En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 12 min 5 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 17 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 56 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 27 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 19 min 50 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 43 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 32 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 4 heures 9 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 23 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 54 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 16 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 57 min
© Reuters
L'étude, La France face à la mondialisation : se protéger ou se projeter démontre que l'inquiétude envers la Chine a supplanté l’antiaméricanisme traditionnel en France.
© Reuters
L'étude, La France face à la mondialisation : se protéger ou se projeter démontre que l'inquiétude envers la Chine a supplanté l’antiaméricanisme traditionnel en France.
L'éveil du dragon chinois

Dans la tête des Français face à la mondialisation : pourquoi le péril jaune a remplacé le bouc émissaire américain

Publié le 25 septembre 2012
Les Français diabolisent la mondialisation, synonyme selon eux de désindustrialisation et de délocalisations. Et la Chine concentre leurs critiques...
Sophie Meunier est chercheuse en relations internationales a la Woodrow Wilson School of Public and International Affairs a l'université de Princeton (États-Unis) et directrice du programme sur l'Union européenne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Meunier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Meunier est chercheuse en relations internationales a la Woodrow Wilson School of Public and International Affairs a l'université de Princeton (États-Unis) et directrice du programme sur l'Union européenne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français diabolisent la mondialisation, synonyme selon eux de désindustrialisation et de délocalisations. Et la Chine concentre leurs critiques...

Atlantico : Vous avez publié une étude, La France face à la mondialisation : se protéger ou se projeter, qui démontre que l'inquiétude envers la Chine a supplanté l’antiaméricanisme traditionnel en France. Comment expliquer cette peur du modèle chinois qui gagne la France ?

Sophie Meunier : Il y a dix ans encore, la mondialisation était perçue en France comme un phénomène qui portait indéniablement, pour le meilleur et pour le pire, la marque des Etats-Unis. Plus qu’ailleurs, les Français voyaient en la mondialisation un instrument de domination américaine et un outil pour promouvoir les valeurs et les intérêts des Etats-Unis dans le monde. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les Français sont convaincus que la Chine va à terme supplanter les Etats-Unis comme superpuissance, comme l’indiquent de nombreux sondages. Cette perception est partagée en ce qui concerne l’économie : 57% des Français pensent que la Chine est désormais la principale puissance économique du monde, contre 29% seulement pour les Etats-Unis. Pour les Français, le monde « post-américain » est une certitude et a déjà commencé, même si les perceptions sont bien loin de la réalité.

Cela relève-t-il d'une angoisse irrationnelle ou se rattache-t-il à des éléments concrets ?

Cette angoisse de la mondialisation à visage chinois est a la fois rationnelle et irrationnelle. La montée en puissance de la Chine est réelle et les signes de cette puissance économique sont de plus en plus visibles, à commencer par l’accroissement spectaculaire des investissements directs chinois, dont la France a été la première destination européenne entre 2000 et 2011. Cette obsession et surestimation de la puissance économique chinoise n’est d’ailleurs pas un phénomène propre à la France. Les Européens sont les plus nombreux à considérer que la Chine est déjà la première puissance économique du monde, loin devant les habitants de tous les autres continents. Quant aux Etats-Unis, le « China-bashing » y est devenu le mot d’ordre de la campagne électorale.

En France, cette montée en puissance réelle de la Chine crée une peur existentielle, souvent irrationnelle, alimentée par les medias qui suggèrent l’avènement d’un nouveau « péril jaune » et en particulier l’idée que la Chine, grâce à la crise de l’euro, est en train de racheter l’Europe, ainsi que le suggèrent des gros titres racoleurs comme « Comment la Chine envahit l’Europe » (L’Express), « Pourquoi la Chine fait peur » (L’Expansion), et « Quand les Chinois rachètent la France » (Complément d’enquête, France 2). Or, il n’y a pas que la Chine qui soit un pays émergent avec le potentiel de rogner toujours plus la part de la France dans l’économie mondiale. L’Inde et le Brésil sont aussi en train de connaitre une croissance économique impressionnante. Mais la montée en puissance du Brésil est plutôt vue avec sourire et les medias ne nous montrent pas des images menaçantes de l’économie brésilienne, même si elle détrônera bientôt l’économie française comme 5e économie mondiale.

Concrètement, comment dater ce basculement dans la psychologie des Français ?

