En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 6 min 53 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 12 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 51 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 5 heures 59 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 14 min 38 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 26 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 4 heures 4 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 48 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 10 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 52 min
© Reuters
L'intervention de la France au Mali soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.
© Reuters
L'intervention de la France au Mali soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.
Quitte ou double

La guerre au Mali va-t-elle cimenter l’Union européenne ou la fragiliser davantage ?

Publié le 20 janvier 2013
L'intervention de la France au Mali met en exergue les difficultés d'entreprendre une action commune et soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.
Paul Goldschmit est membre de l'Advisory Board de l'Institut Thomas More,Il a également été directeur du service "Opérations Financières" au sein de la Direction Générale "Affaires Économiques et Financières" de la Commission Européenne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Goldschmidt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Goldschmit est membre de l'Advisory Board de l'Institut Thomas More,Il a également été directeur du service "Opérations Financières" au sein de la Direction Générale "Affaires Économiques et Financières" de la Commission Européenne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'intervention de la France au Mali met en exergue les difficultés d'entreprendre une action commune et soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.

Alors que la décision du président Hollande d’intervenir au Mali fait l’objet d’un large consensus politique et de l’adhésion d’une majorité de l’opinion publique française, le débat médiatique tourne autour de l’isolement de la France, malgré un feu vert de l’ONU et un support minimal de certains alliés de l’OTAN et de l’UE.

 

Diverses questions, bien identifiées, portent entre autres sur : la nécessité incontournable de l’intervention posée par les aspects humanitaires et notamment la présence au Mali de 6000 ressortissants français ; la difficulté de définir la mission et donc les critères de "désengagement" ; le désenchantement inévitable qu’entraînera la prolongation d’un conflit de durée indéterminée; la nécessité d’une cohérence dans la lutte et la gestion du binôme terrorisme/islamisme radical (Syrie/Mali) et, enfin, les capacités militaires limitées de la France obligée de faire appel à un support "logistique" dans les domaines du transport, du renseignement et de l’équipement.

Même si le débat demeure pour l’instant principalement "franco-français", il apparaît cependant que le conflit malien est d’une importance stratégique pour l’ensemble du continent européen dans la mesure où le combat contre le "terrorisme" dépasse les frontières de l’hexagone et que l’installation d’un régime voyou en plein centre de l’Afrique ne peut être toléré.

Il s’ensuit une accélération du débat sur la "défense" européenne qui devait occuper, de toute façon, une place de choix dans la programmation des travaux de l’Union en 2013. En effet, l’incapacité d’un Etat Membre, quel qu’il soit, de faire face seul à une urgence de ce type est avéré, alors qu’une fois de plus, les difficultés d’entreprendre une action commune s’étalent au grand jour.

Ce sujet crucial appelle une "fédéralisation" de la défense. Il soulève les mêmes questions de souveraineté, qui compliquent le débat sur la "fédéralisation" de certains éléments de l’UE (Union bancaire – MES – budget, ressources propres et endettement de l’UE/UEM, etc.) ainsi que celui concernant la cohésion de l’UE elle-même au regard de revendications séparatistes (Catalogne, Ecosse, Flandre, Lombardie…) ou velléités de "renégociation" des modalités d’adhésion (GB).

Si, intellectuellement, on peut envisager une négociation qui apporte une solution acceptable pour chacun de ces sujets pris indépendamment, il est, par contre, utopique qu’on puisse aboutir à une solution globale sans envisager une cohérence dans l’approche de chacun de ces dossiers. Ainsi une "fédéralisation" de la défense est difficilement concevable sans une approche similaire dans les autres domaines. La participation de la Grande-Bretagne comme partenaire incontournable d’une défense fédérale crédible ne peut être le prix d’un statut plus autonome à l’intérieur de l’UE. C’est la logique inverse qui doit s’imposer : l’approche "fédérale" en matière de défense, qui seule permettra à l’Europe d’assumer et de financer ses missions de protection interne et d’intervention externe, doit s’étendre aux domaines économique, financier et social.

Ainsi, les évènements dramatiques du Mali peuvent servir de catalyseur pour mobiliser la volonté politique nécessaire à redynamiser et ré-enchanter le débat sur l’avenir de l’Union européenne. C’est une occasion unique de faire valoir la valeur ajoutée de l’UE et de faire la démonstration que le projet européen est la solution et non pas la cause des problèmes. Cela implique que chacun fasse des concessions mineures en contrepartie de bienfaits majeurs ; il est illusoire de vouloir séparer les concepts de solidarité et de responsabilité.

Comme citoyens européens nous aspirons tous à offrir à nos enfants un avenir où ils pourront jouir d’une sécurité à l’abri des conflits, d’un modèle économique et social qui préserve l’essentiel des acquis, d’un régime démocratique dans lequel le "tout fédéral" offre des possibilités bien supérieures à la "somme des parties nationales" et enfin d’un ensemble de valeurs qui continueront à se projeter à travers le monde.

Chacun doit prendre conscience de ce que l’incapacité de s’accorder sur un avenir européen commun conduira à plus ou moins brève échéance au déclin et puis à la décadence de notre continent, à l’image du sort réservé, tout au long de l’histoire, aux grandes civilisations qui se sont succédées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la vie claire
- 21/01/2013 - 19:10
Marlbrogh est parti en guerre ....
Hollande est parti en guerre,
mironton mitonton mirontaine,
Hollande ce va t-en-guerre,
Ne sait s'il reviendra.
Otez vos habits roses,
mironton mironton mirontaine,
Hollande s'est enlisé
Hollande s'est enlisé ....
quesako
- 21/01/2013 - 00:53
Vu l'isolement où s'est mis Hollande : un non évènement !
Comme il ne s'entend ni avec Merkel, ni avec Cameron, et qu'il est à contre courant de la politique économique de l'Europe, ne faisant aucune des réformes réelles de structure obligatoires, qui pourrait le soutenir ?
L'épisode de la déification de l'Algérie sur leur manière d'avoir traité les otages est certainement le pompon : leur seule préoccupation : les algériens et les musulmans.
shes
- 20/01/2013 - 21:52
http://shes.fr
Une telle décision ne peut s'envisager que sur un plan mondial avec les E.U
http://shes.fr