En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

04.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 6 heures 35 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 7 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 8 heures 5 sec
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 10 heures 10 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 12 heures 24 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 12 heures 56 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 14 heures 3 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 14 heures 27 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 14 heures 55 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 7 heures 46 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 8 heures 42 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 12 heures 13 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 12 heures 25 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 14 heures 14 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 14 heures 34 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 15 heures 1 min
© Atlantico
Florence Cassez a été accueillie en grande pompe à l'aéroport de Roissy ce jeudi, notamment par le ministre des Affaires étrangères et le ministre des Transorts.
© Atlantico
Florence Cassez a été accueillie en grande pompe à l'aéroport de Roissy ce jeudi, notamment par le ministre des Affaires étrangères et le ministre des Transorts.
Dossier complexe

Florence Cassez est libre mais est-on bien sûr qu'elle est innocente ?

Publié le 02 avril 2013
Alors qu'au Mexique, on s'étonne ou on s'offusque de la libération soudaine de la Française depuis mercredi soir, en France les médias et hommes politiques ont rapidement évacué la question de sa culpabilité.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'au Mexique, on s'étonne ou on s'offusque de la libération soudaine de la Française depuis mercredi soir, en France les médias et hommes politiques ont rapidement évacué la question de sa culpabilité.

À son arrivée en France, Florence Cassez a déclaré à la presse que grâce à cette libération, "J'ai été innocentée". Ce n'est pas l'avis de la presse mexicaine et encore moins de la Première chambre de la Cour suprême du Mexique qui a ordonné par trois voix sur cinq, mercredi 23 janvier au soir, la libération immédiate de la Française, enfermée dans les geôles mexicaines depuis 7 ans, en raison de la violation de ses droits constitutionnels lors de la procédure.

"Elle s'en va, libre mais pas innocentée." Ce titre d'un article du quotidien El Universal, en dit long sur le départ précipité vers la France de Florence Cassez jeudi 24 janvier. Florence Cassez a été élevée au rang d'une Ingrid Betancourt, ou encore d'un Dreyfus (par Yves Duteil en personne). Elle a été accueillie en grande pompe par Laurent Fabius et Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports à l'aéroport de Roissy. Sa mère a reçu la visite de Valérie Trierweiler mercredi soir. L'ancienne détenue et sa famille seront reçus à l'Elysée ce vendredi à 19 heures. La France s'emballe les médias aussi. La presse mexicaine leur rappelle que Florence Cassez n'a pas été innocentée.

"Selon de nombreux Mexicains et probablement la majorité, Florence Cassez est coupable et devrait rester en prison. Ils sont offusqués par cette décision. Le problème c'est que ceux qui ont jugé la Française l'ont fait sans preuve fiable. Les autorités judiciaires ont bafoué les droits de l'accusée, et vicié tout le processus judiciaire. Et cela, dans n'importe quel pays qui se revendique de la démocratie libérale et constitutionnelle, donne le droit à une personne de sortir libre. Peut-être que la Française est effectivement coupable. Mais cela ne justifie pas que ses droits aient été violés comme ceux de tous les Mexicains d'ailleurs", écrit l'éditorialiste Leo Zuckerman dans les colonnes du quotidien généraliste Excelsior. Selon l'éditorialiste le message que veut envoyer la Cour suprême, est qu'elle défend les droits de tous les Mexicains à un procès équitable. C'est donc un message politique qui contribue à consolider la démocratie au Mexique.

Tous n'acceptent pourtant pas d'évacuer la question de la culpabilité de la Française. A commencer par la veuve d'un homme enlevé par le gang, Michelle Valadez, à qui l'on a envoyé l'oreille de son défunt mari et qui a hurlé "assassin, assassin" lors du passage du convoi qui emmenait Florence Cassez après sa libération. Dans Excelsior, un autre éditorialiste, Jorge Fernandez Menéndez, s'interroge : "Florence Cassez est libre… Etait-elle coupable ?". Il reconnaît que "l'on peut dire, de façon sensée, que les violations des droits de Florence Cassez dans la procédure suffisent à la libérer sans se demander si elle est ou non coupable". "Mais il ne devrait pas en être ainsi, estime-t-il. Ce qu'il faudrait faire, c'est éliminer les preuves qui n'étaient pas déterminantes pour établir sa culpabilité, et, à partir de là, organiser un nouveau procès pour décider si Florence doit ou non rester en prison (...) Ce que nous ne saurons jamais, à cause de cette décision, c'est si Florence Cassez est coupable ou pas (...) Non seulement certaines victimes, pour qui, la Française est coupable, n'obtiendront jamais justice, mais aussi, elle devront souffrir de voir à la télévision ou même au cinéma la personne qu'elles considèrent comme leur ravisseuse et agresseur, rendue célèbre."

El Universal publie une tribune de Maria Elena Morera, présidente de l'ONG Causa en comun engagée pour la promotion de l'Etat de droit. Selon elle la décision de la libération de la Française pourrait être perçue comme inégalitaire. Dans le même journal, deux avocats pénalistes accusent la justice mexicaine : "Une bonne procédure judicaire doit satisfaire les deux parties et la société, résument-ils. A l'inverse, celle de Cassez ne laisse que des doutes, des zones d'ombres et des questions de tous les côtés." Et pourtant depuis le moment où cette affaire est devenue médiatique et politique, il y a longtemps qu'elle est sortie du simple champs judiciaire et qu'elle ne peut satisfaire tous les partis...

