Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 03 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crise syrienne : la vérité... version russe

Pour Natalia Narotchnitskaïa, présidente de l'Institut de la Démocratie et de la Coopération russe, les massacres des populations civiles perpétrés par l'opposition syrienne au régime de Bachar al-Assad dépassent l'ampleur des répressions de l'Etat syrien.

точка зрения

Publié le
Crise syrienne : la vérité... version russe

Natalia Narotchnitskaïa : "Les massacres des populations civiles perpétrés par l'opposition ont depuis longtemps dépassé l'ampleur des répressions de l’État syrien." Crédit Reuters

Le drame syrien pousse vers l'abîme la région où l'Europe – et notamment la France – a des intérêts considérables. Les massacres des populations civiles perpétrés par l'opposition ont depuis longtemps dépassé l'ampleur des répressions de l’État syrien. Seule une minorité des combattants anti-Assad sont Syriens. La majorité n'est pas composée de "rebelles" mais de guerriers mercenaires venus de l'extérieur pour nettoyer la Syrie de ses Chrétiens et pour instaurer la charia. Les Alaouites, les Chrétiens et les Kurdes sont menacés par un génocide.

Les tueries de Chrétiens à Homs et la destruction des monastères n'en sont qu'un signe précurseur. Les intégristes sunnites en Irak et les Talibans en Afghanistan, qui ne font qu'attendre la retraite des troupes américaines, recevront une nouvelle impulsion de la victoire des rebelles en Syrie.

La majorité de la population syrienne n'appuie pas cette guerre civile. Les classes moyennes savent que les islamistes s'apprêtent à priver le pays des acquis de l'éducation et de ses libertés. L'exemple libyen est éloquent : femmes privées de droit de vote, jeunes filles interdites d'école, tribunaux islamiques faisant la loi...

Un bouleversement de la configuration politique du monde arabe, avec ses dizaines de millions d'habitants, se dessine. L'équilibre ethnique et confessionnel risque de s'écrouler dans l'ensemble de la région. Lorsque les élites francophiles dont l'influence au Proche-Orient reste considérable auront été balayées, on se demandera pourquoi la Patrie des Lumières a été le complice de cette ouverture de la boîte de Pandore, sacrifiant ainsi ses propres idéaux.

L'exaspération des tensions entre l'islam et le christianisme fragilise avant tout l'Europe, dont les populations musulmanes ont des ambitions croissantes. Un tel cours des événements va à l'encontre des bénéfices géopolitiques que ce « chaos dirigé » était sensé apporter.  L'Europe esquive toute analyse profonde de conséquences du « printemps arabe », ses medias, à l'instar des journaux soviétiques de jadis, étalant de façon incantatoire la pensée unique.  Mais sous la bannière des droits de l'homme se cachent aujourd'hui un dessin géopolitique qui rappelle les visées d'un autre âge.

Depuis les guerres puniques, la Méditerranée a généré des passions, tous les protagonistes cherchant à le contrôler. Tout se passe comme si, à l'instar de Mussolini, d'aucuns veulent faire renaître la doctrine de Mare nostrum. L’Afrique du Nord, la péninsule Arabique, l'Irak, l'Iran, la région cis-caucasienne constituent l'ellipse mondiale d'hydrocarbures où se trouvent les plus riches réserves du pétrole de la planète. Pour s'assurer un contrôle stratégique de leur transport il faut maîtriser les territoires adjacents et les détroits.

Il suffit d'étudier la carte des « révolutions de couleur » et de la comparer avec celle des oléo- et gazoducs pour avoir des doutes sur les motifs philanthropiques de cette exportation, toute trotskiste, de la démocratie universelle par le biais de l'ingérence extérieure. Mais la conséquence en est le sabordage du droit international fondé sur la souveraineté. Frustrés, les pays dépourvus de missiles gardent un silence craintif en se demandant qui sera le suivant.

Jadis, l'Europe savait préserver sa politique étrangère, refusant de sacrifier ses grandes valeurs. Cette politique était celle des gaullistes, mais aussi celle du président Mitterrand, qui a rejeté la demande des États-Unis de frapper la Libye et d'ouvrir l'espace aérien français aux avions américains.

Il serait regrettable que l'immense potentiel de la région méditerranéenne ne serve ni à faire croître l'économie de l'Europe, ni à adoucir les frictions entre le Nord et le Sud, ni à permettre à l'Europe de jouer un rôle dans la configuration géopolitique du 21e siècle. On est en droit de se demander qui alors triompherait.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pehm - 19/12/2012 - 12:14 - Signaler un abus Cassons-nous de l'UE !

    L'UE: appendice civile de l'OTAN, cette nouvelle version de la ligue d'Athènes où les alliés ne sont plus que des vassaux.

  • Par cednono - 19/12/2012 - 16:32 - Signaler un abus elle a parfaitement raison

    les russes ont compris depuis longtemps que les rebelles syriens sont nettement plus criminels que le régime lui-même. Il n'y a que l'occident déchristianisé et décadent pour croire que les rebelles apporteront la démocratie. Quel sinistre aveuglement fait prendre les futurs tyrans théocratiques pour des colombes démocrates ?

  • Par titine - 19/12/2012 - 22:25 - Signaler un abus Comme les révolutions arabes

    fabriquées de toutes pièces... Et Ben Laden assassiné par ceux là mêmes qui l'ont "fabriqué" (comme tant d'autres). Natalia a parfaitement résumé ce que la majorité refuse de dénoncer en toute connaissance de cause. On s'étonne ensuite que le monde ne tourne pas rond !!! Bandes de faux culs.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Natalia Narotchnitskaïa

Natalia Narotchnitskaïa est titulaire d'un doctorat en histoire, actuellement chargée de recherche à l'Académie des sciences de Russie (РАН), spécialisée dans l'étude des relations internationales. Elle est Présidente de l'Institut de la Démocratie et de la Coopération, basé à Paris, dans le but de répondre aux accusations de pratiques dictatoriales contre le gouvernement de Vladimir Poutine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€