En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

06.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 9 min 28 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 1 heure 32 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 1 heure 53 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 4 heures 36 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 5 heures 10 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 52 min 47 sec
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 1 heure 37 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 8 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 2 heures 32 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 3 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 12 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 4 heures 54 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 5 heures 15 min
© Reuters
Le Sénat entame ce lundi l'examen du budget de la Sécurité sociale.
© Reuters
Le Sénat entame ce lundi l'examen du budget de la Sécurité sociale.
Solutions

Difficultés de financement de la Sécu : le point sur les mesures qui pourraient la sauver

Publié le 05 février 2013
Alors que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale est examiné ce lundi par le Sénat, le déficit du régime général de la Sécu en 2013 devrait atteindre 11,4 milliards d'euros.
Jean Peyrelevade et François Ecalle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Peyrelevade fait partie de l'équipe de campagne de François Bayrou pour l'élection présidentielle. Ancien conseiller économique du Premier ministre Pierre Mauroy, il fut également directeur adjoint de son cabinet.Économiste et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale est examiné ce lundi par le Sénat, le déficit du régime général de la Sécu en 2013 devrait atteindre 11,4 milliards d'euros.

Atlantico : Le projet de loi de financement de la sécurité sociale est examiné à partir de ce lundi par le Sénat. Le déficit du régime général devrait être de 11,4 milliards d'euros pour l'année 2013 contre plus de 13 milliards d'euros en 2012. Quelles réformes doivent être prioritairement adoptées pour résorber un tel déficit et sauver la sécurité sociale ?

Jean Peyrelavade : Pour résorber les déficits de la sécurité sociale, il faut avant tout mettre en ordre notre système de retraite qui est structurellement déficitaire depuis trop longtemps. Dans l'idéal, il faudrait mettre en oeuvre un système de retraite par points au sein duquel chacun en cotise un certain nombre lorsqu'il travail afin de les convertir en une certaine valeur monétaire pour chaque unité perçue. La valeur de chaque point serait alors ajustée de sorte à ce qu'il y ait systématiquement un équilibre actuarielle - c'est à dire fixé à partir des hypothèses d'évolution - entre les dépenses et les recettes. Beaucoup de régimes de retraites fonctionnent ainsi. L'idée est celle d'un équilibre obligatoire entre le montant total des dépenses et celui des recettes.

Il faudrait également réformer le système de santé mais les mesures à adopter sont beaucoup plus complexes et difficiles pour chacune d'elles. La carte hospitalière doit être revisitée de sorte à ajuster exactement le nombre d’hôpitaux, et leurs capacités techniques, aux populations avoisinantes. Les prescriptions médicales doivent être revues puisque le nombre de médicaments consommés en France est absolument excessif.

Enfin, il faut réformer "le contrat" qui lie une médecine actuellement individuelle et complètement libérale dans ses modes d'installation et le fait que le payeur, la sécurité sociale donc, soit collectif. Pour cela, il faut mettre en place des formes d'organisations médicales différentes qui entreraient en concurrence.

François Ecalle : Pour ce qui concerne l’assurance maladie, il faut continuer à rationaliser l’offre de soins en restructurant les hôpitaux, en coordonnant mieux médecine de ville et soins hospitaliers, en révisant la liste et le prix des médicaments remboursés… mais cela ne suffira pas.

Il faudrait aussi augmenter la participation des assurés au financement de leurs soins, sous forme de hausse des tickets modérateurs, forfaits et franchises. Cependant, le « reste à charge » après remboursement est très déjà très élevé pour les ménages les plus pauvres au regard de leurs revenus et le remboursement à 100 % des affections de longue durée ne résout pas ce problème. Je suis donc favorable à un « bouclier sanitaire » consistant à limiter le reste à charge de chaque ménage à un pourcentage raisonnable de son revenu. Une fois ce bouclier mis en place, les tickets modérateurs et franchises pourront être relevés et permettre d’économiser plusieurs milliards d’euros sans problème social.

La réforme des retraites de 2010 concerne essentiellement, à travers le recul des limites d’âge de 60 et 65 ans, les nouveaux et futurs retraités, mais pas les retraités actuels. La loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 prévoit un nouveau prélèvement de 0,3 % sur les retraites pour financer le coût de la dépendance, mais il faut aller beaucoup plus loin en désindexant temporairement les pensions. Avec une inflation de 2 % par an, le gain pour les finances publiques (tous régimes confondus) serait de 4 Md€ chaque année. C’est une des principales mesures qui ont permis à l’Allemagne de redresser ses comptes publics dans les années 2002-2007.

Outre les dépenses, quelles nouvelles sources de financement de la sécurité sociale doivent être explorées ?

Jean Peyrelavde : La CSG (la Contribution sociale généralisée) a déjà été créée pour financer la sécurité sociale sur la base de l'ensemble des revenus. Il n'y a donc pas de raison particulière de relever la TVA pour financer la sécurité sociale.

