En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Editorial
Dette publique : 40 ans de déni psychologique... et ça continue
Publié le 27 novembre 2012
Depuis la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, la dette publique de la France est passée de 20% du PIB à 80% et va sans doute atteindre 90% en 2014.
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, la dette publique de la France est passée de 20% du PIB à 80% et va sans doute atteindre 90% en 2014.

L’Europe se félicite d’un accord sur la dette grecque, se fixant comme objectif 124% d’endettement ramené au PIB en 2020 (!). De l’autre côté de l’Atlantique, les Etats-Unis repartent pour un round de négociations entre Démocrates et Républicains pour s’autoriser un nouveau plafond d’endettement. Ceci 18 mois après que la Chambre des représentants début août 2011 et le Sénat ont autorisé 16 400 milliards de dollars de dette publique. Ces derniers jours des économistes ont évalué un manque à gagner de 200 milliards de consommation en cas de relèvement des impôts. Pour le premier moteur de la croissance, il est donc toujours utile que l’Etat s’endette encore davantage.

De notre côté nous sommes dans le même piège budgétaire. Notre dette publique à nous (même si personne n’a le sentiment qu’elle lui appartienne) s’élevait à 86% du PIB en 2011, 82,3% en 2010, 79,2% en 2009, l’année du grand saut avec 11 points de plus qu’un an plus tôt (68,2% en 2008). Il faut ensuite remonter à 2002 pour passer sous le seuil des 60% (58,8%), vous vous souvenez le seuil de Maastricht. L’accord n’aura finalement été que peu appliqué, mais prévoyait principalement (entre autres critères) de rester sous ce taux de 60% de dette publique ramenée au PIB et 3% de déficit public annuel. On estimait à l’époque cette équation tenable. C’était bien sur sans compter le ralentissement de la croissance et la profonde crise dans laquelle nous sommes englués.

Rétrospectivement cette crise a bon dos car la croissance, grâce à laquelle nous imaginions compenser, c’est à dire nous autoriser, ce déficit public chronique connaissait un ralentissement depuis plusieurs décennies : 1,4% pour les années 2000 ; 1,9% pour les années 90 ; 2,3% pour les années 80 ; 4,1% dans les années 70 et 5,9% dans les années 60. Seulement voilà, le sursaut de la fin de la décennie 90 autour de 3% de croissance annuelle nous a fait rêver. Mais dès 2001, nous étions retombés à 1,8%, et 0,9% en 2002 et 2003, bien avant les subprimes et cette terrible année 2009 à -2,7% de croissance.

Dès lors, l’absence de croissance ne pouvait plus permettre de contenir l’essor de la dette publique que rien d’autre ne venait réduire : on écope moins vite que le bateau ne coule. La dette publique s’est donc envolée, passant de 60% à plus de 80% en une décennie. Mais le mal est bien plus ancien que la période récente. Sur une autre décennie, de 1981 à 1991, la dette était passée de 21% à 36%, et, encore plus fort, avait bondi à 60% pendant la décennie suivante, qui s’autorise gentiment un déficit annuel moyen de 6% par an.

Ce qui frappe ces dernières années, c’est l’atteinte de taux en valeur absolue que nous estimions intenables il y a peu, et l’incapacité chronique des Etats à juguler l’hémorragie, tout en affirmant depuis longtemps que c’est un mal à combattre. L’exemple le plus récent et le plus frappant concerne bien sûr François Fillon qui déclarait le 24 septembre 2007 "je suis à la tête d’un Etat qui est en situation de faillite sur le plan financier", expliquant au passage que l’Etat était dans cette situation de déficit chronique depuis 15 ans. En réalité depuis plus longtemps encore, car la référence en matière d’appel, souvent politically incorrect, en matière de bonne gestion budgétaire, c’est bien sur Raymond Barre, qui, dès septembre 1976 (soit 30 ans avant François Fillon !), livrait une explication simple aux difficultés économiques : "La France vit au dessus de ses moyens. Les revenus augmentent plus vite que la production. Le crédit est distribué de manière trop abondante. Les dépenses de l’Etat excèdent ses recettes et le déficit du budget sera cette année (76) de 15 milliards de Francs, un progrès versus le déficit de l’an dernier (74) de 35 milliards de Francs" (en 2011, le déficit budgétaire s’élevait à 90 milliards d’euros). En 1987, candidat à la présidentielle de 88, notre "meilleur économiste de France" déclarait la même chose.

