En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

05.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 7 heures 58 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 8 heures 32 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 10 heures 22 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 11 heures 32 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 12 heures 42 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 16 heures 39 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 16 heures 57 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 17 heures 22 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 8 heures 4 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 9 heures 11 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 10 heures 56 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 12 heures 17 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 17 heures 9 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
Cette année, les dépenses publiques devraient atteindre la proportion record de 56% du PIB.
© Reuters
Cette année, les dépenses publiques devraient atteindre la proportion record de 56% du PIB.
Changement de paradigme

Blocage : la réforme de l'Etat entravée par la culture de la dépense de la haute fonction publique française

Publié le 24 septembre 2012
Pour réduire les déficits publics, il faudra d'abord revoir la philosophie des hauts fonctionnaires français, qui ont toujours vécu dans un univers administratif fondé sur un recours à la dette pour financer des décisions coûteuses, mais plaisantes pour les élus.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour réduire les déficits publics, il faudra d'abord revoir la philosophie des hauts fonctionnaires français, qui ont toujours vécu dans un univers administratif fondé sur un recours à la dette pour financer des décisions coûteuses, mais plaisantes pour les élus.

Dans les années 60, les dépenses publiques atteignaient environ 40% du Produit intérieur brut (PIB). Dans les années 90, elles ont allègrement franchi le cap des 50%. Cette année, elles devraient atteindre la proportion record de 56%, et même plus, si la dérive observée par le Trésor public cet été se confirme.

Très longtemps, une doctrine a sous-tendu et justifié cette augmentation : les dépenses publiques étaient une condition du retour à la croissance. Cette conviction très keynésienne, encore avancée aujourd’hui par les détracteurs de la rigueur, s’appuie sur la théorie du multiplicateur d’investissement : tout euro investi par l’Etat produit plusieurs euros dans l’économie privée et relance donc l’activité.

Sous le couvert de cette théorie, l’Etat et les collectivités locales n’ont cessé de s’endetter pour financer leurs dépenses courantes, pendant que la part de l’investissement public dans la richesse nationale, c’est-à-dire la part du multiplicateur keynésien proprement dit, ne cessait de diminuer. Dans les années 60, l’investissement public représentait 3,7% du PIB, il n’en représente plus que 3% dans les années 2010. En réalité, la dépense publique n’est plus sous contrôle, et aucun gouvernement n’arrive ni n’est réellement arrivé à en limiter durablement l’expansion.

Il faut ici commencer l’inventaire de la Revue Générale des Politiques Publiques (RGPP), lancée par Nicolas Sarkozy, inspiré par le modèle canadien, et arrêtée cet été par la nouvelle majorité. L’objectif de cette politique, défendue encore récemment par Eric Woerth dans une tribune publiée par les Échos, consistait à réduire tous azimuts les dépenses de l’État par des réorganisations supposées rationnelles.

En dehors des 300 millions d’euros payés aux géants internationaux du Conseil (Boston, KPMG, et autres...) pour des missions qui leur ont permis de recycler des Powerpoint vieux d’une dizaine d’années, à quoi a concrètement servi la RGPP ? Dans le meilleur des cas, à piloter les réductions fortes d’effectifs dans la fonction publique, qui ont permis, enfin, en 2011, d’espérer la première baisse en volume (infinitésimal) de la masse salariale de l’État depuis 1945. Mais les Français peuvent constater que ces évolutions se sont faites au prix d’une dégradation forte de la qualité du service, notamment dans la police et l’éducation, qui n’est guère satisfaisante.

En réalité, l’État n’arrive pas à réduire sa masse, même quand il transfère une part de ses missions aux collectivités locales. L’histoire de la décentralisation en est la preuve.

Cette incapacité n’est guère surprenante. Elle tient essentiellement au fait que, à la différence des entreprises qui se restructurent, l’État confie sa modernisation à des cadres dirigeants dont la culture et les convictions sont aux antipodes de cet objectif. Dans cette catégorie, il faut évidemment verser les Polytechniciens et les Énarques, dont la formation les prépare à l’expansion de l’État, et non à sa rationalisation.
La culture des hauts fonctionnaires est en effet fondée sur trois piliers qui se révèlent mortifères pour le contribuable.

