En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Le WEF s'inquiète énormément des changements climatiques qui peuvent entraîner de graves conséquences sur notre planète.
Le futur est déjà là
Ces risques majeurs qui n'étaient que de la science-fiction et qui nous menacent maintenant réellement
Publié le 16 mars 2013
Selon un rapport du Forum économique mondial, la planète court des risques globaux dont certains semblent parfois tout droit sortis de romans de science-fiction.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport du Forum économique mondial, la planète court des risques globaux dont certains semblent parfois tout droit sortis de romans de science-fiction.

Catastrophes naturelles, crise financière ou encore "cyber-incendie. Ces mots font peur. Notre planète est de plus en plus vulnérable notamment en raison des risques liés aux catastrophes naturelles et bien évidemment à la crise financière. Un rapport du Forum économique mondial met en effet en avant des risques qui, hier encore, ne semblaient être que de la science-fiction. Passage en revue de ce qui pourrait arriver demain.

Qui pense à la science-fiction songe instantanément aux technologies. Comme l'indique un rapport, de nombreux risques sont liés aux technologies. Attention par exemple, aux conséquences inattendues des nanotechnologies. La manipulation de la matière à l'échelle atomique et moléculaire soulève en effet des préoccupations sur la toxicité des nanomatériaux.

Le vol des données est bien évidemment également mis en avant. L'exploitation criminelle de données privées devrait prendre des proportions très importantes très rapidement. Les risques liés aux données et aux informations ne tiennent pas qu'au vol de données. La désinformation digitale massive pourrait avoir de graves conséquences. De même, la vulnérabilité des systèmes informatiques pourrait entraîner des défaillances en cascade des infrastructures d'informations et des réseaux sur lesquels le monde s'appuie aujourd'hui.

Science-fiction et technologie font également penser à l'espace. Or le risque technologique lié à l'accumulation de débris d'orbite géocentrique qui pourraient donc abîmer les infrastructures satellitaires est bien réel. Un risque géopolitique lié à l'espace pèse également sur la planète. La militarisation de l'espace pourrait en effet entraîner de nouvelles guerres loin de la terre souvent présentées dans des films comme Star Trek ou des séries comme Battlestar Galactica. Ou quand la science fiction prend vie.

Le rapport s'inquiète également énormément des changements climatiques et plus précisément de la persistance de climats extrêmes. Autre risque environnemental bien présent : la perte irréversible de la biodiversité et l'effondrement d'écosystèmes entiers par la surexploitation de la faune et de la flore par l'homme.

L'homme reste également bien plus qu'il ne le pense vulnérable aux tempêtes géomagnétiques notamment parce que les éruptions solaires pourraient désactiver les systèmes de navigation et de communication.

Quant aux catastrophes naturelles, l'homme semble de moins en moins bien préparé à y faire face malgré ses avancées toujours plus nombreuses dans le domaine des technologies. Et désormais c'est la réalité qui précède la fiction avec des films comme The Impossible ou un le livre D'autres vies que la mienne d'Emmanuel Carrière qui traitent du Tsunami de 2004.

Catherine Véret est directrice générale adjointe de Promontory Financial Group France notamment en charge des risques opérationnels en méthode avancée, incluant les problématiques de risques systémiques et de gouvernance. Elle est co-auteur de Fonction : Risk Manager avec Richard Mékouar. Elle a répondu à nos questions sur les grands risques de notre époque.

Atlantico : La planète serait-elle de plus en plus vulnérable notamment en raison des risques liés aux nanotechnologies, à la vulnérabilité des systèmes informatiques, aux tempêtes géomagnétiques, au changement climatique… ?

