En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

03.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

05.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 2 heures 35 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 3 heures 52 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 4 heures 48 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 8 heures 58 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 10 heures 16 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 20 heures 38 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 22 heures 11 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 3 heures 17 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 4 heures 11 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 7 heures 48 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 10 heures 14 sec
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 10 heures 34 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 21 heures 30 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 22 heures 48 min
Peut mieux faire

Pédagogie, parents, milieux social : l'échec scolaire est-il seulement imputable à l'élève ?

Publié le 23 septembre 2012
L'Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) a dévoilé mardi une étude sur les jeunes "décrocheurs" qui sortent du système scolaire sans diplôme. Pour la plupart, la rupture se produit entre la troisième et la seconde. Un échec scolaire qui a des causes multiples.
Nathalie Anton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Anton est enseignante depuis treize ans. Elle a travaillé en collège et lycée et a intégré durant trois ans une équipe chargée de prévenir et de lutter contre la violence en milieu scolaire. Elle est également psychologue clinicienne. Nathalie...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) a dévoilé mardi une étude sur les jeunes "décrocheurs" qui sortent du système scolaire sans diplôme. Pour la plupart, la rupture se produit entre la troisième et la seconde. Un échec scolaire qui a des causes multiples.

Poser la question des facteurs de réussite scolaire extérieurs à l’école permet non seulement d’aborder de manière positive un sujet trop souvent présenté sous l’angle de l’échec, mais aussi de souligner très justement les liens inextricables unissant l’établissement dans lequel évolue l’élève, et l’environnement dans lequel il grandit en tant qu’enfant ou adolescent.

Cette imbrication nous préserve d’ailleurs de toute explication déterministe ou univoque, puisque comme l’ont très bien montré les travaux de B. Charlot, E. Bautier et J-Y. Rochex en Sciences de l’Education « la réussite scolaire est un processus complexe, où interagissent des phénomènes hétérogènes, et elle ne peut jamais être réduite à la présence ou à l’absence de tel ou tel facteur. » (École et savoir dans les banlieues et ailleurs, p. 81. Bordas, 2000)

De nombreux paramètres d’ordre pédagogiques, sociaux, familiaux, affectifs, psychologiques se combinent en effet de manière différente chez chaque élève et favorisent plus ou moins sa réussite. Ainsi, bien que les recherches en sociologie depuis P. Bourdieu et J-C. Passeron (Les Héritiers. Editions de Minuit, 1964) aient mis à jour la forte corrélation entre l’échec scolaire et l’origine sociale, de nombreux élèves obtiennent des résultats fort différents en dépit de données socioculturelles similaires. De même pour les difficultés psychologiques : certes, le deuil, la maltraitance, les conflits ne favorisent pas la disponibilité nécessaire au bon apprentissage, mais le concept de «résilience» étudié par le psychiatre et psychanalyste B. Cyrulnik (Boris Cyrulnik et Claude Seron (dir.), La Résilience ou Comment renaître de sa souffrance, éd. Fabert, 2004) permet de nuancer cette assertion.

Ceci étant posé, que renferme exactement cette notion de «réussite scolaire» ? Les parents que j’ai interrogés dans mon livre en ont donné des définitions très différentes, allant de la maîtrise des compétences de base telles que lire, écrire, compter, à l’obtention d’un diplôme, l’accès aux filières d’excellence, ou encore au plaisir d’aller en classe et d’apprendre.

J’ai retenu de ces échanges deux éléments caractérisant la réussite scolaire : des résultats permettant à l’élève d’avoir accès à l’orientation de son choix, et son épanouissement au sein de l’établissement. Loin d’être indépendants, ces deux champs se répondent sans cesse, puisqu’un enfant épanoui a plus de chances d’obtenir de bons résultats, de même que l’obtention de bons résultats renforce son épanouissement !

Or, les recherches sur le climat scolaire montrent que l’un des moteurs extérieur à l’école favorisant fortement la réussite des élèves s’avère être l’intérêt que portent les parents à leur scolarité. Cette implication bénéfique n’induit pas nécessairement ni exclusivement qu’ils aient les ressources matérielles et/ou intellectuelles pour aider leur enfant à faire ses devoirs : discuter avec lui de ce qui se passe à l’école et dans sa classe, lui proposer de bonnes conditions de travail, l’encourager, vérifier la tenue de ses cours, participer à la vie de son établissement (par le biais des sorties, des voyages, des associations de parents d’élèves...), rencontrer ses enseignants fréquemment pour faire le point, contribuent ainsi à la bonne adaptation scolaire, constituent un facteur de protection contre l’absentéisme, et favorisent l’amélioration du comportement et des résultats de l’enfant.

