En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© DR
Les rats ont des tumeurs grosses comme des balles de ping-pong.
La tumeur circule
Rats, cancers et OGM : terrifiant mais pas concluant scientifiquement
Publié le 21 septembre 2012
Le maïs transgénique augmente les risques de cancer et de mortalité chez le rat. Gilles Séralini, son auteur controversé, laisse croire que des risques existeraient aussi pour l'homme.
Sylvie Berthier chargée depuis dix ans, au sein de la Mission Agrobiosciences, de concevoir et d’animer des débats sur les tensions de l’alimentation, l’agriculture, les sciences et les techniques du vivant et la société.Elle a publié Les OGM à l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Berthier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Berthier chargée depuis dix ans, au sein de la Mission Agrobiosciences, de concevoir et d’animer des débats sur les tensions de l’alimentation, l’agriculture, les sciences et les techniques du vivant et la société.Elle a publié Les OGM à l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le maïs transgénique augmente les risques de cancer et de mortalité chez le rat. Gilles Séralini, son auteur controversé, laisse croire que des risques existeraient aussi pour l'homme.

Atlantico : Gilles-Eric Séralini a publié hier les résultats d’une étude scientifique dans laquelle lui et ses collègues prouvent que la consommation d’OGM chez les rats augmente les risques de cancers ainsi que le taux de mortalité. Il publie également un ouvrage intitulé « Tous cobayes » dans lequel il revient sur cette étude. Quelle valeur peut-on accorder à ces travaux ?

Sylvie Berthier : M. Séralini va toujours à contre courant de toutes les études qui sont publiées. Cela soulève des questions. En général, pour que les résultats d’une étude soient scientifiquement validés, il faut que d’autres études la confirment. Pour que la conclusion de cette étude soit validée, il faut donc que d’autres études obtiennent les mêmes résultats dans des conditions identiques avec des protocoles scientifiques identiques.

M.  Séralini reste très contesté, au sein de la communauté scientifique française en général et sans doute européenne. Est-ce qu’il a pour autant complètement tort ? Ce n’est pas sûr. Mais il faut admettre que dès lors qu’il publie quelque chose, il y a systématiquement une forme de suspicion.

Une autre étude scientifique avait déjà été menée sur des rats nourris avec des OGM transgéniques. Elle avait donné également des résultats dans lesquels des cancers étaient constatés. Il semblerait cependant que pour cette étude-là, la communauté scientifique avait majoritairement établit que les protocoles mis en œuvre n’étaient pas bons.

M. Séralini étudie les OGM en suivant les protocoles qui sont normalement appliqués à des médicaments et non pas à des aliments. Il part de l’hypothèse que, étant toxiques, il faut les tester comme tels. Ce n’est pas le cas des autres.

Cette publication et ses retombées médiatiques peuvent-elles avoir un impact sur le débat en lui-même ?

M. Sérélini fait manger du maïs à ses rats. Il faut bien ici faire la distinction : les humains ne sont pas amenés à manger de maïs transgénique. Aucun aliment transgénique n’existe dans notre alimentation. Ces aliments sont destinés aux animaux. On pourrait donc, à la limite, nous poser des questions sur l’alimentation des animaux d’élevage qui sont nourris depuis 12 ans, depuis l’arrêt des farines animales, avec des aliments transgéniques en provenance des Etats-Unis.

Peut-on voir une voie de conséquence dans les risques entre ce qui est mangé par l’animal, digéré par l’animal et le fait que l’homme le mange ? C’est débat au sein de la communauté scientifique. Beaucoup pensent que non, mais les discussions se poursuivent. Il faut dépassionner ce débat pour lu permettre de progresser.

Je doute que les travaux de M. Séralini ne fassent bouger les positions de la communauté scientifique dans son ensemble. L’expertise, aujourd’hui en France, a besoin de se poser des questions. Il faudrait que M. Séralini et ses collègues puissent se rencontrer, confronter les protocoles et discuter sereinement ensemble.

 

Les chercheurs plus modérés sur ce sujet parviennent-ils à s’exprimer ?

C’est en effet un problème : ce sont ceux qui font le plus de bruit qui se font entendre. L’opinion publique ne veut pas entendre que les OGM sont inoffensifs. Le Nouvel Obs ne pourrait pas titrer là-dessus. En revanche, dans le sens inverse, cela fait le buzz.