Il est difficile de dater exactement cette inversion, qui s’est opérée de façon progressive, mais 2008 représente une année charnière à de nombreux égards. Les Jeux Olympiques de Beijing ont consacré le retour de la Chine en force sur la scène internationale. 2008 est aussi l’année où les premiers investissements chinois sont apparus en Europe. Parallèlement, la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 et l’explosion de la crise financière aux Etats-Unis a révélé au monde, et aux Français en particulier, la vulnérabilité américaine. Les Etats-Unis sont passés du statut de coupable au statut de victime d’un phénomène dont ils ne tirent plus les ficelles. L’élection de Barack Obama qui a bénéficié depuis quatre ans d’un fort capital de sympathie dans la population française a aussi contribué à projeter une image plus humble des Etats-Unis, à contraster avec l’image de plus en plus arrogante de la Chine. Depuis, la perception ne fait que grandir que les Etats-Unis et les pays européens sont dans le même bateau face à la mondialisation.

Notre proximité culturelle avec les Américains favorise-t-elle une plus grande indulgence ou au contraire une plus grande méfiance ? La Chine connaîtra-t-elle un jour pareil succès auprès de la culture française ?

Plus singulièrement que dans les autres pays européens, l’appréhension française de la mondialisation comportait aussi, à la grande époque du mouvement altermondialiste au tournant du XXIe siècle, une dimension culturelle. La résistance à la mondialisation était une résistance nationale et identitaire contre l’impérialisme et le rouleau-compresseur culturel américain. Tant que la mondialisation était perçue comme un phénomène américain, les reproches qu’on lui faisait étaient qu’elle contribuait à la “coca-colonisation”, “McDo-isation” et “Disney-ification” du monde, et qu’elle disséminait les valeurs américaines de l’individualisme et de la concurrence au détriment des valeurs françaises d’égalité et de solidarité.

Le discours français sur la mondialisation se fondait dans le discours sur l’exception culturelle. La peur de l’homogénéisation culturelle américaine, qui était la caractéristique la plus singulière de la résistance française à la mondialisation, a quasiment disparu du discours aujourd’hui. Cette peur n’a pas été remplacée par une perception que l’américanisation allait être remplacée par une « sinisation » culturelle. Mais la peur économique, qui n’a plus de visage américain, a bel et bien pris le dessus sur la peur culturelle. Les appréhensions contemporaines sont plus immédiates et plus existentielles, mettant en lumière l’inéluctable perte d’emplois due à la concurrence souvent déloyale des économies émergentes et doutant de la possibilité à terme pour la France de préserver ses standards, sociaux et autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ludo1963
- 26/09/2012 - 09:57
Les français sont des crétins
Ils angoissent .... Mais remplissent depuis 20 ans leurs caddies de produits chinois... Nous sommes devenus des cochons avides de consommation. Tout en critiquant leur système social ou les pertes d emploi en France. Ah tout serait merveilleux si les chinois ou les indiens restaient miséreux, et que l homme blanc continuait a dominer le monde, a manger le gâteau tout seul . Et bien non il va falloir qu on se bouge, avec Mou 1 er c est mal barré.
Vivement la dissolution de l assemblée en 2013!
RAYD2B
- 25/09/2012 - 22:40
PEU A DIRE
Tabou,Ce n'est pas l'UMP qui impose 25 % de logements sociaux et les éventuels acquéreurs dans ces communes "obligées" ils ne peuvent qu'être inquiètes de ce qui se passe dans les cité(e)s sensibles que le gouvernement actuel est incapable de gérer ...Sinon,je VOUS achète une H.L.M mais Vous garantissez le paiement des loyers...!!! Mais aussi pourquoi les allochtones auraient-ils un droit d'accession supplémentaire sur les Français(e)s de souche,pour certain(e)s plus pauvre qu'eux..!
Ouvrons les yeux et constatons que ces propositions n'étaient qu'électoralismes....Donc,Tabou si l'immobilier baisse les acheteurs taxés au maximum vont se précipiter .Jai un "sacré" doute,pas Vous?
Satan
- 25/09/2012 - 21:52
Tout le monde s'en fout!
Et puis de toutes façons la bouffe chinoise cela sera toujours meilleurs que ces merdes de resto Makdo qui pue la gerbe à 10km à la ronde...