariage pour tous ? Les libertaires veulent aujourd’hui la famille selon leur désir de famille et de sensibilité amoureuse. Ils veulent créer une famille Père-Père ou Mère-Mère. Le ‘’nouvel’’ amour sensible crée une ‘’nouvelle’’ famille, un autre amour en créera une autre, comme on crée des valeurs qui créent autant de réalités, par l’offre et la demande des sensibilités, à la bourse des échanges des subjectivités, dans le gré à gré des relations amoureuses. La filiation est purement subjective, elle remplace et crée le lien naturel objectif comme la notation financière semble créer la réalité économique.

Il y a un lien logique entre l’économie libertaire et la demande libertaire sociale, elle en est l’expression ultime. Ce lien tient au refus de toute valeur en soi, à toute réalité qui ne dépendrait pas de notre subjectivité, à des valeurs ou droits qui ne sont pas liées à leur expression ou rapport de forces – que toute autre expression subjective ou résultante sociale pourrait appréhender différemment, et donc fragiliser, au gré des fluctuations historiques - mais à une nature des choses ou une réalité qui ne dépendrait pas de nous mais à un donné auquel tout homme, quel qu’il soit doit se soumettre.

La charte des droits de l’homme de 1789 est déjà au centre de cette ambivalence lorsqu’elle reconnaît un droit naturel tout en faisant de la souveraineté populaire la source de tout droit : comme si la valeur humaine pouvait dépendre des majorités ou comme si le peuple pouvait décréter la pluie ou le beau temps sans tenir compte de la météo … Si nous reconnaissons néanmoins des valeurs constitutionnelles, c’est bien qu’il y a des valeurs qui ne dépendent pas des majorités et Marx avait raison de souligner que ces droits sont purement formels…
Avec le mariage pour tous, nous sommes dans la poursuite logique du subjectivisme qui ne parle de droits de l’homme que par rapport à affirmation subjective qui les décrète selon son bon plaisir, où la subjectivité devient le souverain. Ce processus est mortifère et détruit l’homme et la société car il prétend recréer la réalité à partir de l’homme sans absolu, sans valeurs qui nous dépassent. C’est un matérialisme et un totalitarisme de l’homme devenu dieu et prétendant refaire le monde à sa façon comme tous les matérialismes et totalitarismes.

D’un point de vue idéologique et expérimental, la crise financière nous a appris que des nouvelles ‘’valeurs’’ fabriquées de l’organisation sociale peuvent se retourner contre l’homme, sinon comment comprendre que des peuples européens se sacrifient et se détruisent pour sauver la finance. L’homme travaille désormais pour l’économie et l’économie pour la finance. Il y a une inversion totale des valeurs.
Cette prise de contrôle de la finance sur l’économie et la société s’est faite contre les valeurs objectives et réelles des besoins humains par les libertariens en économie dont Greenspan ; elle s’est faite par la construction de nouvelles ‘’valeurs’’, créées par l’idéologie libertaire contre la nature des choses, la réalité se fait désormais par le marché et l’homme doit s’y soumettre comme à sa nouvelle divinité. Ici, les valeurs sociales fonctionnent de la même façon. Elles prétendent recréer la société sur d’autres bases que l’homme ayant une nature ou réalité donnée pour le fabriquer à l’image la subjectivité humaine et sociale et de ses multiples ‘’prurits’’ ou expressions.

La politique poursuit ainsi les valeurs de marché dans la société de marché pour en faire une politique de marché en harmonie avec la société de marché. La raison sociale et politique, ses valeurs universelles, obéissent au marché de l’offre et de la demande. Nous critiquons le pouvoir politique qui est devenu (re)présentation du pouvoir, la puissance politique qui est devenue communication des valeurs de marché, l’exercice du pouvoir qui se satisfait du symbole du pouvoir et non du pouvoir sur le marché. Nous ne sommes pas cohérents si nous acceptons, par ailleurs, le mariage pour tous.

Le pouvoir politique s’est dénaturé car il ne sert plus des biens économiques concrets, ceux de l’économie, de la famille et de la patrie ; l’alpha et l’oméga, entre autres, de la politique économique. Il produit des valeurs nouvelles pour faire sa (re)présentation sociale. La politique abandonne alors la réalité réelle aux forces du marché. Elle crie son impuissance et promet, en même temps, de changer cette réalité crue et brutale où le chômage est devenu croissant et où le chef d’entreprise est obligé de délocaliser en raison d’une concurrence libertaire mais c’est ce positionnement idéologique libertaire qui rend justement le politique impuissant et complice de cet ordre !

La politique ne veut plus changer la réalité mais fait sa représentation. En suivant les libertariens, de fait, elle poursuit la mise sous contrôle du politique aux forces économiques et sociales de marché. Vous avez des difficultés à vous plier à la société de marché, il faudra vous habituer à la politique de marché. Le mariage pour tous en est sa brutale expression.

Le constructivisme, idéologique et politique, a des limites : les limites de la nature ou de l’être des choses. Ces limites peuvent certes être tordues, transgressées ou perverties mais à la fin ça casse et c’est de la casse humaine et sociale. C’est la raison pour laquelle en fragilisant la famille, cellule de base de la société – par une nouvelle filiation constructiviste avec le Mariage pour tous - nous fragilisons l’homme, et plus généralement l’économie et la société.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
La fuite des cerveaux, une réalité?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ropib
- 01/02/2013 - 14:47
La fin du salariat
La confusion entre le travail et le salariat est un constructivisme au même titre que l'hétérosexualité du mariage. Un couple hétérosexuel peut fonder un foyer et élever un enfant, que l'état le reconnaisse ou non n'a d'importance que si l'état veut avoir un rôle à jouer. De quoi parle-t-on quand on dit "fragilisation de la famille" ? parce que oui, c'est vrai, vivre comme au début du 20è siècle est fragilisé, mais c'est parce que le temps existe (les mathématiques sont fragilisées aussi si on répond "2" à tout calcul sous prétexte que la première fois on a écrit "1+1"). Ainsi la famille, qui peut désormais être fondée sur un couple hétérosexuel ou homosexuel, n'est pas du tout fragilisée, elle. Ce qui fragiliserait la famille c'est de mettre des œillères.
konstanz
- 30/01/2013 - 12:18
Une société malade du matérialisme
Croyez bien que les gens normaux en sont conscients mais n'ont plus vers qui se tourner pour rétablir les vraies valeurs. L'homme n'est plus considéré que comme un produit de consommation parmi d'autres: cf les employés corvéables à merci, les cadres à qui l'on demande d'accepter une mutation dans un délai ridicule de 48H sans se soucier de la famille qui devra le suivre, les enfants que l'on balade de droite à gauche, au gré des nouvelles rencontres des parents séparés, les employés que l'on licencie ou que l'on maltraite "savamment" pour les obliger à démissionner etc etc; Nous sommes dans un monde de brutes barbares
sanglier intrépide
- 29/01/2013 - 14:45
D'accord avec l'auteur
Hollande ne fait que déréglementer le marché de la famille. L'individualisme croissant a complètement annihilé les solidarités y compris familiales pour en faire des structures malléables qui cherchent à concilier l'offre et la demande. La gauche anticléricale se trompe quand elle crache sur la famille, parce qu'elle tue la société par-là même. La droite catho se trompe quand elle souscrit à l'idéologie libérale, parce qu'elle prolonge la culture de mort qu'elle condamne à travers l'avortement. La famille n'est pas un concept vichysard. C'est simplement le premier contact qu'un individu entretient avec la société.