En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 1 heure 23 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 2 heures 50 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 3 heures 22 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 5 heures 59 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 6 heures 46 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 8 heures 19 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 9 heures 37 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 1 heure 36 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 3 heures 6 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 3 heures 59 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 6 heures 16 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 7 heures 12 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 9 heures 23 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 9 heures 36 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 9 heures 37 min
© DR
Les rats ont des tumeurs grosses comme des balles de ping-pong.
© DR
Les rats ont des tumeurs grosses comme des balles de ping-pong.
La tumeur circule

Rats, cancers et OGM : terrifiant mais pas concluant scientifiquement

Publié le 21 septembre 2012
Le maïs transgénique augmente les risques de cancer et de mortalité chez le rat. Gilles Séralini, son auteur controversé, laisse croire que des risques existeraient aussi pour l'homme.
Sylvie Berthier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Berthier chargée depuis dix ans, au sein de la Mission Agrobiosciences, de concevoir et d’animer des débats sur les tensions de l’alimentation, l’agriculture, les sciences et les techniques du vivant et la société.Elle a publié Les OGM à l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le maïs transgénique augmente les risques de cancer et de mortalité chez le rat. Gilles Séralini, son auteur controversé, laisse croire que des risques existeraient aussi pour l'homme.

Atlantico : Gilles-Eric Séralini a publié hier les résultats d’une étude scientifique dans laquelle lui et ses collègues prouvent que la consommation d’OGM chez les rats augmente les risques de cancers ainsi que le taux de mortalité. Il publie également un ouvrage intitulé « Tous cobayes » dans lequel il revient sur cette étude. Quelle valeur peut-on accorder à ces travaux ?

Sylvie Berthier : M. Séralini va toujours à contre courant de toutes les études qui sont publiées. Cela soulève des questions. En général, pour que les résultats d’une étude soient scientifiquement validés, il faut que d’autres études la confirment. Pour que la conclusion de cette étude soit validée, il faut donc que d’autres études obtiennent les mêmes résultats dans des conditions identiques avec des protocoles scientifiques identiques.

M.  Séralini reste très contesté, au sein de la communauté scientifique française en général et sans doute européenne. Est-ce qu’il a pour autant complètement tort ? Ce n’est pas sûr. Mais il faut admettre que dès lors qu’il publie quelque chose, il y a systématiquement une forme de suspicion.

Une autre étude scientifique avait déjà été menée sur des rats nourris avec des OGM transgéniques. Elle avait donné également des résultats dans lesquels des cancers étaient constatés. Il semblerait cependant que pour cette étude-là, la communauté scientifique avait majoritairement établit que les protocoles mis en œuvre n’étaient pas bons.

M. Séralini étudie les OGM en suivant les protocoles qui sont normalement appliqués à des médicaments et non pas à des aliments. Il part de l’hypothèse que, étant toxiques, il faut les tester comme tels. Ce n’est pas le cas des autres.

Cette publication et ses retombées médiatiques peuvent-elles avoir un impact sur le débat en lui-même ?

M. Sérélini fait manger du maïs à ses rats. Il faut bien ici faire la distinction : les humains ne sont pas amenés à manger de maïs transgénique. Aucun aliment transgénique n’existe dans notre alimentation. Ces aliments sont destinés aux animaux. On pourrait donc, à la limite, nous poser des questions sur l’alimentation des animaux d’élevage qui sont nourris depuis 12 ans, depuis l’arrêt des farines animales, avec des aliments transgéniques en provenance des Etats-Unis.

Peut-on voir une voie de conséquence dans les risques entre ce qui est mangé par l’animal, digéré par l’animal et le fait que l’homme le mange ? C’est débat au sein de la communauté scientifique. Beaucoup pensent que non, mais les discussions se poursuivent. Il faut dépassionner ce débat pour lu permettre de progresser.

Je doute que les travaux de M. Séralini ne fassent bouger les positions de la communauté scientifique dans son ensemble. L’expertise, aujourd’hui en France, a besoin de se poser des questions. Il faudrait que M. Séralini et ses collègues puissent se rencontrer, confronter les protocoles et discuter sereinement ensemble.

 

Les chercheurs plus modérés sur ce sujet parviennent-ils à s’exprimer ?

C’est en effet un problème : ce sont ceux qui font le plus de bruit qui se font entendre. L’opinion publique ne veut pas entendre que les OGM sont inoffensifs. Le Nouvel Obs ne pourrait pas titrer là-dessus. En revanche, dans le sens inverse, cela fait le buzz.

