En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Flickr / Marmotte73
Tous les gouvernements ont cherché à sauver des économies défaillantes plutôt que d'apprendre de leurs propres erreurs pour préparer l'avenir.
Les dessous de l'économie
Attention aux mesures toxiques qui à trop vouloir contrer la crise préparent en fait celles de demain
Publié le 28 janvier 2013
Tous les gouvernements ont cherché à sauver des économies défaillantes plutôt que d'apprendre de leurs propres erreurs pour préparer l'avenir.
Bill Bonner est le fondateur et président d'Agora Inc., une maison d'édition publiant des lettres d'information financières pour les investisseurs particuliers.Auteur de la lettre e-mail quotidienne The Daily Reckoning (450 000 lecteurs... ), il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bill Bonner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bill Bonner est le fondateur et président d'Agora Inc., une maison d'édition publiant des lettres d'information financières pour les investisseurs particuliers.Auteur de la lettre e-mail quotidienne The Daily Reckoning (450 000 lecteurs... ), il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tous les gouvernements ont cherché à sauver des économies défaillantes plutôt que d'apprendre de leurs propres erreurs pour préparer l'avenir.

Depuis des années, les banques centrales cherchent à éviter les crises et corrections à tout prix. Elle feraient pourtant bien de laisser les choses suivre leur cours... Comme Nietzsche l'aurait dit s'il y avait pensé, les petites corrections nous rendent plus forts et plus intelligents. Pourquoi avons-nous besoin de corrections ? Parce que les gens font des erreurs.

Les corrections sont-elles bénéfiques ? Oui. Elles éliminent les erreurs... le bois mort... les entreprises faibles... les investisseurs peu doués... les maladroits... et les mutations malheureuses. Ce qui survit est mieux adapté aux conditions actuelles. Que se passe-t-il quand nous évitons ou réprimons une correction ? L'erreur perdure. Comment est-ce que la situation finit par se régler ? De manière catastrophique.

Une erreur n'est pas comme une petite grippe. Il ne suffit pas de l'ignorer pour qu'elle disparaisse. Au volant, si on a pris le mauvais tournant, plus on continue plus on s'éloigne de l'endroit où on voulait aller. Ou, si l'on boit trop le lundi, on n'ira pas mieux en buvant trop le mardi et le mercredi. La répétition ne fait pas disparaître les erreurs ; elle ne fait que les aggraver. Rien n'empire éternellement -- ce qui devait arriver "tôt ou tard" finit par arriver. Et ce n'est pas joli-joli. En fait, plus on a repoussé et nié la correction, moins c'est joli.

En effet, les erreurs non-corrigées ne deviennent pas simplement "de pire en pire", progressivement et visiblement. En fait, les dommages sont souvent invisibles... jusqu'à ce que le désastre se produise. Imaginez que vous ayez trop bu et que vous conduisiez trop vite dans une ville animée et pleine de monde. C'est une erreur. Votre femme vous enjoint de ralentir. Irrité, vous appuyez sur le champignon et allez encore plus vite. Continuez ainsi et les chances d'une issue désastreuse se multiplient. Chaque minute supplémentaire d'excès de vitesse a exactement la même composante de risque que la minute précédente. Mais les probabilités d'accident s'accumulent. Continuez à faire la même erreur et un résultat épouvantable est quasiment garanti.

En d'autres termes, les conséquences négatives passent de zéro à 100% en un clin d'oeil. 

A mesure que l'ampleur de l'erreur augmente, la collision finale avec la réalité devient bien plus dramatique. C'est une chose qu'une entreprise ou un ménage fasse une erreur. Quand ils sont des millions à commettre la même, c'est un problème très différent. Pas seulement plus grand... différent. On peut envisager les choses ainsi. Tous les jours, des gens meurent. Dans un pays de 300 millions d'habitants, on peut partir du principe que, tous les ans, plus de deux millions de personnes doivent aller fumer les mauves par la racine. Sur une période de cent ans, ce sera le cas de tous ou presque. Ils peuvent le faire de manière tout à fait ordonnée sans perturber le reste.

Maintenant, imaginons que le taux de mortalité grimpe tout à coup. Supposons que 20 millions de personnes meurent en un an. Ou 100 millions. A deux millions de morts par an, la douleur est localisée et privée. Acceptable. Ceux qui n'ont pas de mort dans leur famille proche ne sont pas spécialement affectés. A 100 millions de morts, c'est tout à fait différent. Les trains cessent de circuler ; les boutiques ferment ; le courrier n'est plus livré. La société tout entière est paralysée.

