En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 1 heure 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 6 heures 42 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 7 heures 29 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 8 heures 45 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 10 heures 26 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 11 heures 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 11 heures 51 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 6 heures 27 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 7 heures 4 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 8 heures 18 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 9 heures 4 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 12 heures 2 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 14 heures 57 min
© Reuters
Le gouvernement souhaite construire 150 000 logements sociaux par an.
© Reuters
Le gouvernement souhaite construire 150 000 logements sociaux par an.
Des HLM partout !

Logements sociaux : la carte des besoins réels polluée à l'idéologie

Publié le 24 septembre 2012
Les députés ont adopté le relèvement de 20 à 25% du taux obligatoire de logements sociaux dans les communes des territoires SRU. Des zones qui oublient la moitié de population française, alors qu'elle aussi éprouve des difficultés à se loger.
Michel Mouillart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Mouillart est professeur d'économie à l'Université Paris X, spécialiste de l'immobilier et du logement. Il est le co-auteur de La modernité des HLM : Quatre-vingt-dix ans de construction et d'innovations (La Découverte, 2003).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés ont adopté le relèvement de 20 à 25% du taux obligatoire de logements sociaux dans les communes des territoires SRU. Des zones qui oublient la moitié de population française, alors qu'elle aussi éprouve des difficultés à se loger.

Construire, ou plus exactement financer, 150 000 logements sociaux par an peut paraître un objectif réalisable, dès lors qu’il est porté par une large part de la société française. Tous les sondages qui ont été réalisés durant la campagne présidentielle en ont attesté, comme d’ailleurs les programmes des principaux candidats à la présidence de la République. D’autant que depuis 2009, de l’ordre de 140 à 145 000 locatifs sociaux ont été financés chaque année et que près de 300 000 logements sociaux ont été mis en chantier, au total.

Mais derrière l’objectif, une question demeure : où faut-il construire ces logements locatifs sociaux ?

L’article 55 de la loi SRU prévoyait, pour simplifier, que les communes de plus de 3500 habitants situées dans des aires urbaines de plus de 50 000 habitants (avec commune centre de plus de 15 000 habitants) doivent atteindre 20 % de logements sociaux à l'horizon 2020. A mi 2011, 1 775 communes étaient ainsi concernées : elles représentaient 5 % de l’ensemble  des communes et 34,5 millions d’habitants (55 % de la population). Parmi ces communes, d’après le ministère du Logement, 980 se situaient en-dessous du seuil de 20 % : elles regroupaient alors 15 millions d’habitants.

A la lecture de ces chiffres, on est tenté de penser qu’ailleurs sur le territoire tout va bien, qu’il n’y a guère de difficultés à se loger et que c’est bien pour cela que les politiques publiques se sont progressivement focalisées sur les territoires SRU. Ainsi, si on se limite (par exemple) aux communes de moins de 10 000 habitants (dont les communes rurales), elles ne représentent que de l’ordre de 13 % des logements locatifs sociaux. Et pourtant, ces communes logent 36 % de l’ensemble des ménages. En outre, dans ces communes, on compte 38 % des ménages pauvres et très modestes, soit plus de 2,9 millions de ménages !   

Alors que dans les communes de plus de 200 000 habitants et en Ile de France, qui regroupent 40 % des ménages, on compte presque autant de ménages pauvres et très modestes, mais 56 % de l’ensemble des logements locatifs sociaux !

Au strict plan quantitatif, il n’y a donc guère de raison de ne pas élever l’offre locative sociale partout sur le territoire. Et le raisonnement tient toujours si on considère les niveaux de revenus des ménages : par exemple d’après l’INSEE, le salaire moyen par habitant était en 2009 deux fois plus élevé en l’Ile-de-France qu’en Auvergne ou en Bretagne, sachant que les revenus parisiens sont de 30 à 35 % supérieurs à la moyenne des revenus franciliens.

