En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 4 min 14 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 29 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 42 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 19 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 18 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 33 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 57 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 32 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 53 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 54 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 57 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 19 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 33 min
© Reuters
L'intervention de la France au Mali soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.
© Reuters
L'intervention de la France au Mali soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.
Quitte ou double

La guerre au Mali va-t-elle cimenter l’Union européenne ou la fragiliser davantage ?

Publié le 20 janvier 2013
L'intervention de la France au Mali met en exergue les difficultés d'entreprendre une action commune et soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.
Paul Goldschmidt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Goldschmit est membre de l'Advisory Board de l'Institut Thomas More,Il a également été directeur du service "Opérations Financières" au sein de la Direction Générale "Affaires Économiques et Financières" de la Commission Européenne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'intervention de la France au Mali met en exergue les difficultés d'entreprendre une action commune et soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.

Alors que la décision du président Hollande d’intervenir au Mali fait l’objet d’un large consensus politique et de l’adhésion d’une majorité de l’opinion publique française, le débat médiatique tourne autour de l’isolement de la France, malgré un feu vert de l’ONU et un support minimal de certains alliés de l’OTAN et de l’UE.

 

Diverses questions, bien identifiées, portent entre autres sur : la nécessité incontournable de l’intervention posée par les aspects humanitaires et notamment la présence au Mali de 6000 ressortissants français ; la difficulté de définir la mission et donc les critères de "désengagement" ; le désenchantement inévitable qu’entraînera la prolongation d’un conflit de durée indéterminée; la nécessité d’une cohérence dans la lutte et la gestion du binôme terrorisme/islamisme radical (Syrie/Mali) et, enfin, les capacités militaires limitées de la France obligée de faire appel à un support "logistique" dans les domaines du transport, du renseignement et de l’équipement.

Même si le débat demeure pour l’instant principalement "franco-français", il apparaît cependant que le conflit malien est d’une importance stratégique pour l’ensemble du continent européen dans la mesure où le combat contre le "terrorisme" dépasse les frontières de l’hexagone et que l’installation d’un régime voyou en plein centre de l’Afrique ne peut être toléré.

Il s’ensuit une accélération du débat sur la "défense" européenne qui devait occuper, de toute façon, une place de choix dans la programmation des travaux de l’Union en 2013. En effet, l’incapacité d’un Etat Membre, quel qu’il soit, de faire face seul à une urgence de ce type est avéré, alors qu’une fois de plus, les difficultés d’entreprendre une action commune s’étalent au grand jour.

Ce sujet crucial appelle une "fédéralisation" de la défense. Il soulève les mêmes questions de souveraineté, qui compliquent le débat sur la "fédéralisation" de certains éléments de l’UE (Union bancaire – MES – budget, ressources propres et endettement de l’UE/UEM, etc.) ainsi que celui concernant la cohésion de l’UE elle-même au regard de revendications séparatistes (Catalogne, Ecosse, Flandre, Lombardie…) ou velléités de "renégociation" des modalités d’adhésion (GB).

Si, intellectuellement, on peut envisager une négociation qui apporte une solution acceptable pour chacun de ces sujets pris indépendamment, il est, par contre, utopique qu’on puisse aboutir à une solution globale sans envisager une cohérence dans l’approche de chacun de ces dossiers. Ainsi une "fédéralisation" de la défense est difficilement concevable sans une approche similaire dans les autres domaines. La participation de la Grande-Bretagne comme partenaire incontournable d’une défense fédérale crédible ne peut être le prix d’un statut plus autonome à l’intérieur de l’UE. C’est la logique inverse qui doit s’imposer : l’approche "fédérale" en matière de défense, qui seule permettra à l’Europe d’assumer et de financer ses missions de protection interne et d’intervention externe, doit s’étendre aux domaines économique, financier et social.

Ainsi, les évènements dramatiques du Mali peuvent servir de catalyseur pour mobiliser la volonté politique nécessaire à redynamiser et ré-enchanter le débat sur l’avenir de l’Union européenne. C’est une occasion unique de faire valoir la valeur ajoutée de l’UE et de faire la démonstration que le projet européen est la solution et non pas la cause des problèmes. Cela implique que chacun fasse des concessions mineures en contrepartie de bienfaits majeurs ; il est illusoire de vouloir séparer les concepts de solidarité et de responsabilité.

Comme citoyens européens nous aspirons tous à offrir à nos enfants un avenir où ils pourront jouir d’une sécurité à l’abri des conflits, d’un modèle économique et social qui préserve l’essentiel des acquis, d’un régime démocratique dans lequel le "tout fédéral" offre des possibilités bien supérieures à la "somme des parties nationales" et enfin d’un ensemble de valeurs qui continueront à se projeter à travers le monde.

Chacun doit prendre conscience de ce que l’incapacité de s’accorder sur un avenir européen commun conduira à plus ou moins brève échéance au déclin et puis à la décadence de notre continent, à l’image du sort réservé, tout au long de l’histoire, aux grandes civilisations qui se sont succédées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la vie claire
- 21/01/2013 - 19:10
Marlbrogh est parti en guerre ....
Hollande est parti en guerre,
mironton mitonton mirontaine,
Hollande ce va t-en-guerre,
Ne sait s'il reviendra.
Otez vos habits roses,
mironton mironton mirontaine,
Hollande s'est enlisé
Hollande s'est enlisé ....
quesako
- 21/01/2013 - 00:53
Vu l'isolement où s'est mis Hollande : un non évènement !
Comme il ne s'entend ni avec Merkel, ni avec Cameron, et qu'il est à contre courant de la politique économique de l'Europe, ne faisant aucune des réformes réelles de structure obligatoires, qui pourrait le soutenir ?
L'épisode de la déification de l'Algérie sur leur manière d'avoir traité les otages est certainement le pompon : leur seule préoccupation : les algériens et les musulmans.
shes
- 20/01/2013 - 21:52
http://shes.fr
Une telle décision ne peut s'envisager que sur un plan mondial avec les E.U
http://shes.fr