En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

06.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 6 heures 29 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 6 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 8 heures 27 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 9 heures 3 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 3 heures 41 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 6 heures 3 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 6 heures 37 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 7 heures 11 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 55 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 8 heures 5 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 9 heures 4 min
RIP

Passed-on : comment expliquer notre obsession à vouloir laisser une trace après notre mort ?

Publié le 13 janvier 2013
Passed-On.com, un site web gratuit destiné à tous ceux qui désirent "léguer un héritage émotionnel à leurs proches" après leur mort, a été récemment lancé en huit langues.
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Passed-On.com, un site web gratuit destiné à tous ceux qui désirent "léguer un héritage émotionnel à leurs proches" après leur mort, a été récemment lancé en huit langues.

Atlantico : Le site "Passed-On" propose à ses membres de "léguer un héritage émotionnel à ses proches et sauvegarder les moments inoubliables" en leur créant une page internet à cet effet. Comment expliquez-vous ce besoin de l’être humain à vouloir laisser une trace après sa mort ? L'ère du numérique a-t-elle fait évoluer cette tendance ?

Jean-Paul Mialet : Seul dans le règne animal à pouvoir anticiper sa mort, l’être humain éprouve le besoin de dépasser cette limite. Comme me le disait un patient: "J'admets très bien que la terre ait pu tourner sans moi pendant des millions d'années avant ma naissance, mais j'ai du mal à concevoir qu'elle en fasse de même après ma mort". Au fond, il nous semble que le monde n'existe qu'à travers nos constructions mentales : il serait donc légitime qu'il disparaisse en même temps que nous. Car si notre conscience du monde n'est pas le monde lui-même, n'est-elle pas une imposture ? Notre disparition nous ramène à notre humble statut : ce monde que nous pensons posséder au fond de nous, nous n'en sommes qu'un élément périssable. Notre capacité de représentation et d'enfermer le monde dans une pensée n'est rien d’autre qu'un élément de la nature, une capacité particulière du cerveau humain. Une manière d'échapper à ce paradoxe est de vouloir marquer le monde et de survivre à notre mort.

L'ère du numérique ne change rien à ces données de base mais elle apporte des éléments nouveaux, culturels et techniques. Culturellement, elle fait de nous des individus noyés dans la masse d'une planète interconnectée, plus jaloux de préserver leur identité de leur vivant, et de laisser des traces de leur existence dans leur futur. Techniquement, elle offre la possibilité de bâtir à peu de frais des mausolées virtuels.

Comment ce besoin a-t-il évolué dans le temps ?

Je suppose que les interrogations sur la mort ont commencé avec les débuts de l'humanité. Sans doute le besoin de ne pas mourir, de continuer à vivre après sa mort a toujours existé mais a pris des formes différentes au cours de l'histoire. On a pu dire qu'on ne pouvait parler de culture qu'à partir du moment où les morts étaient respectés. Mais qu'est-ce que respecter les morts sinon les faire vivre dans la communauté ? Les tombes de nos cimetières ne sont-elles pas une façon de poursuivre un lien "vivant" avec le mort ? Les épitaphes,  les photos que l'on dépose sur les sépultures ne sont-elles pas de même une façon de maintenir le mort dans la vie ?

Un point mérite néanmoins d'être noté. Les rites mortuaires concernent la façon dont la collectivité veut se protéger contre la mort en l'intégrant et en préservant une place aux morts dans la communauté des vivants. Elles répondent à un besoin collectif et n'indiquent pas comment l'individu lui-même perçoit la mort. Sans doute, certaines époques où la mort était familière donnaient à la vie d'un individu moins de poids. Et probablement, cet individu acceptait mieux le sort commun, c'est à dire de disparaître sans laisser de traces.

Toutes les cultures sont-elles égales face à ce phénomène ?