Catherine Véret : Je ne sais pas si la planète est de plus de plus vulnérable. Peut-être en sommes-nous seulement de plus en plus conscients ! En revanche, les risques augmentent en fréquence et en intensité. La prise du site gazier d'In Amenas en Algérie, qui a fait 38 morts parmi les centaines d’otages est impressionnant. C’est une première, d’autant plus grave avec les risques industriels induits car le site pouvait exploser d’un moment à l’autre. Le 11 Septembre est aussi le bon exemple d’un grand risque qui pourrait se reproduire et que nous n’avions pas osé imaginer. Le risque augmente parce que l’homme a créé beaucoup de choses en nanotechnologie et informatique et il est de plus en plus difficile de tout contrôler et de plus en plus facile d’y introduire de la fraude et du détournement : fraude financière, intrusion dans les systèmes…

Comment peut-on s'en protéger ?

En mettant en place de vrai dispositifs de gestion des risques extrêmes de "Scenario Analysis" : imaginer les pires scénarios, même ce qui n’est pas encore arrivé et en analyser les causes et les conséquences, non pas pour se faire peur, mais pour préparer sérieusement la réduction du risque (prévention sur les causes, protection sur les conséquences) et limiter et gérer la crise potentielle. Sinon on devient vite dépassé par les évènements. Ainsi les mesures de prévention à prendre sont, par exemple, des contrôles accrus, une automatisation bien recettée, des formations adéquates. Il s’agit aussi des actions de protection comme l'anticipation de limitation de dégâts grâce aux plans de continuité d’activité : mettre en place tout de suite des plans de secours afin de pouvoir continuer à assurer les prestations, puis prévoir la reprise progressive avec un fonctionnement en mode dégradé si nécessaire avant le retour à la normale. Il faut développer ce dispositif de gestion de risques particulièrement sur les risques extrêmes.

Il faut oser imaginer le pire : crise financière, explosion d’une usine type AZF, marée noire, arrêt généralisé d’Internet, tempêtes géomagnétiques. Il s’agit de la 3e génération d’analyse de risques. Dans le monde entier, on en est souvent resté au deuxième stade (privilégiant les risques récurrents), sauf dans les industries à haut risque comme le spatial ou le nucléaire.

Ces risques sont-ils plus à craindre que les risques plus traditionnels comme les séismes ou autres éruptions volcaniques ?

Les risques sont tous à craindre. Ces nouveaux risques en partie créés par le progrès scientifique de l’homme se développent à grande échelle et vite, et sont mondiaux donc plus globaux. Ils sont aussi plus récurrents. Il y a souvent des liens entre les domaines mais on ne les voit pas toujours : ce sont des liens transversaux liés au processus. Tout est interdépendant. Il faut aussi regarder les interdépendances entre les différents pays. Seule une couche de gouvernance mondiale, et a minima une gouvernance européenne est dimensionnée pour maîtriser davantage ces risques. La création d’une coopération mondiale est inéluctable, pour moi c’est le sens de l’histoire, puisque nous avons développé des systèmes mondiaux ! La crise financière, dans toutes ses composantes, ne peut être résolue qu’au niveau mondial. Les solutions pour la résoudre ? Limiter le « shadow banking » (les structures financières qui ne sont régulées par personne), traquer la corruption et la fraude par exemple, réguler l’ensemble des activités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Des planètes rocheuses comme la Terre survivraient à la mort de leur étoile ; Une sonde interstellaire pour explorer Proxima b testée
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MONEO98
- 18/03/2013 - 18:43
bonne lecture les réchauffistes
http://blog.turgot.org/index.php?post/Istvan-Marko-réchauffement
oncheonchetuveuduponche
- 18/03/2013 - 05:30
Doctor Who ?
Vite ! Il faut appelé le Docteur, il va nous sauver des guerres ! Wouhouu appelons le !


- EXTERMINATE
- OH MON DIEU ! Ils arrivent :mort:
ElmoDiScipio
- 18/03/2013 - 00:51
Ce que cela peut avoir de réconfortant
de voir (aux vues des réactions içi) que la blogosphère ne se laisse plus berner par ces pseudos experts et leurs rapports indépendants sur les énièmes catastrophes "déjà" en marche....

Puis prendre deux ex.grouillots de la compta pour nous en faire des experts du Risk Management reconvertis dans le Data Center .... on en poufferait presque .....

C'est le choix du prochain "expert" par Atlantico qui de manière quasi quotidienne me file vraiment les chocottes.....