En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Interrogé sur la situation de l'emploi en Europe, Mario Draghi a répondu que cette question n'était pas du ressort de son mandat.
Question de mandat
Pourquoi Mario Draghi a tort de penser que le plein emploi ne concerne pas la BCE
Publié le 16 janvier 2013
Interrogé sur la situation de l'emploi en Europe, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a répondu que cette question n'était pas du ressort de son mandat. Faut-il s'en inquiéter ?
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interrogé sur la situation de l'emploi en Europe, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a répondu que cette question n'était pas du ressort de son mandat. Faut-il s'en inquiéter ?

Au cours de son intervention du 10 janvier dernier, Mario Draghi répondait aux interrogations des journalistes. Suite à une question posée sur le niveau de chômage en zone Euro, soit 11.8% de la population active, Mario Draghi répondait : "Je vous demande de garder à l’esprit qu’à la différence de la réserve fédérale des Etats Unis, notre mandat n’est pas le plein emploi".

Juridiquement, factuellement, le président de la Banque Centrale Européenne a raison. Le mandat de la BCE est bien de stabiliser les prix, de maintenir l’inflation sous le seuil mais proche de 2.00%. Ce qui apparait comme plus alarmant est que la croissance et l’emploi sont l’objectif d’une politique monétaire. Le plein emploi n’est en effet pas le mandat de la BCE, mais il est son objectif. Pour l’exemple, le site de la Bundesbank nous indique "Une monnaie stable est la fondation d’une économie saine. Elle protège les épargnants et les personnes percevant un revenu, tout en promouvant croissance et emploi".

La stabilité des prix n’est alors qu’une méthode au service de la croissance et de l’emploi. Force est de constater aujourd’hui l’incapacité de l’autorité monétaire à répondre à cet objectif, dans le cadre du mandat qui lui est délivré. Si la BCE n’avait pas les moyens d’ajuster l’économie européenne pour lui permettre d’atteindre le plein emploi, Mario Draghi n’aurait pas répondu de la sorte. Par cette formulation, le président de l’autorité monétaire indique qu’une banque centrale a les moyens de parvenir au plein emploi, mais que ce mandat n’est pas celui qui lui a été octroyé.

L’ironie est qu’il est aisé de faire une comparaison grotesque avec un pompier qui préciserait que son mandat n’est pas d’éteindre le feu mais bien de diriger sa lance selon un certain angle. Les mots de Mario Draghi précisent le fossé qui existe aujourd’hui entre une méthode obsolète et la nécessité de recourir à tous les moyens pour redresser l’économie Européenne.

La mention faite au mandat de la Réserve Fédérale américaine n’est pas innocente. Cette dernière a en effet choisi de renoncer à la méthode de l’ Inflation targeting, pour se consacrer à un objectif de niveau de chômage. De la même façon, les autorités monétaires anglaises s’apprêtent à modifier leur méthode, en s’appuyant sur celle du NGDP targeting (objectif de PIB nominal) dès l’entrée en fonction de son nouveau gouverneur, Mark Carney, en juillet prochain. (L’objectif de taux de chômage mis en place aux Etats Unis n’étant lui-même que la première étape de la méthode du NGDP targeting).

En ce sens, les mots choisis par Mario Draghi ne sont rien d’autre qu’un avertissement aux Etats Européens. Le mandat de stabilité des prix doit être remis en question par l’absurdité d’une réalité : la dichotomie entre le strict respect du mandat de stabilité des prix et l’envolée du chômage vers le seuil de 11.8%. Et ce, alors même que l’objectif de ce mandat n’est rien d’autre que la croissance et l’emploi. De plus, les résultats enregistrés sur le front de l’emploi aux Etats Unis ces derniers mois (7.8% de la population active) laissent peu de place à la comparaison entre les méthodes employées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Alain Finkielkraut sur son agression : " je n’aurais pas subi ce même genre d’insultes sur les ronds-points"
05.
Inde : à peine inauguré, le train le plus rapide du pays heurte une vache et tombe en panne
06.
Acte XIV : les Gilets jaunes entre infiltration par l’extrême-gauche et envie de retour aux sources
07.
Primaire ligue : rions de bon coeur avec la ligue du LOL
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 17/01/2013 - 14:32
Mépris
Nous éprouvons un tel mépris, qui va peut-être même jusqu'à la haine, envers cette institution anti-démocratique et ce pâle apparatchik, "laquais du capitalisme", qu'il y a très peu de commentaires !
General3Gaulle
- 16/01/2013 - 09:50
Sortons de la feodalité imposé par l'oligarchie financiere

Pour sortir de la crise y'a deux solutions

1/ la faillite d'un état c'est la méthode la plus pire. La France depuis deux siecle c'est sorti des crises sans passer par cette option..

2/ la dévaluation des monnaies au grand desespoir de l'oligarchie financiere qui sera payé par de la monnaie de singe. Ce que De Gaulle pratiquait. L'euro est une monnaie qui a était faite par et pour l'oligarchie financiere et non pas pour les peuples européens puisque on lui a interdit de devaluer sa monnaie.

3/ Il faut que les etats européens sortent de la logique du capitalisme dans sa forme neoliberale qui est responsable des 3/4 de la dette française. Il existe d'autres forme de capitalisme.
La loi de 1973 Pompidou, Giscard, Rotchild est responsable de la dette de la France. Les etats ne doivent plus ce financer dans les banques privés. La capacite de création monetaire doit revenir aux etats et doit etre retiré aux banques privés. En clair il faut sortir de ce systeme de feodalites financiere qui sert l'oligarchie financiere.
La crise de la presse en France on la mesure a ce genre d'interview
http://www.youtube.com/watch?v=ec-HneLyCCc
Aucune réaction du journaliste face cette évidence !