En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 9 heures 36 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 14 heures 14 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 15 heures 2 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 15 heures 39 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 16 heures 17 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 16 heures 55 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 18 heures 51 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 12 heures 34 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 14 heures 27 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 15 heures 24 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 15 heures 56 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 16 heures 32 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 18 heures 22 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 18 heures 30 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 18 heures 52 min
Françafrique

L’Afrique, poudrière aux portes de l’Europe : payons-nous le prix de notre désintérêt ou de notre manque de moyens pour le continent noir ?

Publié le 21 janvier 2013
Autrefois fer de lance démocratique de l’Afrique, le Mali en est aujourd’hui réduit à faire appel à la France pour éviter d’être complètement envahi par les forces djihadistes. Les pays occidentaux se sont-ils trop focalisés sur le Moyen-Orient au détriment du continent africain ?
Yves Gounin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Gounin a été premier conseiller à l'ambassade de France au Kenya de 2000 à 2003 et conseiller juridique du président de la République du Sénégal de 2006 à 2009. Il a également enseigné les relations internationales à Sciences Po.Il est l’auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Autrefois fer de lance démocratique de l’Afrique, le Mali en est aujourd’hui réduit à faire appel à la France pour éviter d’être complètement envahi par les forces djihadistes. Les pays occidentaux se sont-ils trop focalisés sur le Moyen-Orient au détriment du continent africain ?

Atlantico : Le Mali, autrefois fer de lance démocratique de l’Afrique, en est aujourd’hui réduit à faire appel à la France pour éviter d’être complètement envahi par les forces djihadistes. La France, et plus largement l’Occident, ont-ils effectivement abandonné l’Afrique depuis longtemps ? Peut-on leur imputer la fragilité actuelle de certains pays africains ?

Yves Gounin : Permettez-moi d’abord deux remarques introductives. La première est combien il est réducteur de parler d’Afrique. Il y a une Afrique du Nord et une Afrique subsaharienne, une Afrique francophone et une Afrique anglophone, une Afrique de la savane et une Afrique de la forêt, etc.

La seconde est de souligner, avec un brin de provocation, que ce qui se passe actuellement au Mali n’a pas grand’chose à voir avec l’Afrique. Nous sommes face à un mouvement insurrectionnel d’inspiration religieuse qui prospère sur les décombres d’un Etat failli. Ce qui se passe aujourd’hui au nord Mali s’est passé en Afghanistan avec les talibans et se passe encore en Somalie avec les shebabs. La seule différence est que cette fois-ci nous sommes dans une région du monde où la France est en première ligne pour intervenir.

Ces deux remarques faites, j’en viens à votre question.

Parler d’abandon de l’Afrique sous-entend que la France serait responsable de l’Afrique.  Alors qu’on vient de  célébrer les 50 ans de l’indépendance des pays africains, n’est-il pas temps de traiter l’Afrique en adulte, de lui laisser la responsabilité de son destin ? Ne peut-on pas une bonne foi cesser d’intenter à l’ancien colonisateur le double procès paradoxal de l’indifférence – lorsqu’il se désintéresse de l’Afrique – et de l’ingérence – lorsqu’il y intervient. 

La France comme le reste du monde occidental a recentré ses priorités sécuritaires sur le Moyen-Orient. Avons-nous fantasmé une Afrique qui se développait sereinement ? Aurions-nous dû maintenir une surveillance accrue dans ces pays pour éviter une contamination de l’extrémisme religieux ?

Je ne suis pas d’accord avec vous lorsque vous dites que la France et le monde occidental ont recentré leurs préoccupations sécuritaires sur le Moyen-Orient. Si vous voulez dire que le terrorisme islamiste, à cause notamment de son impact sur la sécurité de nos sociétés, est devenu une préoccupation de premier rang, non seulement pour nos forces de sécurité mais aussi pour nos diplomates, je suis d’accord. Mais ce terrorisme nous concerne partout où il se déploie : au Moyen-Orient au premier chef, mais aussi en Afrique. Soyez-en convaincu : les agissements d’Al Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi) ont été suivis de très près par nos services de renseignement depuis fort longtemps – au détriment d’ailleurs d’autres priorités moins pressantes.

Vous me demandez si la France aurait dû maintenir une "surveillance accrue dans ces pays". Je m’inscris en faux contre ce vocabulaire néo-colonial ! Les pays africains sont indépendants et souverains. La France, pas plus qu’aucun autre pays occidental, ne saurait leur imposer une quelconque "surveillance".

Sur les fantasmes inspirés par le développement serein d’une Afrique prospère et pacifiée, en revanche, je vous rejoins. Depuis quelques années, par réaction à l’afro-pessimisme qui avait caractérisé les décennies précédentes, la mode est à l’afro-optimisme. Alors que René Dumont évoquait une Afrique noire "mal partie" en 1962, L’Afrique va bien titre par exemple Mathias Leridon (2010). Les deux thèses sont excessives. La vérité, comme toujours, est entre les deux, comme le montrent excellemment Jean-Michel Sévérino (Le temps de l’Afrique) ou Vincent Hugeux (L’Afrique en face)

En se désengageant de l'Afrique en 1960, la France a-t-elle pensé ne plus être rattrapée par les questions africaines ? A-t-elle voulu s’en débarrasser ?

Absolument pas, au moment de l’indépendance des colonies françaises africaines, l’idée était de maintenir un lien puissant entre ces pays et le nôtre. C’était le temps de la Françafrique, une expression dont il ne faut pas oublier qu’avant de se charger de la force négative qu’elle a acquise dans les années 1990 sous la plume de François-Xavier Verschave, elle avait été forgée dans les années 1950 pour glorifier l’étroitesse des liens entre la France et ses anciennes colonies.

La France, à l’époque, entendait rester en Afrique. Elle y était poussée par des motifs historiques, culturels (le partage d’une même langue), diplomatiques (le soutien à l’Onu), militaires, etc. Au fil du temps, ces motifs ont perdu de leur prégnance. Et, plus grave, le système s’est perverti. La Françafrique, projet politique, est devenu un système opaque sinon mafieux.

Très vite, des voix se sont élevées pour renverser ce système. Mais ces voix, celle des Modernes,  ont été étouffées par d’autres, celles des Anciens, qui, au nom de la force des habitudes et de la défense du rang de la France, ont prôné le statu quo. Tel est le combat des Anciens et des Modernes que je décris dans mon livre.

50 ans plus tard, la France est dans une situation paradoxale. Les Anciens – dont Foccart était la figure emblématique et Robert Bourgi le successeur – ont quitté la scène. Les Modernes – qui entourent François Hollande – entendent normaliser la relation avec l’Afrique. Mais c’est paradoxalement les pays africains eux-mêmes qui crient à "l’abandon".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
POBOBO
- 21/01/2013 - 19:02
Laisse faire Germaine
Ils n'ont que 500 ans de retard, c'est pas beaucoup, les Africains doivent avancés à leur rythme, tranquille quoi.
Salvatore Migondis
- 21/01/2013 - 17:07
Heu..totor...
Qui nous a formé, nous..? Des extra-terrestres..?
ISABLEUE
- 21/01/2013 - 16:30
Je suis allée voir Afrik .com
et allez : on nous rabat déjà les oreilles avec "La France des colonisateurs".
Je leur dirais bien "Allez vous faire....".
Ras le bol. Tout cela pourquoi ??
Pour encore se faire insulter.....
Les chefs d'Etats africains pourraient se bouger un peu le boubou, ils ont des sous-sols supers riches...