Premièrement, les hauts fonctionnaires français restent largement tributaires de l’idée très ancienne selon laquelle leur influence, leur réussite et leur prestige se mesurent au nombre de fonctionnaires qu’ils ont sous leurs ordres. Plus ils en recrutent, mieux ils ont réussi. Le directeur d’administration qui fait le choix de procéder spontanément à des réductions d’effectifs dans sa direction est immédiatement suspecté de perversion, ou de folie, ou d’incompétence.

Deuxièmement, les hauts fonctionnaires savent que leur carrière ne peut prospérer par la compétence, mais qu’elle dépend de leur influence politique. Le passage en cabinet ministériel est le meilleur des sésames pour progresser sans risque : tout est fait pour que l’affectation en cabinet ministériel soit un moment intégré au parcours normal de l’individu. Dans ces conditions, pourquoi s’en priver ? C’est comme jouer à la loterie en sachant à l’avance quels sont les billets gagnants. L’enjeu n’est pas d’être efficace, mais de dire au ministre ce qu’il a envie d’entendre.

Troisièmement, les hauts fonctionnaires pensent que la gestion des ressources humaines consiste simplement à suivre les règles statutaires applicables aux fonctionnaires, comme s’il suffisait de connaître les règles du jeu d’échec pour en devenir champion international. Cette inculture profonde de la fonction publique explique très largement le gaspillage scandaleux de fonds publics dans l’ensemble des restructurations sous l’ère Sarkozy.

Par exemple, la fusion des réseaux du Trésor public (direction générale des impôts et comptabilité publique) coûtera, au total, plusieurs milliards aux contribuables, alors qu’elle était supposée produire des économies. Mais la fusion ANPE et ASSEDIC, qui a donné naissance à Pôle Emploi en constitue un autre exemple : elle s’est traduite par un alignement des salaires les plus bas sur les plus élevés, sans gains effectifs de productivité.

Il est évidemment illusoire de croire que ces hauts fonctionnaires qui ont toujours vécu dans un univers administratif fondé sur un recours à la dette pour financer des décisions coûteuses, mais plaisantes pour les élus qu’ils servaient, seront capables de négocier un virage en épingle à cheveux. La culture de la servilité et de la frilosité face au changement sont aujourd’hui des fondements essentiels de la gestion de carrière dans les ministères.

Comment changer la donne? Deux mesures simples pourraient se révéler efficaces.

D’abord, interdire à un collaborateur de cabinet d’occuper pendant les 10 ans qui suivent un poste dans le ministère dont il conseille le ministre. Cette mesure salutaire évitera les stratégies opportunistes.

Ensuite, créer des comités de rémunération dans les ministères, intégrant des personnalités civiles, chargés de fixer les primes variables des hauts fonctionnaires. L’évaluation se fonderait sur deux critères: la qualité du service délivré et la maîtrise, voire la réduction des dépenses.

Assez rapidement, ces deux mesures permettrait de commencer par le haut le nettoyage au balai d’une administration qui ne peut raisonnablement imaginer qu’elle dépensera comme avant, alors que les Français se serrent la ceinture.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ocadine
- 28/09/2012 - 22:21
Au diable l avarice !!!!
Le premier ministresera auprès de la mère Aubry pour le lancement de cette immense dépense publique ......
http://www.lavoixdunord.fr/region/jean-marc-ayrault-sera-present-pour-le-lancement-de-ia0b0n720098
zelectron
- 25/09/2012 - 20:31
sans aucune vergogne ?
le haut-fonctionnariat est-il héréditaire ?
roudoudou
- 25/09/2012 - 11:55
Noblesse d'ancien régime
Les fonctionnaires et les élus sont comme la noblesse d'ancien régime.
Ils vivent sur le dos du Tiers Etat, c'est à dire ceux qui travaillent et créent de la richesse, et n'ont aucun frein à leurs dépenses.
Si déjà on supprimait les départements, qu'on divisait par 2 le nombre de régions et par 10 le nombre de communes, on ferait des économies.
Mais les pôôôôôôôvres seraient au chômage !