En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

06.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

07.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 2 min 32 sec
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 49 min 14 sec
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 3 heures 23 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 19 heures 41 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 21 heures 39 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 22 heures 29 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 23 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 26 min 34 sec
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 2 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 3 heures 8 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 18 heures 39 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 20 heures 11 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 22 heures 5 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 23 heures 47 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
Soulagé de ne plus être sous le regard vétilleux des électeurs coco et des médias bobo, à Londres, Pierre Moscovici en a profité pour prononcer un discours de droite.
© Reuters
Soulagé de ne plus être sous le regard vétilleux des électeurs coco et des médias bobo, à Londres, Pierre Moscovici en a profité pour prononcer un discours de droite.
"I am not dangerous"

Moscovici à Londres : cas d'école des contradictions de la gauche au pouvoir

Publié le 19 septembre 2012
La capitale anglaise semble avoir des vertus miraculeuses sur la pensée économique socialiste. Invité de l'autre côté du "Channel" mardi, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a tenu un discours digne d'un ministre de droite.
Gaspard Koenig
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig a fondé en 2013 le think-tank libéral GenerationLibre. Il enseigne la philosophie à Sciences Po Paris. Il a travaillé précédemment au cabinet de Christine Lagarde à Bercy, et à la BERD à Londres. Il est l’auteur de romans et d’essais, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La capitale anglaise semble avoir des vertus miraculeuses sur la pensée économique socialiste. Invité de l'autre côté du "Channel" mardi, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a tenu un discours digne d'un ministre de droite.

Il suffit qu’ils traversent la Manche pour que nos socialistes vieille école, fouettés par le vent du New Labour, se convertissent à l’économie de marché. Soulagés de ne plus être sous le regard vétilleux des électeurs coco et des médias bobo, ils se lâchent. On se souvient de Hollande durant la campagne présidentielle, reniant d’un coup toutes ses attaques contre la finance d’un "I am not dangerous". Voilà que Pierre Moscovici, son ministre de l’Economie, vient de lui emboîter le pas. Déclinant avant-hier, à la London School of Economics (LSE) de Londres, le programme économique du gouvernement devant un auditoire discipliné d’étudiants et de représentants de la communauté française, il n’a pas dit un mot de la taxe à 75%, ni du plafonnement des loyers, ni des subventions à l’essence, ni de l’abaissement de l’âge de la retraite, ni de l’interdiction programmée des licenciements boursiers, ni de la sécurisation des contrats de travail, ni des taxes supplémentaires sur les entreprises, ni de l’arrêt de l’exploitation du gaz de schiste. Il ne nous réservait que des douceurs technocratiques sur la compétitivité, le financement des PME, l’entrepreunariat, la réduction de la dette publique et même les réformes structurelles. Pour avoir écrit les discours d’un(e) ministre de l’Economie de droite, je peux confirmer que les différences étaient infinitésimales. Si être raisonnable, c’est tenir des propos de droite, les socialistes devraient en tirer les conclusions.

Pierre Moscovici ne prétend certes pas être un révolutionnaire échevelé. Courtois, mesuré, drôle même, habillé sur mesure chez Arnys, s’exprimant dans un anglais très correct, maîtrisant toute la gestuelle des lunettes (heureux les myopes de disposer d’un tel appui scénique !), il incarne la sagesse repue du ministre d’expérience, s’autorisant même à transgresser la ligne du parti pour exprimer des convictions plus personnelles sur l’intégration européenne, ou à secouer la langue de bois diplomatique pour rêver tout haut à des eurobonds d’ici cinq ans. Il représente sans doute mieux la France et ses intérêts que son prédécesseur direct. Son hôte britannique, tout émerveillé, s’autorisa même à citer Moscovici père, docteur honoris causa de la LSE. On est entre gens du monde.

Mais tel est bien le problème. "I am not dangerous", disait Hollande alors que c’est cela même qui le rend dangereux : l’incapacité à réformer. "Je suis un gestionnaire compétent", semblait nous dire Moscovici. Et c’est bien le drame. Alors qu’on lui demandait pourquoi la France ne s’appliquait pas à elle-même les mesures de libéralisation qu’elle prône à la Grèce ou au Portugal, ou comment refondre un modèle social périmé, Moscovici a souri finement, magnanime devant tant d’ignorance. Nous ne nous libéralisons pas parce que, contrairement à ces incapables méditerranéens, nous n’en avons pas besoin. Quant à notre modèle social, "nous pouvons nous le permettre". La France est la sixième économie du monde, le Trésor emprunte à 2%, le niveau de dépenses publiques est "raisonnable" (je cite, je le jure) et l’Etat reste solidement tenu par des énarques compétents. Dès que les ennuis passagers de l’Europe auront été résolus, chacun pourra retourner à ses moutons.

Comme tant d’autres politiques, tous bords confondus, Moscovici croit l’Etat éternel. Après trente ans de dorures à la Cour des comptes et de poussière dans les congrès du PS, il a oublié le monde. Il ne peut pas comprendre que la crise de la dette est le symptôme d’un effondrement généralisé du modèle occidental de l’Etat-Providence, désormais soumis à la compétition des pays émergents. Il ne peut pas voir que les lourdeurs étatiques sont devenues de tels freins que la plupart des jeunes diplômés s’envolent à l’étranger. Il ne peut pas pas admettre que la France risque de s’effondrer si rien n’est fait pour la réformer.

J’en tire deux conclusions. La première, c’est que le gouvernement devrait tenir son prochain séminaire à Londres, qui semble avoir des vertus miraculeuses sur la pensée économique socialiste. La deuxième, c’est que le changement, ce sera pour plus tard.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 20/09/2012 - 23:34
à grwfsywash !
Arrêtez donc de passer la pommade. Arrêtez la brosse à reluire... ces socialistes sont déjà luisants de nature !
De France et de plus loin
- 20/09/2012 - 16:08
le gone
"j'espere que vous allez vite aller émigrer dans ces pays tristes.et vides .comme dirait mon pote Sarko.."casse toi pôv con""

je vous invite à faire comme votre idole: perdre et s'en aller faire des conférences
De France et de plus loin
- 20/09/2012 - 16:07
kassian
Avez vous conscience qu'aux USA, on évoque exactement les mêmes arguments alors que l'Etat américan est déjà anémique en comparaison du nôtre? Trop d'impôts, trop d'assistés, trop de gaspillage, incompétence du gouvernement etc..