En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
L'intervention de la France au Mali soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.
Quitte ou double
La guerre au Mali va-t-elle cimenter l’Union européenne ou la fragiliser davantage ?
Publié le 20 janvier 2013
L'intervention de la France au Mali met en exergue les difficultés d'entreprendre une action commune et soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.
Paul Goldschmit est membre de l'Advisory Board de l'Institut Thomas More,Il a également été directeur du service "Opérations Financières" au sein de la Direction Générale "Affaires Économiques et Financières" de la Commission Européenne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Goldschmidt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Goldschmit est membre de l'Advisory Board de l'Institut Thomas More,Il a également été directeur du service "Opérations Financières" au sein de la Direction Générale "Affaires Économiques et Financières" de la Commission Européenne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'intervention de la France au Mali met en exergue les difficultés d'entreprendre une action commune et soulève la question d'une "fédéralisation" de la défense européenne.

Alors que la décision du président Hollande d’intervenir au Mali fait l’objet d’un large consensus politique et de l’adhésion d’une majorité de l’opinion publique française, le débat médiatique tourne autour de l’isolement de la France, malgré un feu vert de l’ONU et un support minimal de certains alliés de l’OTAN et de l’UE.

 

Diverses questions, bien identifiées, portent entre autres sur : la nécessité incontournable de l’intervention posée par les aspects humanitaires et notamment la présence au Mali de 6000 ressortissants français ; la difficulté de définir la mission et donc les critères de "désengagement" ; le désenchantement inévitable qu’entraînera la prolongation d’un conflit de durée indéterminée; la nécessité d’une cohérence dans la lutte et la gestion du binôme terrorisme/islamisme radical (Syrie/Mali) et, enfin, les capacités militaires limitées de la France obligée de faire appel à un support "logistique" dans les domaines du transport, du renseignement et de l’équipement.

Même si le débat demeure pour l’instant principalement "franco-français", il apparaît cependant que le conflit malien est d’une importance stratégique pour l’ensemble du continent européen dans la mesure où le combat contre le "terrorisme" dépasse les frontières de l’hexagone et que l’installation d’un régime voyou en plein centre de l’Afrique ne peut être toléré.

Il s’ensuit une accélération du débat sur la "défense" européenne qui devait occuper, de toute façon, une place de choix dans la programmation des travaux de l’Union en 2013. En effet, l’incapacité d’un Etat Membre, quel qu’il soit, de faire face seul à une urgence de ce type est avéré, alors qu’une fois de plus, les difficultés d’entreprendre une action commune s’étalent au grand jour.

Ce sujet crucial appelle une "fédéralisation" de la défense. Il soulève les mêmes questions de souveraineté, qui compliquent le débat sur la "fédéralisation" de certains éléments de l’UE (Union bancaire – MES – budget, ressources propres et endettement de l’UE/UEM, etc.) ainsi que celui concernant la cohésion de l’UE elle-même au regard de revendications séparatistes (Catalogne, Ecosse, Flandre, Lombardie…) ou velléités de "renégociation" des modalités d’adhésion (GB).

Si, intellectuellement, on peut envisager une négociation qui apporte une solution acceptable pour chacun de ces sujets pris indépendamment, il est, par contre, utopique qu’on puisse aboutir à une solution globale sans envisager une cohérence dans l’approche de chacun de ces dossiers. Ainsi une "fédéralisation" de la défense est difficilement concevable sans une approche similaire dans les autres domaines. La participation de la Grande-Bretagne comme partenaire incontournable d’une défense fédérale crédible ne peut être le prix d’un statut plus autonome à l’intérieur de l’UE. C’est la logique inverse qui doit s’imposer : l’approche "fédérale" en matière de défense, qui seule permettra à l’Europe d’assumer et de financer ses missions de protection interne et d’intervention externe, doit s’étendre aux domaines économique, financier et social.

Ainsi, les évènements dramatiques du Mali peuvent servir de catalyseur pour mobiliser la volonté politique nécessaire à redynamiser et ré-enchanter le débat sur l’avenir de l’Union européenne. C’est une occasion unique de faire valoir la valeur ajoutée de l’UE et de faire la démonstration que le projet européen est la solution et non pas la cause des problèmes. Cela implique que chacun fasse des concessions mineures en contrepartie de bienfaits majeurs ; il est illusoire de vouloir séparer les concepts de solidarité et de responsabilité.

Comme citoyens européens nous aspirons tous à offrir à nos enfants un avenir où ils pourront jouir d’une sécurité à l’abri des conflits, d’un modèle économique et social qui préserve l’essentiel des acquis, d’un régime démocratique dans lequel le "tout fédéral" offre des possibilités bien supérieures à la "somme des parties nationales" et enfin d’un ensemble de valeurs qui continueront à se projeter à travers le monde.

Chacun doit prendre conscience de ce que l’incapacité de s’accorder sur un avenir européen commun conduira à plus ou moins brève échéance au déclin et puis à la décadence de notre continent, à l’image du sort réservé, tout au long de l’histoire, aux grandes civilisations qui se sont succédées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Pourquoi l’envolée des cours de l’or en dit beaucoup plus sur le défaut de culture économique des marchés que sur l’état de l’économie mondiale
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la vie claire
- 21/01/2013 - 19:10
Marlbrogh est parti en guerre ....
Hollande est parti en guerre,
mironton mitonton mirontaine,
Hollande ce va t-en-guerre,
Ne sait s'il reviendra.
Otez vos habits roses,
mironton mironton mirontaine,
Hollande s'est enlisé
Hollande s'est enlisé ....
quesako
- 21/01/2013 - 00:53
Vu l'isolement où s'est mis Hollande : un non évènement !
Comme il ne s'entend ni avec Merkel, ni avec Cameron, et qu'il est à contre courant de la politique économique de l'Europe, ne faisant aucune des réformes réelles de structure obligatoires, qui pourrait le soutenir ?
L'épisode de la déification de l'Algérie sur leur manière d'avoir traité les otages est certainement le pompon : leur seule préoccupation : les algériens et les musulmans.
shes
- 20/01/2013 - 21:52
http://shes.fr
Une telle décision ne peut s'envisager que sur un plan mondial avec les E.U
http://shes.fr