En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Soulagé de ne plus être sous le regard vétilleux des électeurs coco et des médias bobo, à Londres, Pierre Moscovici en a profité pour prononcer un discours de droite.
"I am not dangerous"

Moscovici à Londres : cas d'école des contradictions de la gauche au pouvoir

Publié le 19 septembre 2012
La capitale anglaise semble avoir des vertus miraculeuses sur la pensée économique socialiste. Invité de l'autre côté du "Channel" mardi, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a tenu un discours digne d'un ministre de droite.
Gaspard Koenig dirige le think-tank GenerationLibre. Dernier ouvrage paru : Le révolutionnaire, l’expert et le geek (Plon).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig dirige le think-tank GenerationLibre. Dernier ouvrage paru : Le révolutionnaire, l’expert et le geek (Plon).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La capitale anglaise semble avoir des vertus miraculeuses sur la pensée économique socialiste. Invité de l'autre côté du "Channel" mardi, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a tenu un discours digne d'un ministre de droite.

Il suffit qu’ils traversent la Manche pour que nos socialistes vieille école, fouettés par le vent du New Labour, se convertissent à l’économie de marché. Soulagés de ne plus être sous le regard vétilleux des électeurs coco et des médias bobo, ils se lâchent. On se souvient de Hollande durant la campagne présidentielle, reniant d’un coup toutes ses attaques contre la finance d’un "I am not dangerous". Voilà que Pierre Moscovici, son ministre de l’Economie, vient de lui emboîter le pas. Déclinant avant-hier, à la London School of Economics (LSE) de Londres, le programme économique du gouvernement devant un auditoire discipliné d’étudiants et de représentants de la communauté française, il n’a pas dit un mot de la taxe à 75%, ni du plafonnement des loyers, ni des subventions à l’essence, ni de l’abaissement de l’âge de la retraite, ni de l’interdiction programmée des licenciements boursiers, ni de la sécurisation des contrats de travail, ni des taxes supplémentaires sur les entreprises, ni de l’arrêt de l’exploitation du gaz de schiste. Il ne nous réservait que des douceurs technocratiques sur la compétitivité, le financement des PME, l’entrepreunariat, la réduction de la dette publique et même les réformes structurelles. Pour avoir écrit les discours d’un(e) ministre de l’Economie de droite, je peux confirmer que les différences étaient infinitésimales. Si être raisonnable, c’est tenir des propos de droite, les socialistes devraient en tirer les conclusions.

Pierre Moscovici ne prétend certes pas être un révolutionnaire échevelé. Courtois, mesuré, drôle même, habillé sur mesure chez Arnys, s’exprimant dans un anglais très correct, maîtrisant toute la gestuelle des lunettes (heureux les myopes de disposer d’un tel appui scénique !), il incarne la sagesse repue du ministre d’expérience, s’autorisant même à transgresser la ligne du parti pour exprimer des convictions plus personnelles sur l’intégration européenne, ou à secouer la langue de bois diplomatique pour rêver tout haut à des eurobonds d’ici cinq ans. Il représente sans doute mieux la France et ses intérêts que son prédécesseur direct. Son hôte britannique, tout émerveillé, s’autorisa même à citer Moscovici père, docteur honoris causa de la LSE. On est entre gens du monde.

Mais tel est bien le problème. "I am not dangerous", disait Hollande alors que c’est cela même qui le rend dangereux : l’incapacité à réformer. "Je suis un gestionnaire compétent", semblait nous dire Moscovici. Et c’est bien le drame. Alors qu’on lui demandait pourquoi la France ne s’appliquait pas à elle-même les mesures de libéralisation qu’elle prône à la Grèce ou au Portugal, ou comment refondre un modèle social périmé, Moscovici a souri finement, magnanime devant tant d’ignorance. Nous ne nous libéralisons pas parce que, contrairement à ces incapables méditerranéens, nous n’en avons pas besoin. Quant à notre modèle social, "nous pouvons nous le permettre". La France est la sixième économie du monde, le Trésor emprunte à 2%, le niveau de dépenses publiques est "raisonnable" (je cite, je le jure) et l’Etat reste solidement tenu par des énarques compétents. Dès que les ennuis passagers de l’Europe auront été résolus, chacun pourra retourner à ses moutons.

Comme tant d’autres politiques, tous bords confondus, Moscovici croit l’Etat éternel. Après trente ans de dorures à la Cour des comptes et de poussière dans les congrès du PS, il a oublié le monde. Il ne peut pas comprendre que la crise de la dette est le symptôme d’un effondrement généralisé du modèle occidental de l’Etat-Providence, désormais soumis à la compétition des pays émergents. Il ne peut pas voir que les lourdeurs étatiques sont devenues de tels freins que la plupart des jeunes diplômés s’envolent à l’étranger. Il ne peut pas pas admettre que la France risque de s’effondrer si rien n’est fait pour la réformer.

J’en tire deux conclusions. La première, c’est que le gouvernement devrait tenir son prochain séminaire à Londres, qui semble avoir des vertus miraculeuses sur la pensée économique socialiste. La deuxième, c’est que le changement, ce sera pour plus tard.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 20/09/2012 - 23:34
à grwfsywash !
Arrêtez donc de passer la pommade. Arrêtez la brosse à reluire... ces socialistes sont déjà luisants de nature !
De France et de plus loin
- 20/09/2012 - 16:08
le gone
"j'espere que vous allez vite aller émigrer dans ces pays tristes.et vides .comme dirait mon pote Sarko.."casse toi pôv con""

je vous invite à faire comme votre idole: perdre et s'en aller faire des conférences
De France et de plus loin
- 20/09/2012 - 16:07
kassian
Avez vous conscience qu'aux USA, on évoque exactement les mêmes arguments alors que l'Etat américan est déjà anémique en comparaison du nôtre? Trop d'impôts, trop d'assistés, trop de gaspillage, incompétence du gouvernement etc..