L’augmentation du seuil SRU de 20 à 25 % ne peut de ce fait qu’interroger. Certes, il va faire rentrer dans le périmètre du dispositif 106 communes nouvelles, toutes s’inscrivant sur ces territoires qualifiés de « tendus » pour mieux justifier de l’action publique en leur faveur (en sacrifiant au passage les zones B2 et C pour mieux concentrer l’action publique dans les zones A et B1 où elle paraît la plus visible). Mais au-delà de cette « raison », il ne semble pas que l'utilité de passer à 25 % sur un petit nombre de communes ait été établi sans conteste : alors qu’il aurait pu paraître plus logique de fixer un objectif de 15 % dans tous ces territoires où la « demande sociale » est forte mais ne peut s’exprimer faute d’une réponse publique.

Sur ces territoires où il n’y a pas d’offre locative sociale parce qu’on estime qu’il n’y a pas de tensions, les ménages qui se constituent ou ceux qui ont des revenus modestes ont en effet un choix très limité pour se loger. S’ils optent pour l’accession à la propriété dans le neuf, l’incitation publique via le PTZ+ a été fortement révisée à la baisse : et ils ne peuvent même plus envisager d’acheter une « vieille maison » pas chère puisque le PTZ+ a disparu dans l’ancien. S’ils optent pour le locatif privé, il est souvent de  qualité médiocre car dans ces territoires, les propriétaires ne disposent pas des revenus locatifs nécessaires au financement des travaux.

Et pourtant, ces territoires (et pour simplifier une moitié de la population) passent pour les grands oubliés des 25 %. Comment dès lors comprendre cela ? Quelques explications (parmi d’autres) peuvent retenir l’attention.

Peut-être parce que les pouvoirs publics ne croient pas en en « cette contractualisation avec l’Etat » que le monde HLM appelle de ses vœux pour « atteindre l’objectif », alors que l’expérience du seuil de 20 % leur a montré que l’obligation faite avait fortement contribué à la montée en puissance du niveau de la construction locative sociale (le bâton plutôt que la carotte !). Aussi parce que les services de l’Etat savent que la demande de logements sociaux ne peut être satisfaite en zone B2 et C avec des PLS (prêt locatif social), ce logement intermédiaire tant prisé par les classes moyennes à Paris et dans les grandes villes, et que dans ces territoires, même les logements sociaux classiques (les PLUS, prêt locatif à usage social) sont trop chers pour cette demande.

Il faudrait donc des PLAI (Prêt locatif aidé d'intégration), les logements les plus sociaux et aussi les plus couteux en subventions et aides publiques. Par exemple, alors qu’un PLUS ne « sort » qu’avec un total d’aides (subventions, TVA réduite, exonération de TFPB …) représentant 40 % du prix de revient du logement, cette proportion s’élève à près de 55 % pour un PLAI ! Le calcul est rapide si on veut faire masse. D’autant qu’en concentrant l’action sur les territoires au potentiel fiscal les plus élevés, on maximise les chances de réalisation de l’objectif en réduisant le coût budgétaire résiduel pour l’Etat (c’est cette logique du transfert de la charge sur d’autres acteurs déjà bien éprouvée avec le 1 % logement).       

Alors dans une période qui conjugue une insuffisance marquée de l’offre de logements et une raréfaction prononcée des ressources d’intervention publique, faut-il sacrifier une partie des territoires ? Ou faut-il réfléchir sur la mise en œuvre des mécanismes de solidarité existant par la loi mais (très) rarement mis en œuvre ? Telle par exemple, la vente de logements locatifs sociaux pour aider à financer (en mobilisant les fonds propres) l’effort nécessaire de construction sociale, partout.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 25/09/2012 - 00:59
@vangog
oui il est vrai que les hlm aux enfants tiberi c'etait une reussite du genre ..... comme logement de mazarine.
puisque la caricature intelligente est a l'honneur avec la prise de parti toute dans les oeilleres militantes et basiques
vangog
- 24/09/2012 - 14:48
Plus les socialistes sont coercitifs envers les municipalités
Et les citoyens, plus ils se rapprochent des " modus operandi" des dictatures du siècle dernier, et plus ils s'écartent des buts à atteindre! Mais de cela, nous en étions conscients depuis Mitterand....
jerem
- 24/09/2012 - 13:34
mais au fait....
il semblait que les logements borloo, de robien , scellier etait des investissements locatifs avec des plafonds de loyers .... il paraissait meme que des tas de programmes avaient été fait dans des zones qui n'etaient pas en tension .... alors le marché des investisseurs qui se trouve sans locataire, n'aurait pas toruve le marché des locataire sans logements .....