Avant d'augmenter la CSG, il faut comprendre qu'avec l'allongement de la durée de vie requiert un recul de l'âge de départ à la retraite sans quoi il n'y aura pas d'équilibre du régime de retraite d'autant plus que la hausse de l’espérance de vie génère de nouvelles dépenses relatives à la dépendance et à la santé. Il est vraisemblable que le décalage de la dépense de sécurité sociale par rapport à l'évolution du PIB soit de l'ordre de 1% par an.

En ce qui concerne la santé, il faut entrer dans une réforme structurelle qui différencie clairement le "petit risque" du "grand risque". Il serait tout à fait normal que l'on demande aux ménages qui en ont les capacités financières de prendre à leur charge le "petit risque". La question de l'augmentation éventuelle des recettes ne se pose que si cette réforme n'est pas suffisante. Mais soyons clair : nous ne pouvons pas augmenter les cotisations sociales et les impôts sans cesses.

François Ecalle : Les deux seules réformes évoquées précédemment (bouclier sanitaire et désindexation des retraites) permettent de ramener à zéro le déficit structurel, c’est-à-dire hors effet de la conjoncture, du régime général en trois ans. Avec les mesures habituelles d’économies sur les dépenses de santé, l’équilibre, en termes structurels, peut être atteint en deux ans et il n’est pas nécessaire de trouver de nouveaux financements. S’il le fallait, les cotisations sociales seraient adaptées au financement des prestations assurantielles (retraite et chômage), et la CSG à celui des prestations universelles (maladie et famille).

En se traduisant par des coupes dans les postes de dépenses ou des hausses de prélèvements, la résorption du déficit de la sécurité sociale ne risque t-elle pas de pénaliser la croissance ?

Jean Peyrelavde : Si nous coupons les dépenses publiques pour que les ménages en prennent une part plus importante à leur charge, l'impact sur la croissance sera beaucoup plus faible qu'une augmentation générale des cotisations. Les ménages les plus aisés arbitreront dans leurs consommations mais leur niveau total de consommation ne diminuera pas, au contraire.

Enfin, la résorptions du déficit de la sécurité sociale n'est, à long terme, qu'une simple modification de l'affectation du budget des ménages. Il n'y aura pas d'effondrement de la consommation.

François Ecalle : Les mesures inscrites dans les projets de loi de finances et de financement de la sécurité sociale pour 2013 sont suffisantes pour réduire le déficit structurel de la France conformément à ses obligations européennes et aller au-delà présenterait en effet un danger pour la croissance. Les mesures évoquées ci-dessus devraient s’appliquer en 2014 et au-delà.

Propos recueillis par Olivier Harmant

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ali ce
- 12/11/2012 - 21:50
drôle
Ca pourrait être drôle s'il ne s'agissait pas de la santé des français,
Touraine vient de vendre la santé des français aux mutuelles, qui veulent obliger les médecins libéraux à travailler pour eux, toujours moins cher, ils sont libéraux, super, il n'y a pas d'investissement, super encore ils ne sont pas aux 35 h, on peut les faire bosser 70 h, le jour, la nuit, les dimanches, à Noël... et les français n'y voient que du feu.
Mais les vrais pigeons de ce système seront les malades, ceux qui crient que les médecins doivent être mal payés et corvéables à souhait.
Croyez vous vraiment qu'un médecin qui va s'installer dans un désert médical va signer quoique ce soit avec une mutuelle, qui le paiera après moultes paperasseries au lance pierre.
Il ne signera rien du tout, les malades qui paient des fortunes leur mutuelle ne seront pas remboursés parce qu'ils n'iront pas chez un médecin de leur réseau, et ainsi les mutuelles pourront continuer à acheter des vignobles plutôt que de rembourser les patients.
vous appliquez la même règle aux ophtalmos, gynécos, pédiatres, dentistes, et vous allez pleurer, trop tard !!! le mal est fait.
fms
- 12/11/2012 - 21:17
13 milliards de déficit pour 450 de budget...
cette dette me parait moins préoccupante que celle de l'état, non ?
saluons quand même la performance d'un des interviewés qui réussit à placer la notion de "maîtrise de sa consommation" en parlant de santé.
je serai très intéressé de connaître sa maîtrise de sa consommation de médicaments en cas de cancer ou d'autres maladies engageant un diagnostic vital...
sam84
- 12/11/2012 - 19:01
la comédie permanente c'est maintenant
Pour faire bon poids il reste ceci:
La dette de 16 millions d'euros que l'État algérien doit à l'Assistance Publique de Paris au titre d'une convention bilatérale de sécurité sociale qui prévoit la réception de patients algériens dont les pathologies nécessitent des soins dans des services français.
Alors avant de vouloir tondre les retraités et les salariés
Messieurs et mesdames les Ministres faites rentrer l'argent de la sécurité sociale et si vous avez besoin d'idées pour savoir ou aller chercher les millions manquant,demander donc au contribuable lambda lui il sait ou,comment se creusent de pseudos trous pour masquer l’incompétence et ou la lâcheté