Une sorte d’hyperconscience politique et collective de la maladie budgétaire assortie d’une observance molle du traitement thérapeutique. La maladie devient chronique, on s’habitue à vivre avec, et faute de solutions acceptables (c’est-à-dire confortables) on en banalise l’enjeu, comme le déni psychologique d’un mal qu’on ne veut pas traiter.

Depuis la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, la dette publique de la France est passée de 20% de son PIB à 80% et va sans doute atteindre 90% en 2014. Avec 50 milliards d’euros de remboursements par an, le coût de la dette est devenu le deuxième budget de l’Etat.

Du côté américain ou de celui de l’Europe, aucune perspective ne permet d’imaginer un seul instant que les Etats soient capables de sortir de cet endettement chronique. D’ailleurs la dette mutualisée et collective est en train de devenir la première pierre sur laquelle se bâtit l’Europe fédérale, quel signe encourageant !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Etats-Unis, Grèce, dette
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
07.
Libérer l’Europe des lobbies ? Anatomie d’une idée fausse ET dangereuse pour la démocratie (et voilà pourquoi vous ne devriez pas céder à ses sirènes...)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walter99
- 02/12/2012 - 20:46
Qui a vu la catallaxie quelque part ? personne!
La solution consiste à sortir de l'utopie néolibérale: personne n'a jamais vu de catallaxie nulle part ,c'est une vue de l'esprit.Les marchés doivent être organisés, pas d'acteur sans activité réelle prouvée et vérifiée (entrepôts stock activité ou échanges réels ) et interdire toute spéculation et manipulation de prix,interdire le high frequency trading qui n'a aucun sens économique ,les VAD et les produits dérivés.Un Glass Steagall act fort qui interdit aux banques de spéculer avec notre argent.Cesser la privatisation de la création monétaire qui était une folie: sans les intérêts aucun pays ne serait endetté, aucun,la France a déjà payé 3 fois sa dette depuis 30 ans (lorsque les créanciers seront ruinés quand les dettes seront effacées on ne pleurera pas...écoutez Delamarche ou Jorion sur youtube ç'est pas triste .....
Hugo from Caracas
- 28/11/2012 - 17:27
@gdv
Cet article est effectivement un article d'amateur mais pour vous c'est sûrement un article pétillant d'intelligence. Tout est relatif remarquez ..

Laurentso ne fait que juste donner un éclairage et apporte une vue multi-dimensionnelle au problème ce que vous êtes incapables de faire donc vous le traitez bêtement de fonctionnaire ! Venant d'un poujadiste qui se croit libéral comme vous...que c'est drôle




gdv
- 28/11/2012 - 10:06
Au prétentieux qui qualifie les autres d'amateurs
Laurentso fait partie des cigales, c'est un fonctionnaire non productif qui envisage de se raser gratis avec l'épargne des Français qui travaillent.
Il est amusant...car il parle beaucoup et n'est pas bien difficile à décoder.
Un adepte du donne moi ta montre je te dirais l'heure qu'il est.
C'est un beau représentant de ceux qui ont prospéré au 20 siècle sur cette gigantesque escoquerie intellectuelle qu'est l'état dominant agissant pour le bien public.
Ils sont aujourd'hui terrifié par l'arrivée d'un nouveau monde qui risque de porter atteinte gravement à leur privilège.
Cela explique leur gesticulation et leur déni de la réalité.