En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Explication de texte

Ce qu'il faut comprendre de la vision russe sur la Syrie

Publié le 19 décembre 2012
Cet article décrypte la tribune de Natalia Narotchnitskaïa publiée sur Atlantico, dans laquelle la présidente de l'Institut de la Démocratie et de la Coopération russe affirme que les exactions perpétrées par l'Armée syrienne libre sur la population sont plus sanglantes que les répressions de l'Etat syrien.
Alain Chouet est un ancien officier de renseignement français.Il a été chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002.Alain Chouet est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le terrorisme. Son dernier livre, "Au coeur des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Chouet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Chouet est un ancien officier de renseignement français.Il a été chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002.Alain Chouet est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le terrorisme. Son dernier livre, "Au coeur des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cet article décrypte la tribune de Natalia Narotchnitskaïa publiée sur Atlantico, dans laquelle la présidente de l'Institut de la Démocratie et de la Coopération russe affirme que les exactions perpétrées par l'Armée syrienne libre sur la population sont plus sanglantes que les répressions de l'Etat syrien.

L'éditorial signé par Natalia Narotchnitskaïa reflète en tout point la position officielle russe dont il traduit les trois principales préoccupations :

1/ Que l'ONU ne se transforme pas au travers de résolutions à vocation "humanitaire" en machine à distribuer les bons et mauvais points et à renverser les régimes en délicatesse avec l'alliance atlantique ;

2/ que la Russie redevienne, comme l'était l'URSS avant 1990 - mais en pire puisqu'ayant perdu ses glacis d'Europe orientale et d'Asie Centrale - un pays stratégiquement isolé et encerclé par l'alliance atlantique sur son flanc ouest et par une mosaïque d'Etats islamistes alliés à l'Occident sur son flanc sud ;

3/ que la Russie ne puisse exercer son rôle traditionnel (assumé même du temps de l'URSS) des chrétiens orthodoxes du Levant et en particulier de Syrie où ils constituent la majorité des chrétiens locaux. Le patriarcat orthodoxe russe, dont on connaît l'influence sur Vladimir Poutine, exerce d'intense pressions à ce sujet.
 
Ces différentes préoccupations qui apparaissent au fil des paragraphes de l'éditorial conduisent leur auteur à présenter une vision un peu univoque de la situation en Syrie. Il est exact que ce pays connaît aujourd'hui une véritable guerre civile violente et sanglante dans laquelle le régime en place porte une lourde responsabilité et ne se montre pas moins brutal que ses adversaires. Mais il est tout aussi exact qu'un véritable "djihad" s'est substitué aux mouvements de revendication populaires du printemps 2011.

Appâtés par les largesses qataries et le soutien opérationnel de l'occident, les volontaires islamistes les plus résolus accourent du monde entier pour grossir les rangs d'une "Armée syrienne libre" qui n'a plus de "libre" et de "syrienne" que le nom. Les principaux officiers syriens dissidents qui avaient constitué cette armée à ses débuts (le colonel Riad al-Assad, les généraux Mohammed el-Hajj Ali et Mustafa al-Cheikh), jugés trop "laïques" par l'Emir du Qatar qui finance la rebellion, ont été récemment écartés du terrain par les autorités islamistes turques. Trop divisé sur le thème de l'islamisme, le Conseil national syrien - instance politique de la révolte - a dû céder la place, toujours sous pression qatarie appuyée par la France et les Etats Unis, à une "Coalition" hétéroclite où seuls les islamistes peuvent compter sur une majorité.
 
On comprend que, dans ces conditions, les nombreuses minorités de Syrie, chrétiens, musulmans hétérodoxes, non-arabes, se sentent menacées et fassent corps, bon gré mal gré, autour d'un régime certes dictatorial et brutal mais qui avait inscrit la laïcité et l'égalité hommes-femmes dans sa Constitution. C'est ce qui explique la sauvagerie de la confrontation civile syrienne et la longue survie du régime face à l'hostilité sans cesse réaffirmée de la puissance militaire de l'Occident et de la puissance financière des théocraties arabes pour lesquelles la laïcité est une menace tout autant que la contestation démocratique des dictatures.
 
Que les "aventuriers du djihad" cherchent de nouveaux terrains d'afrontement, que les monarques d'Arabie souhaitent se débarrasser de régimes arabes qui menacent leur légitimité, que les islamistes cherchent à s'emparer d'un pouvoir qu'ils recherchent depuis près d'un siècle n'est pas surprenant. Mais, comme le relève l'éditorialiste russe, que les Occidentaux et en particulier les Français - qui prétendent lutter contre l'islamisme chez eux - lui apportent leur plein soutien politique et militaire chez les autres procède d'un choix plutôt étrange et qui gagnerait à être expliqué à nos concitoyens car les exemples de la Libye, de la Tunisie et de l'Egypte n'ont rien de rassurant. 
 
Cependant, l'explication qu'en donne l'article de Mme Narotchnitskaïa par d'obscures conspirations autour de l'extraction et du transport des hydrocarbures n'est guère convaincante. Certes, au Moyen Orient, le pétrole et le gaz ne sont jamais bien loin, mais ni l'Egypte, ni la Tunisie, ni la Syrie, aux ressources très limitées dans ces domaines, ne sont concernées par ce problème. Ni les dictateurs, ni les démocrates, ni les islamistes n'ont l'intention d'empêcher le pétrole de couler. Le problème n'est pas là. Reste à savoir où il est....
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titine
- 19/12/2012 - 22:30
Malheureusement cher monsieur
Natalia est dans la stricte vérité et il est triste de constater, voire lamentable, que vous, un ancien de la DGSE nous racontiez tant de bobards.
cednono
- 19/12/2012 - 16:35
n'empêche
que les rebelles ne sont que des islamistes qui rêvent de charia et de jihad. Vous verrez que dans peu de temps, nous regretterons Bachar.
bebert4
- 19/12/2012 - 13:17
le meilleur d'entre eux
La corruption des politiciens explique beaucoup de choses