En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

02.

Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

07.

Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

02.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

03.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

04.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 13 min 35 sec
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 1 heure 59 min
pépites > Economie
Vroum
Hausse des ventes de voitures neuves
il y a 16 heures 37 min
pépites > Economie
Crise aux Etats-Unis
Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite
il y a 17 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol
il y a 22 heures 8 min
décryptage > Economie
Billet vert

Le Dollar est-il en crise?

il y a 22 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
Chemin de traverse
La Suède toujours réticente à imposer le port du masque
il y a 23 heures 40 min
décryptage > France
Loi bioéthique

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

il y a 1 jour 33 min
décryptage > France
Récalcitrants au port du masque

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 47 min 10 sec
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 2 heures 12 min
pépites > Politique
Renouvellement
Important mouvement préfectoral
il y a 16 heures 52 min
pépites > International
A la mode
Coronavirus : des New Yorkais adoptent le scooter
il y a 19 heures 56 sec
décryptage > International
Ennemi depuis toujours

Entre hyper-ouverture et « pression maximale », quelle sera la stratégie iranienne de Joe Biden ?

il y a 22 heures 24 min
décryptage > Politique
La famille Le Pen saison 3

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

il y a 22 heures 43 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Bug dans la politique environnementale : les leçons de la crise de la betterave
il y a 1 jour 15 min
décryptage > France
Litté-confiné

Joseph Macé-Scaron : « Avec le Coronavirus, la mort nous a rendu une part de nous-mêmes que nous avions perdue de vue »

il y a 1 jour 39 min
décryptage > Santé
Séquelles

Surdité : le Coronavirus générerait des problèmes d’audition chez un malade sur 8

il y a 1 jour 1 heure
Economie

Investir pour les Trente prochaines Glorieuses

Publié le 17 avril 2011
La croissance française est en berne depuis des années. Tous les Diafoirus de service ont défilé à son chevet, prétendant détenir le bon remède. Et si ce n'était finalement qu'un problème d'investissement, massif, et tourné vers l'avenir ?
Karine Berger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karine Berger est économiste et ingénieur.Elle vient de publier avec Valérie Rabault Les Trente Glorieuses sont devant nous.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La croissance française est en berne depuis des années. Tous les Diafoirus de service ont défilé à son chevet, prétendant détenir le bon remède. Et si ce n'était finalement qu'un problème d'investissement, massif, et tourné vers l'avenir ?

La France, la cinquième puissance économique mondiale, a bien évidemment une responsabilité sur sa propre dynamique de prospérité. Et donc sur le déclin actuel. La France a cessé de croire en son propre avenir au milieu des années 90 et d’abandonner son propre modèle de développement. C’est-à-dire l’équilibre de trois piliers, qui sont aussi les piliers politiques que la France s’est choisis : liberté, égalité et fraternité. Dans leur déclinaison économique et sociale.

La liberté, c’est la prise de risque. Car la prise de risque ne va jamais de soi. Risque financier, en transformant son mode de production, risque opérationnel, en rompant avec ses habitudes et la technologie existante pour obtenir « plus » sans avoir à priori la certitude de réussir, risque pour définir de nouvelles méthodes de production et d’organisation, sans être certain de leur fonctionnement ultérieur, plus fondamentalement, risque d’investir de nouveaux champs pour se projeter dans le futur. Seule véritable certitude, rien n’est possible sans la volonté et la capacité de se renouveler sans cesse.

Alors comment re-créé-t-on un euro de richesse en France ? On repart de la recette qui a conduit aux 30 glorieuses entre 1945 et 1975 : placer l’étincelle de la recherche et l’innovation dans les mains de l’Etat, et renouer avec les premiers partenariats publics privés inventés par la France, en associant la prise de risque économique par l’Etat à l’épanouissement de la liberté économique privée. Car il n’y a pas d’innovation sans risque. Depuis le milieu des années 1990, l’application aveugle du modèle libéral anglo-saxon a fait dérailler la cohésion investissement public / réussite des entreprises privées : la France ne prend plus suffisamment de risques, plus suffisamment de pari sur l’avenir. La conséquence est un arrêt de l’investissement, une chute de la productivité et de la compétitivité.

Dans « Les trente glorieuses sont devant nous », la proposition est de réaliser un investissement de 90 milliards d’euros sur 3 ans avec une sélection drastique des champs d’investissement. Sélectionner les investissements revient, ni plus ni moins, à avoir l’intuition de ce dont sera capable l’imagination humaine dans les prochaines années, en matière d’innovations techniques et scientifiques. Il faut bâtir un business plan, à l’instar d’une entreprise qui se créerait ou lancerait des projets d’investissement conséquents. En poussant l’analogie avec une entreprise, il s’agira de sélectionner des investissements et de décider de leurs montants, d’organiser une politique de ressources humaines – avec un management -, et d’assurer en amont et en aval les échanges avec les autres.

En tout état de cause, afin que les sommes allouées soient conséquentes, et puissent se concentrer véritablement sur les objectifs choisis, il paraît raisonnable de ne retenir que cinq secteurs prioritaires d’investissement. L’éducation, qui a comme particularité d’être à la fois un objectif et un moyen. Le doublet énergie nucléaire/énergie solaire pour affronter l’enjeu écologique futur dans un contexte de raréfaction de la ressource, sans abdiquer l’indépendance énergétique de la France. La santé, et plus particulièrement le vieillissement, domaine dans lequel l’innovation sera indispensable pour éviter une France avec une trop forte proportion de personnes dépendantes. Les transports en commun et le fret, pour répondre aux besoins d’une population qui doit être de plus en plus mobile. L’agriculture et l’alimentation, activité traditionnelle mais qui n’a rien perdu de son caractère stratégique.

Ces cinq priorités sont sélectionnés car elles sont de nature à avoir un effet levier maximum sur la croissance potentielle française : si les projets de recherche fonctionnent, le pari est de relever la croissance potentielle de 1,7 % actuellement à quelques 3 % dans les années 2030. Avec un bonus à la clé : plus de prospérité économique permettra de rembourser la dette accumulée. Sans cette prospérité supplémentaire, cet autre objectif serait impossible. Autrement dit dans ce projet d’investissement, la France «fait tapis » comme au Poker. Mais autant dire aussi qu’elle n’a plus vraiment le choix. Si elle veut échapper à son déclin programmé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
slavkov
- 17/04/2011 - 22:01
déjà vu ...
... oui, mais rendre plus de 50% des ses revenus à l'état est totalement scandaleux, - bonjour compétitivité ...
Philippe David
- 17/04/2011 - 19:38
PROBLEME...
Vous décrivez très bien ce qui a fait la réussite de la France avec un modèle centralisé avec intervention de l'état comme "chef d'orchestre", le problème est que ce modèle est interdit par l'Europe et honni pas nos dirigeants qui préfèrent le système libéral américain à droite et social démocrate décentralisé à gauche...
sarlatg
- 17/04/2011 - 17:41
Le plan tri-décennal
Je ne pense pas que l'on sauve la France par un plan tri-décennal.

Si les Français ont adhéré aux 30 Glorieuses, c'est parce qu'ils ont vu l'intérêt pour eux = amélioration de la qualité et du confort de vie pour tous.

Il ne suffit pas d'avoir raison. Un projet technocratique, même bien fait, ne les convaincra pas s'ils ne voient pas pourquoi y adhérer.

www.guillaume-sarlat.fr