M. Séralini est-il isolé dans cette approche de l’étude des OGM ? Quelle part des scientifiques français est de son avis ?

Il n’y a pas encore de courant allant dans son sens mais un certain nombre de choses sont en train de bouger dans les laboratoires. Toxicoline, lié à l’INRA, évolue dans ce sens. L’INRA a longtemps été accusé d’être « à la botte du gouvernement ». C’est pourtant cet organisme qui a repéré les effets dangereux du bisphénol A sur l’homme, même en petite quantité.

On peut certainement reposer la question de l’expertise et des méthodes utilisées. M. Sérélini estime que le problème des OGM, aujourd’hui, c’est qu’ils ne sont pas pensés pour lutter contre les problèmes d’alimentation mondiale ou contre les intempéries mais pour soutenir le monopole de la firme Monsanto. Son combat est à la fois scientifique et idéologique.

Quel accès les décideurs politiques ont à ces informations, à ces réflexions ?

Il y a en général un vrai problème d’accès aux données, notamment ce qui a pu être fait au sein de Monsanto.

Les politiques ont besoin d’être éclairés par les scientifiques. En France, nous avons des agences qui sont chargées de répondre à cette demande. Les élus ne consultent pas directement des chercheurs, ils peuvent confier des études aux agences qui, elles, vont charger des panels de recherche d’enquêter. Là encore, il pourrait bien évidemment y avoir un certain nombre de débats sur le fonctionnement, mais il ne faut pas croire non plus que c’est archaïque.

Reste qu’à la fin, le politique est le seul décideur. C’est ce qu’avait fait Stéphane Le Foll en interdisant le Cruiser. Cela fait souvent râler les scientifiques qui multiplient les études car les politiques ne suivent pas toujours les résultats. A plusieurs reprises, les chercheurs ont estimé que les OGM ne comportaient pas de risques pour l’environnement. Les politiques ont malgré cela décidé de faire passer un moratoire.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
07.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ramoon
- 25/09/2012 - 22:10
Que c'est drôle
Qui a le plus de pouvoir pour écraser les autres? Qui travaille le plus pour le bien commun? Qui cherche a taire le débat? Qui empêche l'étiquettage à peu près partout dans le monde? Qui rend la terre stérile et écrase les agriculteurs qui ne veulent pas suivre leur modèle? Qui empêche la biodiversité et force l'achat de certain grain? Qui enlève la liberté?

À en croire certain ici il semblerait que ce soit les écolos..

Vous êtes ridicules et ne vous rendez pas compte que vous êtes manipulés.
sberthier
- 21/09/2012 - 14:00
Ni pour ni contre
Bonjour
Je suis Sylvie Berthier, la personne interviewée dans cet article. Je travaille dans une structure de médiation agriculture, alimentation, sciences et société. Avec ma collègue Valérie Péan nous avons édité un livre sur les OGM qui analyse les arguments pour et contre les ogm. Ce livre a été réalisé sur la base de 20 h de débat avec un groupe d'une quinzaine de pro (experts, semenciers), d'anti (Attac, Conf paysanne, Fondation Charles Leopold Meyer, qui a financé l'étude de M. Seralini...).et de modérési (association de conso...). Toutes ces personnes pourront vous assurer que nous avons été fidèles aux propos des uns et des autres. Enfin, ces débats ont bien été financés en partie par Deba, mais sur la base d'un contrat qui nous permettait de nous retirer de ce processus collectif, s'il y avait eu la moindre tentative d'instrumentalisation.
Pour en savoir plus sur le livre, vous pouvez lire la critique d'un philosophe des sciences dans l'Huma
http://www.humanite.fr/tribunes/les-ogm-de-la-matiere-reflexion-les-ogm-l%E2%80%99epreuve-des-arguments-501076
Et le lien vers la présentation de notre livre sur notre site
http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=3237
bongenre
- 21/09/2012 - 09:09
Idéologie et lobbying
Madame BERTHIER est liée à l'association DEBA qui compte parmi ses fondateurs BASF, Bayer CropScience, Dow AgroSciences, Pioneer, Monsanto et Syngenta. Si je comprends bien les arguments accusateurs des agricolateurs, pour parler d'OGM il faudrait en être un chaud partisan ( c'est sans doute encore une conséquence du réchauffement climatique )