Retour sur un dossier complexe aux multiples ressorts diplomatiques, politiques, judiciaires et médiatiques et qui dure depuis 7 ans : 

8 décembre 2005. Florence Cassez, une Française de 29 ans originaire de Béthune (Nord) venue en 2003 rejoindre son frère à Mexico, est arrêtée avec son compagnon Israël Vallarta. Il se dit vendeur de voitures mais serait, selon la justice mexicaine, le chef d'un gang, Los Zodiaco, spécialisé dans les enlèvements ultra-violents.

9 décembre 2005. La police judiciaire fédérale met en scène devant des caméras de télévision leur arrestation.

27 avril 2008. Florence Cassez est condamnée à 96 ans de détention pour quatre enlèvements, association de malfaiteurs et possession d'armes. La peine effective est alors de 20 ans.

3 mars 2009. En appel, la peine totale passe à 70 ans mais comme la peine maximale au Mexique est de 60 ans, la peine effective de Florence Cassez triple pour passer à 60 ans.

9 mars 2009. Les présidents français Nicolas Sarkozy et mexicain Felipe Calderon s'accordent pour qu'un groupe de travail juridique binational étudie un éventuel transfèrement de Florence Cassez en France. Trois mois plus tard, un transfert dans une prison française est refusé par le président Calderon en personne.

18 avril 2010. Le parquet mexicain reconnaît que la police a menti en faisant croire que la Française avait été arrêtée en direct le 9 décembre 2005.

30 août 2010. Pourvoi en cassation.

30 novembre 2010. Un ex-procureur général du Mexique s'affirme "convaincu" de "l'innocence" de Florence Cassez, tout comme l'Eglise catholique mexicaine.

10 février 2011. La Cour de cassation rejette le recours de Florence Cassez.

14 février 2011. Le gouvernement mexicain se retire de l'Année du Mexique en France, après la décision du président Sarkozy de "dédier" cette manifestation à Florence Cassez.

7 mars 2011. Son avocat dépose un recours en révision pour inconstitutionnalité devant la Cour suprême du Mexique.

7 mars 2012.  Le rapporteur de la Cour suprême propose la libération "immédiate et absolue" de Florence Cassez, en raison du non-respect de ses droits durant l'instruction.

21 mars 2012. La première chambre de la Cour suprême rejette une libération immédiate, mais doit de nouveau se réunir en l'absence de majorité.

10 mai 2012. Florence Cassez "doit être libérée", estime Olga Sanchez Cordero, la juge de la Cour suprême du Mexique en charge du dossier.

20 juin 2012. Le président François Hollande dit au président Calderon qu'il fait "toute confiance à l'indépendance de la justice mexicaine".

2 juillet 2012. Le successeur de Calderon, Enrique Peña Nieto, dit vouloir "reconstruire la relation avec la France".

9 janvier 2013. La juge Olga Sanchez transmet à ses collègues une nouvelle proposition d'annulation de la condamnation de la Française avec renvoi devant la cour d'appel.

23 janvier 2013. La Cour suprême du Mexique décide la libération immédiate de Florence Cassez, désormais âgée de 38 ans et emprisonnée depuis plus de sept ans, en raison de la violation de ses droits dans la procédure.

24 janvier 2013. Retour de Florence Cassez en France.

Marie Théobald

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (169)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Nickymexico
- 31/01/2013 - 12:31
Garcia Luna et les autres... !
Oui, il faudrait se poser la question ! Sauf que lorsque l'on traite d'un sujet qu'on ne connait pas, il vaudrait mieux qu'Atlantico laisse celà aux professionnels. Garcia Luna (chef du AFI et responsable du montage de la fausse arrestation de Florence et Israël, puis devenu ministre de l'intérieur) a fuit à Miami en décembre 2012. L'ex président Calderon a également fuit aux USA en décembre 2012. Christina Rios et son fils Cristian (faux-otages du ranch, puisque libérés 1 mois avant dans une autre maison) ont fuit au Texas. Izequel, le 3e soit-disant otage du ranch est lui aussi aux States. La plupart des policiers de l'époque ne sont plus au Mexique. Et Margoulis..., dont personne ne parle, mais dont tout le monde tremble rien qu'à l'énoncé de son nom... Alors, vous qui faites un procès sans savoir le contenu du dossier, posez-vous les vraies questions ! Et ne jugez pas. Ce qui est arrivé à Florence CASSEZ est malheureusement courant au Mexique. Ne jugez pas non plus Israël, ce n'est pas votre job, qui, jusqu'à preuve du contraire, est présumé innocent. Lorsque l'on veut jouer aux Sherlok Holms, on étudie le sujet.
texarkana
- 31/01/2013 - 11:49
Garcia Luna à Miami
Je voudrais qu'Atlantico m'explique pourquoi Garcia Luna, l'ancien ministre de l'intérieur, gravement mis en cause dans cette affaire, et qui a tout fait pour maintenir FC au trou, s'est enfui à Miami ?
Ganesha
- 31/01/2013 - 07:14
Les weekends de Jean-François
Ce qui est amusant, c'est qu'aucun commentateur n' a encore fait la comparaison entre mlle Florence Cassez qui vivait avec un truand kidnappeur et notre grand homme politique de droite, l'infâme Jean-François Copé, qui passe ses weekends sur les yachts de marchands d'armes libanais...