M. Séralini est-il isolé dans cette approche de l’étude des OGM ? Quelle part des scientifiques français est de son avis ?

Il n’y a pas encore de courant allant dans son sens mais un certain nombre de choses sont en train de bouger dans les laboratoires. Toxicoline, lié à l’INRA, évolue dans ce sens. L’INRA a longtemps été accusé d’être « à la botte du gouvernement ». C’est pourtant cet organisme qui a repéré les effets dangereux du bisphénol A sur l’homme, même en petite quantité.

On peut certainement reposer la question de l’expertise et des méthodes utilisées. M. Sérélini estime que le problème des OGM, aujourd’hui, c’est qu’ils ne sont pas pensés pour lutter contre les problèmes d’alimentation mondiale ou contre les intempéries mais pour soutenir le monopole de la firme Monsanto. Son combat est à la fois scientifique et idéologique.

Quel accès les décideurs politiques ont à ces informations, à ces réflexions ?

Il y a en général un vrai problème d’accès aux données, notamment ce qui a pu être fait au sein de Monsanto.

Les politiques ont besoin d’être éclairés par les scientifiques. En France, nous avons des agences qui sont chargées de répondre à cette demande. Les élus ne consultent pas directement des chercheurs, ils peuvent confier des études aux agences qui, elles, vont charger des panels de recherche d’enquêter. Là encore, il pourrait bien évidemment y avoir un certain nombre de débats sur le fonctionnement, mais il ne faut pas croire non plus que c’est archaïque.

Reste qu’à la fin, le politique est le seul décideur. C’est ce qu’avait fait Stéphane Le Foll en interdisant le Cruiser. Cela fait souvent râler les scientifiques qui multiplient les études car les politiques ne suivent pas toujours les résultats. A plusieurs reprises, les chercheurs ont estimé que les OGM ne comportaient pas de risques pour l’environnement. Les politiques ont malgré cela décidé de faire passer un moratoire.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ramoon
- 25/09/2012 - 22:10
Que c'est drôle
Qui a le plus de pouvoir pour écraser les autres? Qui travaille le plus pour le bien commun? Qui cherche a taire le débat? Qui empêche l'étiquettage à peu près partout dans le monde? Qui rend la terre stérile et écrase les agriculteurs qui ne veulent pas suivre leur modèle? Qui empêche la biodiversité et force l'achat de certain grain? Qui enlève la liberté?

À en croire certain ici il semblerait que ce soit les écolos..

Vous êtes ridicules et ne vous rendez pas compte que vous êtes manipulés.
sberthier
- 21/09/2012 - 14:00
Ni pour ni contre
Bonjour
Je suis Sylvie Berthier, la personne interviewée dans cet article. Je travaille dans une structure de médiation agriculture, alimentation, sciences et société. Avec ma collègue Valérie Péan nous avons édité un livre sur les OGM qui analyse les arguments pour et contre les ogm. Ce livre a été réalisé sur la base de 20 h de débat avec un groupe d'une quinzaine de pro (experts, semenciers), d'anti (Attac, Conf paysanne, Fondation Charles Leopold Meyer, qui a financé l'étude de M. Seralini...).et de modérési (association de conso...). Toutes ces personnes pourront vous assurer que nous avons été fidèles aux propos des uns et des autres. Enfin, ces débats ont bien été financés en partie par Deba, mais sur la base d'un contrat qui nous permettait de nous retirer de ce processus collectif, s'il y avait eu la moindre tentative d'instrumentalisation.
Pour en savoir plus sur le livre, vous pouvez lire la critique d'un philosophe des sciences dans l'Huma
http://www.humanite.fr/tribunes/les-ogm-de-la-matiere-reflexion-les-ogm-l%E2%80%99epreuve-des-arguments-501076
Et le lien vers la présentation de notre livre sur notre site
http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=3237
bongenre
- 21/09/2012 - 09:09
Idéologie et lobbying
Madame BERTHIER est liée à l'association DEBA qui compte parmi ses fondateurs BASF, Bayer CropScience, Dow AgroSciences, Pioneer, Monsanto et Syngenta. Si je comprends bien les arguments accusateurs des agricolateurs, pour parler d'OGM il faudrait en être un chaud partisan ( c'est sans doute encore une conséquence du réchauffement climatique )