En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Peut mieux faire

Pédagogie, parents, milieux social : l'échec scolaire est-il seulement imputable à l'élève ?

Publié le 23 septembre 2012
L'Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) a dévoilé mardi une étude sur les jeunes "décrocheurs" qui sortent du système scolaire sans diplôme. Pour la plupart, la rupture se produit entre la troisième et la seconde. Un échec scolaire qui a des causes multiples.
Nathalie Anton est enseignante depuis treize ans. Elle a travaillé en collège et lycée et a intégré durant trois ans une équipe chargée de prévenir et de lutter contre la violence en milieu scolaire. Elle est également psychologue clinicienne. Nathalie...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Anton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Anton est enseignante depuis treize ans. Elle a travaillé en collège et lycée et a intégré durant trois ans une équipe chargée de prévenir et de lutter contre la violence en milieu scolaire. Elle est également psychologue clinicienne. Nathalie...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) a dévoilé mardi une étude sur les jeunes "décrocheurs" qui sortent du système scolaire sans diplôme. Pour la plupart, la rupture se produit entre la troisième et la seconde. Un échec scolaire qui a des causes multiples.

Poser la question des facteurs de réussite scolaire extérieurs à l’école permet non seulement d’aborder de manière positive un sujet trop souvent présenté sous l’angle de l’échec, mais aussi de souligner très justement les liens inextricables unissant l’établissement dans lequel évolue l’élève, et l’environnement dans lequel il grandit en tant qu’enfant ou adolescent.

Cette imbrication nous préserve d’ailleurs de toute explication déterministe ou univoque, puisque comme l’ont très bien montré les travaux de B. Charlot, E. Bautier et J-Y. Rochex en Sciences de l’Education « la réussite scolaire est un processus complexe, où interagissent des phénomènes hétérogènes, et elle ne peut jamais être réduite à la présence ou à l’absence de tel ou tel facteur. » (École et savoir dans les banlieues et ailleurs, p. 81. Bordas, 2000)

De nombreux paramètres d’ordre pédagogiques, sociaux, familiaux, affectifs, psychologiques se combinent en effet de manière différente chez chaque élève et favorisent plus ou moins sa réussite. Ainsi, bien que les recherches en sociologie depuis P. Bourdieu et J-C. Passeron (Les Héritiers. Editions de Minuit, 1964) aient mis à jour la forte corrélation entre l’échec scolaire et l’origine sociale, de nombreux élèves obtiennent des résultats fort différents en dépit de données socioculturelles similaires. De même pour les difficultés psychologiques : certes, le deuil, la maltraitance, les conflits ne favorisent pas la disponibilité nécessaire au bon apprentissage, mais le concept de «résilience» étudié par le psychiatre et psychanalyste B. Cyrulnik (Boris Cyrulnik et Claude Seron (dir.), La Résilience ou Comment renaître de sa souffrance, éd. Fabert, 2004) permet de nuancer cette assertion.

Ceci étant posé, que renferme exactement cette notion de «réussite scolaire» ? Les parents que j’ai interrogés dans mon livre en ont donné des définitions très différentes, allant de la maîtrise des compétences de base telles que lire, écrire, compter, à l’obtention d’un diplôme, l’accès aux filières d’excellence, ou encore au plaisir d’aller en classe et d’apprendre.

J’ai retenu de ces échanges deux éléments caractérisant la réussite scolaire : des résultats permettant à l’élève d’avoir accès à l’orientation de son choix, et son épanouissement au sein de l’établissement. Loin d’être indépendants, ces deux champs se répondent sans cesse, puisqu’un enfant épanoui a plus de chances d’obtenir de bons résultats, de même que l’obtention de bons résultats renforce son épanouissement !

Or, les recherches sur le climat scolaire montrent que l’un des moteurs extérieur à l’école favorisant fortement la réussite des élèves s’avère être l’intérêt que portent les parents à leur scolarité. Cette implication bénéfique n’induit pas nécessairement ni exclusivement qu’ils aient les ressources matérielles et/ou intellectuelles pour aider leur enfant à faire ses devoirs : discuter avec lui de ce qui se passe à l’école et dans sa classe, lui proposer de bonnes conditions de travail, l’encourager, vérifier la tenue de ses cours, participer à la vie de son établissement (par le biais des sorties, des voyages, des associations de parents d’élèves...), rencontrer ses enseignants fréquemment pour faire le point, contribuent ainsi à la bonne adaptation scolaire, constituent un facteur de protection contre l’absentéisme, et favorisent l’amélioration du comportement et des résultats de l’enfant.

Mais il serait trop simple de reprocher aux seuls parents leur manque d’investissement en cas d’échec scolaire. L’établissement doit de son côté savoir leur ouvrir ses portes avec bienveillance, clarifier ses exigences et ses règles de fonctionnement, dissiper les malentendus, exposer les difficultés observées, et, le cas échéant, proposer des solutions.

