En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Public vs privé : le duel
Cher Éric Verhaeghe...
Publié le 09 mars 2011
C'est la réponse à la réponse. Mise en cause par Éric Verhaeghe suite à son article fustigeant le service public dans sa forme actuelle, Agnès Verdier-Molinié persiste et signe.
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est : 60 milliards d'économies !, paru aux éditions Albin Michel en mars 2013 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié et l'équipe de l'iFRAP
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est : 60 milliards d'économies !, paru aux éditions Albin Michel en mars 2013 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est la réponse à la réponse. Mise en cause par Éric Verhaeghe suite à son article fustigeant le service public dans sa forme actuelle, Agnès Verdier-Molinié persiste et signe.

Je remercie Éric Verhaeghe pour l’attention soutenue qu’il a accordée à mon article et à la thèse de mon livre, Les fonctionnaires contre l’État . Son principal reproche est que je n’apporterais pas la preuve que le privé peut rendre moins cher des services de meilleure qualité au public. Pourtant, il ne faut pas chercher très loin pour trouver des exemples concrets.

La preuve par l'exemple

Dans les transports, dans la perspective d’ouverture à la concurrence des trains régionaux (TER), la SNCF a reconnu que ses coûts sont de 30% supérieurs à ce que pourraient faire ses concurrents. Dans la santé, l’écart entre les coûts des établissements de soins publics et privés sont du même ordre de grandeur : 30 % pour des soins identiques sur des groupes de patients identiques. Ce chiffre longtemps contesté est maintenant officiel et un plan de convergence entre les tarifs payés par la CNAM aux hôpitaux et aux cliniques a été décidé. Dans l’éducation, selon les statistiques de l’Éducation nationale, en 2009 un élève scolarisé dans le privé coutait 3 426 euros par an tandis que le même élève scolarisé dans le public coutait à la collectivité 4 607 euros par an…

Toutes les situations de monopole, public ou privé, amènent à des surcoûts. Ceux qui voyagent "low cost" le savent bien, la concurrence fait baisser les prix pour la plus grande joie des consommateurs. Que serait devenu le trafic aérien si Air France et ses homologues étrangers était demeuré un monopole protégé derrière leurs frontières ?

Réformer la fonction publique ?

On trouve donc ici, dans la bouche d’un ancien cadre du Medef [NDLR : Éric Veraeghe fut membre du Medef], une critique surprenante de la concurrence, accusée de dépenser de l’argent pour "attirer les clients". Ce qui serait condamnable ? Le monopole ne connaît en effet que des "usagers" et non pas des clients, et se concentre moins sur la satisfaction de ces derniers.

En quoi le monopole de l’assurance maladie par exemple est-il un modèle ? Nous n’utilisons pas assez la délégation de service public. Même les Suédois font gérer leurs hôpitaux par des chaînes de cliniques privées… La question fondamentale que pose mon livre est "a-t-on vraiment besoin de statuts à vie et de monopoles publics pour rendre des services publics de qualité ?". Ne restons pas tétanisés par nos tabous et osons reconnaitre que chez nos voisins Allemands par exemple, la question a été tranchée avec 60 % des fonctionnaires sous contrats de droit privé et des délégations de service public au privé dans de nombreux domaines.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jiv.
- 11/03/2011 - 23:03
Des exemples ?
Les soins non rentables sont abandonnés par les cliniques. Le personnel y est - bien payé.
La poste est un exemple de SP rentable qu'on veut privatiser. Les télécoms ont été privatisés car c'est une mine de pognon.
Pour les compagnies low cost, faut peut être pas pousser... Je me souviens encore d'un vol où le personnel était visiblement mort de fatigue.
Mais privatisez, on en reparlera + tard.
tco
- 11/03/2011 - 20:03
Jiv. - Quelles sont vos
Jiv. - Quelles sont vos exemples? Surprenant!
Par FIGAROCB - On peut privatiser les services régaliens, pdb
Par aKrobat - On compare juste tarifs/actes
Par Karamba - Entente ? maybe mais si 10X mieux ?
Par Jiv - sur les low cost je ne vois qu'un personnel épanoui, serviable.
Par JulFerChe - analyse par ligne (rôle des Régions) - ensemble des maladies oui
Y'a un nb de fctaires réac sur Rue...
Jiv.
- 11/03/2011 - 10:02
2) Si l'on donne au privé les
2) Si l'on donne au privé les secteurs rentables alors on accélère la cadence du démantèlement du SP, c'est logique.
Et si on ne donne pas au privé les mêmes missions qu'au public, alors il n'y a plus de SP, par définition.
La question n'est pas de savoir si le public c'est les gentils et le privé les méchants (ou l'inverse), vu que ce n'est pas le même monde.