Toutes les cultures ne donnent pas la même place à l'individu. Même aujourd'hui aux Etats-Unis, des collectivités très repliées sur elles-mêmes mettent la communauté très au-dessus de l'individu. Lorsque celui-ci disparaît, il est enterré sans façon et sans sépulture repérable. L'identité individuelle disparaît derrière l'identification collective et la mort n'est sans doute pas perçue de la même façon pour ceux qui appartiennent à ces communautés : la trace de leur vie propre se confond avec la perpétuation de la société. D'une façon générale, la façon dont la collectivité traite l'individu conditionne sa façon de percevoir la mort et d'y réagir. Mais toutes les sociétés veulent laisser une trace. Et tous les humains qui composent ces sociétés veulent laisser leur trace, à un degré plus ou moins fort selon la place qu'occupe chacun dans la hiérarchie sociale, et selon la façon dont la société traite l'individu. Dans une société très individualiste comme notre société occidentale, il est concevable que chacun, s'attribuant l'importance du Pharaon, veuille se construire sa pyramide. Comme le monde intime a pris une grande place, cette pyramide sera constituée d'émotions sélectionnées. Et comme la technologie le permet, ces émotions seront rassemblées dans un monument audiovisuel.

Ce site ne peut-il pas entraîner quelques dérives ?

Le risque de ces constructions post-mortem de vies virtuelles est l'entretien d'une illusion ou d'erreurs que le courant de la vie offrira peu d'occasions de rectifier. Le disparu ne risque pas d'être contredit par ceux qui lui survivent et ont naturellement tendance à l'idéaliser. L'avantage de l'oubli est d'effacer les erreurs et de permettre à l'imagination de retrouver son statut : la vie du mort conserve, comme toute vie, sa part d'énigme difficilement décryptable, on ne peut qu'imaginer son existence en mesurant les risques. Cela laisse de la place pour l'indulgence : "Paix à son âme"... Ces sommes d'images et d'émotions peuvent au contraire enfermer dans un sentiment contraignant de réalité une existence que l'on ne peut plus aborder avec la même liberté interprétative. Il s'agira de ne pas oublier que la vie que l'on consulte n'est qu'une histoire : le mort est bien mort, et ce qu'il nous dit est n'est que l'histoire qu'il veut nous raconter sur lui-même. "L'héritage émotionnel" se crée avant tout dans les interactions avec le vivant : celui que lègue "Passed on" est une construction faite par la personne qui, de son vivant, a opéré un tri sélectif sur ce qu'il voulait montrer de lui-même. Un legs à prendre avec prudence.

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jlbaty
- 14/01/2013 - 18:14
a moitié vivant entirement mort
on ressuscite par moitie avant de mourir puisque la moitié de nos gènes revivent dans notre progéniture
carredas
- 14/01/2013 - 09:20
Mourir, dormir rien de plus...
ll est plutôt insupportable pour un humain moyen d'envisager que le monde va continuer de tourner sans lui.
Pour anticiper le vide sidéral que connaîtra l'humanité privée de cet individu moyen unique, celui-ci peut chercher à laisser une trace, un nom, mais en fait cette anticipation de sa propre mort ne rassure que le "encore vivant", le mort que nous serons nous échappe définitivement.
Pour certains, le mort ressuscitera, pour d'autres il se décomposera en un ensemble d'atomes qui s'aggloméreront différemment puisque rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme disait déjà Anaxagore il y a 2500 ans.
Pour ce qui est du site web, la mort est un business comme un autre :-)
Trendylady
- 14/01/2013 - 08:58
Préparer sa mort pour préserver sa famille
Au delà du désir d'être oublié pour certains et d'être immortalisé pour d'autres (désir totalement égocentrique), l'instinct de vouloir préserver et d'aimer les êtres chers est légitime même après la mort.
En visitant www.passed-on.com, il est clair que le site est avant tout un outil de partage émotionnel post-mortem dédié aux proches. Les mères et épouses l'utiliseraient plus pour leur famille que pour elles-même.
Alors que les hommes pour la plupart ne verraient qu'un moyen de perpétuer leur propre histoire .