Les informations liées à ce qui se passe d’un côté à la maison, et de l’autre à l’école ne doivent pas rester fragmentées ni parcellaires, car les élèves sont les premiers à souffrir de ce manque de communication, voire parfois de défiance réciproque. Un enseignant peut ainsi se rendre compte qu’un élève dort dans son cours sans que les parents ne soient au courant que leur enfant passe ses nuits à faire autre chose que dormir ; de même qu’un enfant peut confier à ses parents sa peur d’aller à l’école sans que les enseignants n’aient pu déceler que cet élève était victime de harcèlement.

C’est donc ensemble que parents et enseignants, définis comme «co-éducateurs» faisant partie de la «communauté éducative», doivent rappeler d’une même voix à l’enfant leurs attentes en matière de réussite, et construire pour lui et avec lui, un cadre de travail adapté, protecteur et bénéfique (prenant en compte par exemple la gestion du temps accordé aux devoirs et aux loisirs, les outils méthodologiques, l’importance du sommeil, les perspectives d’orientation, les offres de soutien scolaire, médical, psychologique...).

Je suis en effet persuadée, en tant qu’enseignante et psychologue, que c’est en faisant du sur mesure que l’on renforce dans et hors de l’école la réussite et l’épanouissement de chacun, et donc de tous les élèves.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

G7 à haut risque : des compromis sont-ils possibles dans le monde occidental divisé de Donald Trump ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
carredas
- 24/09/2012 - 07:49
@Thierry
Si je parle de LLG, c'est que mon fils y est entré en seconde et il est en ce moment en Prépa maths spé
Leur recrutement se fait sur dossier et n'a rien à voir avec le niveau social.
Bien sûr, vous avez raison de dire que de bonnes notes d'un collège aux résultats moyens seront relativisées; parce que le niveau des collèges est très variable et qu'un jeune bon en maths venant d'un collège de banlieue va être en grande difficulté à LLG où tous les arrivants sont déjà excellents et savent que dans cet établissement il faut travailler beaucoup.
Et de même pour l'entrée en prépa à LLG, les lycéens habitués au rythme de LLG auront souvent de meilleurs résultats que de très bons lycéens venant d'un établissement moins exigeant.
C'est de l'élitisme certes, l'écrémage successif ne laisse que les meilleurs qui passeront les concours d'entrée dans les grandes écoles.
Ceux qui restent sont souvent de "bonnes familles" ( mais pas tous ) parce que ces "bonnes familles" connaissent les enjeux, ont mis leur rejeton dans un bon collège, sont capables de soutenir leurs enfants, reconnaissent une valeur au travail scolaire...
D'où mon avis légèrement obsessionnel sur l'importance de la famille :-)
carredas
- 24/09/2012 - 07:29
@Urbon
Votre mère est venue du Maroc en France pour suivre ses études.
Quel rapport avec les maliens ou les ivoiriens qui arrivent en France souvent illégalement, qui ne connaissent rien de notre mode de vie ni de notre langue, qui vont continuer à parler leur langue avec leurs enfants sans suivre l'évolution de l'enseignement qu'ils reçoivent, sans même comprendre que cet enseignement va déterminer leur vie sociale et professionnelle future ?
Votre mère fait partie de ces immigrés venus chercher en France une vie meilleure pour eux et/ou pour leurs enfants, c'est ce que j'appelle donner un sens à la décision de quitter son pays et ses racines.
@HdT
Bien sûr que le décrochage peut intervenir quelle que soit l'origine de l'enfant pour des raisons diverses.
Ce qui me frappe, c'est cette population de jeunes dont beaucoup d'Afrique noire qui ne bénéficient pas au départ des conditions minimum leur permettant de suivre une scolarité au moins "normale"
Ce n'est pas une question d'aptitudes, ils les ont comme tous les enfants, mais un cumul de conditions d'environnement défavorables.
Et tout le monde sait que trop de difficultés amènent le découragement , et que la dérive n'est pas loin.
Thierry
- 24/09/2012 - 07:24
@ Carredas et Urbon
Bien sûr qu'en théorie, tout le monde peut entrer à LLG/H IV mais la réalité est toute autre.
D'abord l'élève qui arrive de la zone avec de très bonnes notes verra ses résultats relativisés. On croira plus facilement que les notes d'un très bon collège sont sélectives et vraies. Donc le dossier du prolo est plus faible. Il se fait rejeter direct.
Ensuite, l'internat, pas évident d'y décrocher une place. La bourse n'y suffit pas.
J'ai essayé de placer des élèves très bons, impossible, et pourtant je connais la coupure, je suis agrégé d'histoire