En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 37 min 37 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 40 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 55 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 5 heures 12 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 6 heures 5 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 59 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 1 heure 7 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 heures 29 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 4 heures 14 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 54 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 5 heures 15 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 6 heures 1 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 42 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 7 heures 5 min
Sauvetage

Crise de la zone euro : mais que veut dire restaurer la confiance ?

Publié le 14 octobre 2012
Pour enclencher une sortie de crise, Patrick Artus et Isabelle Gravet estiment qu'il faudrait impérativement que s'arrête l'enchaînement dépressif perte de croissance / dégradation des finances publiques. Extraits de "La crise de l'euro, comprendre les causes, en sortir par de nouvelles institutions" (2/2).
Patrick Artus Isabelle Gravet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Artus est Directeur des études économiques et de la recherche de Natixis, professeur associé à l'Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne, membre du Conseil d'analyse économique auprès du Premier ministre et du Cercle des économistes. Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour enclencher une sortie de crise, Patrick Artus et Isabelle Gravet estiment qu'il faudrait impérativement que s'arrête l'enchaînement dépressif perte de croissance / dégradation des finances publiques. Extraits de "La crise de l'euro, comprendre les causes, en sortir par de nouvelles institutions" (2/2).

Dans une logique de court terme, que s’arrête l’enchaînement dépressif entre la perte de croissance et la dégradation des finances publiques (par exemple en Espagne, mais aussi en Grèce, en Italie, aux Pays-Bas…). Ceci implique probablement d’étaler dans le temps la réduction des déficits, de stimuler globalement la croissance européenne (par la politique de demande en Allemagne, par les investissements européens, par la dépréciation de l’euro…). Ceci implique aussi l’existence d’un Prêteur en Dernier Ressort crédible pour lutter contre les crises de liquidité, d’où la question du rôle, dans le futur, de la BCE.

Dans une logique de long terme, restaurer la confiance suppose que soient mises en place des institutions assurant la stabilité de la zone euro et la permanence de l’euro. On sait que le problème essentiel est l’incompatibilité entre l’hétérogénéité des pays de la zone euro et des institutions prévues pour une zone euro homogène. Certes, une partie de l’hétérogénéité est indésirable : elle vient par exemple de hausses trop rapides des coûts de production et de l’endettement dans certains pays.

Cette hétérogénéité indésirable doit être corrigée par une surveillance collective et sérieuse des politiques et des structures économiques. Mais une partie de l’hétérogénéité est désirable : elle vient de l’exploitation normale des avantages comparatifs et des dotations en facteurs de production, et conduit à des tailles très différentes de l’industrie, à des situations très différentes des balances courantes.

Les institutions de long terme de la zone euro doivent être compatibles avec la partie désirable de l’hétérogénéité. Si sa présence implique des déséquilibres persistants et normaux des balances courantes, il est indispensable que les institutions puissent s’accommoder de ces déséquilibres, ce qui nécessite évidemment des transferts publics des pays excédentaires vers les pays déficitaires donc une forme ou une autre de fédéralisme.

La perte de confiance dans la zone euro vient à la fois des difficultés de court terme (perte de croissance rendant impossible la réduction des déficits publics, hausse du chômage) et des difficultés de long terme (institutions ne pouvant pas accepter l’hétérogénéité des pays). Mais, si la confiance ne revient pas, la baisse de l’investissement public et privé, la hausse des primes de risque, l’arrêt de la mobilité du capital entre les pays de la zone euro, le chômage de long terme… vont détruire la croissance de long terme (potentielle) de la zone euro.

Les réformes institutionnelles qui donneraient aux pays une autre perspective que l’austérité visant à restaurer l’homogénéité de la zone sont donc urgentes. Que se passera-t-il si rien n’est fait ? Croissance très faible, comme on vient de le voir ; régions affectées durablement par un chômage très élevé, avec de plus, la faible mobilité des salariés entre les pays de la zone euro. Le pire dans cette hypothèse est que la zone euro ne sert plus à rien si elle ne permet plus l’allocation efficace de l’épargne des Européens.

La renationalisation de l’épargne prive l’euro de son apport majeur qui était la circulation facile de l’épargne entre les pays de la zone euro pour financer les projets les plus rentables et les plus porteurs de croissance. La zone euro n’a pas de sens non plus si elle ne permet plus que les spécialisations productives légitimes des pays soient mises en place, ce qui nécessite on l’a vu une hétérogénéité normale et contrôlée.

________________________________________________

Extrait de "La crise de l'euro, comprendre les causes, en sortir par de nouvelles institutions", Armand Colin (10 octobre 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 14/10/2012 - 16:44
Confiance?
Pour retrouver de la croissance, il faut des clients prêts à débourser; pour avoir des clients prêts à débourser, il faut qu'ils pensent qu'ils n'auront pas besoin demain de cet argent qu'il dépense aujourd'hui parce qu'ils seront licenciés; pour qu'ils pensent cela, il faut qu'ils aient confiance; or les media, unanimes à relayer la voix des financiers et banquiers, braillent tous les jours et sur tous les tons que l'on ne peut pas avoir confiance...
Les gens d'argent sont les premiers à détruire la confiance qu'ils veulent restaurer. Comprenne qui pourra!
quesako
- 14/10/2012 - 13:46
La confiance : terme à bannir depuis l'arrivée d'Hollande !
Avez vous rencontré des personnes "confiantes" en France ?
En période de crise il faut un exécutif non pas "normal" mais sachant prendre et osant prendre des décisions hors de leurs dogmes.
La hausse des impôts pour TOUS les français, sauf ceux de plus en plus nombreux qui n'en paient pas, conduit le pays à la catastrophe et l'effondrement de l'euro quand les marchés se rendront compte de l'aberration de la politique suivie par cette équipe dont la seule légitimité est l'anti-sarkozysme
Equilibre
- 14/10/2012 - 09:52
Comprend pas
Je suis souverainiste, donc bête.
Comment croire que l'hétérogénéité est pilotable et contrôlable?
Qui annoncera aux allemands que 10% de leur budget doivent servir à combler ces écarts?
Combien d'institutions technocratiques, de traités débiles, de supervision bancaire ou autre faudra-t-il pour tenter de contrôler tout ceci?
La partie "socialiste" de l'UE est là: toujours tout contrôler, réglementer, intervenir pour corriger des déséquilibres que le neuro a lui-même provoqué et aggravé. Du pur constructivisme fondée sur une doxa économique et politique mortifère.
Les européens votent eux-même la destruction du neuro, preuve en est de la main invisible qui poussent grecs, espagnols et autres à transférer leurs épargnes en Allemagne, Suisse.
La fin approche.