Nous nous tournons maintenant vers un autre exemple : la dette. Aujourd'hui, on se félicite un peu partout du fait qu'il n'y a pas de graves conséquences visibles à la dette publique croissante des Etats-Unis. Selon les mots de l'économiste d'après-guerre français Jacques Rueff, les Etats-Unis profitent de "déficits sans larmes". Grâce au fait que des gens, partout dans le monde, sont prêts à accepter des crédits en dollars et à les garder comme s'ils valaient quelque chose... eh bien, ils valent quelque chose. Et ils continueront à valoir jusqu'à leur dernier sou -- jusqu'à ce que ce ne soit plus le cas. Les obligations grimpent depuis 32 ans. Les bons du Trésor US longs avaient un rendement de 15% en 1981. Depuis, la dette gouvernementale américaine est passée de 1 000 milliards à 16 000 milliards de dollars. Mais les prix des obligations ont grimpé également, à tel point qu'elles ne rapportent plus que 3% aujourd'hui.

Les marchés boursiers sont ravis eux aussi. Le S&P 500 a grimpé de 120% depuis mars 2009. C'est la même confiance aveugle des banques centrales qui en est la cause. LTRO, QE1, QE2, QE3, Twist -- et maintenant le nouveau gouvernement japonais, mené par Shinzo Abe, s'est engagé à rejoindre la fête. Plus Abe, Bernanke, Draghi et les autres défenestrent les investisseurs, plus les investisseurs semblent apprécier.

Qui plus est, l'accumulation de dette va en accélérant. La dette gouvernementale américaine totale est 16 fois plus élevée qu'il y a une génération. En 1984, les autorités avaient mis 64 ans à accumuler 1 000 milliards de dettes. Elles ont ajouté 1 000 milliards supplémentaires durant les quatre années suivantes. Durant ses huit années de mandat, George W. Bush a ajouté 800 milliards de dollars de dette chaque année. Le premier mandat d'Obama a vu une augmentation annuelle de 1 200 milliards de dollars. La dette fédérale augmente plus de deux fois plus rapidement que les recettes fiscales depuis 10 ans, et quatre à cinq fois plus vite que l'économie elle-même durant le premier mandat d'Obama.

Lorsqu'on observe la dette en termes réels -- c'est-à-dire en suivant les normes comptables auxquelles une entreprise publique devrait se conformer aux Etats-Unis, comprenant les engagements non-provisionnés et les liquidités entrant et sortant -- sa vélocité augmente rapidement. Au lieu d'un déficit de 1 000 milliards en 2012, on est à 7 000 milliards. Au lieu d'une dette nationale de 16 000 milliards, comme on l'entend dire dans les médias, on a une dette et des obligations financières non-provisionnées d'un total de 238 000 milliards de dollars. Et au lieu de croître quatre à cinq fois plus vite que le PIB, la dette se développe 20 fois plus rapidement.

Malgré tout, même si le sol se précipite à leur rencontre de plus en plus rapidement, ni les investisseurs ni les économistes ne s'inquiètent. Les prix à la consommation sont encore tout juste en hausse. Les actions et les obligations sont élevées. L'économie se développe. Les investisseurs obligataires, aidés par la Fed -- qui rachète désormais plus d'obligations que le gouvernement US n'a besoin d'en vendre --, ne montrent aucun signe de panique.

Mais c'est ainsi que fonctionne un vrai désastre. Si on ne le corrige pas, il court tout droit, à toute vitesse... sans qu'on puisse l'arrêter... jusqu'à ce qu'il finisse par rencontrer un objet immobile. Pour l'instant, alors qu'ils volettent à hauteur du huitième ou neuvième étage, les investisseurs boursiers et obligataires n'enregistrent aucune douleur. Au contraire, ils trouvent tout ça délicieusement amusant.

Pour l'instant. Mais lorsque ce sera terminé, le poids de tant de corps en chute libre fissurera les trottoirs.

Retrouvez plus d'analyses et et de conseils d'investissement sur
La Chronique Agora : en cliquant ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 26/01/2013 - 21:11
Enigme de la Pyramide de Ponzi? En fait, ça y est, j'ai trouvé!
C'est quand les benêts-crédules s’aperçoivent qu'ils ont mis leur argent dans une pyramide de Ponzi...qu'elle s'écroule!
Alors, chut!
Pas un mot de tout cela à personne!...
Motus!
vangog
- 26/01/2013 - 21:07
Les dettes Américaines, Japonaises et Européennes me rappellent
ces pyramides de Ponzi, toujours très efficacement utilisées par les maitre-chanteurs de la finance pour extorquer toujours plus d'argent à des benêts crédules et cupides...
Existe-t-il une étude scientifique qui prédit à quel moment la pyramide de Ponzi atteint son apogée...et s'effondre!
Cela serait plus utile que le calendrier Maya ou les prédictions de Nostradamus, pour prédire l'explosion financière qui ne manquera pas d'arriver...
titine
- 26/01/2013 - 20:58
Tout simplement
parce qu'il est bien plus facile de faire du rafistolage qu'à reconnaitre les erreurs du passé pour pouvoir penser et agir pour le long terme.