Mais il serait trop simple de reprocher aux seuls parents leur manque d’investissement en cas d’échec scolaire. L’établissement doit de son côté savoir leur ouvrir ses portes avec bienveillance, clarifier ses exigences et ses règles de fonctionnement, dissiper les malentendus, exposer les difficultés observées, et, le cas échéant, proposer des solutions.

Les informations liées à ce qui se passe d’un côté à la maison, et de l’autre à l’école ne doivent pas rester fragmentées ni parcellaires, car les élèves sont les premiers à souffrir de ce manque de communication, voire parfois de défiance réciproque. Un enseignant peut ainsi se rendre compte qu’un élève dort dans son cours sans que les parents ne soient au courant que leur enfant passe ses nuits à faire autre chose que dormir ; de même qu’un enfant peut confier à ses parents sa peur d’aller à l’école sans que les enseignants n’aient pu déceler que cet élève était victime de harcèlement.

C’est donc ensemble que parents et enseignants, définis comme «co-éducateurs» faisant partie de la «communauté éducative», doivent rappeler d’une même voix à l’enfant leurs attentes en matière de réussite, et construire pour lui et avec lui, un cadre de travail adapté, protecteur et bénéfique (prenant en compte par exemple la gestion du temps accordé aux devoirs et aux loisirs, les outils méthodologiques, l’importance du sommeil, les perspectives d’orientation, les offres de soutien scolaire, médical, psychologique...).

Je suis en effet persuadée, en tant qu’enseignante et psychologue, que c’est en faisant du sur mesure que l’on renforce dans et hors de l’école la réussite et l’épanouissement de chacun, et donc de tous les élèves.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
carredas
- 24/09/2012 - 07:49
@Thierry
Si je parle de LLG, c'est que mon fils y est entré en seconde et il est en ce moment en Prépa maths spé
Leur recrutement se fait sur dossier et n'a rien à voir avec le niveau social.
Bien sûr, vous avez raison de dire que de bonnes notes d'un collège aux résultats moyens seront relativisées; parce que le niveau des collèges est très variable et qu'un jeune bon en maths venant d'un collège de banlieue va être en grande difficulté à LLG où tous les arrivants sont déjà excellents et savent que dans cet établissement il faut travailler beaucoup.
Et de même pour l'entrée en prépa à LLG, les lycéens habitués au rythme de LLG auront souvent de meilleurs résultats que de très bons lycéens venant d'un établissement moins exigeant.
C'est de l'élitisme certes, l'écrémage successif ne laisse que les meilleurs qui passeront les concours d'entrée dans les grandes écoles.
Ceux qui restent sont souvent de "bonnes familles" ( mais pas tous ) parce que ces "bonnes familles" connaissent les enjeux, ont mis leur rejeton dans un bon collège, sont capables de soutenir leurs enfants, reconnaissent une valeur au travail scolaire...
D'où mon avis légèrement obsessionnel sur l'importance de la famille :-)
carredas
- 24/09/2012 - 07:29
@Urbon
Votre mère est venue du Maroc en France pour suivre ses études.
Quel rapport avec les maliens ou les ivoiriens qui arrivent en France souvent illégalement, qui ne connaissent rien de notre mode de vie ni de notre langue, qui vont continuer à parler leur langue avec leurs enfants sans suivre l'évolution de l'enseignement qu'ils reçoivent, sans même comprendre que cet enseignement va déterminer leur vie sociale et professionnelle future ?
Votre mère fait partie de ces immigrés venus chercher en France une vie meilleure pour eux et/ou pour leurs enfants, c'est ce que j'appelle donner un sens à la décision de quitter son pays et ses racines.
@HdT
Bien sûr que le décrochage peut intervenir quelle que soit l'origine de l'enfant pour des raisons diverses.
Ce qui me frappe, c'est cette population de jeunes dont beaucoup d'Afrique noire qui ne bénéficient pas au départ des conditions minimum leur permettant de suivre une scolarité au moins "normale"
Ce n'est pas une question d'aptitudes, ils les ont comme tous les enfants, mais un cumul de conditions d'environnement défavorables.
Et tout le monde sait que trop de difficultés amènent le découragement , et que la dérive n'est pas loin.
Thierry
- 24/09/2012 - 07:24
@ Carredas et Urbon
Bien sûr qu'en théorie, tout le monde peut entrer à LLG/H IV mais la réalité est toute autre.
D'abord l'élève qui arrive de la zone avec de très bonnes notes verra ses résultats relativisés. On croira plus facilement que les notes d'un très bon collège sont sélectives et vraies. Donc le dossier du prolo est plus faible. Il se fait rejeter direct.
Ensuite, l'internat, pas évident d'y décrocher une place. La bourse n'y suffit pas.
J'ai essayé de placer des élèves très bons, impossible, et pourtant je connais la coupure, je suis agrégé d'histoire